Sélectionner une page

Qui va croire que Sarkozy est sérieusement menacé par la justice ?

La bulle médiatique apprend avec émoi que Nicolas Sarkozy est mis en examen pour abus de faiblesse. Youpi, la justice est juste et elle touche tout le monde; devant elle, il n’y a ni faibles ni puissants.

Maintenant, tu réfléchis deux secondes de plus : il est mis en examen et non inculpé, il y a bien des chance que l’instruction débouche directement sur un non-lieu. Et pour abus de faiblesse. On admet donc qu’il a palpé du dessous de table, qu’il a été corrompu, mais on retient de tout cela que c’était d’une vieille dame un peu gaga. Elle aurait été plus jeune, il aurait pu lui tirer tout le blé qu’il voulait…

Comme le dit plus bas Camille Bou Dicca, on est strictement dans le cadre du théâtre politique : il s’agit de mettre en scène l’opération de blanchiment de Sarko pour préparer son retour au barnum politique. Cela va donner l’impression que la justice n’est pas une justice de caste, que les politiques ne sont pas intouchables, mais dans les faits, l’essentiel du débat va être escamoté et il sera soit totalement innocenté, soit condamné à une peine symbolique pour n’avoir pas utilisé une taille d’enveloppes réglementaire.

Je vous laisse méditer cette phrase du vieux Sénèque : La vie, c’est une pièce de théâtre : ce qui compte ce n’est pas qu’elle soit longue, mais qu’elle soit bien jouée .
Version Shakespearienne (ma préf.) du Merchant of Venice : Je tiens ce monde pour ce qu’il est : un théâtre où chacun doit jouer son rôle .

32 Commentaires

  1. Absolument Agnès! D’abord, de tout façon, toujours attendre pour se "réjouir". "Mes" mis en examen s’en sortent rarement par un non lieu. Dans ce genre de milieu en revanche, quand c’est pas non lieu au mieux c’est relaxe au pire c’est 2 mois de sursis 1 an d’inéligibilité et quelques milliers d’euros d’amende….De toute manière, ce principe que tu énonces (le côté "blanchisseur d’une "bonne" affaire pénale qui redore le blason de la classe) il vaudra pour nombre d’entre eux, et si ce n’est pas lui qui repart en 2017 "ça sera donc son frère" (comme dirait Copé). D’ailleurs, mon petit doigt me dit que le concert de soutien à droite va vachement s’atténuer dans les semaines à venir…Bref. C’est un théâtre, oui. Cependant ça ne signifie pas néanmoins que ce théâtre n’ait pas de sens et qu’il ne leur serve à rien – mais sur cela je pense que nous serons d’accord. Enfin, comme disait un autre intervenant,quoi de plus normal finalement que Bettencourt lui ait filé du pognon? Il défendait ses intérêts de classe. Un domestique ça se rémunère (un peu)….Bonne journée Agnès.

    Réponse
  2. Quel cynisme Agnes,
    On verra bien.
    Pour l’instant, je suis sûr que l’acteur Sarko aurait préféré ne pas avoir à assumer ce rôle.
    Pour le reste, par quelles ficelles se sortira-t-il de ce mauvais pas… Ne t’avance pas trop, la pièce n’est pas encore finie!

    Réponse
  3. Quel cynisme?

    Envoyant les cas Chirac, Woerth, De Villepin et Juppé, à droite. Envoyant les cas DSK, Martine Aubry, Guerini… on ne peut que confirmer l’analyse d’Agnès.

    J’ajouterais que le FN sortira encore plus gagnant! Sa thèse et phrase marketing (politique) phare sur "l’UMPS" est un constat de plus en plus solide.

    En plus:
    "Marion Maréchal Le Pen a ouvert la porte à des alliances avec l’UMP. Marine Le Pen n’a pas renoncé à son OPA sur la droite de gouvernement. Elle doit, ce matin, avec le retour en force des "affaires" dans la vie politique française et une droite KO, se sentir pousser des ailes."

    Quoi qu’il arrive (vrai inculpation et jugement ou simple rappel à "l’ordre"), la situation est de plus en plus délicate et les fascismes vont continuer à montée.

    Par ailleurs, je trouve amusant: "Bel Ami" a abusé de la personne la plus riche de France. Tout un guachiste, cet homme.

    Réponse
  4. il me semble que "inculpé" a été remplacé par "mis en examen" justement parce que les gens confondaient "inculpé" et "reconnu coupable". Voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Inculp

    Réponse
  5. A force de se fixer sur ce genre de "broutilles" on finit surtout par oublier l’essentiel : par exemple le mépris pour le referendum de 2005, jeté aux orties comme un vulgaire chiffon…
    Certes, ce genre de choses ne relève pas de la justice mais a une portée bien plus considérable que quelques enveloppes qui passent de crabes en crabes…

    Réponse
  6. Mettre quelqu’un en examen pour mieux l’innocenter… waouh, j’y aurais pas pensé, mais finalement, je trouve pas ça si invraisemblable.

    De toutes façons, innocentés ou pas, ils reviennent aux affaires, comme le matou de Steve Waring. Ou comme les morts-vivants qu’ils sont. Insubmersibles, indestructibles.

    Réponse
  7. @ Pierre : comment veux-tu qu’une démocratie fonctionne correctement si ceux qui ont du pognon payent grassement le personnel politique pour s’assurer que celui-ci, non seulement ne les fera jamais chier, mais surtout mènera la barque (et en particulier le bon peuple en bâteau!) en favorisant éhonteusement leurs intérêts particuliers?

    Penses-tu une seule seconde que l’Europe aurait la sale tronche qu’elle a aujourd’hui et la politique de merde qui nous enfonce tous, si elle n’était pas complètement gangrenée par les forces de l’argent?

    Donc oui, les histoires d’enveloppes baladeuses (surtout quand elles ont généralement la taille d’une bonne grosse Samsonite famililae) sont tout, sauf anecdotiques!

    Réponse
  8. le motif est vraiment foireux, cela va finir en pétard mouillé, s’il y avait une volonté d’aboutir il aurait fallu attaquer sur financement illégal de campagne et sur la forfaiture qu’ a constitué le harcèlement policier de l’ex comptable qui n’était entendue que comme témoin

    Réponse
  9. Pour avoir fréquenté des gens atteints d’Alzheimer (mes parents, hélas), je sais que leur comportement se limite de plus en plus à reproduire leurs plus anciennes habitudes…

    Le seul vrai scandale, c’est qu’il existe des gens en situation de demander à leurs domestiques d’aller chercher quelques centaines de milliers d’euros en liquide à la banque.

    Réponse
  10. Je suis désolé d’avoir à dire ça car vos textes bien souvent me touchent, mais là votre post est en-dessous des propos de comptoir.

    Non seulement vous ne connaissez pas le sens des termes que vous employez – mise en examen, inculpation, non-lieu – mais vos propos et ce qu’ils impliquent concernant les principes fondamentaux de la justice sont exactement sur la même ligne que ceux tenus par la bande de Sarko depuis hier… C’est assez désolant.

    Réponse
  11. tungstene post 9
    "s’il y avait une volonté d’aboutir il aurait fallu attaquer sur financement illégal de campagne"
    C’est prescrit au-delà de 3 ans, donc ballepeau pour ce motif.
    On peut croire que la justice est en train de rattrapper ça avec un motif plus criminel que politique et donc beaucoup moins prescriptible dans le temps ?

    Réponse
  12. Il ne faut pas perdre de vue qu’il y a quelques autres instructions en cours visant Sarko. Je ne suis pas certain que tout ceci vise à lui assurer un retour triomphal.
    Et même s’il ne faut pas trop se faire d’illusions sur l’institution judiciaire, j’ai l’impression qu’entre elle et Sarko le contentieux est très lourd (Dati garde des sceaux, tentative de suppression des juges d’instruction…).
    Par ailleurs, il est vrai que faire reposer une part de ton argumentation sur un distinguo mis en examen/inculpé qui n’existe pas, ce n’est pas fameux. Je pense que tu voulais seulement dire que le dossier d’instruction n’était pas clos et que Sarko est encore loin de comparaître devant un tribunal en ACCUSÉ. Ce qui est exact.
    Au plaisir de te lire.

    Réponse
  13. Attendons… Au-delà de ce cas particulier, on peut se poser la question de l’indépendance de la justice par rapport au pouvoir exécutif, et celle de l’exemplarité des politiciens (avec interdiction à vie de revenir dans la vie politique en cas de condamnation).

    A mon sens, tant que ces deux questions n’auront pas été réglées, il y aura toujours des soupçons…

    Réponse
  14. Est-ce qu’il abuse les gâteux du Conseil Constitutionnel ?

    Réponse
  15. Juste un, parce que cela concerne une personne dont j’ai repris le propos.

    Réponse
  16. Argghhh les liens vers Facebook ! Ca me fait penser à un des derniers articles de Reflets.

    Réponse
  17. Quand il dirigeait le pays ?, chaque jour le nom NicSark 18000 fois par jour, à l’antenne, dans les journaux, sur la toile, dans la conversation et dans ma tête il virevolte façon carrousel 10 mois plus tard.
    Combien ça coute une campagne de pub de cette envergure en payant les professionnels ? Et là, pour pas cher (peut-être une amende… et encore), le voilà relancé le petit manège.
    Avoir une actualité est très bien pour le politique, même si elle est négative. Et au moment de la décision, le nom ressurgit de "nulle part", vive la Magie (noire).
    L’ignorance volontaire devrait être au programme scolaire, même si là je fais une exception. Bonne journée.

    Réponse
  18. Mouais…
    Le plus triste, il me semble, c’est que des c**s vont encore voter pour lui, ça, ça m’afflige plus que d’une justice dont je n’attends plus rien…

    Réponse
  19. Là on surestime peut être l’énergumène. Je pense que pour une fois ce n’est pas lui qui dirige le scénario. Il subit. Il se serait bien passé de cette mise en examen, lui qui pavanait en novembre après sa première confrontation où le juge ne pouvait pas le coincer. Il a crié victoire un peu trop vite, et surtout il a eu le tort d’humilier le fameux juge, en déclarant en fin d’audience que le juge avait confondu Liliane Bettencourt avec Ingrid Bétancourt en analysant son agenda.
    Si le magistrat est un carriériste, Sarkozy aurait dû y penser. Un carriériste c’est comme un sanglier : si tu le blesses, si tu égratignes sa réputation sans avoir pu le neutraliser, t’es mal barré 🙂
    En disant cela, je suis sans doute mauvaise langue : le juge peut être parfaitement intègre et impartial et avoir raison de choisir ce chef d’accusation pour les poursuites (ce n’est pas non plus très exotique : ils sont nombrés a avoir été poursuivis pour cela les mecs qui tournaient autour de Liliane après le décès de son mari, et bien qu’on connaisse la grande humanité compassionnelle de Sarko avec les veuves, il n’est pas absurde de vérifier judiciairement que le fait d’accorder un rdv pour une visite de charité sans caméra dans un emploi du temps de ministre en campagne électorale était bien motivée par une vraie générosité désintéressée..).
    On peut condamner un malfrat, qu’on soupçonne d’avoir braqué la banque, même si on a aucune preuve, parce que l’enquête montre qu’il a au moins grillé un feu rouge aux abords de la banque ce jour là. Du point de vue de la justice, la condamnation s’écarte beaucoup du problème principal, mais on peut comprendre qu’un juge fasse du zèle vis à vis de ce genre de personnage, qui passait toujours entre les gouttes jusqu’ici (autour de lui Woerth, Gaubert et cie sont tombés comme des mouches, quant au procureur de Nanterre et les flics et RG qui se sont vu reprocher l’espionnage des journalistes, ils sont moins fringants aujourd’hui..)

    Ceci dit, il vaut mieux toujours surestimer Sarkozy. Il est toujours ressorti plus fort de situations lors desquelles les médias l’avaient trop vite enterré, comme dans les scénarios hollywoodiens les plus invraisemblables. C’est un peu l’Arsène Lupin de la politique.

    Un mec comme Hervé Gaymard s’est fait dégommer à cause du loyer de son d’appartements. Sarkozy a survécu au financement de la campagne de Balladur par les contrats d’armements, à l’histoire de son appartement sur l’ile de la Jatte, à l’embrasement des banlieues suites à ses outrances verbales (le fameux karcher) puis à toutes les polémiques/affaires de son quinquennat. Il est clair que tout ce qui ne tue pas rend plus fort, et donc s’il est relaxé à la fin de cette affaire, il sera à nouveau inarretable..

    Réponse
  20. petit écran de fumée post 21
    "Là on surestime peut être l’énergumène. Je pense que pour une fois ce n’est pas lui qui dirige le scénario. Il subit."
    +1 et même…

    Dans ce genre de pataquèse on peut aussi penser à 1984 de G Orwells,..
    Quel est la part réelle des protagonistes par rapport au système même qui les abrite ?
    Ni le juge, ni l’ex ne sont peut-être complices l’un de l’autre mais ne sont-ils pas tous deux complices "fonctionnels" de ce système ?
    Un peu comme chacun de nous qui le subissons ?

    Retour donc à la phrase de Martin Scribe :
    "Le langage du Pouvoir est un piège redoutable. On ne peut pas penser en ses termes et penser contre lui longtemps. On ne peut même pas penser sa propre condition avec son vocabulaire."

    Réponse
  21. @agnès : "This content is currently unavailable
    The page you requested cannot be displayed right now. It may be temporarily unavailable, the link you clicked on may have expired, or you may not have permission to view this page.
    Sign Up for Facebook"

    Réponse
  22. Pour revenir à cette pièce de théâtre de bas niveau, on a au moins acquis une certitude irréfutable. Il est clair que cet évènement imprévu au scénario a fait sortir le loup du bois.

    On a droit à une belle improvisation tragi-comique depuis vendredi, avec la meute enrôlée comme un seul homme pour hurler au scandale, à l’injustice, à l’infamie et à la dictature ! Comme ce sont justement les mêmes qui sévissaient dans l’administration précédente, on peut comprendre qu’ils savent de quoi ils parlent quand ils parlent de tyrannie…
    L’UMP ressemble aux spectateurs du Sporting Club de Bastia qui envahit le stade pour contester la décision de l’arbitre.. . C’est classe !
    Les médias sont contents, y a du spectacle..

    Sarko ne va plus pouvoir continuer à minauder, et le médias ne pourront plus continuer à s’interroger avec leur fausse naïveté sur les intentions réelles de Sarko pour la suite de sa carrière.
    Si il n’avait pas en tête 2017 en se rasant tous les matins, cette mise en examen ne serait qu’une péripétie. Ce n’est pas un mise en examen anecdotique qui pourrait en effet compromettre la belle carrière qui s’offre à lui au Qatar (ou en Libye..) . Là il joue gros. Il joue son éligibilité. Et pourquoi il ne pense qu’à 2017? Sans doute pour retrouver au plus vite l’immunité présidentielle, celle qui lui permet de se raser tous les matins sans craindre de recevoir dans la journée une prochaine convocation chez les juges…

    Il est quand même sympa ce scénario…

    Réponse
  23. "On ne peut en ce monde choisir le rang où l’on doit naître, ni les occupations et le sort avec lesquels on doit vivre. Aussi, pour louer comme pour blâmer les hommes, faut-il regarder non la situation dans laquelle ils sont, mais la manière dont ils s’y comportent; car la louange ou le blâme que reçoivent les hommes doivent venir de leur conduite et non de leur état. De même, dans une comédie ou une tragédie, on n’estime pas davantage celui qui tient le rôle du maître ou du roi que celui qui tient le rôle d’un serviteur, mais on considère seulement lequel le tient le mieux". (Guichardin, Ricordi)

    "Gentilhommes, si nous vivons, c’est pour marcher sur la tête des rois". (Shakespeare, Richard III)

    Un homme d’Etat est-il renvoyé devant la Justice par ses pairs (la chose est des plus banale: nous parlons d’un milieu où l’on n’accède pas sans l’appui d’amis plus mortels que ses ennemis, ni, à défaut de s’être sali les mains avec assez d’enthousiasme, avoir été pourvu sans trop rechigner d’un nombre suffisant de casseroles; où l’on ne se maintient que tant que l’on sert avec de zèle et de servilité): aussitôt la presse feint, pour quelques jours, de trouver une fois de plus la chose importante. Sera-t-il déchu? Quel nouveau valet du Pouvoir reprendra le rôle? Quel rebondissement s’en suivra? C’est qu’il en faut, et tenir le public en haleine.
    Depuis leur poulailler, les citoyens n’assistent, comme toujours, qu’au misérable spectacle de chaises musicales que leurs passivités impuissantes mérite: leur suffit leur liberté de se plaindre, bruyamment, ou de réclamer grotesquement une tête plutôt qu’une autre. Tous ne sont toutefois pas d’accord, et si parfois l’on casse bien quelques fauteuils, ça n’est jamais que sur la mauvaise tête d’un voisin. C’est qu’aux dépossédés de tout, on ménage l’essentiel: leur sainte et libre Opinion sur les talents de ceux qui sont sur la scène. Tous tremblent à l’idée de ce qu’il adviendrait si un mauvais acteur venait à mettre à mal la réputation de l’établissement Démocratie. Et d’autres attendent en coulisse: par dessus-tout, le spectacle doit continuer.

    En cette circonstance comme en toutes les autres, il ne s’en trouvera pas un pour envisager de déserter le théâtre; pour ne serait-ce que seulement détourner un moment un regard fasciné par les ascensions vertigineuses, les dégringolades spectaculaires, les résurrections épatantes, les traîtres repentis, les chausse-trappes, les escamotages, les jeux de ficelles, cables, manivelles et fils perdus retrouvés! (Dieu que ces planches sont hautes, et que les dorures sont brillantes! -J’y vois rien, passes-moi donc les jumelles, camarade!)

    Aucune mascarade judiciaire, pas plus qu’aucune élection, ne les lavera pourtant jamais de l’affront de s’être complus, et de persister dans la complaisance, à ne parvenir jamais qu’à vouloir être gouvernés.

    Réponse
  24. Citation pour citation, cette page fameuse et plus récente de Jean Cassou, écrite à propos d’autres consentants, tirée d’un ouvrage dont le titre suffit à lui seul à dire combien les électeurs la méritent:
    "Plus que les crimes qu’il peut commettre, ce qui dégrade un peuple et le mène aux abîmes, c’est l’envie de ne rien commettre du tout, l’abrutissement, la pusillanimité, le relachâge pire que la lâcheté, le consentement à la servitude, le consentement à n’importe quoi, l’acquiescement à tout ce qui arrivera, fût ce de l’ordure, parce qu’on n’y peut rien et que l’impuissance commande le devoir et que le devoir est de céder à la nécessité et tant pis si la nécessité et l’ordure c’est la même chose."
    Jean Cassou La Mémoire Courte, 1953

    Réponse
  25. Martin Scriblerus post 26
    "c’est l’envie de ne rien commettre du tout".

    Voilà, c’est ça.
    C’est un atavisme qui se poursuit au-delà de toutes les avancées culturelles possibles et inimaginables !
    Il est dans le gène, pas plus et pas moins, sans doute depuis notre état d’amybe ?

    Et cet état, qui paraît révolutionnairement contraire à toute évidence, est en fait le creuset véritable à la perpétuation de la Vie par elle-même.
    Voilà ce qui le rend si communément redoutable et indispensable pour chacun.

    Les jugements portés sur autrui sans le considérer ne peuvent qu’être des préjugés, des sentences, d’infernaux items menant à leur perte les peuples qui les professent.
    (Oups !) 😉

    Réponse
  26. Sarkozy s’il est condamné aura dépassé les quatre-vingt ans.

    S’il arrive à faire durer son affaire au-delà de 2017 il gagne 5 ans de tranquillité.

    Car même s’il n’est pas réélu , l’UMP sera tout de même requis par la finance pour fignoler le travail entrepris par Hollande et ses amis.
    (un bâton a deux extrémités)

    Réponse
  27. Sarkozy s’il est condamné aura dépassé les quatre-vingt ans.

    S’il arrive à faire durer son affaire au-delà de 2017 il gagne 5 ans de tranquillité.

    Car même s’il n’est pas réélu , l’UMP sera tout de même requis par la finance pour fignoler le travail entrepris par Hollande et ses amis.
    (un bâton a deux extrémités)

    Réponse
  28. "Car même s’il n’est pas réélu , l’UMP sera tout de même requis par la finance pour fignoler le travail entrepris par Hollande et ses amis."

    Et oui, c’est un combat perpétuel mené par chacun d’entre nous que de vivre en partage dans la liberté.
    Il est probable que chaque individu de chaque génération porte le sien selon les circonstances et non selon les dogmes aussi judicieux qu’ils puissent paraître momentanément.

    Quant au "punissage" de ceux qui, comme l’ex, sont au service de l’oppression, c’est trop ressembler à ceux-là même qu’on accuse !
    Il me semble même que de punir le(s) fantôche(s) agité(s) par ce système c’est le perpétuer dans sa forme autant que dans son fond.
    Il ne me paraît donc pas opportun de nous y attacher plus que de raison, malgré la satisfaction immédiate que cela peut nous procurer individuellement bien sûr.
    🙂

    « Indignez-vous »

    Réponse
  29. "Car même s’il n’est pas réélu , l’UMP sera tout de même requis par la finance pour fignoler le travail entrepris par Hollande et ses amis."

    Et oui, c’est un combat perpétuel mené par chacun d’entre nous que de vivre en partage dans la liberté.
    Il est probable que chaque individu de chaque génération porte le sien selon les circonstances et non selon les dogmes aussi judicieux qu’ils puissent paraître momentanément.

    Quant au "punissage" de ceux qui, comme l’ex, sont au service de l’oppression, c’est trop ressembler à ceux-là même qu’on accuse !
    Il me semble même que de punir le(s) fantôche(s) agité(s) par ce système c’est le perpétuer dans sa forme autant que dans son fond.
    Il ne me paraît donc pas opportun de nous y attacher plus que de raison, malgré la satisfaction immédiate que cela peut nous procurer individuellement bien sûr.
    🙂

    « Indignez-vous »

    Réponse
  30. Bien peur que l’actualité ne vous donne raison Dame Agnès… Hélas…

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de votre soutien

Soutenir Le Monolecte, concrètement!

Mon dernier livre

Comprendre l'antisémitisme
Version papier : 13€HT

Crédit photo couverture : ©Beth Jusino

Version numérique

Livre numérique Comprendre l'antisémitisme
Agnès Maillard
Le Monolecte
6,49 €

Mes réseaux sociaux

  • Mastodon
  • Seenthis
  • Sens Critique
  • Diaspora
  • Flickr
  • Instagram
  • LinkedIn
  • Page Facebook
  • Profil Facebook
  • Twitter
  • Viadéo

Catégories

Archives

mars 2013
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031