TOTAL domination

Il s’agit du vestibule discrètement sécurisé d’une de ces nombreuses bijouteries de centre-métropole qui se sont récemment métamorphosées en centrales de rachat d’or.

Crise du pétroleIl a la petite soixantaine burinée dans une mise simple, passe-partout : un jean de supermarché, des pompes de marche et une parka à peine suffisante pour lutter contre le froid mordant qui règne en maître sur les trottoirs verglacés de la ville. Il est déjà en pleine négociation quand nous arrivons par le sas calfeutré. On se range dans un coin, discrètement, mais en fait, il ne nous voit pas. Tout ce qu’il voit, c’est cette bague sur la petite balance électronique :

  • Franchement, je ne peux pas vous en donner un prix, là comme ça. Il me faudrait dessertir la pierre pour pouvoir peser l’or.
  • Oui, d’accord, mais combien pour la pierre ?
  • Rien, elle ne vaut rien. C’est pour cela qu’il faut que je l’enlève pour pouvoir peser l’or.

Le vieux accuse le coup. Je le vois bien, il y a 30 ou 40 ans, quand tout allait bien, quand il avait la vie devant lui et toutes ses belles promesses à portée de la main. Je le vois bien en train d’acheter cette bague pour la femme de sa vie. Je suis certaine qu’il y a mis une bonne partie de sa paie de l’époque. Une vraie bague, en or, pour lui dire je t’aime.

  • Il faut bien que vous compreniez que je ne remonterai pas la bague ensuite, même si on ne l’achète pas.

Elle a l’âge auquel on se fait offrir des bagues en or en gage d’amour. Elle adopte le ton professionnel de l’habitude, mais je suis certaine, en même temps, qu’elle voit parfaitement ce qui se joue devant elle. Probablement l’habitude, aussi. Elle est plutôt douce, dans son attitude. Terriblement douce.

  • Vous êtes d’accord pour que j’enlève la pierre ?
  • Oui, oui, allez-y !

Du même ton que celui que l’on prend pour répondre au dentiste avant de se retrouver la mâchoire à l’air, une canule aspirant goulûment la salive au coin des lèvres.

On commence à se réchauffer un peu. Nos regards se croisent, en silence : nous connaissons la valeur des enjeux qui habitent ce vestibule baigné de lumière savamment agencée.

  • Bon, maintenant, il faut que je teste l’or de la bague. Je sais que c’est de l’or, il y a un poinçon, là. Mais je dois frotter l’anneau pour voir si c’est du 18 ou du 14 carats. Ce n’est pas le même prix, vous savez.

Au prix où il l’a payé, il est certain que c’est du 18. Mais l’acide n’est pas d’accord avec lui.

  • C’est du 14… au prix du gramme, cela nous fait 63 €.

Même nous, on entend le petit clac de son cœur qui hésite, qui renâcle, qui se révolte, le temps d’un demi-battement. Nous avons tous compris, dans cette pièce, à quel point ce n’est pas du tout ce à quoi il s’attendait. Elle patiente avec une intensité rare. Le temps que ses épaules à lui s’effondrent encore un peu. Comme sous une immense chape de résignation.

  • Vous préférez du liquide ?

Comme la plupart des gens qui se pressent silencieusement ici, oui, il préfère du liquide.

63 €. Même pas de quoi se payer un plein de carburant.
Nous, on a eu de la chance, on a gratté de quoi remplir la cuve de fioul jusqu’à la fin de l’hiver.

  • Vous voulez récupérer la pierre ?

Je ne sais même plus s’il a tendu la main ou s’il l’a laissé derrière lui, sur la petite table, sans un regard en arrière.

Powered by ScribeFire.

58 réponses
  1. pupuce
    pupuce dit :

    Anecdote :
    Je me souviens gamine, vingt ans et déjà bien dans la merde (on s’y fait…mal, mais on s’y fait), j’ai vendu comme ça un bracelet, seul cadeau que mon père (cinquante ans bien passés et bien plus d’une Rollex) m’ait jamais offert.
    Je pensais en tirer de quoi payer un demi loyer, niaise que j’étais…
    ça n’a pas payé l’Edf de mon petit studio de l’époque.
    Et puis j’ai revu mon père.
    Ne trouvant pas le précieux cadeau à mon poignet il m’a poussée aux aveux.
    Crois-tu qu’il m’aurait aidée?
    Non.
    Il a hurlé comme un putois avant de me déclarer officiellement fille indigne.
    Il y a bien douze ans que je ne l’ai pas revu. Je ne m’en porte pas plus mal, et force est de constater que je ne me serais pas mieux portée de l’inverse.
    La seule chose que je veux revoir de lui, c’est son notaire…
    Quant à mes petits bijoux de femme, offerts depuis par des amoureux suffisamment transis pour aller au manège à bijoux de Leclerc mais pas assez pour assumer les fruits de nos amours (on dit que les filles recherchent la copie de leur père, et bin je l’ai trouvée deux fois, comme quoi c’est pas si rare, laule), je les garde. Ils ne valent rien, à peine le prix des promesses qu’ils étaient sensés représenter, ça fera du stock de "je t’aime" qui brillent pour mes gamins quand ils seront amoureux à leur tour.
    (ne vendez pas vos bijoux, les seuls qui se revendent bien ne sont pas ceux des pauvres, de toute manière)
    (et tant qu’à en acheter, si ça doit avoir une autre valeur que celle de la promesse de l’instant où on les offre, mieux vaut se saigner pour une belle petite pièce de joaillerie une seule fois que fournir dix parures complètes de grande distribution au cours d’une même vie)

    Répondre
  2. pupuce
    pupuce dit :

    Anecdote :
    Je me souviens gamine, vingt ans et déjà bien dans la merde (on s’y fait…mal, mais on s’y fait), j’ai vendu comme ça un bracelet, seul cadeau que mon père (cinquante ans bien passés et bien plus d’une Rollex) m’ait jamais offert.
    Je pensais en tirer de quoi payer un demi loyer, niaise que j’étais…
    ça n’a pas payé l’Edf de mon petit studio de l’époque.
    Et puis j’ai revu mon père.
    Ne trouvant pas le précieux cadeau à mon poignet il m’a poussée aux aveux.
    Crois-tu qu’il m’aurait aidée?
    Non.
    Il a hurlé comme un putois avant de me déclarer officiellement fille indigne.
    Il y a bien douze ans que je ne l’ai pas revu. Je ne m’en porte pas plus mal, et force est de constater que je ne me serais pas mieux portée de l’inverse.
    La seule chose que je veux revoir de lui, c’est son notaire…
    Quant à mes petits bijoux de femme, offerts depuis par des amoureux suffisamment transis pour aller au manège à bijoux de Leclerc mais pas assez pour assumer les fruits de nos amours (on dit que les filles recherchent la copie de leur père, et bin je l’ai trouvée deux fois, comme quoi c’est pas si rare, laule), je les garde. Ils ne valent rien, à peine le prix des promesses qu’ils étaient sensés représenter, ça fera du stock de "je t’aime" qui brillent pour mes gamins quand ils seront amoureux à leur tour.
    (ne vendez pas vos bijoux, les seuls qui se revendent bien ne sont pas ceux des pauvres, de toute manière)
    (et tant qu’à en acheter, si ça doit avoir une autre valeur que celle de la promesse de l’instant où on les offre, mieux vaut se saigner pour une belle petite pièce de joaillerie une seule fois que fournir dix parures complètes de grande distribution au cours d’une même vie)

    Répondre
  3. RiGeL
    RiGeL dit :

    Pfffff ! J’aime bien quand tu écris, mais franchement, ton histoire, elle est vraiment pas drôle. Ce que je n’arrive pas à saisir, c’est comment on peut en arriver là, avec un tel niveau de résignation et d’individualisme (on appelle aussi ça de l’égoïsme quand on n’est pas habitué à la novlangue), qui font que personne ne songe à remettre ce putain de système en cause. (je m’inclus dans ceux qui laissent faire, et qui évitent de trop regarder. En fait, c’est ça, je crois, le plus dur, s’apercevoir que les autres sont des salauds, et qu’au final, on vaut pas mieux qu’eux).

    Répondre
  4. smolski
    smolski dit :

    4. Le mardi 28 février 2012, 13:11 par RiGeL
    "s’apercevoir que les autres sont des salauds, et qu’au final, on vaut pas mieux qu’eux"

    C’est loin de valoir notre compte à chacun.
    Les salauds sont ceux qui perpétuent ce système, non par ignorance, non par besoin, non par manque de combativité même, les salauds sont ceux qui n’en visent d’abord qu’à en tirer tout le profit possible pour eux-mêmes, profit matériel, profit de puissance, profit de bonne conscience contre autrui.

    La pauvreté n’est pas sans jalousie à l’identique de celle des plus nantis.
    Et cette jalousie-là, pour les uns comme pour les autres, il n’est pas possible de l’atteindre autrement que par devers soi, seul.

    Répondre
  5. smolski
    smolski dit :

    4. Le mardi 28 février 2012, 13:11 par RiGeL
    "s’apercevoir que les autres sont des salauds, et qu’au final, on vaut pas mieux qu’eux"

    C’est loin de valoir notre compte à chacun.
    Les salauds sont ceux qui perpétuent ce système, non par ignorance, non par besoin, non par manque de combativité même, les salauds sont ceux qui n’en visent d’abord qu’à en tirer tout le profit possible pour eux-mêmes, profit matériel, profit de puissance, profit de bonne conscience contre autrui.

    La pauvreté n’est pas sans jalousie à l’identique de celle des plus nantis.
    Et cette jalousie-là, pour les uns comme pour les autres, il n’est pas possible de l’atteindre autrement que par devers soi, seul.

    Répondre
  6. saxo
    saxo dit :

    Moi, ça me viendrait pas à l’idée d’acheter un bijou. la première arnaque elle est là.
    Alors en revendre au prix de la matière première… et s’attendre à en tirer un bon prix…
    Bon je veux bien que la vision de ce gars se faisant arnaquer, ça soit triste (tu le décris très bien), mais bon, quand tu décides de revendre tes métaux au poids, faut pas s’attendre à toucher le pactole, à moins d’en avoir des tonnes.
    Pas que je sois insensible mais quand même…

    Répondre
  7. saxo
    saxo dit :

    Moi, ça me viendrait pas à l’idée d’acheter un bijou. la première arnaque elle est là.
    Alors en revendre au prix de la matière première… et s’attendre à en tirer un bon prix…
    Bon je veux bien que la vision de ce gars se faisant arnaquer, ça soit triste (tu le décris très bien), mais bon, quand tu décides de revendre tes métaux au poids, faut pas s’attendre à toucher le pactole, à moins d’en avoir des tonnes.
    Pas que je sois insensible mais quand même…

    Répondre
  8. kinou
    kinou dit :

    M….,je n’osais pas en tirer des conclusions,mais si vous étiez dans cette boutique,c’est que vous avez des" soucis"….
    Moche cette putain de vie.
    Je peux faire quelque chose pour vous?

    Répondre
  9. kinou
    kinou dit :

    M….,je n’osais pas en tirer des conclusions,mais si vous étiez dans cette boutique,c’est que vous avez des" soucis"….
    Moche cette putain de vie.
    Je peux faire quelque chose pour vous?

    Répondre
  10. herve_02
    herve_02 dit :

    @Agnès

    Les détrousseurs de presque cadavres font fureur, il ne se passe pas une semaine sans que l’on reçoive dans sa boite au lettre une pub, qu’on la voie dans un journal ou à la télé chez des amis. Nous sommes arrivés bien bas.

    Incidemment j’ai appris qu’il y avait une taxe de 8% sur la vente de métal précieux. Pour sucer la moelle des presque cadavres, c’est révoltant…

    La seule solution effectivement c’est de les sortir, mais pas par les urnes, par les cercueils… Il va falloir y aller pour de bon, pour nos enfants, pour nous c’est mort. Quand tu n’as plus rien à perdre, ne pas partir seul.

    Répondre
  11. herve_02
    herve_02 dit :

    @Agnès

    Les détrousseurs de presque cadavres font fureur, il ne se passe pas une semaine sans que l’on reçoive dans sa boite au lettre une pub, qu’on la voie dans un journal ou à la télé chez des amis. Nous sommes arrivés bien bas.

    Incidemment j’ai appris qu’il y avait une taxe de 8% sur la vente de métal précieux. Pour sucer la moelle des presque cadavres, c’est révoltant…

    La seule solution effectivement c’est de les sortir, mais pas par les urnes, par les cercueils… Il va falloir y aller pour de bon, pour nos enfants, pour nous c’est mort. Quand tu n’as plus rien à perdre, ne pas partir seul.

    Répondre
  12. Tsé
    Tsé dit :

    sur le même sujet en octobre dernier…
    http://tseaparis.typepad.fr/carnet_
    Depuis, un petit fleuriste en faillite vient d’être remplacé par d’autres voleurs d’or.
    La qualité du bijou (supermarché ou bijouterie tradi..) n’a rien à voir dans son rachat au poids et à 5 fois moins de la valeur du cours de l’or. On voit qu’ils se sont même installés en province les vampires. On ne les achetait généralement pas en pensant à l’investissement mais à faire plaisir.
    Le plumé fera juste un plein cette fois-ci (plein de loyer, de frigo, de gazofa, de soins…). Et après ?

    Les pierres précieuses ou semi-précieuses se vendent aussi au poids : ils auraient dû la reprendre au lieu de laisser le voleur se faire un trésor de guerre supplémentaire.

    Répondre
  13. Tsé
    Tsé dit :

    sur le même sujet en octobre dernier…
    http://tseaparis.typepad.fr/carnet_
    Depuis, un petit fleuriste en faillite vient d’être remplacé par d’autres voleurs d’or.
    La qualité du bijou (supermarché ou bijouterie tradi..) n’a rien à voir dans son rachat au poids et à 5 fois moins de la valeur du cours de l’or. On voit qu’ils se sont même installés en province les vampires. On ne les achetait généralement pas en pensant à l’investissement mais à faire plaisir.
    Le plumé fera juste un plein cette fois-ci (plein de loyer, de frigo, de gazofa, de soins…). Et après ?

    Les pierres précieuses ou semi-précieuses se vendent aussi au poids : ils auraient dû la reprendre au lieu de laisser le voleur se faire un trésor de guerre supplémentaire.

    Répondre
  14. Camille
    Camille dit :

    Moutons, le système vous convoque le 22 avril pour que vous lui renouveliez votre confiance. Veuillez vous mettre en rang devant l’isoloir.

    N’hésitez pas à profiter du déplacement pour donner votre sang au CNTS du coin et prendre votre carte de donneur d’organes.

    Répondre
  15. smolski
    smolski dit :

    14. Le mardi 28 février 2012, 22:35 par herve_02
    "Quand tu n’as plus rien à perdre, ne pas partir seul."

    Post8 :
    "La pauvreté n’est pas sans jalousie à l’identique de celle des plus nantis."
    Voilà ce qui fait perdurer le même système inique, conserver en chacun le même raisonnement :
    « ce que l’autre a, je le veux ou je détruis tout ».

    Contre le système actuel, les luttes de combats de rue et autres sont nécessaires à mener, mais, sinon à devenir un simple reflet pervers de leur aspiration légitime au changement, elles doivent absolument se montrer aussi généreuses qu’elles le proclament envers tous et ne pas en interdire l’accès fraternel à ceux qui ne sont pas totalement du même avis d’actions pour la même lutte.

    C’est là aussi le combat à mener d’abord contre soi, combat dont nous restons redevables à nos enfants pour la réussite de l’instauration d’un réel système social différent : un système de partage équitable.
    Pas le plus simple à mener semble-t’il, un conditionnement atavique d’auto-satisfaction peut-être ?

    Répondre
  16. pupuce
    pupuce dit :

    @ Floréale

    de bonnes chances de mourir après mon paternel… même pas sûre.
    rapport que mes parents, eux, prennent bien soin de leur santé…chose que je peux pas me permettre.
    eux ils ont eu des bons jobs, des belles carrières, ils ont toujours eu une mutuelle, ils n’ont jamais du renoncer à aucun soin, et ils sont toujours couverts aujourd’hui avec une jolie retraite en prime. Et c’est pas ce que leurs gosses leur ont coûté qui les aura handicapés, en plus, les salopards.

    C’est pas pour moi que j’attends le notaire, c’est pour mes gosses…moi mon cas est réglé. Certaines choses se font seulement durant l’enfance et la jeunesse, c’est pas à 35 berges qu’on rattrape tout ça.
    Aux suivants.

    Répondre
  17. pupuce
    pupuce dit :

    @ Floréale

    de bonnes chances de mourir après mon paternel… même pas sûre.
    rapport que mes parents, eux, prennent bien soin de leur santé…chose que je peux pas me permettre.
    eux ils ont eu des bons jobs, des belles carrières, ils ont toujours eu une mutuelle, ils n’ont jamais du renoncer à aucun soin, et ils sont toujours couverts aujourd’hui avec une jolie retraite en prime. Et c’est pas ce que leurs gosses leur ont coûté qui les aura handicapés, en plus, les salopards.

    C’est pas pour moi que j’attends le notaire, c’est pour mes gosses…moi mon cas est réglé. Certaines choses se font seulement durant l’enfance et la jeunesse, c’est pas à 35 berges qu’on rattrape tout ça.
    Aux suivants.

    Répondre
  18. Zeratul
    Zeratul dit :

    Donnez-moi une seule bonne raison pour laquelle vos tortionnaires se remettraient en question en quoi que ce soit tant que vous continuerez à manger dans leur main ?

    So be it.

    Répondre
  19. Zeratul
    Zeratul dit :

    Donnez-moi une seule bonne raison pour laquelle vos tortionnaires se remettraient en question en quoi que ce soit tant que vous continuerez à manger dans leur main ?

    So be it.

    Répondre
  20. Povcon Cassé
    Povcon Cassé dit :

    "Yep, la seule solution, c’est de foutre dehors ceux qui créent cette situation et se décider à passer un nouveau contrat social."

    Quand ils ne seront plus là, qu’on les aura démolis, qu’ils boufferont les pissenlits par la racine…. (Mama Béa 1978 ! Attention, dernière minute dangereuse pour les tympans)
    http://youtu.be/w-ONF7SqM10

    Répondre
  21. Floréale
    Floréale dit :

    @ pupuce
    Les miens aussi, pour se dorloter ils se dorlotent! ça fait plus de 30 ans qu’ils sont rentiers avec leur retraites de luxe, cure de ceci, cure de cela, mutuelle qui les couvre à 100%, petits voyages, croisières, femme de ménage…
    Je n’arriverais jamais à leur âge canonique de plus de 85 ans, ça je le sais déjà! Et j’aurais un quart de leur retraite, une misère!
    Assis sur leur magot, ils me balancent généreusement une aumône mensuelle vu que je suis malade, du moment qu’ils vont bien eux… Comme ils balanceraient un os à un chien. Eux ils vivent bien, moi j’ai à peine de quoi survivre, mais pour moi, c’est bien assez bon. Pour moi le minimum a toujours été bien assez bon. Pour mon frère par contre, rien n’était jamais trop beau, mais lui n’est-ce pas, c’était un garçon.

    C’est bien pratique un repoussoir bouc-émissaire dans une famille, ça permet de lui faire endosser toutes les fautes, à commencer par celles qui ne sont pas les siennes.
    C’est drôle, quand je pense à eux, je pense à "ces gens là et à leur fils", comme si j’étais une pièce rapportée, extérieure à "leur" famille, ce trio infernal.

    C’est tout à fait vrai, certaines choses se font pendant l’enfance et la jeunesse, après ça ne se rattrappe plus.

    Répondre
  22. Floréale
    Floréale dit :

    @ pupuce
    Les miens aussi, pour se dorloter ils se dorlotent! ça fait plus de 30 ans qu’ils sont rentiers avec leur retraites de luxe, cure de ceci, cure de cela, mutuelle qui les couvre à 100%, petits voyages, croisières, femme de ménage…
    Je n’arriverais jamais à leur âge canonique de plus de 85 ans, ça je le sais déjà! Et j’aurais un quart de leur retraite, une misère!
    Assis sur leur magot, ils me balancent généreusement une aumône mensuelle vu que je suis malade, du moment qu’ils vont bien eux… Comme ils balanceraient un os à un chien. Eux ils vivent bien, moi j’ai à peine de quoi survivre, mais pour moi, c’est bien assez bon. Pour moi le minimum a toujours été bien assez bon. Pour mon frère par contre, rien n’était jamais trop beau, mais lui n’est-ce pas, c’était un garçon.

    C’est bien pratique un repoussoir bouc-émissaire dans une famille, ça permet de lui faire endosser toutes les fautes, à commencer par celles qui ne sont pas les siennes.
    C’est drôle, quand je pense à eux, je pense à "ces gens là et à leur fils", comme si j’étais une pièce rapportée, extérieure à "leur" famille, ce trio infernal.

    C’est tout à fait vrai, certaines choses se font pendant l’enfance et la jeunesse, après ça ne se rattrappe plus.

    Répondre
  23. John
    John dit :

    « C’est tout à fait vrai, certaines choses se font pendant l’enfance et la jeunesse, après ça ne se rattrappe plus. »

    Bien d’accord. Les vieux, il faudrait les tuer à la naissance !

    Répondre
  24. Floréale
    Floréale dit :

    Plus les vieux que les vieilles d’ailleurs, vu que les femmes touchent en moyenne des retraites inférieures de 40% à celles des hommes et que ce sont majoritairement elles qui sont au minimum vieillesse, c’est pas ce qu’elles coûtent aux jeunes générations.

    Répondre
  25. smolski
    smolski dit :

    22. Le mercredi 29 février 2012, 14:47 par Floréale
    "certaines choses se font pendant l’enfance et la jeunesse"

    La vie est un bloc, elle n’est pas faite de temps qui s’enfuient, mais de temps qui s’accumulent.
    Certaines choses se font « après » l’enfance et la jeunesse et elles prennent aussi toute leur place.
    Soyons valeureux de nous-mêmes. 🙂

    Répondre
  26. smolski
    smolski dit :

    22. Le mercredi 29 février 2012, 14:47 par Floréale
    "certaines choses se font pendant l’enfance et la jeunesse"

    La vie est un bloc, elle n’est pas faite de temps qui s’enfuient, mais de temps qui s’accumulent.
    Certaines choses se font « après » l’enfance et la jeunesse et elles prennent aussi toute leur place.
    Soyons valeureux de nous-mêmes. 🙂

    Répondre
  27. pupuce
    pupuce dit :

    @ Smolski:
    Certaines choses se font « après » l’enfance et la jeunesse et elles prennent aussi toute leur place.

    >>>LOL!

    (je répondrais bien plus avant mais Agnès serait obligée de me rappeler la charte. mouahaha. )

    (bisou bisou, gentil bisounours)

    et sinon @John :
    non, faut pas les tuer à la naissance, même si la blague est cocasse, mais y’a une urgence à stériliser, oui.
    quand les cons auront enfin pigé que la seule chose à privilégier c’est leurs gosses au lieu de les traiter au mieux comme des objets encombrants et au pire comme de la merde, on aura fait un grand pas.
    tant qu’ils pigent pas, je pense qu’une stérilisation massive sans consentement ça réduirait déjà franchement les dégâts.
    ceux d’entre eux qui veulent pourront toujours aller adopter en afrique si la fibre parentale leur pousse.
    (quoi? puisque certaines choses se vivent et se font après l’enfance, n’hésitez plus, adoptez des petits orphelins affamés de douze à dix huit ans, allons!)
    (comment vous dites? je vous entends mal, ça doit être le côté faux cul qui brouille la réception)

    big LAULE les gens.

    Répondre
  28. pupuce
    pupuce dit :

    @ Smolski:
    Certaines choses se font « après » l’enfance et la jeunesse et elles prennent aussi toute leur place.

    >>>LOL!

    (je répondrais bien plus avant mais Agnès serait obligée de me rappeler la charte. mouahaha. )

    (bisou bisou, gentil bisounours)

    et sinon @John :
    non, faut pas les tuer à la naissance, même si la blague est cocasse, mais y’a une urgence à stériliser, oui.
    quand les cons auront enfin pigé que la seule chose à privilégier c’est leurs gosses au lieu de les traiter au mieux comme des objets encombrants et au pire comme de la merde, on aura fait un grand pas.
    tant qu’ils pigent pas, je pense qu’une stérilisation massive sans consentement ça réduirait déjà franchement les dégâts.
    ceux d’entre eux qui veulent pourront toujours aller adopter en afrique si la fibre parentale leur pousse.
    (quoi? puisque certaines choses se vivent et se font après l’enfance, n’hésitez plus, adoptez des petits orphelins affamés de douze à dix huit ans, allons!)
    (comment vous dites? je vous entends mal, ça doit être le côté faux cul qui brouille la réception)

    big LAULE les gens.

    Répondre
  29. Floréale
    Floréale dit :

    @ smolski
    Certaines choses se font « après » l’enfance et la jeunesse et elles prennent une place énormes qu’elles ne devraient pas tenir. Quand durant l’enfance et l’adolescence le traitement que vous avez reçu n’était pas correct, tout est faussé. De sorte que lorsqu’enfin vous réussissez à vous en débarrasser, il est trop tard et il n’est même pas certain que vous arriviez à l’âge du minimum vieillesse en échange de tout ce qui a bousillé votre vie.

    Répondre
  30. Floréale
    Floréale dit :

    @ smolski
    Certaines choses se font « après » l’enfance et la jeunesse et elles prennent une place énormes qu’elles ne devraient pas tenir. Quand durant l’enfance et l’adolescence le traitement que vous avez reçu n’était pas correct, tout est faussé. De sorte que lorsqu’enfin vous réussissez à vous en débarrasser, il est trop tard et il n’est même pas certain que vous arriviez à l’âge du minimum vieillesse en échange de tout ce qui a bousillé votre vie.

    Répondre
  31. smolski
    smolski dit :

    27. Le mercredi 29 février 2012, 22:09 par Floréale
    "elles prennent une place énormes qu’elles ne devraient pas tenir."
    Pour la vraie vie, personne ne peut en connaître d’autrui le poids réel sans se rencontrer, et encore…

    Pour en revenir au temps dont vous releviez l’inéluctable, le cumul des années est avant tout la totalité de ce que nous sommes aujourd’hui, pourquoi s’en défier ?
    Le temps n’est pas un vain passage obligé, il est ce que nous parvenons à être entièrement par nous-mêmes, certainement un peu plus fou qu’à notre naissance, certainement un peu moins esclave peut-être ? Selon la façon de chacun.
    C’était le sens de mon intervention sur vos propos, Floréale et pupuce.

    @ Floréale
    J’essaie dans toutes mes réponses d’atteindre le moins possible aux personnes qui s’expriment et je m’attache à échanger librement ce qui est écrit librement sur ce blog merveilleusement libertaire.
    Pardon si cela vous a mené à ressentir de la sécheresse à votre égard.

    Joel

    Répondre
  32. smolski
    smolski dit :

    27. Le mercredi 29 février 2012, 22:09 par Floréale
    "elles prennent une place énormes qu’elles ne devraient pas tenir."
    Pour la vraie vie, personne ne peut en connaître d’autrui le poids réel sans se rencontrer, et encore…

    Pour en revenir au temps dont vous releviez l’inéluctable, le cumul des années est avant tout la totalité de ce que nous sommes aujourd’hui, pourquoi s’en défier ?
    Le temps n’est pas un vain passage obligé, il est ce que nous parvenons à être entièrement par nous-mêmes, certainement un peu plus fou qu’à notre naissance, certainement un peu moins esclave peut-être ? Selon la façon de chacun.
    C’était le sens de mon intervention sur vos propos, Floréale et pupuce.

    @ Floréale
    J’essaie dans toutes mes réponses d’atteindre le moins possible aux personnes qui s’expriment et je m’attache à échanger librement ce qui est écrit librement sur ce blog merveilleusement libertaire.
    Pardon si cela vous a mené à ressentir de la sécheresse à votre égard.

    Joel

    Répondre
  33. pupuce
    pupuce dit :

    Floréale 😉
    (y’a développement personnel -voire bouddhisme- inside, cherche pas, tu passeras jamais au delà d’une croyance…opium du peuple, ma chère. la routine…)

    Répondre
  34. smolski
    smolski dit :

    29. Le jeudi 1 mars 2012, 08:18 par Floréale
    "Vous êtes complètement à côté de ce dont nous parlions elle et moi mais peu importe."
    Voilà, c’est exactement cela, nous ne sommes pas à répondre de nous et de nos vies privées, quelque soit les témoignages apportés.

    Il me semble que la vocation d’un blog public est de susciter des échanges de points de vue sur ce qu’inspire les écrits des intervenants, non de s’arquebouter insolemment sur des propositions faites pour tous, ni de prodiguer des conseils, ni bien sûr de s’aviser à porter des jugements sur les personnes qui y participent. Peut-être pouvons-nous tout de même en répondre, mais alors de la manière la plus amusée qu’il soit possible, sans prétention à la raison, comme on le fait entre personnes physiques dans la vraie vie, avec un sourire.

    À noter que plus les points de vue échangés sont différents, plus ils font la richesse d’un blog entretenu correctement.
    Merci à Agnès de s’y dévouer et merci de ses écrits qui l’inspirent merveilleusement. 🙂

    PS :
    Bouddhiste, intégriste, catho moi ?
    Va falloir pour m’y mener d’abord m’tirer par la queue plus fort encore… de ch’wal bien sûr !
    😀

    Répondre
  35. Golf
    Golf dit :

    Bah, t’inquiètes pas, miss Pupuce : quand tu as faim pour de vrai ou froid pour de vrai, l’opium du peuple ne fonctionne plus.

    Les vrais pauvres n’ont même pas le luxe des illusions.

    Répondre
  36. RiGeL
    RiGeL dit :

    @Pupuce
    quand les cons auront enfin pigé que la seule chose à privilégier c’est leurs gosses au lieu de les traiter au mieux comme des objets encombrants et au pire comme de la merde, on aura fait un grand pas.
    tant qu’ils pigent pas, je pense qu’une stérilisation massive sans consentement ça réduirait déjà franchement les dégâts.

    Par expérience, on est toujours le con de quelqu’un, d’ou l’intérêt de se méfier de ce qu’on souhaite.

    @smolski

    "Certaines choses se font « après » l’enfance et la jeunesse et elles prennent aussi toute leur place."

    Oui, genre les enfants. Mais ça, je crois pas qu’elle ait envie de l’entendre. D’ou la réaction de violence réprimée.

    Répondre
  37. RiGeL
    RiGeL dit :

    @Pupuce
    quand les cons auront enfin pigé que la seule chose à privilégier c’est leurs gosses au lieu de les traiter au mieux comme des objets encombrants et au pire comme de la merde, on aura fait un grand pas.
    tant qu’ils pigent pas, je pense qu’une stérilisation massive sans consentement ça réduirait déjà franchement les dégâts.

    Par expérience, on est toujours le con de quelqu’un, d’ou l’intérêt de se méfier de ce qu’on souhaite.

    @smolski

    "Certaines choses se font « après » l’enfance et la jeunesse et elles prennent aussi toute leur place."

    Oui, genre les enfants. Mais ça, je crois pas qu’elle ait envie de l’entendre. D’ou la réaction de violence réprimée.

    Répondre
  38. Pastelle
    Pastelle dit :

    Curieux toutes ces "pubs" qui poussent un peu partout, pour le rachat de l’or. Une histoire triste mais tellement vraie, sur le besoin et la perte des illusions. Toutes les illusions.

    Répondre
  39. Brutus
    Brutus dit :

    En résumé:

    Si vous avez des bijoux à vendre:

    1° Les faire estimer par un (vrai) bijoutier. C’est pas gratuit.
    2° Avec cette estimation s’adresser à un commissaire-priseur pour les vendre aux enchères. Il vous piquera environ 15% du montant de la vente, mais c’est vous qui fixerez le prix de départ.
    Sinon tentez votre chance du côté de E.bay.

    Personnellement, il m’est arrivé de faire estimer des bijoux par une officine de rachat d’or puis par un bijoutier. L’estimation du second était plus de 10 fois supérieure à celle du premier. Il faut savoir que les officines de rachat font également la revente de bijoux d’occasion. Arnaque maxi assurée.

    Répondre
  40. Samuel
    Samuel dit :

    Magnifiquement écrit, c’est du Zola, l’empathie en plus 😉
    En dehors des compliments sur votre prose, c’est vraiment touchant et je suppose qu’il y aurait bien des romans à écrire dans l’observation de ces alcôves de la ruine de l’âme.
    Encore merci pour votre style 😉

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *