Même pas en vacances

Chaumes
Chaumes, par le Monolecte


C’est juste qu’en ce moment, je préfère vivre plutôt qu’écrire.

Powered by ScribeFire.

12 réponses
  1. arno ber..
    arno ber.. dit :

    moi je débarque t on fait n pik-nik de plusieurs jours, randonnées, on bouffe on rit.. et on réfléchit aux alternatives possibles et comment mette les pieds dans les gamelles… non ?

    Répondre
  2. Serge LEFORT
    Serge LEFORT dit :

    «je préfère vivre plutôt qu’écrire»

    «Qu’on me comprenne bien, je parle de la poésie qui se fait, dans un lit, dans la rue, dans les lieux les plus sordides comme les plus privilégiés, et qui, accessoirement, s’écrit.»
    LE BRUN Annie, Vagit-prop, Lâchez tout et autres textes, Ramsay/Jean-Jacques Pauvert, 1990 p.147.

    Répondre
  3. Luis
    Luis dit :

    Tu as raison, Agnès, vivre c’est le cœur de la vérité.
    En pays Basque une association, se nomme "bizi", vivre en langue Basque, qui est combative sur l’écologie et le social.
    http://www.bizimugi.eu/

    J’aimerai voir vivre une association de ce type en pays Gascon…

    Répondre
  4. taliesin
    taliesin dit :

    ben moi je bosse tout l’été, comme chaque été depuis cinq ans, sans horaires puisque je m’occupe de presser et ramasser la paille, tout en gardant un oeil sur les meuhmeuhs qui vèlent et en filant des coups de mains à déplacer la moiss-batt sur la route, ben j’en ai marre…c’est le bagne volontaire…

    désolé de faire mon caliméro, c’était ma vision de l’été

    Répondre
  5. jeanpaul de la mata
    jeanpaul de la mata dit :

    La campagne,non merci…Ca craint trop en ce moment,la preuve les vaches attaquent les touristes,c’est dire !

    Ils sont ou les bipèdes de gauche sur ton blog…malgré la crise ils arrivent à se payer des congés,c’est pas beau ça ?

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *