Le grand incendie

Combustion

Notre maison brule et nous regardons ailleurs

Jacques Chirac, ouverture du discours devant l’assemblée plénière du IVe Sommet de la la Terre, Johannesburg, 2 septembre 2002

 

 

Les lits des adorateurs de l’or noir sont bel et bien en train de bruler à Fort McMoney et nous regardons leurs rêves de richesse facile et factice partir en fumée avec une fascination presque aussi morbide que celle qui nous avait scotchés devant nos écrans, le 11 septembre 2001.

C’est en cela que la formule-choc de Chirac s’était plantée : la catastrophe est toujours spectaculaire et ne manque donc pas de spectateurs, surtout en ce temps où chacun d’entre nous transporte en permanence dans sa poche ou son tableau de bord l’équivalent d’une camionnette vidéo d’un média ambitieux.

Est-ce que c’est parce que l’auteur de la vidéo est Canadien et non pas État-Unien, mais le silence qui règne dans l’habitacle de cette grosse voiture, son ambiance feutrée avec ses petits bruits confortables de conduite prudente contrastent plus violemment avec le décor d’apocalypse dans lequel nous sommes conviés à la fuite tranquille qu’une bordée de jurons ou les habituels « Oh my God, oh my GOOOOOD! » qui ponctuent ce genre de reportage.

La chute de Pétroville raconte tellement de choses sur notre époque, avec cette ville et ses habitants un peu livrés à eux-mêmes dans la catastrophe, pendant que les infrastructures industrielles, elles, étaient protégées contre ce genre de problème — somme toute parfaitement anticipable — quitte à y sacrifier la vie si interchangeable de leurs travailleurs.

Mais elle ne raconte rien de plus que l’état actuel du monde — y compris chez nous — et même s’il est moins spectaculaire, le grand fracas approche et il est déjà bien visible.

L’agonie de la démocratie

Rien n’a l’air plus significatif aujourd’hui que la marche inéluctable de Donald Trump aux commandes de la plus puissante armée du monde. Voilà un milliardaire aux méthodes plus que discutables et dont les discours n’inspirent pas une once d’optimisme quant à l’humanisme ou même la simple capacité à gouverner une grande théocratie. La trajectoire de Donald Trump est angoissante en soi, mais le problème c’est qu’il n’est pas le seul à appeler au sang en permanence dans ses discours.

Car bien plus discrètement, les Philippins se sont dotés d’un président à côté duquel le milliardaire à moumoute peroxydée passe pour un bisounours :

Promettant une « présidence sanglante » durant ses meetings, il avait déclaré que les morgues allaient être « pleines à craquer ». « Je fournirai les corps », avait-il ajouté. Puis « Duterte Harry », en référence aux méthodes du flic « Dirty Harry » incarné par Clint Eastwood au cinéma, s’en était pris aux médias, à la classe politique et à l’absence de résultat dans la lutte contre la pauvreté, les inégalités et la criminalité ordinaire. « Oubliez les lois sur les droits de l’homme ! » a-t-il lancé pendant un discours.

Source : Aux Philippines, le nouveau président veut que l’on « oublie les droits de l’homme ».

 

Plus près de nous, l’extrême-droite est en passe de remporter l’élection présidentielle autrichienne le 22 mai prochain. On peut toujours se consoler en se disant que nous aussi, on a eu un épouvantail à moineaux qui est sorti du choixpeau magique au premier tour pour mieux revivifier le «Front républicain» ensuite, sauf que ce que cela a signifié très concrètement pour nous ensuite un très franc dérapage à droite de l’ensemble du paysage politique français.
Et l’ambiance dans toute l’Europe a bien changé depuis, le bruit des bottes s’amplifie et les ardeurs bellicistes ne se cachent plus, elles sont au contraire des arguments de vente du markéting politique du désastre.

Si l’idée de Heinz-Christian Strache n’a pas encore entrainé de réaction officielle de ses pairs, elle a déjà été catégoriquement refusée par d’autres. Reinhold Messner, alpiniste connu du Trentin-Haut-Adige, a qualifié sa déclaration d’« insensée ». « Quiconque lance cet appel n’a rien appris de 1937 et de la tragédie du Tyrol du Sud » et veut uniquement « détruire la paix », a-t-il ajouté.

Source : Un nationaliste autrichien rêve d’annexer une région italienne.

Le gout du sang, le repli nationaliste, les convoitises territoriales, la peur et la haine des autres sont devenus les nouveaux ciments de l’unité européenne qui, elle aussi, a dissout les droits de l’homme dans le sang et le rejet :

La force qui relie tout cela est le racisme antimusulman, qui permet aux dirigeants de se soustraire à leurs responsabilités. Les dirigeants autoritaires tels que le Premier ministre hongrois Viktor Orbán évoquent les histoires des invasions ottomanes pour attiser le soutien pour le nationalisme et distraire leur peuple des crises économiques et sociales qui touchent la société hongroise et européenne. Les « socialistes » déclarés, comme François Hollande, ont abandonné la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » pour mener une guerre potentiellement infinie contre le soi-disant État islamique et imposer un état d’urgence continu au niveau national jusqu’à ce que cette guerre soit gagnée.

Le racisme et la propagation de l’idée de différence sont des outils essentiels pour rejeter les exigences prévues par le droit et les accords internationaux, comme les Conventions de Genève. Les personnes sont désignées comme étant des « migrants » ou des « monstres », car cela empêche de les reconnaître en tant que réfugiés, terme qui implique alors des responsabilités morales et juridiques.

Source : L’hystérie contre les réfugiés finira par déchirer l’Europe.

La France réac

C’est dans ce contexte international qu’il faut regarder les crispations autoritaires de plus en plus décomplexées du gouvernement français qui est actuellement désavoué jusque dans ses propres rangs, même si ce n’est pas le courage — pourtant seulement politique — qui caractérise les apparatchiks aux petits bras. En effet, les a-t-on entendus, les a-t-on vu aux côtés de tous ceux qui luttent contre une loi injuste et inique qui va encore plus précariser et fragiliser les salariés contre la toute-puissance de l’argent ? Et quand je pense que l’un des députés de mon département s’est fendu d’une tribune pour clamer qu’il ne voterait pas pour cette loi et qu’il est actuellement l’une des deux voix qui manquaient pour passer la motion de censure contre ce gouvernement de laquais du capitalisme le plus débridé.

La résistance contre la loi Travail cristallise toutes les violences de notre société, toutes ses frustrations. Et ceux qui se disent pompiers sont en fait les pyromanes :

Prenons l’exemple du 9 avril. En fin de journée, nous savons qu’un groupe de casseurs dangereux vient d’arriver gare du Nord pour aller perturber Nuit debout, à République. Une compagnie de CRS se trouve sur leur passage, prête à intervenir. Mais l’ordre leur est donné par la préfecture de se pousser dans une rue adjacente  ! Les collègues leur signalent l’imminence de l’arrivée du groupe de casseurs. Mais ordre leur est confirmé de les laisser gagner place de la République, avec les conséquences que l’on connaît  ! Par contre, quand il s’est agi d’aller protéger le domicile privé de Manuel Valls, ce soir-là, cette fois les ordres ont été clairs…

Source : « Tout est mis en place pour que ça dégénère » | L’Humanité.

 

Il n’est absolument pas anodin que le même jour — l’anniversaire de l’arrivée de la gauche au pouvoir, il y a 35 ans — le gouvernement prétendument socialiste impose cette loi dont seules les multinationales seront satisfaites et prolonge l’état d’urgence une nouvelle fois.

Il n’est pas anodin que le lendemain de ce microputsch, le plus néolibéral des membres de ce gang de marionnettes du patronat laisse « fuiter » en même temps sa candidature à la présidentielle et son intention de baisser les impôts des actionnaires et des patrons, ses véritables commanditaires dans l’impitoyable guerre aux pauvres qu’il mène depuis son accession au pouvoir.

Et dans l’ombre de toutes ces provocations délibérées, que font les gouvernements en général et le nôtre en particulier ? Ils s’arment contre leur propre population et durcissent, chaque jour un peu plus, la répression des insoumis, mais surtout des simples citoyens indignés.

Notre maison brule, celle du voisin aussi. Le grand incendie se répand sur la planète et son éclat est aveuglant.

48 réponses
  1. L'ours des P.o.
    L'ours des P.o. dit :

    Bonjour!
    C’est toujours un plaisir de vous lire et l’article du jour me renvoie à ce que j’ai lu cela avant hier :
    http://www.les-crises.fr/250-000-euros-par-migrant-pour-les-pays-de-lue-refusant-daccueillir-des-demandeurs-dasile/
    et plus particulièrement les commentaires, notamment ceux de « fanfan ».
    Il est urgent de sortir du « machin » Du coup je me souviens de cela:
    http://www.dailymotion.com/video/xx87cb_le-president-jean-gabin_news.

    Répondre
    • ti suisse
      ti suisse dit :

      merci pour Gabin /ainsi Chaplin, ..honnêtes et sincères (pas pareil) méconnus ? no: dérangeants; qu’importe la génération,
      « les partis.. syndicats d’intérêts ! »
      « fabriquer un député coûte moins cher que dédommager un roi nègre »
      avec le temps.. qql amélioration: on y-fait tout !

      Répondre
  2. herve_02
    herve_02 dit :

    Le problème des migrants en est un parce que NOUS allons massacrer chez eux, pour le pouvoir, pour les ressources. Qui songerait à quitter son pays si tout allait bien ? personne.

    Qui imagine un seul instant que l’on peut piller ailleurs et ne pas en avoir les conséquence à un moment, que ce soit des migrants ou des terroristes ?

    Accuser l’europe sur ce point là est malsain, l’europe est responsable pas parce qu’elle impose d’accueillir des migrants, elle l’est parce que c’est une institution anti-démocratique ultra libérale qui essore les peuples pour faire gagner de l’argent aux transnationales.

    Mais il ne faut pas rêver, l’europe n’est pas un être suprême désincarné, c’est, par exemple, hollande. C’est par exemple les élus aux élections… Hollande à choisi ce qu’il se passe actuellement. Il décide aussi : il n’est pas spectateur.

    TOUS les politiques aux pouvoirs se foutent de notre gueule, toutes les interventions sont de l’enfumage, de la langue de bois pour continuer à faire toujours comme prévu. Il ne faut pas parler avec eux, il ne faut pas revendiquer, il faut les dégager, TOUS, sans exception. Maintenant. Sans violence si possible, mais comme dirait l’autre petite nazillon au pouvoir, « sans écarter aucune piste… »

    Répondre
  3. ti suisse
    ti suisse dit :

    comme d’hab Agnès: limpide. Rien à rajouter, juste retenir..
    « aveuglant » rend sourd, ..puisque « scotchés »

    ahh.. y a pas que le cul dans la vie (ou sa branlette)
    abus; femmes (enfants) et autres bondieuseries,
    aussi le fric ! ..les migrants et autres tortures,

    Et, tous ces xx voleurs, escrocs & d’impôts,
    qui nous pissent dessus (pourtant: grosse commission)
    depuis Panama ou Monaco,
    Quand ?! privatiserons-nous les prisons, la Justice et les Resto du Cœur..

    tout ce ‘racisme’ (pouvoir-hégémonie)
    sommes* nous tous des daltoniens ??!

    alors (!) nos préjugés, trouille et manque de confiance,
    # le vaniteux, le narcisse /Le-Soleil n’aime pas -notre ombre,

    plus on moule plus on est berné (x génération)
    est-ce notre lot ? car ni volonté ni désir.. ou s’en remettre au hasard, la somme* des incompétences..

    Aveuglés et Scotchés,
    c’est pas D Trump, par ex, qui va me contrarier,

    (et-ça dure longtemps ?)
    « Rêver » ..n’est pas taxé. Chouette ! ..en profiter !

    ps (j’exagère ? nân juste conclure) j’eus deux mémés et deux pépés (pas vous?) m’ont appris:
    une bouée, pour traverser
    une arme, pour se défendre/éliminer
    le respect, viatique à toutes relations,
    (et) mon papa (lui aussi décédé) pleutre mais pragmatique (bobo?) « un avocat, un dentiste et un plombier »

    new génération = même merdier ?!
    ..trop d’affect (sentiment) pour m’abandonner, puisque obligé du pourboire de qql générosité et d’altérité,
    ..sinon une paire de pavés bien ciblés
    – dans la gueule de qql Maître et chanteur

    /si ça nous plait, alors aucune raison de se plaindre,

    nota bene: une exception dans ce roulage de farine, et de sa violence..
    – les homos (ex-pédés)
    sont sortis d’y siècles dans le grenier (Miracle ?! et Bravo !) on (je) me demande comment…
    les lobbies, ..probablement,
    y-a-ka faire pareil (ou graisser la carabine)

    moralité: Aimer, partager (etc.) certes c’est fatiguant (crevant!)
    Mais on a-aura l’Eternité pour se reposer !

    j’oubliais: la politique, l’éducation (!) l’amalgame, la tradition, l’Occidental, le complot, la guerre et les animaux (le pygmée et les eskimos)
    je reviendrai, Cheers

    Répondre
  4. fred
    fred dit :

    « Ce n’est pas la démocratie qui est malade mais l’oligarchie qui se meure. » (lu chez mdp je crois).
    Les trumps n’ont de succès que parce qu’ils savent habilement en proposer une « alternative ».

    Répondre
  5. Alberto
    Alberto dit :

    « Et quand je pense que l’un des députés de mon département s’est fendu d’une tribune pour clamer qu’il ne voterait pas pour cette loi et qu’il est actuellement l’une des deux voix qui manquaient pour passer la motion de censure contre ce gouvernement de laquais du capitalisme le plus débridé. »

    De Hollande à Sarkozy, en passant par Mélenchon et Filoche, ils chassent en bande.

    Répondre
  6. smolski
    smolski dit :

    Alberto : « De Hollande à Sarkozy, en passant par Mélenchon et Filoche, ils chassent en bande. »

    Filoche s’est expliqué sur ce point.
    De son point de vue, le parti socialiste n’appartient pas à la clique (à claques) actuelle qui le dirige et démissionner du PS pour lui reviendrait à le leur offrir en cadeau, sans opposants déclarés à l’intérieur des instances.
    On le voit comment ces minables jugent coupables ceux des leurs qui s’opposent au 49.3 permettant la loi sur le travail la plus inique qui soit contre le peuple. et les condamnent sans jugement à la porte ou au silence.

    Il revient aux membres de la base de se réapproprier le PS notamment en manifestant avec Nuit debout et autres contre les dirigeants du gouvernement et de leur parti qui en abusent.

    Répondre
  7. smolski
    smolski dit :

    Agnès : « L’agonie de la démocratie »

    Ce n’est pas une agonie, c’est la suite logique du fait que la démocratie n’est que le masque du fascisme, juste en moins grimaçant, aspirant ce dernier toujours plus en avant contre les peuples toujours plus asservis.

    Répondre
    • lik
      lik dit :

      C’est pas tellement l’agonie de la démocratie puisqu’il n’y a jamais eu de réelle démocratie, c’est l’agonie d’une pseudo démocratie qui arrive au bout du bout de son complet dysfonctionnement.

      Il s’agit d’une apocalypse au sens de dévoilement, les masques tombent et derrière ces masques apparaissent les rictus des avides de pognon et de pouvoir qui sentent que leur modèle est train de vaciller. Alors ils cognent sur tout ce qui bouge, n’importe comment pour aucun résultat, alors ils cognent encore plus fort transis de peur devant leurs certitudes en papier mâché qui partent à vau l’eau.

      Répondre
  8. Alberto
    Alberto dit :

    @ smolsky:
    la clique à claques que dirige le parti s est majoritaire, très largement si nous prenons comme indicateur le nombre de députés « frondeurs » par rapport au nombre de députés majoritaires. Le rôle de Filoche est de maintenir « la base » pour qu’elle ne se rende pas compte de l’organisation où elle se trouve.
    Et les soit disant « frondeurs » font le même job, tout ça c’est un grand cinéma entre eux: ils chassent en bande. Et j’espère que bientôt ils seront chassés en bloc.

    Répondre
    • Brigite
      Brigite dit :

      Toto,

      en fait, il faut réussir à distinguer les salariés (et les revendications qui touchent directement les salariés) des « révolutionnaires » de la plume qui passent leur temps à commenter sans jamais s’engager.

      DROIT DE REGARD SUR LES LICENCIEMENTS, POUVOIR D’ACHAT, RETRAITES.

      Répondre
      • Alberto
        Alberto dit :

        Brigite, si tu réfléchis, puisque nous sommes « en démocratie » et que nous avons un gouvernement « de la majorité », étant donné que les salariés représentent plus de 90% de la population, ils (les salariés) ont déjà —ou devraient l’avoir— plus qu’un droit de regard sur tout. Alors, si ce n’est pas le cas, il y quelque chose qui cloche. Peut-être c’est l’amalgame —bien entretenue par la machine de propagande— entre élections et démocratie, et l’insulte à l’intelligence que constitue le système électoral « majoritaire ».

        Répondre
        • Brigite
          Brigite dit :

          peut-être que je ne réfléchis pas et que je n’ai pas cité Aimé Césaire et tout mais j’ai un mot d’ordre basique pour toute organisation syndicale vachement légitime
          et faudrait voir à pas me confondre avec un porte-parole des octogénaires qui n’ont jamais rien eu à dire mais me prendre en exemple.
          enfin bref je le remets
          DROIT DE REGARD SUR LES LICENCIEMENTS, POUVOIR D’ACHAT, RETRAITES.

          Répondre
    • Agnès Maillard
      Agnès Maillard dit :

      Je pense aussi que Filoche a eu largement le temps de comprendre quel est la nature réelle de son parti. Donc, soit il souffre d’une grave déficience neuronale, soit d’une profonde duplicité. Ce qui — qu’importe la raison — le met définitivement sur la touche.

      Répondre
      • lik
        lik dit :

        Au point où en est le PS, Filoche devrait sortir et éventuellement rejoindre Mélenchon dont je n’attends pas de miracles, mais pour qui je voterai probablement en 2017. Hors de question que je vote LRPSFN, un rééquilibrage possible passe par une phase Mélenchon.

        Si Méluche arrive à l’Elysée, alors ce sera un beau souk, mais les lignes sociales pourront avoir un peu de mouvement possible.

        Répondre
        • Agnès Maillard
          Agnès Maillard dit :

          Franchement, je ne crois plus des masses non plus à Mélenchon : tant que tu restes dans le cadre, tu as tellement peu de marges de manœuvres que tu ne peux que continuer de faire la même chose. Et je ne pense plus que Mélenchon a l’intention de péter le cadre.

          Répondre
          • lik
            lik dit :

            Mélenchon propose un bras de fer avec les politiciens allemands pour changer le fonctionnement complètement stupide de l’Europe actuellement.

            Le fera t il ? J’en sais rien, mais c’est la première mesure à prendre. Hollande avait promis sur ce plan, et s’est comporté comme un cloporte visqueux…

            Aucun changement du cadre ne pourra se faire sans changer les règles européennes qui ont été totalement perverties au détriment des populations européennes qui en chient comme des rats crevés.

            Il faut changer d’abord cette logique dogmatique absurde de concurrence austéritaire suicidaire des peuples européens au nom du marché, ensuite le social, l’écologie viendront dans la foulée.

          • smolski
            smolski dit :

            Agnes : « tant que tu restes dans le cadre, tu as tellement peu de marges de manœuvres que tu ne peux que continuer de faire la même chose »

            Exactement, ce n’est pas aux dirigeants de péter le cadre mais au peuple de le faire.
            De là, passer par filoche, melenchon et consœur c’est progresser dans ce sens.

          • Brigite
            Brigite dit :

            rien à foutre du peuple
            ce qui compte c’est la CGT, « cette organisation » comme dit Valls
            Heil !

            Grève générale
            jusqu’au retrait total
            DROIT DE REGARD SUR LES LICENCIEMENTS, POUVOIR D’ACHAT, RETRAITES.

            à demain.

          • Brigite
            Brigite dit :

            qu’est-ce que j’irais faire dans le peuple est-ce que tu peux me le dire ?
            qu’est-ce que j’irai faire dans un milieu qui n’est pas le mien ?
            attendre l’accalmie ?
            tu plaisantes j’espère ?

          • smolski
            smolski dit :

            Brigitte : « qu’est-ce que j’irais faire dans le peuple est-ce que tu peux me le dire ? »

            Il ne s’agit pas d’être dans le peuple mais d’être avec lui, après la raison de le faire appartient à chacun.

          • Brigite
            Brigite dit :

            Il s’agit d’être organisé.
            Tu ne peux pas être avec un peuple qui n’a rien à faire dans une société.
            (ta quête d’absolu te perdra )

          • smolski
            smolski dit :

            Brigite : « Il s’agit d’être organisé. »

            C’est une inversion de la problématique.

            Il s’agit de Savoir avant tout, l’organisation se modèle ensuite individuellement à partir du Savoir mis en commun, surtout pas avant sinon à reproduire sans fin les limites du système de conquête actuel.
            En informatique le fonctionnement des systèmes libres bien plus performant et innovant face aux systèmes propriétaires coincés par le productivisme destructeur (le capitalisme ne croît que sur ce qu’il détruit) le prouve et c’est ce qui est à atteindre par un système social de partage, libre et pérenne.

            Pour ceux qui s’interrogent sur les systèmes informatiques libres :
            https://debian-facile.org/doc:debian

            Brigite : « ta quête d’absolu te perdra  »

            Là aussi, c’est l’inverse qui se passe.
            Dans l’absolu, tu ne perds rien du réel alors que par la soumission/compromission tu te perds toi-même, à chaque instant.

          • Brigite
            Brigite dit :

            allo, je suis pas en train de lire Marianne !!!

            Les Secrétaires de Syndicats CGT doivent impulser pour que les manifestations soient d’un très bon niveau dans le but de faire reculer le Gouvernement et demander le retrait de cette loi de régression sociale !

            DROIT DE REGARD SUR LES LICENCIEMENTS? POUVOIR D’ACHAT, RETRAITES.

          • smolski
            smolski dit :

            Brigite : « Les Secrétaires de Syndicats CGT doivent impulser pour que les manifestations soient d’un très bon niveau »

            Mais non, en se pliant ainsi au bras de fer entre dirigeants, politiques et syndicalistes, les ouvriers sont dépossédés de leurs responsabilités et donc le seront fatalement du fruit de leur combat.

          • Brigite
            Brigite dit :

            ah j’oubliais

            Mobilisons-nous aussi en masse contre la campagne de dénigrement de la CGT par le gouvernement, dénigrement orchestré par les médias à la solde du MEDEF et du capital.

          • smolski
            smolski dit :

            Ta remarque sur le dénigrement de la cgt orchestré par le gouvernement n’est pas faux, juste qu’ici je propose des voies pour sortir des rails dans lesquels les mouvements sociaux s’enlisent sans cesse.

            Je reproche plus particulièrement aux acteurs influant de ces luttes de ne miser que sur le court terme en les globalisant, les réduisant ainsi à des schémas basés uniquement sur l’immédiateté.
            Je propose donc de percevoir combien il est nécessaire de les préparer davantage en amont afin que le peuple les dirige davantage par lui-même, sur la base des individus qui le compose et non sur la masse anonyme qu’il représente.

            Comment préparer les luttes dans ce sens ?
            Il me semble que internet est propre à cela comme ce blog par exemple.

            Les Nuits debout sont peut-être un exemple à suivre, genre plutôt que de défiler « tousss esssemble tousss » stationner et créer des zones de paroles, des stands et des bals jalonnant le parcours prévu par la manifestation, etc…

          • Brigite
            Brigite dit :

            davaï ( allez)

            Cette loi El K d’un autre temps doit être combattue par un maximum de salariés.

            Ne les laissons pas faire !

            Ne laissons pas le Gouvernement casser le Code du Travail !

            Tous en grève et dans la rue le jeudi 26 mai

  9. herve_02
    herve_02 dit :

    Faut pas oublier que melenchon à demander de reporter sur hollande en 2012. Alors que l’on savait TOUS que cela se terminerait comme cela. Je me souviens des conversations pendant la campagne.

    Faut avoir la mémoire un peu courte pour sortir melenchon du choixpeau et agiter pour la milliardième fois l’épouvantail fn et le vote républicain contre la bête immonde qui tabasserait les manifestants et ferait passer en force des lois dont personne ne veut.

    C’est marrant à la nuit debout ou je suis les cocos qui se sont alliés aux socialauds pour les avant dernières municipales avec un bilan de merde viennent se poser et nous expliquer comment ils défendent bien les ouvriers eux… lol les crevards à la pèche aux voix.

    Répondre
  10. Brigite
    Brigite dit :

    Quoi Lik, tu as laissé tombé ?
    tu pars en retraite dès que tu a affaire aux décroissants qui veulent mourir libres à 50 ans pas comme des assistés et tout et tout et qui prédisent que l’avenir de tous les jeunes des villes c’est de se faire tabasser dans les manifs ?

    Répondre
  11. Brigite
    Brigite dit :

    – Grève générale, jusqu’au Retrait total !

    – oh j’aime bien ça

    – alors on le refait

    -grève générale, jusqu’au retrait total2

    – grève générale jusqu’au retrait total10

    Dispersion

    – qu’est-ce t’en penses Rousseau ?

    – que c’est rêve général.

    – j’allais te le direu.
    DROIT DE REGARD SUR LES LICENCIEMENTS, POUVOIR D’ACHAT, RETRAITES.

    Répondre
  12. Brigite
    Brigite dit :

    il y aura de l’essence seulement pour les voitures de police.
    c’est le gouvernement qui vient de le décider.

    t’as raté l’info ?

    Répondre
  13. Brigite
    Brigite dit :

    Jeudi 7 h 30

    Nous appelons les syndicats à organiser des assemblées générales de salariés pour décider de poursuivre et d’amplifier la mobilisation et de décider voire de reconduire la grève.

    Permettez-vous d’intervenir, il faut des remontées d’occupants
    Il n’y aura pas de frais.
    Veuillez trouver en PJ le contrat.

    Répondre
  14. Brigite
    Brigite dit :

    Vous remarquerez que c’est bien que les grèves soient reconduites car les gens partent travailler ce qui signifie qu’ils ne se sont pas mis dans la tête qu’ils n’auront pas de retraites.

    à part ça, on a bien tracté aux automobilistes car on est tombé sur un patron fâché qui est sorti de sa voiture pour aussitôt re-rentrer dedans.

    ça sert d’intervenir.

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] L’appel du 12 mai rassemble peut. Cela suffit à quelques éditocrates pour nier la révolte, le grand incendie, l’éruption qui […]

  2. […] Notre maison brule et nous regardons ailleurs Jacques Chirac, ouverture du discours devant l'assemblée plénière du IVe Sommet de la la Terre, Johannesburg, 2  […]

  3. […] Notre maison brule et nous regardons ailleurs Jacques Chirac, ouverture du discours devant l'assemblée plénière du IVe Sommet de la la Terre, Johannesburg, 2  […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *