À gauche toute!

Soyons clairs : je suis dans une grande période de doute quant à la validité de notre modèle politique et à la légitimité même de la démocratie représentative et de ses rituels, néanmoins, ce matin, un petit communiqué au coin d’un blog m’a fait un immense plaisir.


Jean-Luc vient enfin de lâcher la rampe !

Il existe une fracture

Je n’ai pas l’âme d’une groupie, vraiment pas, mais je peux tout de même apprécier certaines personnalités, pour leur engagement politique, leurs convictions sans faille et jamais reniées pour un plat de lentilles, pour leur vision du monde et la sincérité constante de leurs choix. Aussi, cela fait depuis le référendum bafoué de mai 2005 que je suis du coin de l’œil les circonvolutions de l’ami Mélenchon dans le marigot politique. Depuis 3 ans, je me demande et lui demande aussi à l’occasion sur son blog, pourquoi il s’acharne ainsi à rester dans le camp des sociaux-traîtres, à savoir cette carcasse fumante et puante qui a été, autrefois, le parti de Jean Jaurès. Il a toujours été absolument évident pour moi que Mélenchon, étant un socialiste de conviction, n’avait plus que de grosses couleuvres à avaler dans ce panier de roses pâles qui aspirent à se moirer d’orange.

Je ne suis pas naïve non plus et comprends bien le choix stratégique qui consiste à ne pas quitter un parti qui place des élus. On est toujours mieux au Parlement qu’en dehors pour tenter de faire bouger les choses vers la bonne pente. Mais il semblerait que la dernière couleuvre en date s’est coincée en travers de son gosier.

Il n’y a pas d’homme providentiel, mais il y a des actes, des impulsions qui vont dans la bonne direction. Et choisissant de renoncer publiquement à la mascarade pseudogauchisante du PS, Mélenchon a enfin le courage de montrer où sont les lignes de fractures politiques dans ce pays. En se faisant, il rend les courants nettement plus lisibles pour tous et ouvre enfin la perspective qu’un vrai grand mouvement anti-capitaliste à gauche, la possibilité d’une forme d’union sacrée contre le dépeçage du monde par les forces de l’argent.

Son départ du PS est significatif, même s’il n’est pas évident qu’il parvienne à créer avec les autres forces en présence un Die Linke à la française.

C’est donc un bon début. Espérons que la Gauche, enfin clairement définie, oubliera les conflits de personnes et les palabres sans fin autour de la place de la virgule pour enfin s’unir autour d’un véritable projet de société.

Powered by ScribeFire.

118 réponses
  1. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    On ne peut pas dire que je suis une grande rêveuse, mais Mélenchon vient d’ouvrir le champ des possibles… lequel risque effectivement de se casser le nez sur les petites ambitions personnelles (un seul Parti = un seul élu) et devenir ainsi une grosse boîte de Pandore.

    Répondre
  2. enzo d'aviolo
    enzo d'aviolo dit :

    même plaisir non dissimulé que toi Agnès qui conforte les analyses de tous ceux qui ne veulent plus renier leurs idéaux dans ce parti.
    Enfin du courage politique qu’il s’agit effectivement de souligner. L’avenir dira si c’est une belle perspective qui s’ouvre.

    Répondre
  3. marxime
    marxime dit :

    qu’il est doux de rever! un reve, oui car la quasi totalite des partis ou mouvement que l’on peut sans crainte qualifier de gauche sont aux mains des opportunistes de tous poils.il ne reste des lors que les militants mais sont ils en capacite de faire le tri?

    Répondre
  4. dominique
    dominique dit :

    Quant à moi je préfère la fidélité et les "convictions sans faille et jamais reniées pour un plat de lentilles" d’un Vincent Peillon ou d’un David Assouline.
    Pour l’instant c’est notre ami président qui doit jubiler. Même pas besoin de manoeuvres perverses qui le font tant jouir, les perdants s’entretuent.
    Un ralliement eut été plus pertinent.
    Je veux espérer que Melenchon changera d’avis.

    Répondre
  5. GwenN
    GwenN dit :

    A voir aussi l’articulation avec les autres mouvements à gauche…

    J’ai été mis au courant ce matin par un mail émanent de "contact(at)pourlarepubliquesociale(point)org"
    Mais ou diable ont-ils été pécher mon adresse e-mail ? Le Spam publicitaire pour un mouvement anticapitaliste !

    Sinon j’ai eu un moment d’arrêt au début de l’article de Marianne2 en lien dans ton article :
    "Pas de socialistes rue de Solférino,[…]" mais bon, pour la journaliste c’était juste ", cette nuit" 8-D

    Répondre
  6. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    @dominique : Merci pour la blague.

    @lézotres : J’ignore ce que ça va faire, ensuite. Mais c’est toujours ça que le PS ne pourra plus revendiquer. Que Filoche parte lui aussi, que leur restera-t-il comme individus capables d’écrire de vrais textes "gauchistes" hein ? Peillon ou Montebourg ? (boite à rires)

    Répondre
  7. speedy
    speedy dit :

    @dominique 5

    Sûr que la tactique de Sarkozy vis-à-vis du PS commence à payer : ralliement de traitres qui penchent à droite, implosion amorcée à cause des défections de ceux qui penchent à gauche, mesures à résonnance socialiste (même Chavez s’est fait avoir !), etc.

    Mélenchon va quand même avoir un problème s’il fonde un nouveau parti, le financement, et il risque de mettre du temps à décoller.

    Répondre
  8. pas perdus
    pas perdus dit :

    J’espère que Mélenchon réussira. Il est un des seuls à avoir de vraies convictions de gauche et à tenir un discours cohérent face à la droite…

    Les autres, sous prétexte de modernisme vont manger dans la main du pouvoir comme Valls…

    Je comprends ça décision. Le PS est dans une impasse.

    Répondre
  9. pas perdus
    pas perdus dit :

    J’espère que Mélenchon réussira. Il est un des seuls à avoir de vraies convictions de gauche et à tenir un discours cohérent face à la droite…

    Les autres, sous prétexte de modernisme vont manger dans la main du pouvoir comme Valls…

    Je comprends sa décision. Le PS est dans une impasse.

    Répondre
  10. Ronan
    Ronan dit :

    Melenchon en leader d’une nouvelle gauche française anticapitaliste, mouarf…

    N’oubliez pas que c’est lui qui qui en tant que ministre crachait à la gueule de la culture Bretonne et dissimulait mal son nationalisme français le plus gerbant et sa haine de la diversité culturelle (et qui a encore remis une couche lors du débat sur l’introduction des langues minoritaires dans la Constitution).

    Je ne sais pas qui vous comptez le voir rassembler avec son sectarisme franchouillard, mais je préfère très clairement un Besancenot qui a le mérite de n’avoir jamais affiché la moindre nostalgie pour la IIIème République raciste et colonialiste, qui semble être le modèle du Meluche et qui à ce niveau ressemble comme deux gouttes d’eau au mort-vivant de Belfort

    Répondre
  11. K.
    K. dit :

    La seule occasion de côtoyer Mélenchon qui me fût offerte remonte à mars 2006. Le cador entouré de journalistes en meute obtient, par l’opération du saint-esprit, l’autorisation d’entrer dans la Sorbonne occupée et déjà cernée. Sa tentative autoritaire d’intervention à la tribune de l’AG avorte dans la confusion totale et constitue un facteur décisif de l’inorganisation et de la fin prématurée de cette occupation.

    Répondre
  12. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    @dominique #9 : préférer les actes et évoquer Peillon comme modèle de fidélité à ses idées, c’est un peu faire de l’humour nan ? Et pour les actes, toujours, la direction sortante, que tu défends donc d’une certaine façon, puisque toutes les motions dont on cause sont de la direction sortante, je trouve justement que c’est là aussi faire preuve d’un certain illogisme. Pour les actes, cette direction est justement pitoyable. Abstentions ou approbations pour tous les votes importants de ces dernières années (toujours se souvenir du mois de février dernier… le Congrès…)… Beurk. Je ne comprends pas ceux qui défendent ce ramassis d’imbéciles qui dirige le PS depuis 10 ans.

    @Ronan : je comprends que les idées de Mélenchon à l’égard des groupuscules "régionaux" puissent choquer… ces idées sont difficiles à comprendre, surtout quand on est trainé dans un néant intellectuel depuis des dizaines d’années par nos politiques successifs… la "fin de l’Histoire" et la soit-disant "fin des idéologies" a hélas laissé la place à une affligeante absence de réflexion. Je lis par exemple les messages sur le blog de JLM… C’est délirant de voir les militants socialistes réclamer aux deux élus d’abandonner leur mandat… parce que celui-ci appartiendrait au parti… C’est d’ailleurs leur seule réponse puisque du côté des idées, c’est le néant le plus complet. Comme si on ne s’engageait en politique que pour obtenir un salaire…

    Répondre
  13. vieil anar
    vieil anar dit :

    "Ca suffit comme ça, pour un nouveau parti de gauche", voilà ce que j’ai reçu, moi aussi ce matin, dans ma boîte mail, pas très étanche, semble-t-il!! Et à partir de 17 H, une vidéo du Mélenchon susnommé, accompagnée d’un manifeste cosigné Dolez…! Bof, ça ne fera jamais qu’un parti de plus, coincé entre le NPA balbutiant, le PS moribond et le PC agonisant, sur le modèle revendiqué du "Die Linke" allemand! Tout un programme…!

    Justement, en fait de programme, rien de très visible, ni palpable, si ce n’est l’affirmation du rejet du libéralisme, ça mange pas de pain..! Même Sarko veut refonder le capitalisme et le rendre vertueux…*mouarf*

    J’ai surtout noté la perspective des européennes et peut-être grapiller qques sièges…qui sait !? A part ça, rien de bien concret, sinon une indignation vertueuse… Est-ce qu’on a encore besoin de partis, à gauche et qu’est-elle devenue… la gauche…, une nouvelle définition s’impose et à partir de là, on pourra peut-être se compter, si tant est que ça ait encore un sens!

    Répondre
  14. ti_cyrano
    ti_cyrano dit :

    #10 "Wouhou ! S’il pouvait entrainer Hamon et ses 19%.."

    Oh oui ! Qu’ils cessent de servir de caution et que ce parti cesse son imposture pour paraître enfin ce qu’il est :

    un parti de centre DROIT.

    Répondre
  15. Passant
    Passant dit :

    Et le NPA c’est du mou de veau ?

    à moins qu’il ne s’agisse de cette espèce de gauche fixant l’achat d’un pavillon et une offre généreuse de travail à plein temps payé 2000 €/mois comme horizon indépassable du progrès social.

    Attendons d’abord de voir comment Mélenchon nous justifiera d’avoir si longtemps soutenu de sa présence au sein du PS les Lamy, Delors, Jospin, DSK, Aubry, etc…, et surtout, leurs "réformes", la stratégie de Lisbonne, les privatisations incessantes de 1997 à 2002, etc.

    Répondre
  16. Marie
    Marie dit :

    Si Dolez est un socialiste honnête, par contre Mélenchon est une caricature qui n’a de socialiste que le nom…
    L’exemple du Die Linke est particulièrement maladroit : ce parti 1) n’est en fait pas socialiste ; 2) accepte les ex-staliniens (c’est-à-dire l’inverse du socialisme).
    Bref, un groupuscule pas clair qui ne servira à rien.

    C’est pas comme si une organisation socialiste révolutionnaire se formait, hélas…

    On a connu un parti socialiste, le Parti Socialiste Ouvrier et Paysan, qui lui était clairement socialiste, et clairement anti-stalinien. On en est ici très très loin.

    Répondre
  17. pim
    pim dit :

    Marie va un peu lire le programme de Die Link avant de coller des étiquettes "alacon".

    Moi avant j’étais nutella maintenant je suis fromage, certaines étiquettes ne changent pas mais le gout lui il évolue alors basta va lire leur pgm et lache nous la grappe.

    Affectueusement (ou pas),
    pim

    Répondre
  18. Ronan
    Ronan dit :

    @Fred : je n’ai pas franchement compris ton explication :

    "je comprends que les idées de Mélenchon à l’égard des groupuscules "régionaux" puissent choquer… ces idées sont difficiles à comprendre, surtout quand on est trainé dans un néant intellectuel depuis des dizaines d’années par nos politiques successifs…"

    Melenchon ne s’en prend pas à des groupuscules, mais à l’ensemble des personnes qui se bougent pour faire vivre la culture ici…

    ces idées (?), sa haine plutôt, n’est pas si difficile à comprendre, on subit ce genre de personnage depuis trop longtemps maintenant, mais c’est vrai que ça surprend qu’il y en ait encore, qui l’affichent aussi ouvertement et aussi violemment…

    Quant au néant intellectuel, dans lequel m’aurait plongé les différents politiques au pouvoir, je pense savoir m’en préserver suffisamment…

    Répondre
  19. M.
    M. dit :

    J’attends de voir les alliances qui vont se jouer…Mais je crois en certaines motion du PS même si elles ont du mal à se faire entendre. En revanche je vois que le NPA et la LCR gonflent leurs rangs et ce n’est pas pour rien…C’est bien que l’extrême gauche se bouge !

    Répondre
  20. Daniel
    Daniel dit :

    Chers camarades,
    partie prenante du NPA de la LCR apres m’etre battu de toutes mes forces pour une candidature unitaire de la gauche antilibérale, je salue votre courageuse décision.
    Le peuple de gauche a besoin d’unité.
    Jean-Luc, avant meme les européennes, nos prochaines échéances sont contre la privatisation de la Poste, pour les services publics, l’emploi et les salaires, en nous mobilisant ensemble ! Ce nouveau parti auquel nous aspirons doit rassembler tous ceux qui veulent s’opposer au libéralisme et au capitalisme.
    Camarades, aidez-nous à réaliser, dans la diversité, l’unité de toute la gauche de gauche ! A bientot
    Daniel Lartichaux-Ullmann.

    Répondre
  21. Colin F Saint-Denis
    Colin F Saint-Denis dit :

    Mélenchon a aussi eu une attitude autoritaire à l’égard des jeunes filles voilées, et à soutenu avec enthousiasme la loi de 2004 interdisant les signes religieux à l’école. Il est là, comme sur la question des langues dites ‘régionales’ dans une logique que je déplore personnellement. C’est ce qu’il appelle la ‘défense des valeurs républicaines’. Mais en cela il est représentatif d’une fraction importante du mouvement ouvrier français.

    Je pense qu’il a toute sa place dans un nouveau parti de la gauche radicale – à supposer qu’il veut sérieusement l’unité. Un nouveau petit parti formé uniquement de ses supporters n’a aucun intérêt. Je suis donc d’accord avec Daniel qu’il faut l’appeler à rejoindre un front de lutte contre la politique de Sarkozy, dans la perspective d’un regroupement politique ultérieur (en sachant qu’il y a urgence !).

    Répondre
  22. Con s'en suce
    Con s'en suce dit :

    Quand j’entends : "Je (…) comprends bien le choix stratégique qui consiste à ne pas quitter un parti qui place des élus. On est toujours mieux au Parlement qu’en dehors (…)", ça me fais réagir. C’est exactement comme cela que les pires atrocités, les pires monstruosités sont commises… Les gens se disent que si ce n’est pas eux, ça sera quelqu’un d’autre… Et que peut-être (on peut toujours rêver) que, depuis l’intérieur, ils pourront changer les choses… Et, c’est comme ça qu’ils se retrouvent à faire des trucs avec lesquels il ne sont pas du tout d’accord (mais pourtant, ils en sont et seront toujours responsables)…

    Répondre
  23. rev
    rev dit :

    A tous les bloggueurs, à tous les commentateurs et internautes :
    Dans deux jours, lundi 10 novembre, vous pourrez montrer que vous existez encore, autrement qu’en vous lamentant sur vos claviers.
    Bloggeurs, internautes, si vous ne vous manifestez pas le 10 novembre avec le CnR, vos messages, vos commentaires, vos protestations virtuelles perdront beaucoup de crédibilité.
    Revenez dans le vrai monde.
    Bougez-vous!
    http://www.conseilnationaldelaresis

    Répondre
  24. pim
    pim dit :

    A ceux qui pensent et disent que JLM ne respect pas les minorités linguistiques régionales, mais que vous n’êtes pas intelligents, on dirait des vierges éffarouchées. Avant qu’elle ne soit modifiée au mois de juillet 2008 – Art. 75-1. la constitution française ne reconnaissait pas les minorités linguistiques, elle n’en parlait pas. Maintenant elle dit que “Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France". So what ? La République française est une et indivisible. Quel est l’intéret de savoir parler le Breton ou le Catalan à part pour la gloriole ou le respect de la tradition de langage d’une communauté qui n’aime pas perdre son identité, qui de toute manière existera toujours ?

    Répondre
  25. Louis siffert
    Louis siffert dit :

    Ahhhhhhhh, ohhhhhhhhh, JLM aurait menti. Vous vous rendez compte il aurait ourdi son départ depuis au moins une semaine! Mais céttttttoooooorrrriiiibbble, c’est un crime politique à peine moins haïssable que la prise illégale d’intérêt, la corruption, le retournement de veste ou la quiche lorraine. Il a eu le culot de faire remarquer que y avait pas un mot de français dans le breton. Nonobstant que ce sont les mêmes régionaux qui se masturbent sur leur "spécificité linguistique" et en même temps qui trouvent que vraiment ils exagèrent ces bougnoules de pas parler français en France.
    Alors moi j’vous l’ dit mâme molecte vous feriez mieux de vous méfier de ce monsieur qui pourrait récidiver avec des noms de domaine plus anti-régionaux les uns que les autres :
    le-munster-qui-pue-casuffitcommeçà.fr
    stop-au-thon-à-la-catalane.fr
    la-choucroute-ça-fait-grossir.fr
    à-bat-le-pot-au-feu-qui-fait-prouter.fr
    les-chants-corses-ça-rend-sourd.fr
    l’OM-l’OM-on-t’encule.fr
    tous-contre-"du rhume des femmes et de la bière non de dieu".fr

    Et que dire de son attitude autoritaire face à ces filles qui viennent avec une serpillière sur la tête…

    Répondre
  26. Ronan
    Ronan dit :

    Tiens c’est marrant, on commence à voir un peu mieux qui sont les supporters du Méluche. Rien de nouveau, toujours la même obsession uniformisatrice et cette peur de la diversité culturelle. On appelle ça de la xénophobie non ? Ah mais non, c’est pas pareil, vous vous êtes de gauche… mouarf…

    Répondre
  27. chomon
    chomon dit :

    A gauche de la gauche il y a surement de la place pour un énième groupuscule gauchiste pour classe moyenne de gauche. Avec la crise il pourra même devenir un groooossss groupuscule .
    Mais depuis plus de 30 ans que la fracture sociale s’élargit, si a gauche de la gauche il y avait de la place pour un nouveau projet politique pour un nouveau parti de masses de travailleurs et travailleuses cela se saurait.

    Sur internet en tête des "nouveaux projets politiques" on trouve la "décroissance". Il est vrai que pour le moment la décroissance n’est pas très mobilisatrice, mais au moins c’est du nouveau qui pourra peut être mobiliser.
    Par contre le strotskisme, le gôôôchisme ça n’a jamais été mobilisateur pour les couches populaires et ce ne le sera jamais parce que on ne peut pas faire du nouveau avec du vieux, même avec un jeune facteur de Neuilly.

    Répondre
  28. comme ça
    comme ça dit :

    A propos de die Linke et de Lafontaine, ça m’rappelle le loup et le chien d’un autre La Fontaine… Et pi aussi Klosterfeld et Gundula, because l’Allemagne. Gundula, je pense toujours à toi…mézescuses, messires et gentes damoiselles, ça n’à rien à voir…

    Un Loup n’avait que les os et la peau,
    Tant les chiens faisaient bonne garde.
    Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
    Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
    L’attaquer, le mettre en quartiers,
    Sire Loup l’eût fait volontiers ;
    Mais il fallait livrer bataille,
    Et le Mâtin était de taille
    A se défendre hardiment.
    Le Loup donc l’aborde humblement,
    Entre en propos, et lui fait compliment
    Sur son embonpoint, qu’il admire.
    "Il ne tiendra qu’à vous beau sire,
    D’être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
    Quittez les bois, vous ferez bien :
    Vos pareils y sont misérables,
    Cancres, hères, et pauvres diables,
    Dont la condition est de mourir de faim.
    Car quoi ? rien d’assuré : point de franche lippée :
    Tout à la pointe de l’épée.
    Suivez-moi : vous aurez un bien meilleur destin. "
    Le Loup reprit : "Que me faudra-t-il faire ?
    – Presque rien, dit le Chien, donner la chasse aux gens
    Portants bâtons, et mendiants ;
    Flatter ceux du logis, à son Maître complaire :
    Moyennant quoi votre salaire
    Sera force reliefs de toutes les façons :
    Os de poulets, os de pigeons,
    Sans parler de mainte caresse. "
    Le Loup déjà se forge une félicité
    Qui le fait pleurer de tendresse.
    Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.
    "Qu’est-ce là ? lui dit-il. – Rien. – Quoi ? rien ? – Peu de chose.
    – Mais encor ? – Le collier dont je suis attaché
    De ce que vous voyez est peut-être la cause.
    – Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
    Où vous voulez ? – Pas toujours ; mais qu’importe ?
    – Il importe si bien, que de tous vos repas
    Je ne veux en aucune sorte,
    Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. "
    Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.

    Bonne chance à la Méluche!

    Répondre
  29. Arya
    Arya dit :

    Bonjour

    Je suis tout à fait d’accord avec le texte d’Agnès, et regarde avec beaucoup d’enthousiasme et d’espoir ce changement. Mais certains commentaires m’irritent: tous ceux qui sont sarcastiques et se mettent déjà à critiquer Mélenchon parce qu’il est trop socialiste, donc pas assez à gauche, ou trop communiste, qu’il est parti trop tôt ou trop tard, qu’il est contre ceci ou cela… Ca ne vous dirait pas de vous réjouir de voir une force supplémentaire se joindre à vous, la gauche de la gauche? Vous ne vous dites pas que des critiques, il en aura suffisamment de la part du PS et des média, et que nous devrions le soutenir, parce que c’est un allié?

    Je lit ce blog et d’autres qui se réclament de la vraie gauche et de l’altermondialisme depuis 2005, et je suis souvent atterrée par ce que reflètent certains commentaires: un manque total d’union et de solidarité, une absence de désir de s’unir derrière les idées plutôt que derrière un bonhomme. Entre les ex-socialistes (berk, on ne mange pas de ce pain là), et les communistes à qui on adresse à peine la parole, voire pire, des ex-staliniens d’après Marie (ils ne doivent plus être très frais entre nous, Staline étant mort en 53) on se demande ce qu’il faut pour être considéré comme un vrai, un pur, un alter-mondialiste-propre-sur-soi! Bordel, vous ne voyez pas que les combats sont les mêmes, et que les petites querelles de chapelle, ça suffit!! JLM prend l’exemple de Die Linke, et j’espère qu’il arrivera à impulser une dynamique d’union à leur image, malgré vos râleries!

    Je terminerai ce petit coup de gueule en répondant à Ronan au sujet de la diversité culturelle. Je comprends que tu ne sois pas d’accord avec JLM sur ce point, mais je pense que tu te méprends totalement sur sa position. L’idée principale qu’il évoque dans ses discours sur la laïcité, c’est qu’elle est la base d’une vraie égalité pour tous. Il n’a parlé à aucun moment d’interdire une langue, une coutume régionale, ou une religion, bien sûr. Mais commencer à favoriser telle ou telle culture régionale, c’est aussi en défavoriser d’autres (il donne l’exemple de l’enseignement du créole aux Antilles qui avait été proposé, puis abandonné après s’être rendus compte du nombre de créoles différents qui existent). L’idée, c’est qu’exacerber les régionalismes et les particularismes culturels est dangereux, car cela peut tendre au communautarisme, qui lui est source de haine pour ce qui est étranger et différent. Je l’exprime certainement moins bien que lui, et je t’invite à relire ou revoir ses interventions sur la laïcité (certaines sont sur DailyMotion, tu peux aussi aller voir son blog).

    Voilà, désolée pour la longueur!

    Répondre
  30. Zygomatique
    Zygomatique dit :

    Je déplore le départ de J.L Mélenchon, car il fait parti des gens , de mon point de vue, qui aurait pu aider le PS à rentrer dans les clous, qu’il n’aurait jamais du quitter, s’il n’avait céder aux sirènes du néolibéralisme .

    Cela dit, la pression de la Doxa néolibérale ou libertarienne, a été si forte en Europe,sous l’obédience par exemple d’un Manuel Barroso, que c’était sans doute bien difficile d’y échapper .

    Que n’a t’on dit de l’archaisme , de la ringardise d’un PS attaché à l’intervention de l’état, alors que le libéralisme devait apporter à tous richesse et prospérité.

    La crise financière et maintenant économique devrait mettre un terme à ce dogme, cette croyance. Tout au moins pour la base des salariés, vivant l’angoisse de la délocalisation, ou soumis à la précarité, quand ce n’est le chomage. Pour les" élites"," rattachées", aux grands groupes,et aux multinationales, soumis au lobbys, j’ai un doute.

    Voilà pourquoi, ,j’attends le résultats du congrès de Reims avec intérêt.

    Si rien ne se passe, alors je me remettrai à hiberner, comme je l’ai fait, au niveau du PS, après la claque des présidentielles.

    J’ajouterai, pour me faire bien comprendre, qu’étant antilibéral, je me suis rapproché sincèrement du courant qui a été représenté par José Bové.

    Je me sui rendu à la réunion de Bobigny, où j’ai vu discuter des gens , des militants dont une partie s’affrontaient pour des raisons plus ou moins inavouables: il y avait des communistes des LCR "unitaires" et d’autres bine décidés à récupérer le morceau ,sous les yeux éberlués de 50 % des participants..

    Cela aboutissait à des essais de synthèse où je voyais Y. Salesse, le rapporteur et celui désigné pour faire la synthèse s’arracher les cheveux parce qu’il fallait discuter chaque mot ou chaque petite phrase, pour aboutir à quelque chose d’équivalent.

    Pour terminer JLM, à ma connaissance n’a jamais décrié les langues provinciales.

    Il a simplement indiqué qu’un courant breton avait choisi la collaboration avec l’Allemagne nazie, pensant que la victoire de celle-ci favoriserait l’indépendance Bretonne, et sur ce point, malgrè les susceptibilités, historiquement il a parfaitement raison . Ce n’est pas parce que cela a été refoulé qu’il a tort . Les gens de bonne foi peuvent facilement faire des recherches et vérifier.

    Répondre
  31. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Que le départ de Mélenchon éclaire bien la pétaudière qu’est devenu le PS est un fait qui reste positif. Qu’il le fasse pour créer son petit parti à lui tout seul revient à se tirer une balle dans le pied.

    En fait, je trouve que la politique est une chose bien trop sérieuse pour la laisser à des politiciens professionnels.

    Répondre
  32. Le libéralisme pour les débutants
    Le libéralisme pour les débutants dit :

    Bof, le libéralisme est pratiquement absent du paysage politique français.. Il n’y a qu’un immense choix entre des étatistes (Sarkozy, Hollande, Royal..) ou ultra-étatistes (Besancenot, Lepen Menelanchon)

    Pour ce qui est de la crise financière, c’est d’abord une crise étatiste, certainement pas du marché libre.

    a) L’état limite sévèrement le droit de la propriété avec l’occupation du plan d’occupation des sols. C’est cela qui a créé une rareté artificielle dans la construction des logements et donc provoqué une explosion des prix (au détriment des pauvres et des nouveaux accèdent.)

    b) C’est encore l’Etat US qui a forcé les banques à prêter à des menages insolvables (les fameux subprimes). Toute banque qui n’avait pas son quota d’insolvables était suceptible de sanctions très lourdes.

    c) C’est toujours l’Etat US qui a envoyé dans la sphère financière plus 50% des produits toxiques à travers les banques para-publiques Freddie Mac et Fannie Mae. Ces deux banques parapubliques (ça fait réver tous les étatistes..) ont été un feu d’artifice de risques inconsidérés, de magouilles politiciennes et de démagogie electorale de gauche.

    d) C’est enfin la Fed, bel exemple monopole et de controle de l’Etat sur le crédit et la monnaie qui a inondé le marché de fausse monnaie et de faux crédit..

    e) Quant aux banques de marché, elles sont completement submergés justement par la reglementation et des lois comptables. Le contraire de la dé-régulation..

    Bref.. cette crise c’est surtout la bref que l’Etat ne sait pas, ne peut pas intervenir dans l’économie.. sous peine de catastrophe, en particulier pour les plus pauvres..

    Répondre
  33. Zygomatique
    Zygomatique dit :

    D’accord Monolecte, mais qu’est-ce qui empêche les gens de rentrer en masse dans un parti, un mouvement, une association, peu importe lequel, je ne fais pas de prosélytisme,car je n’ai pas assez de certitudes, de bousculer les mauvaises habitudes, d’envoyer de l’air frais et de rappeler avec insistance, la réalité de notre monde et de notre société aux responsables de tout niveau ?

    Ce qui n’empêche pas de faire du local quand cela se prête.

    Ce qui me fait braire , c’est cette ambiance nihiliste ou semblent se complaire plein de gens désabusés, qui ont pris l’habitude de manifester leur défaitisme, leur scepticisme, leur spleen, et à qui il ne vient même pas à l’idée de se sortir les doigts du cul, de s’arracher un peu à leur ordinateur pour tenter de se battre même sur des petites choses. Si ce n’est pour eux, pour leurs enfants.

    Répondre
  34. Ronan
    Ronan dit :

    "Pour terminer JLM, à ma connaissance n’a jamais décrié les langues provinciales."

    Langues provinciales, quelle dénomination charmante… (au fait, pour votre info, province, ça veut dire "pays vaincu", c’est pas super super chouette comme mot, mais bon, je pense pas que vous l’ayez utilisé en pensant à mal)

    "Il a simplement indiqué qu’un courant breton avait choisi la collaboration avec l’Allemagne nazie, pensant que la victoire de celle-ci favoriserait l’indépendance Bretonne, et sur ce point, malgrè les susceptibilités, historiquement il a parfaitement raison . Ce n’est pas parce que cela a été refoulé qu’il a tort . Les gens de bonne foi peuvent facilement faire des recherches et vérifier."

    Ce n’est pas vraiment ça qu’il a sorti. Il est reparti d’éléments que personne ne conteste, les a mélangé grossièrement, repris sans bien les comprendre des amalgames douteux, énoncé par quelques aigris ici qui en veulent à tout le mouvement culturel breton, il y a ajouté quelques énormités dont il est le seul dépositaire, pour en arriver à des conclusions délirantes…

    En particulier, il s’en est pris extrêmement violemment aux écoles Diwan, écoles associatives nées il y a 30 ans, pour palier aux carences de l’Etat en termes de service public d’éducation, en permettant aux parents qui le souhaitent de pouvoir scolariser leurs enfants dans la langue du pays.

    Les propos qu’il a tenus et qu’il a répétés, malgré les appels à la raison qu’un grand nombre de personnes lui a adressé, démontrent qu’il ne sait pas du tout de quoi il parle, ce qui ne l’empêche pas d’avoir une position complètement arrêtée. C’est d’autant plus gênant, que ça faisait quelques décennies, qu’on n’avait pas vu un ministre en charge de questions d’éducation, prendre de telles positions, et comme "méthode", c’est plutôt inquiétant, personne ne l’ayant empêché, bien au contraire, de venir voir par lui-même comment fonctionnent ces écoles…

    "Je terminerai ce petit coup de gueule en répondant à Ronan au sujet de la diversité culturelle. Je comprends que tu ne sois pas d’accord avec JLM sur ce point, mais je pense que tu te méprends totalement sur sa position. L’idée principale qu’il évoque dans ses discours sur la laïcité, c’est qu’elle est la base d’une vraie égalité pour tous. Il n’a parlé à aucun moment d’interdire une langue, une coutume régionale, ou une religion, bien sûr. Mais commencer à favoriser telle ou telle culture régionale, c’est aussi en défavoriser d’autres (il donne l’exemple de l’enseignement du créole aux Antilles qui avait été proposé, puis abandonné après s’être rendus compte du nombre de créoles différents qui existent). L’idée, c’est qu’exacerber les régionalismes et les particularismes culturels est dangereux, car cela peut tendre au communautarisme, qui lui est source de haine pour ce qui est étranger et différent. Je l’exprime certainement moins bien que lui, et je t’invite à relire ou revoir ses interventions sur la laïcité (certaines sont sur DailyMotion, tu peux aussi aller voir son blog)."

    Et on nous ressort la laïcité, pour justifier la marginalisation d’une langue. Qu’est-ce que la laïcité vient faire la dedans ? Les écoles Diwan sont laïques, mais au nom de la laïcité, JLM trouve lui qu’il faudrait les fermer…

    Personne ne parle de favoriser telle culture régionale, au détriment d’une autre. On demande qu’elles soient toutes respectées, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui et ce qui ne serait pas prêt de s’arranger si un jour JLM parvenait au pouvoir.

    Vous me dites que JLM (et vous même j’imagine) n’êtes pas pour l’interdiction de ces langues, de ces cultures. Effectivement, il n’est pas interdit de parler breton… sauf que le français est obligatoire dans 99% des actes de la vie quotidienne. Si nos langues ne retrouvent pas une vraie place dans la vie publique, elles sont tout simplement condamnées. Dire le contraire est au mieux de l’ignorance, au pire d’un cynisme assez révoltant.

    Lorsque la Région Bretagne a voté (à l’unanimité) un engagement à favoriser cette prise en compte plus large de la langue dans la vie publique régionale, Melenchon a été le premier (et le seul d’ailleurs) a interpeller Villepin (alors ministre de l’Intérieur) pour lui demander de réagir face à ce crime de lèse-indivisibilité de mes fesses.

    Maintenant, si vous voyez ce gardien de la francophonie standard et impériale comme le sauveur de la gauche française, grand bien vous en fasse, mais je vous promets que ses scores en Bretagne (et sans doute pas seulement) seront ridicules…

    Répondre
  35. Zygomatique
    Zygomatique dit :

    @ Ronan : je me souviens quand j’ai écrit mon commentaire, je cherchais le mot: j’ai écrit provincial car je n’arrivais pas à sortir régional…Comme quoi les malentendus ne tiennent parfois pas à grand chose:un coup de fatigue.

    Pour le reste, tu peux aller voir le blog de JLM. Et je partage une grande partie de ton analyse.

    Si tu lis Kessel," les bataillons du ciel", tu verras que des Bretons se sont battus avec une énergie farouche conte l’occupant nazi, qu’ils l’ont payé très cher, par des représailles horribles, pour donner plus de chance de succès au débarquement de Normandie.

    Je n’ai pas l’intention de monopoliser le blog de Monolecte alors j’arrête là. J’espère que tu accepteras mes amitiés.

    Répondre
  36. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    @Arya : merci pour ton commentaire. C’est vrai que c’est saoulant ces commentaires mi-sarcastiques, mi-on-me-la-fait-pas-à-moi. Mais faut faire avec… ce bruit.

    Répondre
  37. Ronan
    Ronan dit :

    @Zygomatique

    Pas de souci, j’accepte avec plaisir tes amitiés.

    J’ai eu l’occasion de lire déjà plusieurs billets du blog de JLM et je suis loin d’être systématiquement opposé à ce qu’il peut dire, mais il y a des sujets sur lesquels il devrait tout simplement fermer sa gueule.

    Si j’ai voulu intervenir sur ce blog pour faire ce petit rappel, c’est pour que ceux qui voient Mélenchon comme un leader capable de rassembler à la gauche du PS, n’oublient pas qu’il s’est déjà fait un paquet d’adversaires, voire d’ennemis politiques, y compris parmi des gens qui attendent réellement une nouvelle dynamique à gauche.

    J’étais d’ailleurs plutôt satisfait qu’il se soit rangé derrière la motion Hamon au PS, car sur son nom le score était sans doute été plus faible.

    Pour la suite on verra, mais pour moi il est déjà bien trop grillé ici en Bretagne pour prétendre représenter quoi que ce soit.

    Répondre
  38. jardin
    jardin dit :

    On ne fera pas "un parti" avec toutes les sensibilités de la gauche. Il est temps de mettre les égos dans la poche et les contradictions sur la table pour en DISCUTER à fond et sans anathème.

    La contradiction entre les cultures régionales et les traditions jacobines de la gauche en est une, et de taille. Mais la plus énorme oppose les partisans de la décroissance, voire même les simples écolos pas spécialement décroissants, et les tenants de la défense de l’emploi et du pouvoir d’achat, donc de l’industrie automobile, chimique, nucléaire et je n’ai pas nommé les industries de l’armement…

    Quand les ouvriers de Polimeri, dans l’Isère, ont mené une lutte courageuse et exemplaire pour sauver leur boîte, j’ai demandé à un copain syndicaliste: "Et ils fabriquent quoi, les Polimeri?" Un grand silence m’a répondu, je n’ai pas pu savoir si l’usine faisait partie de celles qui foutraient une sacrée merde dans la vallée de Grenoble si les barrages sur la Romanche venaient à craquer et à emporter tout ça sur la ville. A mon avis, les Polimeri auraient dû -aussi- parler de ça, et peut-être même l’ont-ils fait, sans que nous en sachions rien.

    Ces contradictions nous détruiront si nous continuons soit à les ignorer, soit à nous lancer des noms d’oiseaux, au lieu de les affronter courageusement.

    Répondre
  39. jardin
    jardin dit :

    @ Pim (31):

    Tu fais erreur. Tu ne vois que l’intérêt "pratique" à parler une langue, tu oublies complètement ce qu’une langue transporte avec elle, de culture, de manière de penser, de manière de vivre. Une langue, c’est tout un peuple, avec sa culture et son histoire. Avec chaque langue disparue, comme avec un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle. La diversité de nos cultures est une chance, comme la diversité des graines de toutes sortes.

    Nous allons vers des temps où toutes nos richesses humaines ne seront pas de trop.

    Répondre
  40. Michel B.
    Michel B. dit :

    Ça fait tout drôle d’enchainer la lecture de ce billet après celle du précédent consacré à l’élection d’Obama : à l’interdiction obligée d’espérer quoi que ce soit de l’élection américaine, succède un message vibrant d’espoir car Mélenchon quitte le PS.

    Une telle fuite de la possibilité de la réforme interpelle. D’abord parce que quelque soit le cheminement choisi, il faudra bien s’y coller un jour si l’on veut que les choses changent vraiment. Et aussi et peut-être surtout parce que l’Histoire nous enseigne que tous les acquis de ces deux derniers siècles ont été obtenus par des réformateurs.

    Alors ok sur le diagnostic de la machine qui s’emballe, qui ne sait ni fixer un cap, ni redistribuer ce qu’elle produit. Mais il me semble que faire l’impasse sur les vertus qu’a longtemps eues ce système pour générer du progrès (l’école, le temps de travail, les congés payés, protection sociale, assurance santé, retraite à 60 ans etc ..) par voie de réforme est un peu dangereux pour la suite. A moins de proposer une alternative crédible en termes de projet, de capacité à rassembler, et de processus de mise en œuvre.

    Sur les trois points, on attend toujours. Malgré la formidable opportunité de la crise financière, générant un moment de constat massivement partagé que le système est fou, il suffit que Sarkozy prenne à son compte les arguments sur les parachutes dorés et les salaires des patrons pour réduire à peau de chagrin la voix de la gauche de la gauche. Pour cette gauche, il est urgent de rendre lisible une pensée cohérente et praticable. Un chantier au moins aussi conséquent que celui nécessaire au PS; si la gauche de la gauche était plus unie que le PS, ça se saurait.

    Je souhaite de tout cœur à Mélenchon de contribuer à sa réussite, et aussi bon courage car il va en falloir dans cette petite jungle politique, dont je ne suis pas certain qu’elle soit plus amicale et plus responsable que le cimetière des éléphants.

    Répondre
  41. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    L’expérience Mélenchon confirme ce que je supputais depuis un moment : la politique partisane est un obstacle à la démocratie légitime. La logique d’appareil étouffe tout et empêche toute logique commune. Le système électoral actuel y est aussi pour beaucoup.

    La démocratie doit passer à autre chose.

    Répondre
  42. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Étienne a un coup de mou

    Je crois qu’Étienne Chouard en a marre d’avoir raison tout seul dans son coin. Je vous refile tel quel son dernier cri, parce que ça veint du fond des tripes et que c’est important.

    Non, je n’ai pas le moral.

    La passivité des gens qu’on viole chaque jour avec leur assentiment, dans l’indifférence générale, leur servitude volontaire, me décourage chaque jour un peu plus.

    D’autre part, l’incompréhension profonde des militants que je respecte pourtant plus que tout me désespère complètement : les dizaines d’heures que j’ai passées avec Raoul Marc Jennar, Michel Onfray, Gérard Filoche, Jacques Généreux, Frédéric Lordon, Annie Lacroix-Riz, Paul Ariès, Jean-Marie Harribey, Bernard Manin, Jean Veronis, Daniel Schneidermann, Elisabeth Lévy et Philippe Cohen, Stéphane Paoli, Serge Halimi, André Bellon, Maurice Allais, Thierry Meyssan, Jean-François Kahn, Daniel Mermet, et tant d’autres dont j’aime tant la pensée généreuse, la culture infinie et le courage politique, toutes ces heures semblent n’avoir servi à rien : aucun de ces valeureux n’a compris (mais j’en déduis que c’est probablement moi qui me trompe et qu’il faut peut-être tout laisser tomber et retourner voler dans mes montagnes chéries, ne pensant plus qu’à moi et mes proches, comme avant), aucun n’a compris l’importance première, prioritaire, inédite (jamais testée ailleurs qu’à Athènes il y a 2 500 ans), forcément fondatrice d’un véritable pouvoir de résistance des hommes contre les abus de pouvoirs, l’importance décisive de la Constitution — la seule règle de droit qui soit, PAR DÉFINITION, au-dessus des pouvoirs et qui s’impose donc à eux —, et, par voie de conséquence logique, l’importante majeure et évidente du DÉSINTÉRESSEMENT DES AUTEURS de ce texte.

    Tous ces personnages m’écoutent gentiment, amicalement, amusés de mon insistance qu’ils qualifient parfois d’obsessionnelle, mais pas du tout convaincus que j’aie le moins du monde raison et… ils continuent TOUS à envisager comme une évidence que l’Assemblée constituante doit être… ÉLUE.

    J’en ai donc vraiment marre, en fait, et derrière mon front, commencent à s’afficher les mots BIEN FAIT POUR VOUS : pendant que le monde s’écroule, pendant que ces gredins de patrons continuent à se goinfrer après nous avoir tous ruinés, pendant que les serpillères gouvernementales nous font les poches en beuglant leur vertu et en couvrant de centaines de milliards les barons voleurs au lieu de les jeter en prison, de confisquer leurs biens et de nationaliser la finance tout entière, alors que ce désastre ne peut être freiné par aucune digue puisque la Constitution (relisez-la si vous ne me croyez pas, celle de France et celle de l’Union européenne) ne prévoit rigoureusement AUCUN moyen de résister même aux pires abus de pouvoirs, pendant que les pires ravages s’approchent, pendant que les journalistes salariés des (subordonnés aux) banques nous préparent déjà à la nécessité de nouvelles guerres, vous êtes tous là à dire : « oui, c’est une bonne idée, la constitution, c’est intéressant, mais ce n’est pas réaliste, il faut s’occuper d’abord de tous les problèmes des gens, les salaires, l’emploi, l’environnement… » et gna gna gna… Mais bon sang, tous ces problèmes sont IMPORTANTS MAIS SECONDAIRES : tant que vous avez LES FERS AUX PIEDS, les fers constitutionnels, vous êtes tous, nous sommes tous, condamnés aux plus stériles bavardages.

    Bla bla bla… et merde.

    Les multinationales et les banques, moins stupides que nous, elles, ont compris que CE QUI COMPTE C’EST D’ÉCRIRE SOI-MÊME LES INSTITUTIONS et de prendre ainsi le contrôle réel des marionnettes gouvernementales : qui écrit le droit européen ? Pourquoi est-ce un banquier (américain de cœur) qui a décidé de construire de nouvelles institutions (prétendument « européennes ») de cette façon (sans nous) ? À votre avis ?

    Ils sont moins cons que nous, ça c’est sûr.

    Ils doivent bien se marrer à nous voir tous gesticuler en tapant les murs sans sortir de notre prison alors que la porte n’est même pas fermée à clef !

    Alors, si vous ne faites pas du TIRAGE AU SORT DE L’ASSEMBLÉE CONSTITUANTE une priorité absolue et immédiate, décisive et indispensable, non négociable,

    alors oui,

    BIEN FAIT POUR VOUS.

    Répondre
  43. Jean Claude Goujat
    Jean Claude Goujat dit :

    Cette histoire de langue me désole alors que le fond du problème c’est:ou on accepte le but de l’europe libérale qui est de faire éclater les nations en régions et il faut voir ce que ça donne par exemple en Belgique.
    Ou on refuse cette logique du diviser pour régner.
    Que les langues régionales soient parlées ne me dérange pas,que l’on exige en même temps que les textes administratifs soient écrits et éditer en langue régionales la on touche un point sensible,parce qu’il s’agit purement et simplement d’EXCLURE tout ceux qui ne parlent pas ces langues de la vie politique,économique,culturelle d’une région.
    Alors un peu plus de réflexion serait peut être salutaire.
    Quand au départ de Mélenchon,il faut le prendre comme un signal en direction des militants socialistes qui sont vraiment à gauche.
    Et les rangs du NPA qui se gonflent,le dernier rendez vous de WE du NPA dit le contraire,parce que si ils ont envoyer 11000 cartes,ils n’ont que 2347 adhésions.
    Et ceux qui croyaient que l’union allait se faire au moins sur les européennes vont déchanter:à la proposition du PCF de faire une liste commune de tout les antilibéraux dans toute les circoncriptions Besancenot a dit NON!
    Mais le rêve fait parti de la vie.

    Répondre
  44. brigetoun ou brigitte celerier
    brigetoun ou brigitte celerier dit :

    soyons clair j’ai de sérieux doutes sur la clairvoyance de Mélenchon s’il jugeait que la motion C pouvait faire plus de 19/20°.
    J’ai de sérieux doute sur son sens du timing qui le fait monter un groupuscule au moment où la gauche du parti s’était unie, et a obtenu un score lui permettant d’être prise en considération pour réorienter le parti.
    J’ai de sérieux doute sur sa loyauté qui lui a fait quitter le parti à grand bruit à ce moment, en urgence, courcicuitant (heureusement pas trop) les chances de ce qu’il prétendait défendre..
    Alors ? ego ne pouvant s’intégrer dans un regroupement où il n’est qu’un parmi d’autres et qui est mené d’un commun accord par Hamon ?
    Certitude et au besoin effort pour que l’on n’obtienne rien et que nous soyons nombreux à quitter le parti et désir d’être là, organisé comme recours.
    Il m’est devenu évident maintenant que je ne le suivrai pas
    Et les "classes populaires" si chères à son coeur devront se contenter de son témoignage dans la mesure ou ça les intéresse

    Répondre
  45. Contemplatif
    Contemplatif dit :

    Je retiens surtout le titre du billet " A gauche toute ! " plutôt que de partir sur un grand débat sur l’utilité ou l’inutilité pour Mélenchon de partir du PS.

    "A gauche toute !" Whaaaaaa, ça fait du bien !

    Depuis le temps qu’on attend que la gauche redevienne de gauche, rien que le titre me redonne la pêche !

    Répondre
  46. céleste
    céleste dit :

    superbe texte d’Etienne Chouard, belle base de réflexion;

    Mélenchon je ne sais pas, je suis loin, je ne connais pas suffisamment, la seule chose que je sais c’est qu’à se place il y a bien longtemps que j’aurais quitté le PS

    Répondre
  47. chris
    chris dit :

    Bien le texte de Chouard …..voila un point de concordance ou nous autres autres anarchistes ….pouvons rejoindre la (les) gauches ..

    49 vient de nous informer par son lien de rue 89 que la sarkozie vient de recreer la Stasi …..tout baigne, quoi …

    Répondre
  48. Arya
    Arya dit :

    @ Ronan: comme je ne pense pas que ce soit le lieu de refaire le débat sur les langues régionales (bien que ce soit intéressant!) je me contente de faire une précision sur mon post précédent, et l’emploi du mot "laïcité". Ce n’est pas une confusion, et je sais bien que les écoles Diwan sont laïques et que le breton n’est pas une religion! Simplement, je pense que la position de Mélenchon (entre autres) sur les langues régionales s’inscrit et s’explique dans ses discours sur la laïcité. Dans tous les cas, il s’agit de refuser TOUS les communautarismes, qu’ils soient d’origine religieuse ou régionale. Pose-toi simplement la question: que mettrais-tu en premier, l’intérêt des Bretons ou celui de tous les Français, ou encore celui de l’humanité? Et que ferais-tu d’un parisien d’ascendance demi-bretonne et demi-lituanienne (c’est mon cas), doit-on choisir d’appartenir à une communauté nécessairement? Ou peut-on se retrouver et échanger dans un espace commun avec une langue commune, quelles que soient nos origines, et construire un avenir politique en mettant tout cela de côté? La langue est certes, porteuse de culture, mais c’est avant tout un moyen d’échange avec nos semblables, et l’ériger en barrière entre nous et le reste du monde est une connerie rétrograde.

    @ Agnès: "la politique est une chose bien trop sérieuse pour la laisser à des politiciens professionnels". Oui et non: il me semble que l’expérience de l’exercice de responsabilités, locales ou nationales, dans la vie politique (au sens de vie de la cité) est très importante. C’est trop facile de rester le cul sur son fauteuil en critiquant sans rien mettre en pratique. D’où l’importance d’hommes et de femmes politiques. Par contre, les politiciens, ceux qui ont perdu de vue que l’élection est un moyen et non un but, et naviguent dans le but de garder leur place, sont des parasites du système. Heureusement, tous ne sont pas (encore?) comme cela.
    Après, que le système des partis ait ses limites, je n’en doute pas. Il fut un temps ou je proposais une sorte de "service politique", que les gens passent quelques années, enfin, une période de leur vie, à servir le bien commun par le biais associatif et/ou politique. Que cela puisse être également mis en place pour les gens à partir de 50 ans, qui souhaitent mettre leur expérience au service de tous, en gardant un salaire décent et une cotisation pour la retraite, au lieu de mariner en situation de chômage ou de pré-retraite. Une assemblée nationale constituée de la sorte par un "contingent politique" serait intéressante, non? Enfin, je divague peut être…

    Répondre
  49. Ronan
    Ronan dit :

    @ Arya : Parler de communautarisme Breton en Bretagne, je ne comprends même pas ce que ça peut bien vouloir dire. Il n’y a rien de plus normal à ce que des personnes puissent parler leur langue dans leur pays, et pourtant…

    Quel intérêt je mettrais en avant, celui des Bretons, de tous les Français ou de toute l’humanité ? Eh bien tout d’abord, la question de la culture et de la langue ne relève pas pour moi d’une question d’intérêt et ne doit pas être abordée sous cet angle. Si on parle d’intérêt, j’aurai tendance à mettre celui de l’humanité en premier. Je suis particulièrement hostile par exemple à la politique néocoloniale de la France en Afrique (qui comprend une sacré dose d’impérialisme culturel, qui commence d’ailleurs à menacer de nombreuses langues de ces pays), quand bien même elle pourrait apporter un quelconque intérêt aux Français. Par contre, si l’intérêt du reste des Français, c’est de voir notre langue et notre culture disparaître, je ne pourrais en aucun cas y souscrire et pour moi ça ne peut pas (plus) être mis dans la balance.

    Vous me demandez que faire des gens comme vous (dont les parents sont d’origines ou de cultures différentes). Eh bien, pour moi, c’est très simple, c’est d’abord de respecter votre identité propre, qui n’est pas forcément celles de vos parents. Etre demi-breton ou demi-lituanien pour moi ça ne veut rien dire. Si vous ne vous sentez ni breton, ni lituanien, c’est pas compliqué, c’est que vous n’êtes ni l’un ni l’autre et il n’y a pas lieu de vous obliger à choisir une « communauté ».

    Ensuite, comme vous pouvez le constater, on se retrouve déjà dans un espace commun avec une langue commune et si je suis partisan d’une officialisation de la langue Bretonne en Bretagne, ça n’est pas pour qu’elle se substitue au Français, mais qu’elle puisse vraiment trouver sa place à côté. Je suis complètement d’accord pour qu’une langue n’ait pas à être érigée en barrière, malheureusement aujourd’hui en Bretagne, c’est plutôt la langue française qui s’érige en barrière pour empêcher ceux qui parlent breton de pouvoir aussi vivre dans leur langue. Dans la situation actuelle, certes il n’est plus théoriquement interdit de parler Breton, mais il est obligatoire de parler en Français dans 99 % des actes de la vie quotidienne, autant dire que la nuance est très très mince…

    Répondre
  50. jardin
    jardin dit :

    @ Arya, 60:

    Dommage, j’étais en train de suivre ton raisonnement et de m’y intéresser, et cette phrase:

    "C’est trop facile de rester le cul sur son fauteuil en critiquant sans rien mettre en pratique"

    qui le coupe et le pollue me stoppe net, je voudrais vraiment que ce genre d’insulte, car c’en est une, disparaisse de nos commentaires si nous voulons nous entendre.

    Sans rancune, je m’y remets!

    Répondre
  51. chris
    chris dit :

    Pitain ,c’est bien les GOoochistes ca ….d’ergoter sur la langue bretonne lorsqu’on parle de constitution et de stasi sarkozienne …..

    Vachement important que le breton puisse etre bretonnant…..d"autant que la plupart des gamins qui s’expriment sur les foreux politques en revendiquant la bretonne banniere …..sont des identitaires fascisants.

    Répondre
  52. jardin
    jardin dit :

    Personnellement, je suis dauphinoise, je me fous bien que le breton puisse ou non être bretonnant. Par contre, je serais désolée que la langue bretonne disparaisse, pour moi elle fait partie du patrimoine de l’humanité. Je vois guère que les bretons pour oeuvrer à son sauvetage. Donc, vivent les bretons et leur langue.

    Je trouve que ce thème, quoique marginal au sujet du jour, mérite bien qu’on lui consacre un peu de temps, précisément parce qu’il n’est pas du tout consensuel.

    Répondre
  53. alsospracht
    alsospracht dit :

    Jusqu’au 56, franchement tout ça … bof à force de voir des gens nous trahir on croit plus à rien et ne me dites pas que c’est dommage car je suis d’accord, c’est même très dur à vivre . Mais ce parti dit socialiste c’est son habitude historique : quand il commence à mourir il fait diversion pour mieux créer autre chose qui continuera son travail de division et de confusion. Bon le Mélenchon il est plus agréable à entendre que les autres mais bon…
    Je reviens plutôt au 56… je ne connaissais pas E.Chouard, mais me voilà tombé sur les fesses : Quelqu’un qui cause de tirage au sort, enfin… Tu n’es pas seul ! ah,ah,ah, on est deux. Merci Agnés je vais aller visiter son blog. Je me demande d’ailleurs si j’ai pas déjà fait un commentaire à ce sujet sur ton blog.
    (A chaque fois que les anars ont trouvé la gauche sur leur chemin c’est sous forme de balles dans le dos… et c’est quoi la clerocratie ?

    Répondre
  54. Arya
    Arya dit :

    @jardin: Oui je sais, je me suis rendu compte après que cette phrase pouvait être prise comme un reproche ou une insulte par des gens ici. Je t’assure que ce n’était pas du tout mon intention, d’autant plus que si ça doit s’appliquer à quelqu’un ici, ça serait à moi en premier! Je voulais juste dire par là que toute théorie politique ne peut être valable que confrontée au réel. Voilà, donc mea culpa pour avoir écrit trop vite, et désolée si des gens se sont crus visés!

    Répondre
  55. Ronan
    Ronan dit :

    @Cris
    "Pitain ,c’est bien les GOoochistes ca ….d’ergoter sur la langue bretonne lorsqu’on parle de constitution et de stasi sarkozienne ….."

    C’est qui on, vous ? Faut être moins nombriliste, je ne vous demande pas de vous exprimer sur la langue bretonne, si ce sujet ne vous intéresse (concerne) pas.

    Si le petit point de débat que je me suis permis d’engager n’avait amené aucune réaction, je ne serais sans doute pas encore maintenant à ajouter de nouveaux commentaires.

    " Vachement important que le breton puisse etre bretonnant…..d"autant que la plupart des gamins qui s’expriment sur les foreux politques en revendiquant la bretonne banniere …..sont des identitaires fascisants."

    Ah bon ? Je ne suis pas un assidu de l’internet et ici, en bretagne (et pas dans le virtuel) les identitaires fascisants, j’en vois pas particulièrement, ou alors ils ont plutôt intérêts à se faire très discrets.

    Je trouve ce genre de propos plus que déplacé. Vous devez vraiment avoir une vie bien triste pour avoir des réactions pareilles…

    Mais sinon, oui, c’est vachement important que le Breton puisse être bretonnant. S’il ne le peut pas, ça signifie que la langue Bretonne est devenue une langue morte et qu’une partie majeure de notre culture se sera éteinte. Ca serait grave non seulement pour les Bretons, mais pour l’humanité toute entière, qui s’en trouverait du même coup appauvrie, comme chaque fois qu’une langue, qu’une culture cesse de rayonner à la surface du globe.

    Si une partie de la gauche Française, ne peut dépasser son ethnocentrisme pathologique, alors elle trouvera toujours des adversaires sur son propre bord (pas la peine d’aller chercher d’hypothétiques gamins aux idées douteuses, pour justifier ses propres idées réactionnaires)

    Répondre
  56. damien
    damien dit :

    Comme Etienne Chouard, BIEN FAIT POUR VOUS, POUR NOUS !

    je retourne "me promener dans mes forêts chéries, ne pensant plus qu’à moi et mes proches, comme avant", parce que franchement le grand soir, le grand matin ou tout ce que vous voulez, j’y crois plus !
    Melenchon ? ben vas-y mon gars si tu penses que ça peut servir à quelque chose…ça t’aidera à titre personnel surement, mais le reste .. ??
    Allez bon courage aux militants de tous bords et autres… j’ai des champignons qui m’attendent au fond du bois 🙂

    Répondre
  57. Aka75
    Aka75 dit :

    Un parti entre le PCF et le PS, ça risque de bien marcher. Un parti de gauche parlant à la société civile Les gens ne se sentent plus représentés par leurs élus. Mais il y a trois réformes qui peuvent changer ça. Non-cumul des mandats, proportionnelle et limitation de la vie politique à un ou deux mandats.

    Sauf que s’il faut prendre en compte que les gens sont énervés, pour pas dire autre chose, il ne faut pas croire qu’ils vont se lancer dans la lutte des classes. Car les chiffres sont là :

    http://www.insee.fr/fr/themes/table

    Les ouvriers représentent 14% de la population, les chômeurs 30%, les employés 17%. Il faut faire comprendre aux employés, 1) qu’ils sont des ouvriers de bureau ou de magasin et non des cadres supérieur en devenir. 2) que les 30% des chômeurs, ce sera peut-être eux bientôt et que les chômeurs ne sont pas des voleurs dégueulasses.

    Non, les pauvres, ne sont pas dégueulasses, on les salit et ce n’est pas pareil. Et les choses changeront quand on ne laissera plus d’authentiques dégueulasses les salir.

    Répondre
  58. chris
    chris dit :

    Je trouve ce genre de propos plus que déplacé. Vous devez vraiment avoir une vie bien triste pour avoir des réactions pareilles…""""""""""""""""

    Je pense sincérement que tout les gens comme moi qui vivent dans la jungle capitaliste et s’y battent avec la violence de la survie ….s’en tapent royalement des guignoleries identitaires bretonnes…

    La realité de la violence ordinaire est bien ailleurs …..que ces querelles de clocher de gens qui sont nés quelque part…

    Quant aux autres ,puisque vous parliez de tristesse…..et je pense a un mendiant dans la rue ,au chomeur ,au rmiste …..celui qui n’a plus la force d’en rire de toutes façons ,du burlesque bretonnant ……

    Oui comme le le coup de gueule de Chouard , tristesse …..

    Bref si la gauche , c’est penser comme Chouard ou rue 89: on peut apporter nos petits poings a l’edifice ……………si il s’agit de promouvoir un dialecte regional ,demerdez vous tout seuls !

    Répondre
  59. Ronan
    Ronan dit :

    @ Cris : Quel mépris encore une fois… Vous vous en foutez de la disparition d’une langue, d’une culture et vous pensez que tous ceux qui subissent les attaques du monde capitaliste et de la droite sarkozienne s’en foutent ? Peut être en dehors de Bretagne, mais pas ici. Aux dernières municipales, la LCR a même fait des listes communes, avec Emgann, parti indépendantiste d’extrême gauche et ceux qui se battent pour la culture Bretonne sont très majoritairement ancrés à gauche et investis dans le mouvement social ici. Peut être faudrait il vous rappeler également, le fantastique combat mené par les Carhaisiens récemment pour obtenir le maintien de leur service public hôspitalier, avec en tête de fil, leur maire, figure incontournable du mouvement politique breton…

    Le sentiment de survie, il peut exister à tous les niveaux et ça n’est pas parce que dans votre vie quotidienne, vous ne ressentez pas certaines attaques, que vous devez les minimiser et mépriser à ce point ceux qui résistent AUSSI contre elles.

    Il ne s’agit pas de querelles de clocher et vos réflexions plus que méprisantes sur le "burlesque bretonnant" ou les "guignoleries identitaires bretonnes" montrent bien de quel côté vous vous situez : de celui du pouvoir français qui depuis 2 siècles s’efforce de faire disparaître notre culture. Cette politique porte un nom, il s’agit d’un ethnocide et ça relève à mes yeux du crime contre l’humanité. Puisque vous appuyez cette politique, vous êtes pour moi un ennemi à combattre, comme ce jacobinisme malfaisant qui s’imagine être le seul autorisé à s’exprimer au nom du "peuple de gauche".

    @ jardin : merci pour votre message. Eh oui, cette question pose un vrai problème et elle n’a pas à être écartée, car il y aura toujours des gens comme moi pour venir la remettre sur le tapis et faire en sorte qu’on ne laisse pas simplement crever nos cultures en silence.

    Par contre, vous dites une chose paradoxale : vous en foutez qu’un breton puisse être ou non bretonnant et en même temps vous seriez désolé que cette langue disparaisse. Comment pourrait elle ne pas disparaître si les bretons ne peuvent plus être bretonnants ?

    Répondre
  60. chris
    chris dit :

    @Ronan

    Les priorités sont ailleurs tout simplement et les incongruités culturelles en tant que revendications ne font que flooder les vraies luttes qui sont alimentaires, elles…

    IL s’agit d’un combat identitaire, rien de plus et le fait qu’il se cherche des legitimités a gauche ou a l’ED n’y change rien, desolé ….

    D’ailleurs en bretagne sous des pretexes ecolo ou culturel ,on chasse du nomade comme ailleurs …..tout en s’affirmant ""opprimé" par l"etat francais !

    Simple exemple parmi d’autres ;Carhaix n’etant qu’une revendication de confort local ….meme si on peut l’applaudir par ailleurs…

    Mais le jour ou un maire se levera pour defendre ce qui n’est pas un electeur ou un contribuable ,hein…

    Répondre
  61. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    @Ronan : ton agressivité est ridicule. Parce que Mélenchon a pris à parti un politique qui a feint de faire comme si la Police Française allait déporter tous les bretons bretonnants, toi, tu nous prends tous (les plus ou moins partisans de Mélenchon) à parti comme si on voulait t’empêcher de parler ton dialecte…

    Les dialectes. Quelle rigolade. Ici en lyonnais, il y en a au minimum 3 dans la région… dans le beaujolais… dans le forez… dans l’ain… Ils se ressemblent… ou pas… mais les habitants ne prétendent pas qu’on veut leur tordre le cou… comme tu le fais… et comme certains politiques le font.

    Bref. Cette discussion est ridicule.

    Répondre
  62. Ronan
    Ronan dit :

    @ Fred

    Je ne vois pas où j’ai été agressif, à part dans mon dernier message à Cris, où je n’ai fait que réagir à des propos à la limite de l’insulte. Je ne compte pas poursuivre la discussion avec lui, car je n’ai effectivement pas envie de m’énerver.

    Quant à vous, vous parlez du breton, comme s’il s’agissait d’un dialecte, alors qu’il s’agit d’une langue comme le français, l’anglais ou l’allemand, avec ses propres variantes dialectales. Mais bon vous avez décidé que c’était ridicule ne pas souhaiter sa disparition et donc de refuser de soutenir une orientation politique qui implique sa disparition, je ne vais donc pas poursuivre la discussion avec vous non plus…

    Répondre
  63. chris
    chris dit :

    car je n’ai effectivement pas envie de m’énerver.""""""

    Pour un homme de gauche, c’est ennuyeux ce manque de recul et de serenité , d’avoir les nerfs fragiles, non ?

    On sent deja un big probleme de tolérance …..

    Soyons serieux une minute, les momes ont deja l’anglais et l’espagnol a l’ecole , voudriez rajouter le breton ….

    Répondre
  64. Ronan
    Ronan dit :

    @Cris

    Bon, puisque vous me relancez, me revoilà et désolé pour tous ceux que cet échange agace.

    Je vous rassure, je contrôle très bien mes nerfs, et quant à la réflexion sur la tolérance, venant de vous, qui avez déjà montré toute la tolérance que vous aviez pour notre culture…

    Enfin, je suis parfaitement sérieux, je souhaite que le service public d’éducation, permette en Bretagne à tous les enfants, dont les parents le souhaitent, d’apprendre le Breton, mais aussi d’apprendre en Breton, dans le cadre d’école bilingues ou immersives et ce, sans aucune forme d’entraves, comme celles que nous connaissons aujourd’hui.

    Après, si vous voulez débattre de l’enseignement des langues en France, qui est globalement une catastrophe, on peut, mais on s’éloignerait encore un peu plus du fil. quoique, avec Melenchon qui revendique fièrement son monolinguisme, il y a aurait matière à discuter…

    Répondre
  65. chris
    chris dit :

    Je n’ai rien contre la culture bretonne dans la mesure ou comme pour les religions, elles n’interfere point dans la republique laique….

    Des ecoles bretonnes,ok mais privées ,n’est ce pas …

    Il est hors de question que le public finance des particularités capricieuses regionales…

    Il y a bien autres choses a financer ….les fameuses priorités concernant la misere dans ce pays …

    Desolé si je prefere que le pognon des impots finance des cantines gratos plutot que l’enseignement d’une langue regionale …..d’autant lorsque la misére du monde frappe a nos portes …

    Desolé msieur l’immigré mais nos enfants doivent apprendre la langue de leurs ancetres ,n’est ce pas …

    Un peu de serieux dont ces bretons la ,manquent cruellement…

    Répondre
  66. Arya
    Arya dit :

    Pour changer un peu du sujet sur les langues régionales.

    @jardin: si tu n’es plus fâchée, j’aimerais bien que tu me donnes ton opinion sur mon post 60 qui avait l’air de t’intéresser, je suis curieuse d’avoir des retours sur ces propositions… Par ailleurs je voulais aussi faire une remarque sur ton post 50, où tu dis:
    "La contradiction entre les cultures régionales et les traditions jacobines de la gauche en est une, et de taille. Mais la plus énorme oppose les partisans de la décroissance, voire même les simples écolos pas spécialement décroissants, et les tenants de la défense de l’emploi et du pouvoir d’achat, donc de l’industrie automobile, chimique, nucléaire et je n’ai pas nommé les industries de l’armement.."

    Plus j’y réfléchis, et plus je pense que les intérêts environnementaux et sociaux-économiques ne sont pas opposés, mais liés. Déjà, les intérêts de l’homme comme de l’environnement exigent de revoir le système en profondeur, sur d’autres bases que l’hyper-productivité. Relocalise la production et l’agriculture, et tu auras à la fois de l’emploi et beaucoup moins de consommation de carburant brûlé de façon débile pour transporter des choses d’un bout à l’autre de la planète parce que c’est moins cher. Ensuite, je pense que les défis énergétiques sont une chance de lancer de grands chantiers pour les transports "propres" (le train entre autres), des gros projets de recherche sur les énergies renouvelables, et investir en masse pour construire ou rénover des bâtiments et les rendre écologiques… Bref, c’est une chance qu’il faut saisir!
    C’est vrai, quand on voit les pêcheurs en grève, ou les employés de telle industrie merdico-polluante, on a envie de défendre leur emploi. Mais c’est là qu’il faut faire la bonne démarche: revendiquer qu’ils puissent être reconvertis et aient la possibilité de retrouver un emploi dans les autres branches que je viens de citer…

    Répondre
  67. chris
    chris dit :

    La contradiction entre les cultures régionales et les traditions jacobines de la gauche en est une, et de taille. Mais la plus énorme oppose les partisans de la décroissance, voire même les simples écolos pas spécialement décroissants, et les tenants de la défense de l’emploi et du pouvoir d’achat, donc de l’industrie automobile, chimique, nucléaire et je n’ai pas nommé les industries de l’armement.."""""""""""""""

    Voila les discussions prioritaires et selon les reponses apportées par le plus grand nombre …rien n’est possible avant d"avoir traité de ce fond la !

    ET la a mon avis toujours , c’est mort par avance pour de simples raisons structurelles …les gens etant occupés a survivre, meme s’enrichir etant une forme de survie d’ailleurs…

    Mais bon, les réponses possibles me passionnent par avance???

    Répondre
  68. speedy
    speedy dit :

    @chris 80 : pour aller dans ton sens, un commentaire sur un autre de fil de ce blog me revient et m’avait fait conclure la même chose ou presque.

    Une intervenante disait arriver à acheter des jean’s à 3 euros (ou 3 pour 10 euros). C’est bien le problème ma petite dame !

    Question : sachant qu’il faut qq centimes de matière, quelques minutes (ou heures), une marge pour le vendeur, quelques jours de transport, des droits de douanes, un marge pour le vendeur et une TVA, quel est le salaire de l’esclave qui a fabriqué le jean’s ?
    Question subsidiaire 1 : combien d’emploi sont perdus en EU par jean’s vendu ?
    Question subsidiaire 2 : que peut-on déduire si on applique le raisonnement à l’ensemble des produits fabriqués par des esclaves ?

    Répondre
  69. Shanar
    Shanar dit :

    Ce n’est pourtant qu’un début. La deuxième étape, qui sera probablement décisive, est la cission du PS en deux voire trois nouveaux partis.
    Il est évident pour moi qu’aucune dynamique à gauche ne sera possible tant que Royal, Aubry et Delanoe resteront dans le même parti, tant leurs visions de la gauche sont différentes. Si Aubry et Delanoe peuvent s’entendre, chaque jour montre que la cohabitation avec Royal n’est plus possible. Toutefois, aucun d’eux ne peut, pour l’instant, endosser le rôle du traitre qui fera exploser le parti.

    Mon scénario favori (surtout maintenant que la motion de Royal est en tête): Aubry et Delanoe font alliance et grillent Royal au Congrès. Ils trahissent ainsi le vote majoritaire des militants tout en représentant une majorité. Royal peut alors quitter le PS la tête haute et fonder en parti politique le réseau Désir D’avenir.

    Cadeau bonus: le coeur du PS ayant éclaté, Hammon peut rejoindre Mélanchon.

    Alors c’est sur, ça retirerait l’avantage d’un gros parti face à la droite. Mais ça permettrait une clarification des positions et un renouvellement des forces décisionnelles (l’émiettement occasionnerait un appel d’air pour les jeunes dans les trois nouveaux partis).

    De plus, d’ici les prochaines grosses élections, chaque parti aura le temps de faire ses marques, posant les négociations de candidatures sur de bonnes bases.

    Répondre
  70. chris
    chris dit :

    @speedy

    C"est plus compliqué que ca …ou plus simple …

    J »importe du matos electronique en Corée, j"achete en dollar la bas et je revend en euro ici …..

    Elle est la…… la marge principale!

    Mes concurrents,des multinationales… font fabriquer directement en Chine et se re-facture en Angleterre….

    Pas triste tout ca ….it ‘s a free world…

    Répondre
  71. jardin
    jardin dit :

    @ Arya:

    C’est un peu loin, mais je crois qu’il était question de "la politique, trop sérieuse pour qu’on la confie à des "politiciens professionnels". Je suis bien d’accord avec Agnès là dessus, mais pas en désaccord total avec toi.

    Je ne compte pas dans les "politiciens professionnels" les citoyens qui s’investissent localement dans des instances élues ou citoyennes, genre conseils locaux de développement ou autres. Simplement, il faut SE surveiller si on fait partie de ces gens là, car assez vite on est soit rejeté sur les marges (si on ne joue pas le jeu de l’arrivisme politique), soit embrigadé dans une logique arriviste de "professionnalisation" si on le joue avec succès. C’est à dire qu’on "passe professionnel". Et à partir d’un certain niveau d’éloignement de sa base électorale, il n’y a plus que des "professionnels".

    La politique ne devrait en aucun cas être un métier, mais un SERVICE. Pour y parvenir, faudrait s’occuper des la question du cumul des mandats, ainsi que de celle qui permet d’être réélu quasi à perpétuité. L’idée d’Etienne Chouard, tirer au sort nos représentants au lieu de les élire, est intéressante à creuser.

    Si très peu de femmes et très peu de "non-blancs" sont des élus, le sexisme et le racisme ne sont en cause que marginalement. La vraie raison, c’est que pour mettre une femme ou un non-blanc sur une liste, il faut que ceux qui sont en place cessent de s’accrocher. Et comme ce sont eux qui décident, on en a pour des siècles.

    Répondre
  72. jardin
    jardin dit :

    @ Arya, 77: "Plus j’y réfléchis, et plus je pense que les intérêts environnementaux et sociaux-économiques ne sont pas opposés, mais liés".

    Là encore, d’accord avec toi, s’il est question du long terme. Mais à court terme, des ouvriers perdent leur boulot parce qu’on n’achète plus de 4X4, des pêcheurs ne peuvent plus vivre parce qu’on se soucie de protéger les poissons, etc…

    Nos saigneurs ne se font pas faute d’exploiter ces failles, se gardant bien de dire par exemple qu’il suffirait de payer les poissons à leur juste prix pour que ls pêcheurs ne soient plus acculés à la sur-pêche. Et les syndicats sont en train de reproduire la connerie de l’amiante, sur laquelle ils ont fait motus de longues années, pour ne pas faire perdre leur emploi aux salariés. A qui on s’est bien gardé de dire qu’ils étaient en train non pas de VIVRE de leur travail, mais d’en MOURIR.

    Répondre
  73. marxime
    marxime dit :

    Shanar,ton historiette est sympa, mais lescenario n’est pas plausible car……..aucun de ceux que tu as cites n’est de gauche,ils n’en ont et depuis trop longtemps que la posture.
    quant à melenchon depuis 30 ans qu’il avale des boas ………….

    Répondre
  74. pim
    pim dit :

    Etienne Chouard a de bonnes idées dans l’absolu mais comment les appliquer ?

    Et comment faire la transition entre son système et l’actuel ?
    Pourquoi tous le monde n’adhère pas à ces mêmes idées ?

    Putainggggggg elle est où la soluce ??????

    @ Arya> J’ai "kiffé grave" ce que tu as écrit dans ton poste n°38 sur la laïcité et les langues régionales 😉

    @ Agnes> Pourquoi dire que Jean-Luc Melenchon se tire une balle dans le pied en créant le parti de gauche ? j’ai pt mal compris … Personnellement je ne le pense pas car ca lui permet de s’affranchir des idées à la con du PS. Je lui souhaite de réussir avec son nouveau parti et avec les autres partis à gauche qui le souhaitent aussi "à niquer" le PS, le centre et toute la droite !!! olé !!! c bientot noël faut voir les cadeaux en grand lol (même si c pas pour tout de suite)

    Répondre
  75. Arya
    Arya dit :

    @jardin: merci pour tes réponses!

    Une remarque sur la représentation politique: c’est vrai, il faut faire évoluer le système. Pourtant, tirer au sort les représentants… J’ai beau faire, je n’arrive pas à trouver ça bien. Et pourtant, ce serait démocratique…

    Je pense qu’il faut commencer par la base: l’éducation politique des gens. Je ne pense pas qu’en l’état actuel des choses, la majorité des gens soit à même de décider intelligemment sur plein de problèmes complexes, d’un monde à multiple facettes.

    Je sais, c’est ça la démocratie, laisser une majorité d’ignorants décider: et même que je me suis battue contre des gens qui me sortaient cet argument contre le "non" en 2005. Mais ce serait mieux si les gens étaient formés, éduqués à la réflexion, à la pensée politique, à l’esprit critique. C’est par là qu’il faut commencer je pense: l’éducation de masse en politique. Et là les structures militantes ont un rôle à jouer (les "écoles" de parti, ça existe encore?)

    @pim: merci 🙂

    Répondre
  76. cromignonne
    cromignonne dit :

    Comme Arya je pense qu’il faut commencer par la base :
    ce serait mieux si les gens étaient formés, éduqués à la réflexion, à la pensée politique, à l’esprit critique.

    Je ne résiste pas à vous mettre le lien vers 2 vidéos pédagogiques qui m’ont aidée à clarifier mes doutes sur le fonctionnement de la démocratie et ses liens avec le monde de la finance.

    Profitons de la liberté relative (et peut-être plus pour longtemps) qu’il existe encore via Internet pour récolter des infos qui nous aident à construire cet esprit critique,

    Voici les liens vers 2 vidéos longues, mais qui valent le coup de prendre du temps pour les regarder!

    http://www.dailymotion.com/fr/featu

    et :

    http://video.google.fr/videosearch?…

    Et merci à vous pour la qualité des échanges sur ce blog!

    Répondre
  77. speedy
    speedy dit :

    @arya : d’accord avec toi sur le tirage au sort. C’est la fausse bonne idée par excellence car c’est faire fi de la complexité des problèmes et surtout des solutions à mettre en oeuvre au niveau national. Au peut éventuellement y croire au niveau local à condition que le tirage se fasse parmi des volontaires mais au niveau national, ça reste une blague. En gros, ça voudrait dire que n’importe qui pourrait excercer n’importe quelle fonction élective. Il y a évidemment des exemples d’incomptétents et d’abrutis qui ont des mandats importants mais sur une assemblée, on peut ausi penser qu’il y des gens compétents en majorité. Avec un tirage au sort intégral et en appliquant la loi de Murphy, on a toutes les chances d’avoir une large majorité d’abrutis qui gouverne (ça me fait penser au film Idiocracie).

    Il serait préférable de limiter les mandats à un seul, renouvelable une fois sur une vie mais en autorisant des mandats différents s’ils ne sont pas concommittants. Il faut aussi réduire les dépenses autorisées pour les campagnes.

    Répondre
  78. jardin
    jardin dit :

    "Mais ce serait mieux si les gens étaient formés, éduqués à la réflexion, à la pensée politique, à l’esprit critique".

    Oui et non, car il ne faut pas négliger le fait que c’est aussi dans l’action politique que les gens se forment. J’en avais parlé avec une dame qui avait été tirée au sort comme juré en cour d’assises. Elle pénétrait dans un monde qu’elle n’avait jamais imaginé, d’autant qu’il y avait parmi les accusés un abuseur de petites filles. Elle avait pris son boulot et ses responsabilités très au sérieux, j’étais impressionnée par son sens citoyen alors que rien dans sa vie précédente ne le laissait supposer.

    Répondre
  79. Pierre
    Pierre dit :

    "Mais ce serait mieux si les gens étaient formés, éduqués à la réflexion, à la pensée politique, à l’esprit critique".

    Oui, mais ils peuvent aussi prévoir d’agir et de s’éduquer par eux-mêmes. Ou alors de reprendre les choses en main pour voir s’il faut encore parler de droite ou de gauche?

    http://www.etatsgeneraux2009.fr

    Je dis une sautise?

    Répondre
  80. manu25
    manu25 dit :

    Bonsoir,
    encore une fois je vais plomber le débat (si il y a lieu, j’en doute) : faut vous laver la tete, on est pas dans un monde de bisounours, milité, bordel, foutez le caillon si nécesssaire, affronté la contradiction de vive voie; bref faites ce que vous prodiguez à longueur de post, en un mot relevez vos yeux de vos écrants et foncés, MI LI TER

    Répondre
  81. damien
    damien dit :

    Ah la politique.

    La cité.

    "Que les Dieux se manifestent en l’homme
    Que l’homme se manifeste en lui.
    Et qu’il trouve la voie"
    inconnu

    désolé un peu HS ^^

    Répondre
  82. pim
    pim dit :

    @ 91 cromignonne>

    Merci pour ces liens enfin pour le premier parce que le second comme je comprend l’anglais une clinche j’ai rien capté lol.

    Le ton de la première video est assez spécial en mode complot-mystère-occutle sinon il est vachement pas mal foutu d’après l’ensemble "des personnes" qui en parlent sur le net.

    Un lien ici d’un gars qui en parle et qui apporte un point de vue assez intéressant:

    http://cordonsbourse.blogs.liberati

    sinon ici aussi un autre point de vue de Michel Rocard pas mal intéressant ( incroyable) sur la ciiiiiise du capitalisme. On a de la chance c’est de l’écrit et pas de la vidéo ( humour ) :

    http://questionscritiques.free.fr/e

    Répondre
  83. cromignonne
    cromignonne dit :

    Pim
    Je te mets un autre lien, vers une vidéo de meilleure qualité et qui est sous titrée!

    http://video.google.com/videoplay?d

    Je ne suis pas fana des vidéos mais on fait avec ce qu’on a . Et là, il y a une sacrée matière à absorber, pour avancer un peu dans le débat sur: "Le foutu état de la France et du monde, est-ce à cause des divisions de la gauche alternative" dont je fais partie …

    Répondre
  84. info
    info dit :

    Secrétariat général

    Délégation à la communication
    110, rue de Grenelle ­ 75357 PARIS 07 SP

    Cahier des clauses particulières CCP n° 2008 / 57 du 15 octobre 2008
    Appel d¹offres ouvert passé en application des articles 57 à 59 du code des marchés publics

    Objet : Veille de l¹opinion
    Le présent cahier des clauses particulières comporte 8 pages, numérotées de 1 à 8
    ARTICLE 1 – OBJET DES MARCHES ET MODE DE PASSATION
    Les présents marchés portent sur la veille de l¹opinion dans les domaines de l¹éducation, de l¹enseignement supérieur et de la recherche.
    Ils sont passés en application des dispositions des articles 57 à 59 du code des marchés publics, relatives à l¹appel d¹offres ouvert.
    ARTICLE 2 – ALLOTISSEMENT ET FORME DES MARCHES
    L¹appel d¹offres comporte deux lots. Ils s¹agit de marchés à bons de commande passés en application de l¹article 77 du code des marchés publics :
    ARTICLE 3 – PIECES CONSTITUTIVES DU MARCHE
    Chaque marché est composé des pièces suivantes, par ordre décroissant de priorité : – l¹acte d¹engagement et le bordereau des prix ; – le présent cahier des clauses particulières ; – le cahier des clauses administratives générales applicables aux marchés publics de fournitures
    courantes et de services (approuvé par décret n° 77-699 du 27 mai 1977 modifié) ; – la proposition du titulaire.
    ARTICLE 4 – DUREE DU MARCHE
    Chaque marché est conclu du 1er janvier 2009 ou à partir de la date de notification (si celle-ci est postérieure au 1er janvier 2009) jusqu¹au 31 décembre 2009. Il pourra ensuite être renouvelé pour une nouvelle période d¹une année sans que sa durée totale puisse excéder deux ans.
    ARTICLE 5 – DESCRIPTION DES PRESTATIONS
    5.1 Présentation
    5.1.1 Objectif
    Le dispositif de veille en question vise, en particulier sur Internet, à :
    . Identifier les thèmes stratégiques (pérennes, prévisibles ou émergents). Identifier et analyser les sources stratégiques ou structurant l¹opinion
    . Repérer les leaders d¹opinion, les lanceurs d¹alerte et analyser leur potentiel d¹influence et leur capacité à se constituer en réseau

    (y’a du boulot sur la Feuille de Chou…)

    . Décrypter les sources des débats et leurs modes de propagation
    . Repérer les informations signifiantes (en particulier les signaux faibles)
    . Suivre les informations signifiantes dans le temps
    . Relever des indicateurs quantitatifs (volume des contributions, nombre de commentaires, audience, etc.)
    . Rapprocher ces informations et les interpréter
    . Anticiper et évaluer les risques de contagion et de crise
    . Alerter et préconiser en conséquence Les informations signifiantes pertinentes sont celles qui préfigurent un débat, un « risque opinion » potentiel, une crise ou tout temps fort à venir dans lesquels les ministères se trouveraient impliqués.
    5.1.2 Sources surveillées
    La veille sur Internet portera sur les sources stratégiques en ligne : sites « commentateurs » de l¹actualité, revendicatifs, informatifs, participatifs, politiques, etc. Elle portera ainsi sur les médias en ligne, les sites de syndicats, de partis politiques, les portails thématiques ou régionaux, les sites militants d¹associations, de mouvements revendicatifs ou alternatifs, de leaders d¹opinion. La veille portera également sur les moteurs généralistes, les forums grand public et spécialisés, les blogs, les pages personnelles, les réseaux sociaux, ainsi que sur les appels et pétitions en ligne, et sur les autres formats de diffusion (vidéos, etc.)
    Les sources d¹informations formelles que sont la presse écrite, les dépêches d¹agences de presse, la presse professionnelle spécialisée, les débats des assemblées, les rapports publics, les baromètres, études et sondages seront également surveillées et traitées.
    Les interactions entre des sources de nature différente, les passages de relais d¹un media à l¹autre seront soigneusement analysés.
    5.1.3 Finalités
    L¹analyse attendue des principaux arguments, des critiques et des tendances, à partir du corpus défini, tous les canaux étant pris en compte, donnera lieu à des notes de synthèse (rapport quotidien, note de synthèse hebdomadaire, cartographie commentée des acteurs et débats en présence).
    Plus particulièrement en matière de veille Internet, l¹analyse permettra un suivi précis de l¹évolution de l¹opinion internaute et des arguments émergents relayés et commentés sur ce canal.
    5.2 Prestations à réaliser
    5.2.1 Définition des thèmes
    Les thème(s) pérennes ou prévisibles sont prédéfini(s) par la personne publique. Ils varient selon l¹actualité, le calendrier de travail des deux ministères, en fonction des échéances (parlementaires, médiatiques, événementiellesŠ) auxquelles sont soumis le ministre chargé de l¹Education nationale et le ministre chargé de l¹Enseignement supérieur et de la Recherche.
    Les thèmes émergents sont signalés par le prestataire. Les thèmes émergents seront identifiés dans le cadre de l¹activité de veille Internet qui permettra de mieux anticiper les mouvements d¹opinion et les critiques et de détecter systématiquement les signaux faibles de crise.
    Toute nouvelle veille thématique donne lieu à une réunion de lancement, à la constitution du corpus à observer et analyser, à une cartographie détaillée de ce corpus et des types d¹arguments et de critiques en présence.
    Un plan de veille constituera le référentiel commun entre le ministère et le prestataire. Il sera formalisé et mis à disposition du ministère.
    5.2.2 Livrables attendus
    La veille est active : quotidienne, hebdomadaire et accompagnée de recommandations (ou non).
    La veille doit être avant tout anticipatrice, analytique et synthétique (et non descriptive). Elle apportera des indicateurs tant qualitatifs que quantitatifs.
    Plusieurs produits de veille pourront être élaborés suivant une périodicité hebdomadaire, quotidienne ou autre (à définir en fonction de l¹actualité) :
    -la note de veille éducation (tous sujets confondus)
    -la note de veille enseignement supérieur (tous sujets confondus)
    -la note de veille recherche (tous sujets confondus)
    -la note de veille thématique (un seul sujet couvert)
    -la cartographie commentée des acteurs et des débats en présence (un seul thème ou un seul
    acteur couvert)
    Clé de voûte du dispositif de veille, le passage en « mode alerte » visera à transmettre systématiquement les informations stratégiques ou les signaux faibles susceptibles de monter de manière inhabituellement accélérée.
    Les notes de veille pourront porter ou sur l¹ensemble des canaux (média traditionnels et Internet formel et informel) ou être limitées à l¹internet (cf. liste des produits au bordereau des prix).
    Les vidéos, pétitions en ligne, appels à démission, doivent être suivis avec une attention particulière et signalées en temps réel.
    Des éléments quantitatifs (nombre d¹interventions, nombre de commentaires, mots les plus fréquemment cités) seront systématiquement inclus. L¹audience et l¹influence des sources et des relais seront précisées.
    Aucune donnée brute ne sera transmise. Les informations recueillies seront toujours analysées, recoupées, synthétisées, mises en perspective, et comparées dans le temps. Les verbatims auront une valeur d¹exemple ou d¹illustration. Les synthèses devront être lisibles et facilement appropriables. Une présentation qui facilite la lecture et l¹appropriation, tout en préservant la profondeur de l¹analyse et l¹exhaustivité du corpus, sera fortement appréciée.
    La date et l¹heure de réception des notes de veille sera fixée par le ministère. Compte tenu de la nature même des objectifs du dispositif de veille (mesurer la compréhension des problématiques en particulier dans les communautés online, détecter les signaux avant-coureurs, identifier les réseaux d¹influence) la date et l¹horaire de réception des livrables devront être rigoureusement respectés.
    Des échanges réguliers entre le prestataire et le ministère pour ajuster les enjeux du moment, commenter la livraison d¹une note et partager les connaissances en matière de veille auront lieu régulièrement.
    Lorsqu¹un thème sera « clos », le prestataire fournira un document récapitulatif de la veille réalisée pour aider le ministère à calculer le retour sur investissement pour cette opération. A l¹échéance du marché, le prestataire fournira également un récapitulatif détaillé des prestations réalisées dans l¹année.

    Répondre
  85. cromignonne
    cromignonne dit :

    103:
    Merci! Maintenant on veut savoir le montant, le prix quoi, lié à cet appel d’offre. Qu’on se fasse une petite idée par rapport aux urgences actuelles… Est-ce bien les 200 000 € annoncés en 49 par Aka 75?

    Répondre
  86. Arya
    Arya dit :

    @105: Sinon, le texte est là: http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1
    où l’on voit que le montant "estimatif" (sic, je ne sais pas si ce mot existe) est de 220 000 euros hors taxes PAR AN, dont 100 000 pour le ministère de l’éducation nationale et 120 000 pour celui de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mais on nous dit ensuite que ça ne doit pas durer plus de 2 ans.

    Faut pas se leurrer, c’est pas grand chose comparé aux millions et milliards injectés dans les banques, mais c’est vrai qu’on préfererait le voir investit dans l’éducation et la recherche.

    Petite pub pour ceux qui ne connaîtraient pas: j’ai vu ces infos sur le site d’arrêt sur images, http://www.arretsurimages.net/
    Pour voir la plupart des contenus et des émissions, il faut s’abonner, c’est 30 euros par an je crois pour un site sans pub avec plein d’infos et de débats intéressants, 12 euros seulement pour les chômeurs, étudiants et précaires.

    Répondre
  87. alsospracht
    alsospracht dit :

    Merci; j’ai été heureux d’apprendre que d’autres fous que moi en étaient arrivés à la conclusion que la démocratie, la vraie, si elle avait une toute petite chance de fonctionner cela ne pouvait se faire que par le TIRAGE AU SORT. Contrairement à ce que pense speedy dans son 92, je sais qu’il n’y a pas de vraies fausses bonnes mauvaises idées mais des idées essayées et d’autres pas, avant tout commentaire qui ne valent que par leur pesant de paroles, il faut essayer … commençons par le local c’est le fondamental pour la vie des peuples contrairement à ce que laisse entendre ce com (92). Comme si seul le national faisait tout… le national n’est que la conséquence du local sauf pour le militaire. Il est clair que tout reste à étudier mais parler de complexité pour évacuer cette idée de tirage au sort est tout de même fort de café ! la complexité a, de tout temps, été invoquée pour dire au peuple qu’il est incompétent, ce qui faire dire à David Henri Thoreau, libertaire s’il en est, " Simplifiez, simplifiez, simplifiez" Il avait déjà tout compris. C’est quand même avec l’idée de complexité que les syndicats ouvriers ont perdu tous leurs combats, que les partis de gauche ont laissé de côté le bel imaginaire de liberté et de justice pour se rallier au réalisme, la realpolitik. Ce serait évidemment trop long de répondre correctement à Speedy, mais vite dit, il faut lui rappeler que les politiques sont, soit des professionnels formés à Sciences Po et l’ENA, soit des gens comme lui et moi (rares) qui apprennent en faisant, ou comme la plupart, en ne faisant pas leur boulot qui est de nous représenter, c’est aussi simple que ça. je crois l’avoir déjà dit dans un post sur les élections municipales sur ce blog : La SEULE solution pour éviter la peste du professionnalisme et tout ce que cela induit c’est le tirage au sort. Rappelons aussi que ce sont des fonctionnaires, dévoués ou pas à la cause du service public, qui en réalité connaissent les détails complexes de la gestion d’un pays, et pas le député médecin, avocat, entrepreneur ou prof, instit, etc… . Regarde donc les trajectoires de TOUS les chefs de l’unef et vois ce qu’ils devenus, regarde ce Harlem des sbires et tant d’autres. Pour finir, Comme au sénat, on tire au sort une assemblée à mandat unique pour 9 ans et renouvelables tous les trois ans au tiers, des commissions se font une spécialité et tous sont éjectables, tous les débats sont retransmis etc… Au finish c’est une vraie bonne idée et comme telle, évidemment il faudra encore quelques siècles pour y arriver, quand nous en aurons fini avec les idéologies résilientes… Pardon d’avoir été si long.

    Répondre
  88. speedy
    speedy dit :

    @alsospracht

    Je ne dis pas que le local n’est pas important (surtout pas) mais je parle bien de la complexité du national et de l’international (droit, traités, accords, etc.).

    Par contre j’attendais l’argument du "ce sont les fonctionaires qui…". Pour avoir passé 20 ans dans le service public, laisse moi te dire que les fonctionnaires ont la capacité d’enfumer un politique comme ils (en fait s’ils) veulent et d’autant plus que celui-ci ne maîtrise pas les dossiers (ex. simple : Juppé à Bercy demande la liste des primes des 200 fonctionnaires les plus payés. Presque 15 ans plus tard, il attend toujours !).

    Reste que le problème n’est pas résolu selon moi et que le tirage au sort ne me convient pas pour les raisons (faiblement) développées auparavant.

    Pour l’anecdote, il est marrant que tu cites Thoreau. J’étais chez lui il y a 2 mois (sérieux) !

    Répondre
  89. alsospracht
    alsospracht dit :

    @speedy 108
    Comme je le disais cela prendra quelques temps pour y arriver, je me demande parfois comment aurait réagi un serf sous louis XI si on lui avait dit que le servage serait fini dans quelques siècles ! mais, si on ne peut entamer ici de longues argumentations, je reconnais au moins une erreur : à la lecture du texte suivant d’Agnès et d’un commentaire qui parlait de Dune, ce magnifique ouvrage, je veux bien changer de terme. Aléatoire, voilà, ça va tout de suite faire plus moderne, plus scientifique : un CHOIX ALEATOIRE, ça c’est beau, et je ne suis pas ironique du tout, je suis conquis, c’est beau le vocabulaire, j’y ai pensé toute la journée : tirage au sort ça fait vieux, ringard, hasardeux, au ptit bonheur la chance, alors que Choix aléatoire, ça ça jette.
    Et je suis sérieux. Bon sinon Dune c’est super, je ne m’en souvenais plus ce ce passage mais il y a aussi "La nuit des temps" avec le système mis en place par Gondawa : le revenu universel… mais il y a aussi "1984", "Nous autres" et le "meilleur des Mondes" . Ah c’est dur la vie!
    (les fonctionnaires sont des travailleurs comme les autres, enfin presque, ils doivent faire leur boulot au mieux pour le bien public, normalement)

    Répondre
  90. speedy
    speedy dit :

    @lsospracht

    La technostructure n’aime pas les aléas, elle préfère le déterminisme. Appliqué aux choix des hommes (ou femmes), ça s’appelle la cooptation.

    Sinon, entre Dune et 1984, tu nous sens plus proche de quel modèle ?

    Répondre
  91. alsospracht
    alsospracht dit :

    Quand je suis avec les gens, mes amis ou les relations de travail coté ouvriers je me sens approcher de Dune; en réalité les gens ne sont pas si cons qu’on veut bien nous le faire croire et on sent bien qu’il s’agit plutôt de méconnaissance ou de propagande, si on dit que d’autres mondes sont possibles tout le monde peut le comprendre. J’attend le prochain texte d’Agnès sur l’imaginaire car ça fait bien longtemps que je pense que c’est là que nous avons perdu notre combat et le thème de la complexité y a été pour beaucoup (j’ai travaillé sur le thème de la complexité comme dépossession dans le mouvement social il y a …ouf).
    Quand je suis avec des politiques ou des cadres sup je sens que je suis entré très profond dans le monde d’Orwell et pire encore, nous sommes aussi dans Terminator (en sciences nano et biométrie par ex.) dans mad max dans les banlieues abandonnées etc…
    Moi je travaille, enfin mon activité dépend à 90% des politiques et je te prie de croire que choix aléatoire par tirage au sort n’a rien à voir avec cooptation. La cooptation est justement la plaie qui fait que nous vivons dans ine fausse démocratie, la cooptation se nomme aussi clientélisme, népostisme: c’est pour éviter cela, entre autre, qu’il faut trouver un autre moyen d’être représenté. (bon je corrige pas les fautes je vais bosser…)

    Répondre
  92. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Dune est une œuvre majeure et j’ai l’intégrale de Franck Herbert dans ma bibliothèque SF très très fournie. Je suis arrivé à la SF avec Dune, justement, proposé en liste de lecture en fin de seconde pour préparer le bac français. Comme j’étais une bouquinophage plutôt classique (c’est fou comme l’école apprend généralement à mépriser la littérature et le cinéma de genre), j’avais déjà lu la plupart des livres de la liste et j’ai perçu Dune comme une gentille distraction. 20 ans après, je suis toujours accro au genre le plus fécond de la littérature, quelque chose qui ouvre réellement les perspectives et la pensée.

    Je ne pense pas que j’aurais fait les choix que j’ai fait ou que j’aurais la même vision du monde sans la série Dune. De ce point de vue, on peut réellement parler d’ouvrage fondateur. Avec Races et Histoire.

    Répondre
  93. alsospracht
    alsospracht dit :

    Dune est magnifique et je n’est qu’un regret, c’est que je l’ai déjà lu, j’aimerai tant pouvoir replonger dans ce monde…
    Mais plus près de nos préoccupations il y a la fameuse tétralogie John Brunner dont les visions sont absolument incroyables : ce sont des livres de fiction mais aussi de prospective : c’est à travers ces livres que j’ai compris l’écologie, les machines (dans le sens Terminator), les déplacements de population etc..
    Pour rappel à la fin du "Troupeau Aveugle", une dame en Irlande sent une forte odeur de fumée et dit à son médecin d’appeler les pompiers, celui-ci lui répond que le feu est de l’autre côté de l’Atlantique. En effet les révoltés américains brulent toutes les villes et la fumée se répand jusqu’en Europe ! Cette image m’est restée fixée dans l’esprit depuis 28 ans maintenant. Et c’est bien cela qui nous pend au nez car face au "j’y crois plus", aux trahisons de ceux qui se disent de gauche, au jemenfoutisme, à la fin des illusions, au manque d’imaginaire et d’imagination, face à tout cela et d’autres choses encore il est possible d’imaginer une violence aveugle pour dire "puisque je n’ai rien, vous n’aurez rien non plus". En gros, non plus une violence vecteur d’un projet qui n’aboutit jamais, mais une violence totalement débridée : je brule une voiture simplement parce que je n’en ai pas… Un seul but enlever à ceux qui ont ce qu’ils ont. C’est pourquoi, je crois, nous sommes dans ce sentiment de fin de civilisation. Nous sommes arrivés au bout du processus capitaliste au sens où son moteur est la croissance mais qu’il est aussi son poison mortel ("Le troupeau aveugle") et au sens démocratique avec la fin des illusions, le désenchantement (je ne veux même pas aborder le côté art parce que là…). Reste à construire vite autre chose avant le grand incendie de Brunner ou de Noir Désir… à moins que … .

    Répondre
  94. Jean Claude Goujat
    Jean Claude Goujat dit :

    Bon je peux rire,parce qu’il y a des choses qui me font rire.
    Que Mélenchon ne soit pas d’accord avec la façon dont on veut mettre en place les langues régionales je serais plutôt d’accord.
    Demander que les écrits administratifs soit écrit uniquement en langue de la région,il y a de quoi me hérisser,et que les organisations bretonne et autres régionalistes appellent à voter oui au référendum constitutionnel uniquement parce que ça permet d’avoir une soit disant europe des régions je continue de rigoler.
    Et je me marre à lire des affirmations du genre le PC est agonisant,le PS à cesser d’exister,suffira de voir aux prochaines élections si le PS a réellement disparut et si le PC est réellement mort.
    Mais la ou je me marre encore plus c’est quand on dit que le NPA gonfle ses rangs.
    La LCR a bien envoyée 11000 cartes le problème c’est qu’a leur dernière réunion il n’y en avait 2750 de payées!Alors qu’a la même date l’année dernière il y en avait 3080!
    On peut aussi prendre ses désirs pour des réalités!
    Et une remarque,les gens du PCF sur les marchés se sente bien seuls dans la campagne contre la privatisation de Poste.On n’y voit pas les régionalistes non plus.
    Bon La Mélenche à fait le premier pas celui de se sortir du guépier ou il était mais le chemin est encore long!
    Et le départ de Hamon évitez de rêver tout haut on pourrai vous entendre et continuer de rigoler!

    Répondre
  95. Philippe Sage
    Philippe Sage dit :

    Oui, c’est vrai, en 2005, après le référendum, c’est là qu’il aurait dû exploser le PS. Afin que tout soit clair et net.
    On aurait su, alors, qui était vraiment de gauche.

    Mélenchon a bien mis du temps à partir.
    Trop.

    Trop tard …

    Alors il reste quoi ?
    Un Parti Agonisant.
    Mais un espoir.

    Benoît Hamon.

    Peut-être suis-je naïf comme un Jospin, mais bon, je lui accorde du crédit, à Benoît.

    C’est l’heure du choix.
    S’il ne gagne pas, je souhaiterais qu’il parte, lui aussi, et laisse mourir cette illusion de socialisme, les fossoyeurs de Jaurès.

    Cordialement.

    http://sagephilippe.20minutes-blogs

    Répondre
  96. BiBi
    BiBi dit :

    Chère Anne,
    Je découvre ton blog, j’y lis des choses avec lesquelles BiBi ( c’est mon pseudo sur mon site http://www.pensezbibi.com) est d’accord. D’autres avec lesquelles BiBi n’est pas trop d’accord…Pour qu’il y ait un parti digne des ideaux de gauche que je défends, je déplore le combat pour l’instant identitaire du NPA, le vide du PCF et suis plutôt content que JLM ait quitté le PS. Mais attention aux mots. Tu écris " camp des sociaux-traîtres", " carcasse fumante et puante qui a été, autrefois, le parti de Jean Jaurès".Euh… vas-y mollo car "social-traitre" etait aussi le qualificatif du Parti communiste allemand dans les années 30 qui préférait taper sur ces "sociaux-traitres" et qui n’avait pas vu qu’une alliance avec eux etait la seule voie possible pour barrer la route au petit Moustachu avec la mèche sur le côté.
    Autrement c’est avec plaisir que je te lirais…
    BiBi

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *