Grand écran et home ciné

Un étron juste à côté d'une pâquerette.

Nous, Daniel Blake

Je crois qu'il ne faut jamais rien attendre d'un film. Ni du bien ni du mal. Il faut toujours en savoir le moins possible et commencer la séance l'esprit aussi ouvert que les adducteurs de Jean-Claude Van Damme. Je déteste être influencée…
,

Je lutte donc je suis

Drôle d'endroit pour une rencontre : un lycée agricole paumé au fin fond de la pampa, des affichettes A4 griffonnées à la main, ces longs bâtiments utilitaires et sans âme dont les années 70 raffolaient et au bout du chemin un peu…

L'apocalypse des petits bourgeois

Cela faisait longtemps que je n'avais pas parlé cinéma par ici. Il faut dire que si l'on cherche de l'audace ou des thématiques adultes, on est bien mieux servis par les séries TV dont certaines enterrent depuis pas mal de temps la platitude…

La Grande Bellezza del nulla

Cela faisait bien longtemps que nous n'avions pas pris le temps de nous arrêter sur un film. Et le temps — celui qui passe, indifférent à la frénésie des hommes et la vacuité de leur existence — est précisément la matière première…

Une vraie femme

La première fois que j'ai vu Renée Bagelet, elle n'était même pas là.

Vive la France!

À l'heure où il est de bon ton de couiner sur la France qui tombe et de vilipender les Français en des termes à peine moins méprisants que ceux qui sont utilisés pour qualifier habituellement nos chômeurs, deux films et une émission de télé me laissent penser que la vérité est peut-être ailleurs.

Cassos!

Ce billet va probablement survivre à mon retour, programmé pour la fin de la semaine prochaine. Mais il marque le début de mon absence et donc le verrouillage du Monolecte (passage en mode modéré : vos commentaires éventuels attendront…

L'éternel combat

Où l'on se rend compte qu'un vieux film qui a presque mon âge et qui raconte la Grande Dépression finit forcément par devenir une œuvre d'anticipation.

Tolérance

Qu'il est bon, parfois, de se délecter de quelques grammes de finesse dans un monde de brutes.

Mise en abyme

KOLKHOZE me passe la main dans une chaîne à la con, un de ces petits jeux sans conséquence qui sont les RTT des bloggeurs assidus.

Desperates hours

Il existe des films dont même la distribution éclatante ne peut faire oublier l'austérité du sujet et que, du coup, nous allons voir à reculons.
Dommage pour nous!

Filmo culte

Je profite d'un billet de Bonbon Piment pour exhumer ma filmo culte du Wiki CineFil que j'avais lancé, il y a longtemps, au Village...

Bouse infâme

Parfois, juste pour mieux apprécier le bon cinéma ensuite, on se regarde une bonne grosse bousasse sans intérêt. Et encore, c'est assez difficile à trouver, tant on est bon public, pour ne pas dire cinéphages!

Le coeur des hommes

Ce matin, je me suis réveillée avec un horrible cauchemar encore en tête : le Culkin nouveau était arrivé dans les rayonnages, comme un mauvais picrate du mois de novembre!

The Corporation

Il y a deux manières de considérer le cinéma : comme une industrie juteuse vouée au divertissement ou comme un média, un art permettant de faire passer un message, voire d'éduquer le spectateur.
The Corporation se contente de nous ouvrir les yeux sur le fonctionnement intime des entreprises et par ricochet, de notre civilisation.

Le Cauchemar de Darwin

Rien de tel que d'écouter la radio pour avoir envie d'aller au ciné. Ce soir, la chronique de Philippe Val sur France Inter parlait poissonnerie, et plus exactement de la fameuse perche du Nil, poisson bon marché qui a débarqué sur les étals des grandes surfaces ces dernières années et dont un documentaire révèle l'origine peu reluisante.

Nausicaä

Hayao Miyazaki a contribué à donner ses lettres de noblesse au film d'animation japonais. Ce qui est dommage, c'est que les distributeurs français n'ont pas de grands égards envers les œuvres du maître.

Flops en stock

L'industrie du DVD est en plein essor, c'est maintenant devenu la seconde vie d'un film, voire même sa seule espérance. Détour par deux films qui se sont vautrés en salles, l'un à juste raison, l'autre de manière nettement plus inexplicable.

Gerry

Réalisé avant Elephant, Palme d'Or 2003 à Cannes, Gerry est sorti en catimini le printemps dernier, dans la plus stricte intimité. Sa sortie DVD devrait donner une seconde chance à ce film a priori difficile mais qui mérite le détour.