Le grand silence

Dans moins de deux mois, nous sommes censés voter. Ça a l’air bête, mais plus ça va et plus j’ai l’impression que le vote est un truc bien trop sérieux pour être laissé au peuple.


Use your Voice, par Oneblink3

Le 7 juin, on va nous demander de choisir de nouveaux députés européens et le moins que l’on puisse dire, le manque de campagne électorale est proprement assourdissant. Les médias nous ont noyés d’informations au sujet de l’interminable campagne présidentielle aux États-Unis, mais traitent carrément par le mépris les Européennes de 2009. Pourtant, il s’agit là d’une institution bien plus importante pour nous, d’un exercice démocratique de taille, de 500 millions d’électeurs qui aimeraient peut-être bien appréhender les enjeux d’un scrutin qui concerne la politique qui va être appliquée à la première puissance économique mondiale, la leur.

C’est dans ce grand silence – complice ? tant des médias et les politiques sont avares de toute cette logorrhée pédagogique dont ils pourtant sont si friands en temps normal – que claquent deux bien insignifiants sondages. Ainsi, le Français, cette étrange créature archétypique sortie d’un rêve medefien, croit en l’Europe pour le sortir de la mouise où ses dogmes l’ont pourtant fort probablement plongé, tout en n’en travant que couic quant à cette institution lointaine, technocratique et abstraite, une vague entité administrative en mode semi-automatique et dont la complexe architecture est plus l’affaire des spécialistes et des experts que du péquin moyen. Lequel, fort logiquement, n’envisage pas une seconde de flinguer une journée pastaga-rémoulade estivale pour aller altérer son bronzage-marcel à l’ombre des isoloirs en fleurs.

Bref, le bouzin trop compliqué pour le petit peuple qui a tout intérêt à vaquer à ces occupations et à laisser les gens qui savent régler les détails techniques, cela a comme un petit air de déjà vu, façon mai 2005, qui m’inciterait plutôt à m’intéresser férocement à cette criante absence de campagne électorale.


Billet rédigé pour la rubrique de l’invitée de la semaine (p7) du Vendredi n°25 – 17 avril 2009

Avec mes sélections :

Les sites de la semaine

  • Cuisine libre : parce que bien manger tient toujours une place importante pour moi, parce ce site a merveilleusement bien été conçu autour de SPIP, qu’il permet de trouver facilement des recettes sympas autour des produits de saison ou de ce qui traîne au fond du frigo.
  • Les dessous de l’Allemagne : de Stephan, un membre d’Actuchômage dont la gentillesse n’égale que les compétences. Stephan traduit diverses sources en Allemagne sur le thème de la régression sociale et met ainsi en lumière la similitude des politiques menées des deux côtés du Rhin.
  • Élections européennes 2009 : parce qu’il faut bien commencer à s’informer quelque part.

Les billets de la semaine

  • Les indésirables : un texte qui cogne dur et auquel je souscris des deux mains tant il rejoint mon idée selon laquelle il n’y a pas grand-chose à sauver de notre société actuelle.
  • Pour une approche apocalyptique de la crise, par Christophe Perrin : sur le blog de Paul Jorion, il n’y a que du bon ! Mais il y a aussi du très bon avec ce papier invité qui fait écho à mes propres réflexions sur le concept de crise.
  • Hadopi clarifie les choses : Nos politiques ont démissionné ! : Nicolas Voisin met le doigt dans le bubon en soulignant ce qui a crevé les yeux de tout le monde dans le vote hadopi, à savoir que notre démocratie se limite aujourd’hui à 40 gus dans un hémicycle.

Powered by ScribeFire.

48 réponses
  1. É. Complétement Reclus
    É. Complétement Reclus dit :

    Le destin du scrutin sur le « traité constitutionnel européen » (le peuple votre clairement « non » et deux ou trois ans après, c’est finalement « oui », sans la moindre nouvelle consultation dudit peuple) ayant montré l’« utilité » et l’« efficacité » du geste, voter est-il encore autre chose que collaborer avec ceux qui s’en torchent grave ?

    Répondre
  2. cerdagnol
    cerdagnol dit :

    On a les élus que la majorité mérite ! si une majorité de non instruits, de non réfléchissants et de crédules vote, on se retrouve avec des maires incompétents (pas catastrophique mais chiant), des conseillers généraux démagos (on dilapide nos impôts locaux), des présidents de régions gâteux ( qui nie nos identités régionales…) et ainsi de suite jusqu’à notre princident comme tu l’appelle qui nous caresse le poil avant de nous enfiler sa pompe à fric dans le…..
    Merci pour ton blog qui rafraichit quotidiennement mes neurones accablés par la connerie suicidaire de notre civilisation et la passivité de la majorité de mes concitoyens.
    Nicolas

    Répondre
  3. Croa
    Croa dit :

    Il y aura tout de même une campagne officielle : C’est la moins mauvaise, son seul défaut étant d’être très limitée.
    Pour une fois les électeurs liront les professions de foi !!!

    Aujourd’hui il y a aussi Internet, son défaut étant d’obliger l’électeur à effectuer des recherches. La démocratie, enfin ce qu’il en reste, ça se gagne !

    Répondre
  4. Tisane
    Tisane dit :

    Je ne sais pas d’où vous sortez votre description du français moyen Agnès mais je crains qu’il ne soit qu’un fantasme qui transpire un peu la haine de classe.
    Rien n’est plus simple que de se construire une image de l’autre au travers des simplifications et des raccourcis et de s’évertuer à la maudire comme source de nos maux.

    Tisane

    Répondre
  5. jcd
    jcd dit :

    Pour la campagne, en Belgique, c’est tout aussi zéro. Faut dire que ces élections sont couplées aux élections régionales et que certains voyaient même d’un bon oeil d’y ajouter des élections fédérales (pour faire des économies !!!, consulter le peuple – ces voyous ignares – coûte cher ).
    Et on mélange tout. Des candidats aux élections européennes sont aussi candidats régionaux ; ils devront choisir entre l’un ou l’autre siège. Et ils sont nombreux, On propose donc de voter pour des gens qui n’iront pas là où on les élit. D’ailleurs des ministres et des parlementaires fédéraux sont aussi candidats au PE et aux Parlements régionaux mais ils ne quitteront pas leur siège fédéral ni leur strapontin ministériel.
    La situation est remarquable : on mêle tout, on vote pour des candidats qui ne siègeront pas, la campagne est un mixte de campagne fédérale et régionale.

    De l’Europe, rien ! Si ce n’est des affiches à l’aéroport national (ce sont les seules que j’ai vues) vantant l’Europe du choix : vous préférez les pommes bio, les pommes normale ou les pommes OGM, ? choisissez en votant pour le parlement européen !!!!
    Bref. la merde.
    Faut ajouter que les "eurobaromètres" annoncent un taux d’abstention record partout en Europe !
    Il est temps de bousculer tout cela, mais comment ?

    Répondre
  6. dom
    dom dit :

    Il est des silences éloquents.
    Des silences complices.
    Des silences consentants.
    Des silences assourdissants.
    Des silences révélateurs.
    Des silences méprisants.
    Et des silences de mort.

    Répondre
  7. Isadora
    Isadora dit :

    Agnès,

    Puis-je me permettre de signaler un autre silence, celui qui entoure mes arbres fruitiers en fleurs ? 2 misérables abeilles et un bourdon, c’est tout. C’est flippant, c’est angoissant. C’est comme si le monde avait brutalement changé.
    Puis-je signaler un texte long, mais faisant une synthèse sur la disparition des abeilles et posant des questions sur les enjeux que cela recouvre ?

    http://sabazios.unblog.fr/2009/04/1

    Répondre
  8. Zlotzky
    Zlotzky dit :

    Pas vraiment d’accord, pour une fois… Ou j’ai mal saisi.
    "Ça a l’air bête, mais plus ça va et plus j’ai l’impression que le vote est un truc bien trop sérieux pour être laissé au peuple."
    Contester le droit du peuple au vote sous prétexte qu’il vote mal est une vieille antienne assez répandue dans certains milieux et c’est un tropisme qui revient fréquemment aux lendemains d’élections aux résultats consternants. Je n’y suis d’ailleurs pas totalement hermétique non plus. Reste qu’il faudrait savoir ce qu’on entend par "peuple" tant cette notion est vague.
    Si, comme l’affirme Cerdagnol, "On a les élus que la majorité mérite ! si une majorité de non instruits, de non réfléchissants et de crédules vote, on se retrouve avec des maires incompétents (pas catastrophique mais chiant), des conseillers généraux démagos (on dilapide nos impôts locaux), des présidents de régions gâteux ( qui nie nos identités régionales…) et ainsi de suite jusqu’à notre princidencide", on pourrait donc supposer, sans sombrer dans le syllogisme négatif, que si "une majorité d’instruits, de réfléchissants et d’incrédules vote, on se retrouve avec des maires compétents, des conseillers généraux honnêtes (on ne dilapide pas nos impôts locaux), des présidents de régions jeunes et lucides ( qui ne nient pas nos identités régionales…) et ainsi de suite jusqu’à notre princide".
    Chacun admettra le simplisme d’un tel raisonnement binaire. Des gens instruits et intelligents peuvent justement être d’autant plus calculateurs et agir par sens de leur intérêt. Entre l’ignorance et le calcul cynique le résultat peut être trés proche.
    En outre, affirmer que "le Français, cette étrange créature archétypique sortie d’un rêve medefien, croit en l’Europe pour le sortir de la mouise" est une affirmation un peu rapide plutôt contredite par le résultat du référendum de 2005.
    Sinon tout à fait d’accord sur la promotion du débat !

    Répondre
  9. JAmon
    JAmon dit :

    Je ne vois pas le problème : j’ai déjà voté en 2005.

    J’attends que le résultat de ce voit soit pris en compte ?

    Maintenant, si entre temps des factieux ont pris le pouvoir, sans doute ne faut-il pas les encourager en refusant de participer à leur simulacre de démocratie.

    Répondre
  10. Publicola
    Publicola dit :

    Il n’y a aucun problème.

    Comptons les divisions.

    Qui est minoritaire?

    La frustration n’est pas politique.

    Je voterai, comme toujours…

    Répondre
  11. top
    top dit :

    Trop drôle le quizz du parlement

    Quiz : testez vos connaissances sur le Parlement européen !
    8. Quelle ville française sera « capitale européenne de la culture » en 2013 ?
    *Marseille
    Lyon
    Strasbourg

    Mauvaise réponse

    La Forêt noire (en allemand Schwarzwald) est un massif montagneux du sud-ouest de l’Allemagne, dans le Land du Bade-Wurtemberg.

    Répondre
  12. speedy
    speedy dit :

    @croa 18: très intéressant et rafraîchissant. Un seul point de désaccord néanmoins sur le "pas besoin de couper des têtes". Oh que si mon Francis ! Surtout les grosses, celles qui ont bien enflé en même temps que les comptes en banque.

    Répondre
  13. Jean Claude Goujat
    Jean Claude Goujat dit :

    S’abstenir?attention danger c’est exactement ce qu’ils veulent,d’ou leur silence insistant!
    Si les absentions n’empêcherons pas les libéraux de continuer leur sale besogne,elle peut en plus pour eux avoir un avantage:sarkosy gagnant des élections,même avec abstentions massives,ils pourront faire leurs choux gras pour légitimer leur politique.
    En plus les médias toujours attentifs aux équilibres(rire)nous proposent:les listes du Modem,du PS,du NPA,du FN,des Verts(grand écart absolu)et,et et rien du tout le front de gauche est absent de leur information équilibrée.
    Si on y rajoute les insultes et les menaces de mort contre Mélenchon par Lelouch(porte bien son nom celui la)sans que le pseudo homme de gauche Moatti ne réagissent on voit plus clairement ou ils veulent en venir:exclure tous les opposants au traité de Lisbonne du débat.
    Au moment ou le mouvement social se développe une défaite électorale,même minimisée par une abstention massive serait un recul de tous et une difficulté de plus à franchir pour une unité politique de la gauche de transformation!
    Le front qui avait prévalu pour le référendum est mort,Bové s’est allié avec Cohn Bendit un pro traité,le NPA préfère le cavalier seul et l’esprit de boutique.
    Et comme par hasard les médias occultent les seuls qui tentent de rassembler sur des objectifs qui restent ceux de 2005!
    Alors s’abstenir c’est faire le jeu de qui?"ils" se sont assis sur notre vote?bien sur et ils recommenceront.Mais il ne s’agit de pratique uniquement électorale,il s’agit avant tout de rassembler,amener à la lutte,à la mise en mouvement des peuples et ce n’est pas en refusant le premier combat idéologique qui se présente sous prétexte que le terrain est miné que ça avancera,surtout que les possédants ont toujours miné le terrain!
    Un peu d’imagination et de détermination pour le déminer!

    Répondre
  14. Jean Claude Goujat
    Jean Claude Goujat dit :

    Il ouvre le bal croâ18 en soutenant Bayrou?
    Vous avez déjà perdu la mémoire:Bayrou ancien ministre d’un gouvernement de droite,qui vote toutes les lois sarkosistes sauf celles qui sont médiatisées,et j’en passe!
    Ce soutiens ne serait-il pas justifier par un anti-communisme virulent,qui vient au parlement européen mettre sur le même plan hitlériens et communistes?
    Je trouve qu’il y a d’étranges coïncidences.
    La transformation de Bayrou en opposant,alors qu’il est un soutien sans faille du traité de Lisbonne me fait plus que rire!

    Répondre
  15. damien
    damien dit :

    Je m’étonne du "fricotage" avec Vendredi… Ils sont gentils eux, faire du pognon sur le dos de blogs divers GRATUITS !! oui c’est pour la bonne cause c’est ça ..?

    Tout est pourri ! Basta !!! putain de connerie humaine !

    Répondre
  16. Jacques
    Jacques dit :

    Je trouve particulièrement désolant, pour rester poli, cette propagande pro-abstention.
    Moi, je me rappelle simplement que certains de nos ancêtres, pas si lointains, n’ont pas hésité çà se faire trouer la peau pour obtenir le droit de vote.
    Moi, je vois tout aussi simplement comment fonctionnent les pays où il n’y a pas de droit de vote ou bien où celui-ci est complètement dévoyé.
    je préfère encore notre système européen même si il n’est pas parfait.
    Aussi, je remplis mon devoir électoral à chaque fois que je suis convoqué aux urnes !
    Et j’ai déjà noté sur mon agenda la date du 7 juin pour ne pas prendre d’engagements trop importants ce jour-là !
    Mais voter représente une petite demie-heure, à tout casser, ce qui laisse tout de même du temps pour aller ensuite faire bronzette !!

    jf.

    Répondre
  17. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    @ Damien et Tomek : il se trouve que Vendredi paie les articles qu’il reprend chez les blogueurs, à un tarif à peu près correct et que j’ai vraiment besoin de trouver des sous pour payer mon loyer. Dans la mesure où ils paient ceux qui produisent le contenu, ça me va. Ça me va nettement plus que d’autres journaux nettement plus installés dans les kiosques, avec des actionnaires et tout le bazar, qui sont en train de recruter des blogueurs pour alimenter des rubriques en échange d’un peu de flatterie et d’un paquet de bonbons. Là, l’objectif me semble clairement de ramasser l’argent de la pub en ne rémunérant plus du tout le contenu : les journalistes et pigistes devraient, à mon sens, être un peu plus solidaires des blogueurs et autres soutiers de l’info comme les correspondants de presse, parce qu’en gros, les journaux sont en train de les remplacer par des bénévoles ou des payés à moins que le RMI…

    Répondre
  18. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je suis d’accord avec toi, Damien : à chacun de ressentir ses limites. Si je n’ai pas à écrire le contraire de ce que je pense, je ne vois pas de raison de refuser d’être payée pour ce qui représente tout de même une certaine somme de travail. Je peux aussi bosser à l’œil pour des causes qui me touchent. Mais au final, mon proprio attend mon virement chaque début de mois, crise ou pas…

    Répondre
  19. damien
    damien dit :

    @ Agnès: je ne te jette pas la pierre, si j’en avais l’occasion je ferai de même (oui, il faut bien manger).
    Mais, tout ce système autour et avec le pognon me débecte de plus en plus. On pourrit les rapports humains. Tout est matière à faire du fric. Notre corruption, notre asservissement au système est une condition directe de l’argent.

    Répondre
  20. damien
    damien dit :

    Oui Agnès, je sais bien ce que c’est :-))
    Néanmoins, j’ai cette vision où l’argent nous emmerde plus qu’il nous libère -surtout quand tu n’en n’as pas tu me diras, lol-

    Pour paraphraser, c’est dans la même optique amenée ici par A. Accardo (vu sur rezo)
    http://blog.agone.org/post/2009/04/

    afin de déconstruire notre société, nos vies (faussement) petit-bourgeois. Et j’ai beau le tourner dans tous les sens: l’argent est une source de problème, ou plus exactement le manque de partage des richesses conduit inexorablement à un monopole de l’argent (et des possibilités dans un système capitaliste) et sans partage équitable -c’est là où commence la galère- alors pas de société équilibrée et stable, pas d’échanges possibles, pas d’avenir.

    Bref, c’est surtout un ras le bol de ce monde de cinglés 😉 toujours à fond, plus vite, plus haut plus fort, … ah la belle rigolade de conneries que voilà. Et le plus comico -attristant, c’est de voir cette soi-disante élite, bête mais bête …. Enfin…

    Continue, Agnès, ça laisse la possibilité à d’autres comme moi de pouvoir se dire que ouf on n’est pas seul, que ouf, tout le monde n’est pas complètement barré dans un délire pro-capitaliste (même inconsciemment) et enfin, ça nous laisse des petits endroits pour s’exprimer..une petite soupape nécessaire 😉

    Bonne soirée

    Répondre
  21. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    @ Phenig : je ne prône rien, même si je reste dubitative quant à l’efficience de la dictature de la majorité (laquelle impose forcément ses vues à la minorité dans un système démocratique vrai!). J’ai voté en mai 2005 et j’ai constaté par la suite que mon vote n’était pris en compte que quand il arrangeait certains intérêts, sinon, il était tout simplement renié. L’exemple irlandais est, à ce titre, éclairant : vous revoterez jusqu’au oui! C’est totalement surréaliste!

    Si on admet que le vote est à géométrie variable et que la représentativité, c’est effectivement 36 gus dans un hémicycle de plus de 500 places, tu comprends aisément que j’ai très mal à ma démocratie.

    Si la volonté du peuple ne sort plus des urnes, il va bien falloir qu’elle s’exprime quelque part et c’est ce à quoi je m’intéresse en ce moment.
    Donc, pas de temps à perdre avec des leurres…

    Répondre
  22. Croa
    Croa dit :

    à phenig

    Tout à fait l’ami !

    Certes les dés sont trop pipés pour que les Européennes amènent un changement, comme les autres élections d’ailleurs…

    Mais l’ensemble des voix vraiment contestataires, bien qu’éparpillées peuvent constituer un signal fort qui pourrait bien constituer un début. 🙂

    Répondre
  23. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    @ Croa : et le rejet du TCE par la France, puis la Hollande, puis l’Irlande, ce n’était pas un putain de signal fort? Tu as l’impression qu’on a été entendus? Tu as l’impression qu’ils ont seulement envie de faire semblant de nous entendre? Tu penses vraiment que c’est en poussant des cris de poussins qu’on va se faire entendre?

    Répondre
  24. phenig
    phenig dit :

    Agnès, très mauvaise stratégie que de prôner l’abstention, c’est donner raison à des types comme Jean 4M qui considèrent le non de 2005 comme un épiphénomène qui ne représentent rien dans les autres élections.

    http://bruxelles.blogs.liberation.f

    Puisque Pili a parlé du front de gauche, et qu’on n’en parle pas beaucoup dans les média, il faut que je parle des listes du mouvement de nicolas dupont-Aignan, Debout la république :
    http://www.europeennes2009.fr/

    Entre le front de gauche et DLR il y a le choix d’envoyer des politiques sérieusement anti-système au parlement européen, non ? N’est pas mieux que de ne pas voter et donc en fait voter pour les oui-ouistes ?

    Pour rappel, Nicolas Dupont-Aignan s’est battu contre le traité de Lisbonne :
    http://fr.wikisource.org/wiki/Le_co

    Par ailleurs, il avait déjà dans son programme en 2006 la reconnaissance du vote blanc, et autres solutions institutionnelles démocratiques :
    fr.wikisource.org/wiki/Français,_reprenez_le_pouvoir_!_-_part2_ch14

    Répondre
  25. jardin
    jardin dit :

    C’est bête, depuis que je me suis avisée que s’ils parlent si peu de ces élections, c’est probablement parce qu’ils ne tiennent pas à ce qu’on vote, il me vient une furieuse envie de voter.

    Oui, mais POUR QUI? Et là, ça se gâte méchamment.

    Tout bien réfléchi, le plus important, ce serait peut être, justement, d’en parler, qu’on vote ou pas. Décortiquer le mode de scrutin, les équilibres entre les différents pays membres, et SURTOUT les pouvoirs réels de ce parlement dont nous ignorons quasiment tout. Parler aussi de ces partis européens dont nous ne savons pas grand chose… Pas obligatoirement pour voter, mais pour comprendre les mécanismes par lesquels nous sommes leurrés.

    Malheureusement, ce qu’on va probablement faire (et je ne demande qu’à me tromper) c’est s’empailler entre gauchos sur voter, s’abstenir, voter utile ou inutile (pourquoi pas nuisible?). Et au final, on saura peut être quoi faire, mais on saura pas pourquoi.

    Répondre
  26. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Tu as tout dit, Jardin : en démocratie vraie, ce qui compte, c’est le débat, pas le vote. Voter sans débat, c’est un peu comme se marier avec quelqu’un qu’on ne connait pas. On nous exhorte à aller voter, mais faut surtout pas nous expliquer de quoi il retourne. Le vote sanctionne le débat. Ces élections sans campagne ne sont qu’un dévoiement plus de la démocratie.

    Répondre
  27. miha
    miha dit :

    idem que jardin :
    leur "discrétion" m’inciterait à aller voter, moi qui avait décidé de ne pas le faire.
    voter qui ?
    voter quoi ?
    voter nul en glissant dans l’enveloppe un bulletin où je vais inscrire quelque chose comme :
    "Rappel : Démocratie= pouvoir au peuple, pas au fric"
    par exemple

    Répondre
  28. ko
    ko dit :

    Ben les copines c’est très exactement la raison pour laquelle je suis si fortement désabusée dans mes débats militants avec mes camarades.
    Parce qu’on n’a pas voulu choisir entre Front de Gauche et NPA (je ne crois plus à la forme Parti, je ne crois pas non plus à la démocratie représentative, et dans le contexte présent nous – les collectifs unitaires, ou ce qu’il en reste – avons été instrumentalisé par les PC et PG), d’aucunEs nous reprochent de ne pas "nous engager", de ne "rien faire". Alors que nous, ce que nous voulons faire, c’est bien campagne, oui, mais contre cette Europe, contre ces logiques, et même sans candidat et sans participer à cette mascarade… Mais un tel discours, un tel comportement, de tels arguments, ont encore bien du mal à passer auprès des militants gauchos. :-/

    Répondre
  29. jardin
    jardin dit :

    On peut même imaginer qu’après un silence étrange pendant toute la période pré-électorale, sans doute pour éviter un débat qu’ils craignent (à juste titre), ils se réveillent brusquement quelques jours avant pour nous expliquer à quel point il serait citoyennement irresponsable de ne pas aller voter.

    Message très clair: votez, mais surtout sans vous informer et sans réfléchir.

    Ko, est-ce que d’argumenter comme cela, je veux dire "peu importe ce que nous ferons le jour du vote, mais informons-nous et débattons AVANT" ne serait pas plus convaincant et mieux perçu qu’une simple campagne "contre"? Il y a une telle ignorance des structures européennes et de leur mode de fonctionnement ainsi que des regroupements par partis qui sont différents des partis nationaux que ça devrait intéresser pas mal de monde.

    Répondre
  30. ko
    ko dit :

    @ Jardin : on a bien tenté, mais les forces centripètes étaient telles qu’on était vraiment une minorité à porter cette ambition… L’idée de faire campagne pour démonter les arguments "pensée unique" et remettre du débat dans cette affaire semble avoir vraiment du mal à passer. Pourtant, il y a matière, encore plus en ce moment ! Même si, à Montpellier en tout cas, il n’y a pas vraiment d’élan, que ce soit dans les luttes ou dans le champ institutionnel. Il est vrai que nous n’avons pas de tissu industriel ou de conflits durs et visibles (et pourtant, les conflits latents, larvés, ne manquent pas).
    Les vieux réflexes (un – ou plusieurs – partis, un chef, un programme, des tracts, "youpi on fait quelque chose !") ont la peau dure, et les invectives réciproques ne nous ont pas aidé à maintenir notre position "sur la ligne de crête" (ne pas trancher entre les diviseurs, toujours revenir au fond politique). Quelques copainEs qui militent pour le Front de Gauche font cependant un bon boulot, avec plein de réunions dans les villages de l’Hérault, qui suscitent des débats intéressants, mais qui est touché ? qui se sent concerné pour venir débattre ? Les gens qui sont déjà intéressés par la question, les gens qui sont ou ont été militants (et encore, pas tous, puisqu’une grande partie d’entre nous est écoeurée de la division stupide et mortifère à la gauche de gauche). Mais pas les autres. L’impression de tourner en rond… Non, ces formes d’action politique-là sont vraiment dépassées, et ne servent plus qu’à donner l’illusion de la démocratie, tant pour les pouvoirs en place que pour celleux qui se leurrent, avec une bonne conscience admirable, de vouloir à toute force continuer à jouer dans ce jeu-là et avec ces règles-là.

    Répondre
  31. edgar
    edgar dit :

    L’abstention est la seule réponse honorable face au mépris absolu de la démocratie qui émane de tout ce qui est européen.

    Ce n’est pas parce que des bulletins de vote sont distribués qu’il y a scrutin démocratique. La démocratie c’est un ensemble au sein duquel le respect de la volonté populaire doit avoir la meilleure place. On sait ce qu’il en a été fait en 2005.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *