La force du nombre

Il y a un mois se tenaient les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre, sympathique réunion de manchots venus de partout débattre, partager, apprendre, pratiquer, du côté lumineux du clavier.


Bienvenue aux RMLL 2008

Comme tout bon libriste, la journée commence par une petite séance de covoiturage vers le site de Mont-de-Marsan, un peu plus d’une demi-heure dans la 205 d’un membre de l’association culturelle du bled, ancien prof de math, formateur bureautique bénévole entièrement sous GNU/Linux et gauchiste à la truelle, lecteur occasionnel de ces pages. Je serais allée à l’intégralité des RMLL, mais le temps et le carburant me font cruellement défaut. Le 4 juillet est le jour de la conf’ de Stallman. C’est aussi celui de la réunion des Apriliens, dont je fais partie. Quelques jours auparavant, j’ai eu Satya au téléphone, ancienne d’Altermonde et sympathisante actuchomiste : on espère se croiser.

Nouveau Logo

L’arrivée sur le site principal est un peu déconcertante : passé le rond-point principal de Mont-de-Marsan, on s’enfonce dans une sorte de zone pavillonnaire, guidés par de petits panneaux, avec la vague sensation que nous sommes à la recherche d’un raccourci que nous ne trouverons jamais. Malgré l’heure matinale (et oui, le geek 2008 se lève tôt), il commence déjà à cogner sec et la journée s’annonce comme l’une des plus chaudes de la saison. Finalement, un peu au bout d’une impasse, on trouve l’IUT qui accueille les RMLL, un peu relégué au bout du bout des faubourgs. Le parking est déjà bien plein. L’endroit fourmille de petits groupes de chevelus qui trottinent à petits pas pressés sur des vecteurs bien dessinés dans leur esprit. Chacun a l’air de parfaitement savoir où il va. Je choisis au hasard un couple en translation rectiligne et nous leur emboîtons le pas. Pierre cherche l’atelier Gimp, je tente de localiser l’amphi où se tient la réunion April. Il y a des enfilades de salles vides dans un bâtiment dont les volumes et les espaces appartiennent fermement à cette décennie. Finalement, Pierre parvient à une salle dont le public déborde dans le couloir pendant que j’entre dans un amphi bien trop grand pour ses 25 spectateurs.

La matinée commence par un tour de table : les membres du CA, les membres inscrits depuis la première campagne d’adhésion d’il y a deux ans, dont je suis, les membres recrutés ces derniers jours aux RMLL, des sympathisants et même le troll officiel de l’association. J’ignorais totalement que l’on pouvait bichonner son troll personnel pendant de longues années, mais la formule a l’air avantageuse : le troll d’April a l’œil vif, le poil brillant et un vrai talent pour poser les questions qui couinent au moment où la discussion tend à retomber comme un soufflet. C’est bien sûr à ce moment-là que mon téléphone se met à s’agiter dans mon sac.
Dans le couloir, je me retrouve à me prendre la tête avec l’imprimeur : problème de couleurs dans le dernier print que j’ai envoyé. C’est aussi ça, les logiciels libres. Un changement de version de Scribus a introduit la gestion des couleurs et a détruit toutes les fines nuances de la maquette réalisée il y a plus d’un an. Bref, ça bataille autour des profils couleurs, mon WE est potentiellement foutu et j’ai raté la réunion April. Par contre, j’ai trouvé Satya.

Village associatif

On décide de rallier le village associatif, le cœur du dispositif. Il fait chaud sur la Gascogne. Il y a des geeks partout, mais je les trouve étrangement… familiers. En fait, cela me frappe lors de notre visite de la tente des associations : la moyenne d’âge des manchots présents dépasse joyeusement la trentaine. Je pensais faire vieille peau, je me retrouve au cœur de la classe d’âge dominante. Sous la tente, je retrouve Pierre Jarillon, ancien combattant du libre, mais toujours réserviste, toujours sur le pont. Depuis qu’il est à la retraite, il a l’air de consacrer tout son temps libre… au libre. Il y a aussi des tables Framasoft, Wikipédia, OpenOffice, Mozilla… et des agrégats de GUL, regroupés par AOC. J’ai perdu Satya dans l’absence de foule, je décide de finir la matinée avec les Apriliens.

La force du nombre

Cantine de geeks

Le débat s’est engagé sur la question de la nécessité de faire encore grossir le nombre d’adhérents à April. C’est Frédéric Couchet qui défend cette orientation inflationniste. En substance, il explique qu’April n’est pas dans une stratégie de prestation de service, comme on peut le voir dans bien des associations. Les adhérents ne donnent pas leur argent en échange d’un abonnement à un magazine, un service de dépannage et un réveil-matin qui fait pouet made in Taïwan Roumania China Laos MadagascarSarkozystan ? Non, on adhère à April pour faire entendre notre voix, c’est un engagement de conviction pour les logiciels libres.
April fait du lobbying pour les Logiciels libres. J’ai trouvé intéressant qu’à aucun moment le mot lobbying ne soit sorti du chapeau, mais c’est bien de cela qu’il s’agit. C’est probablement qu’en France, le lobby est plus assimilé à une association de malfaiteurs qui a pour but de corrompre les politiques, mais dans les faits, il s’agit bien de groupe de pression politique.
Dans une démocratie représentative telle que la nôtre, les orientations minoritaires n’ont guère d’autres possibilités de faire entendre leurs revendications que de se constituer en association. Le problème, c’est que rencontrer des hommes politiques, ça prend du temps, beaucoup de temps, bien plus que ne peut en avoir un bénévole et que pour se faire écouter, mieux vaut avoir de la mitraille derrière soi : 50 péquins ? Le député est en rendez-vous, appelez demain ; 250 quidams ? Il va vous recevoir tout en pensant à sa liste de courses pendant que vous parlez ; 5000 adhérents : les politiques et les journalistes vous appellent pour avoir votre version du débat.

LibrenBerry

Alors, April grossit pour atteindre la masse critique et les adhésions servent à financer les permanents sans dépendre de la manne très volatile des subventions : un jour, une collectivité vous promet 20 000 € en échange d’une animation de terrain et une fois l’évènement passé, ne vous file que 10 000 € et vous laisse sur le carreau l’année suivante… pas très pérenne et indépendant comme financement… sans parler de la valse des contrats aidés… qui aident surtout à accélérer la rotation dans les files d’attente de l’ANPE.

Une façon intéressante de concevoir le rôle associatif à laquelle j’adhère totalement.

À midi, je mange avec Éva, permanente à April justement, grâce au ticket de cantine du président… ça le fait, non? La bouffe est niveau RU année 90 et ce n’est pas un compliment. D’ailleurs, les libristes râlent abondamment : ils ont passé l’âge de se nourrir de vieux morceaux de pizza froide sur un coin de clavier et ils veulent de vrais légumes dans leur assiette, pas des croquettes industrielles aux féculents. Dans un coin de la cantine, FreeNews TV émet en permanence.
Je voulais aller voir Stallman, mais faute de place, les stands entreprises et la conf’ de Stallman sont déportés à la CCI des Landes, de l’autre côté du bled. Certes, il y a une navette de bus qui permet d’aller d’un site à l’autre, mais j’ai déjà tellement peu de temps sur place que je ne vais pas le gâcher dans les transports. En plus, mes ennuis d’imprimeur m’incitent plutôt à crapahuter prestement vers l’atelier Scribus qui démarre sur la digestion. Sur la route, je tombe sur le stand de LibrenBerry, une boutique que ne fait que du libre, (livres et PC garantis sans OS propriétaires!). Ça soulage un peu les yeux quand on compare avec les rayonnages de la FNOUC ou de l’hyper du coin, qui ne font que du Windows. Je devise quelques minutes avec Cédric, qui tient le stand, sur le choc culturel de la disparition d’O’ Reilly France, l’éditeur cultissime de magnifiques bouquins d’informatiques consacrés au libre, je lui prends un lot de fiches mémo horriblement chères mais tellement bien fait et je pars à l’atelier Scribus ou je retrouve Pierre, mon covoitureur.

Atelier Scribus

L’atelier est une session d’initiation tenue par un impressionnant orateur à l’accent délicieux de nos cousins d’outre-Atlantique. Louis Desjardins dirige une agence de communication au Québec et il est aussi un fervent promoteur de Scribus, le logiciel de PAO totalement libre qui m’a permi réellement de démarrer mon activité actuelle. Il a une très bonne maîtrise de la bête et je parviens même à apprendre quelques trucs d’utilisation qui vont s’avérer forts utiles pour la suite. Je profite des travaux pratiques pour lui parler de mon problème de compatibilité de fichiers avec mon imprimeur et c’est lui qui m’apprend que Quark Xpress n’est pas non plus le modèle de stabilité que l’on veut nous faire croire. Les utilisateurs de Quark font au moins autant de débuggage que ceux de Scribus, mais eux, ils paient en plus pour cela… Je crève de chaud mais je suis ravie de la rencontre. Je finis ma journée à tenter de tutorer comme je peux un apprenti sur Scribus et je rentre au bled avec Pierre.

Je reviens chez moi, partagée entre l’enthousiasme des rencontres, le fourmillement des idées et la déception de n’avoir qu’entr’aperçu qu’une petite partie de cette énergie débordante. Les RMLL 2009 auront lieu à Nantes : il me reste un an pour trouver le moyen de financer le voyage et le séjour…

39 réponses
  1. Jean Claude Goujat
    Jean Claude Goujat dit :

    attention à la réforme européenne dite "paquet télécoms".Elle pourrait bien imposer certains logiciels pouir la connection internet et bannir les logiciels libres,instaurer la surveillance de la vie de chacun,renforcé par Edvige.
    Internet,ou plutôt les réseaux libres d’internet risquent de ne pas le rester longtemps!

    Répondre
  2. Jean Claude Goujat
    Jean Claude Goujat dit :

    attention à la réforme européenne dite "paquet télécoms".Elle pourrait bien imposer certains logiciels pouir la connection internet et bannir les logiciels libres,instaurer la surveillance de la vie de chacun,renforcé par Edvige.
    Internet,ou plutôt les réseaux libres d’internet risquent de ne pas le rester longtemps!

    Répondre
  3. matou
    matou dit :

    Bouhou : «Le geek s’est embourgeoisé : il aime maintenant les bonnes choses.»
    http://www.flickr.com/photos/monole
    Pourquoi moi ? En plus je fais parti des personnes qui mangent à la cantine sans réchigner. 🙁
    Et puis bon, sous-entendre que les légumes c’est bon c’est limite mensongé. C’est sain, oui, mais gustativement bon…

    Et puis j’ai toujours aimé les bonnes choses d’abord 😛

    Nooooon, je n’ai pas changééééé.

    a+.

    Répondre
  4. matou
    matou dit :

    Bouhou : «Le geek s’est embourgeoisé : il aime maintenant les bonnes choses.»
    http://www.flickr.com/photos/monole
    Pourquoi moi ? En plus je fais parti des personnes qui mangent à la cantine sans réchigner. 🙁
    Et puis bon, sous-entendre que les légumes c’est bon c’est limite mensongé. C’est sain, oui, mais gustativement bon…

    Et puis j’ai toujours aimé les bonnes choses d’abord 😛

    Nooooon, je n’ai pas changééééé.

    a+.

    Répondre
  5. alain maronani
    alain maronani dit :

    Francais vivant au Québec depuis très longtemps + 30 ans je ne sais si votre cousin québécois apprécierait totalement votre appréciation sur son accent…ici ce sont les Francais qui ont de l’accent….bref après ce préambule je comprends votre passion pour le logiciel libre qui nous libère des chaînes de MicroMou ou autre cependant il ne faut pas oublier que cet univers impitoyable (le libre) correspond AUSSI à un modèle économique qui n’est pas soutenable après tout la pollution directe ou indirecte entraîné par la fabrication D’UN ordinateur fut-il un portable est équivalent + ou – à la fabrication d’une voiture de petite cylindrée….et oui. Quand l’on regarde la gadgétisation sans limite, le renouvellement incessant, versions, modèles, l’obsolescence rapide ou très rapide des matériels et logiciels nous sommes exactement dans le même modèle économique. Informaticien depuis 1968 (si, si…) je sais que IBM faît actuellement plus de 8 milliards de $ de business avec le libre car l’utilisation de milliers de programmeurs certains très talentueux fournit un pool de ressources gratos estimés par Microsoft à 5 milliards de $ par année…autant d’emplois et de salaires économisés… Le libre c’est bon pour tout le monde sauf MicroMou et Bill Gates (et encore)…Comme TOUS les medias dans le passé (radio, tv, presse, etc.) l’ordinateur a permis la montée d’utopistes qui pensent qu’ils vont révolutionner le monde avec le libre….Un pc pour chaque paysan indien c’est bien de l’eau potable et des vacins c’est mieux. Cher Aniès je ne dénigre pas le supplément de liberté du logiciel libre mais de grâce retirez-donc vos lunettes roses.

    Un admirateur…..

    Répondre
  6. matou
    matou dit :

    @alain maronani

    haha ! un peu de polémique ! (Je vais la faire très courte…)

    Alors là j’ai envie simplement de vous dire très cher humaniste : les logiciels libres, ce n’est pas que du logiciel, c’est de la philosophie, de la politique. Regardez simplement le projet sésamath (http://www.sesamath.net/), le but est de faire des manuels scolaire de math libre. Ils ont déjà fait 3 manuels scolaires (6ème,5ème,4ème, pour le système français), et ils continuent (mais peut-être êtes-vous de ceux qui pensent qu’il vaut mieux de l’eau potable et des vaccins plutôt que des manuels scolaires…).

    J’ajouterais sur les médias que vous avez oublié le principal : le livre. Et effectivement tous les medias ont transformé la face du monde, ça n’a pas grand chose à voir avec l’utopie. Aujourd’hui, l’Internet (et non pas l’ordinateur) est en train de changer de nouveau radicalement les rapports sociaux et le rapport aux savoirs. Il y a aujourd’hui des attaques très dures qui sont menés par les pouvoirs établis afin de maitriser la diffusion d’informations sur le net. Demain, si on ne se bouge pas les fesses, il sera potentiellement interdit (ou impossible) de diffuser de l’information libre et librement (matériel scolaire, musique, opinions, etc.), voir même des classiques tombés dans le domaine publique vu comment c’est parti, et ce n’est pas une question de lunettes roses.

    Bon, y’a des tonnes de trucs à ajouter, mais je veux faire court, alors je préciserais juste que bien des libristes ont fait leurs la devise suivante :
    Résister c’est créer ! Créer c’est résister!
    http://www.dailymotion.com/video/x2

    a+.

    Répondre
  7. matou
    matou dit :

    @alain maronani

    haha ! un peu de polémique ! (Je vais la faire très courte…)

    Alors là j’ai envie simplement de vous dire très cher humaniste : les logiciels libres, ce n’est pas que du logiciel, c’est de la philosophie, de la politique. Regardez simplement le projet sésamath (http://www.sesamath.net/), le but est de faire des manuels scolaire de math libre. Ils ont déjà fait 3 manuels scolaires (6ème,5ème,4ème, pour le système français), et ils continuent (mais peut-être êtes-vous de ceux qui pensent qu’il vaut mieux de l’eau potable et des vaccins plutôt que des manuels scolaires…).

    J’ajouterais sur les médias que vous avez oublié le principal : le livre. Et effectivement tous les medias ont transformé la face du monde, ça n’a pas grand chose à voir avec l’utopie. Aujourd’hui, l’Internet (et non pas l’ordinateur) est en train de changer de nouveau radicalement les rapports sociaux et le rapport aux savoirs. Il y a aujourd’hui des attaques très dures qui sont menés par les pouvoirs établis afin de maitriser la diffusion d’informations sur le net. Demain, si on ne se bouge pas les fesses, il sera potentiellement interdit (ou impossible) de diffuser de l’information libre et librement (matériel scolaire, musique, opinions, etc.), voir même des classiques tombés dans le domaine publique vu comment c’est parti, et ce n’est pas une question de lunettes roses.

    Bon, y’a des tonnes de trucs à ajouter, mais je veux faire court, alors je préciserais juste que bien des libristes ont fait leurs la devise suivante :
    Résister c’est créer ! Créer c’est résister!
    http://www.dailymotion.com/video/x2

    a+.

    Répondre
  8. alain maronani
    alain maronani dit :

    Je ne suis pas un humaniste
    Je n’avais pas oublié le livre (bien + important que Internet…) qui a la différence du reste est un moyen pérenne transmissible de main en main à un coût proche de 0…essayez donc avec un url…..
    Les rapports sociaux se changent radicalement, pour reprendre ce terme par bien d’autres moyens que Internet…..ou alors j’ai tout oublié de l’histoire des luttes et nous ne ferons pas l’économie de l’affrontement….avec ou sans url…
    Quand 2 milliards d’individus disposent de 1 $ par jour je pense que l’eau potable et les vacins sont bien + important qu’un accès libre à Internet, utilisé par une minorité, (50 % de la population mondiale n’a même pas l’accès à un téléphone) système qui après n,a été mis au point que pour résister à une guerre nucléaire…un peu d’histoire….
    Internet n’est que l’une des vitrines, la plus médiatisé surement d’un système économique qui ne pourra survivre (en tant que système de masse bien sûr). Le développement des moyens informatiques n’a pas été fait cher libriste pour vous laissez accéder à un texte inconnu mais pour accélérer les flux financiers et la productivité. Et si vous aimez l’histoire regardez un peu en arrière (1998-2000) pour examiner la liste des fadaises que l’on envisageait avec Internet à l’époque avant l’inévitable crash….quand la pompe à pognon s’est arretée, maintenant c’est le tour de l’immobilier et ensuite les matières premières mais grace aux logiciels libres nous allons reprendre le contrôle de tout ceci bien sur !!!!!!
    Je serais intéressé de savoir ce qu’un Debord, s’il était toujours vivant, pourrait penser de ce délire technologique sans peut-être rappeler une lecture attentive des méfaits de la technologie, de ses prêtres et de ses disciples ( Jacques Ellul) sans parler de tout ceux pour lesquels l’ordinateur est une façon, après la télé et Drucker de meubler leur solitude

    http://www.museeprotestant.org/Page

    Tiens pour rire un peu de ces merveilleuses technologies…..

    http://blog.modernmechanix.com/cate

    Linux Mandriva et Mozilla Firefox

    Répondre
  9. alain maronani
    alain maronani dit :

    Je ne suis pas un humaniste
    Je n’avais pas oublié le livre (bien + important que Internet…) qui a la différence du reste est un moyen pérenne transmissible de main en main à un coût proche de 0…essayez donc avec un url…..
    Les rapports sociaux se changent radicalement, pour reprendre ce terme par bien d’autres moyens que Internet…..ou alors j’ai tout oublié de l’histoire des luttes et nous ne ferons pas l’économie de l’affrontement….avec ou sans url…
    Quand 2 milliards d’individus disposent de 1 $ par jour je pense que l’eau potable et les vacins sont bien + important qu’un accès libre à Internet, utilisé par une minorité, (50 % de la population mondiale n’a même pas l’accès à un téléphone) système qui après n,a été mis au point que pour résister à une guerre nucléaire…un peu d’histoire….
    Internet n’est que l’une des vitrines, la plus médiatisé surement d’un système économique qui ne pourra survivre (en tant que système de masse bien sûr). Le développement des moyens informatiques n’a pas été fait cher libriste pour vous laissez accéder à un texte inconnu mais pour accélérer les flux financiers et la productivité. Et si vous aimez l’histoire regardez un peu en arrière (1998-2000) pour examiner la liste des fadaises que l’on envisageait avec Internet à l’époque avant l’inévitable crash….quand la pompe à pognon s’est arretée, maintenant c’est le tour de l’immobilier et ensuite les matières premières mais grace aux logiciels libres nous allons reprendre le contrôle de tout ceci bien sur !!!!!!
    Je serais intéressé de savoir ce qu’un Debord, s’il était toujours vivant, pourrait penser de ce délire technologique sans peut-être rappeler une lecture attentive des méfaits de la technologie, de ses prêtres et de ses disciples ( Jacques Ellul) sans parler de tout ceux pour lesquels l’ordinateur est une façon, après la télé et Drucker de meubler leur solitude

    http://www.museeprotestant.org/Page

    Tiens pour rire un peu de ces merveilleuses technologies…..

    http://blog.modernmechanix.com/cate

    Linux Mandriva et Mozilla Firefox

    Répondre
  10. chris
    chris dit :

    Bah a Nantes …mon fief …..le sejour peut s arranger et si en plus t aime la cuisine mexicaine , ma foi ……

    Ca se passe dans quel hangar les agapes du libre ?

    Répondre
  11. chris
    chris dit :

    Bah a Nantes …mon fief …..le sejour peut s arranger et si en plus t aime la cuisine mexicaine , ma foi ……

    Ca se passe dans quel hangar les agapes du libre ?

    Répondre
  12. melchior griset-labûche
    melchior griset-labûche dit :

    à Matou et à Alain Maronani
    Pour qu’on puisse suivre: qu’est-ce qu’un humaniste pour vous, en général et à propos de l’informatique ?

    à Alain
    N’êtes vous pas bien aise de disposer des moyens de la technologie pour dénoncer les méfaits de la technologie ?

    Répondre
  13. matou
    matou dit :

    @melchior griset-labûche
    Je suis la source du terme «humaniste» dans la discussion, en supposant qu’Alain était humaniste. Je me suis trompé. Je ne pense pas qu’il soit necessaire qu’il explique un terme qu’il n’a pas utilisé :o) . Par contre moi, je pensais grosso-modo aux valeurs promues par la devise «liberté, égalité, fraternité» et par le message video des anciens du CNR.

    Pour le reste je reviendrais plus tard.

    a+.

    Répondre
  14. matou
    matou dit :

    Là j’ai fait très long…

    @7 – alain maronani à écrit :
    """ Je n’avais pas oublié le livre (bien + important que Internet…) qui a la différence du reste est un moyen pérenne transmissible de main en main à un coût proche de 0…essayez donc avec un url….."""

    Lorsque vous donnez un livre, vous ne le posséder plus. La transmission vous a couté votre livre. Même si vous vous souvenez d’une partie des connaissances contenues dedans, vous ne pourrez pas donner votre livre à plus d’une seule personne. C’est l’effet le plus facilement visible du passage au numérique. Sur ce, je trouve étrange de vouloir opposer ces 2 moyens de diffusions qui sont de mon point de vue particulièrement complémentaires.

    citation :
    """ Les rapports sociaux se changent radicalement, pour reprendre ce terme par bien d’autres moyens que Internet…..ou alors j’ai tout oublié de l’histoire des luttes et nous ne ferons pas l’économie de l’affrontement….avec ou sans url…"""

    Je n’ai pas dis le contraire.

    ciation :
    """ Quand 2 milliards d’individus disposent de 1 $ par jour je pense que l’eau potable et les vacins sont bien + important qu’un accès libre à Internet, utilisé par une minorité, (50 % de la population mondiale n’a même pas l’accès à un téléphone) """

    Je vous parle de diffusion de la connaissance. Qui les fera vos vaccins si personne n’est instruit ? Connaissez-vous les cyber-café ? Ce que je dis, c’est qu’Internet permet (pour le moment) la diffusion massive de connaissances comme cela n’a jamais été le cas auparavant. Internet ne peut résoudre en lui-même aucun problème : c’est un outil qui permet de partager des biens immatériels entre des personnes motivées pour faire avancer les choses (notamment). C’est un outil qui, dans les faits, modifie le rapport aux savoirs, et remet au coeur de la société des modèles d’organisation bien moins hiérarchiques que le modèle classique pyramidal. Là dedans, le logiciel libre et la philosophie qui en découle (ou qui en est à l’origine…) est l’aboutissement "naturel" de l’Internet : la liberté de diffusion, le partage, l’entraide, le libre-accès aux savoirs.

    citation :
    """ système qui après n,a été mis au point que pour résister à une guerre nucléaire…un peu d’histoire…."""

    La chirurgie a fait un bon phénoménale lors de la première guerre mondiale, faut-il la réprouver sous prétexte que c’est la guerre qui a permis son développement ?

    citation :
    """ Internet n’est que l’une des vitrines, la plus médiatisé surement d’un système économique qui ne pourra survivre (en tant que système de masse bien sûr). Le développement des moyens informatiques n’a pas été fait cher libriste pour vous laissez accéder à un texte inconnu mais pour accélérer les flux financiers et la productivité."""

    L’histoire de l’informatique est bien plus vaste que l’accélération des flux financiers et de la productivité et bien plus proche de besoins directement militaires. Bien des objets ont été détournés de leurs fonctions initiales pour résoudre des problèmes pour lesquels ils n’avaient pas été conçus, c’est il me semble le moteur principal de l’innovation. Condamner l’informatique à cause de ses origines si vous voulez, mais vous allez devoir alors vous passer de bien des objets qui font parti aujourd’hui de votre quotidien et dont l’origine est de moralité douteuse et pas seulement l’informatique. Enfin, l’Internet est en lui-même un media qui remet en cause les modèles économique et monopolistique des médias classiques. Vous êtes probablement le seul à ne pas savoir qu’Internet est un repaire de pédophile-nazi et de méchants pirates et terroristes (images d’Epinal propagés par certaines télé/radio/livre ces dernières années).

    citation :
    """ Et si vous aimez l’histoire regardez un peu en arrière (1998-2000) pour examiner la liste des fadaises que l’on envisageait avec Internet à l’époque avant l’inévitable crash….quand la pompe à pognon s’est arretée, maintenant c’est le tour de l’immobilier et ensuite les matières premières mais grace aux logiciels libres nous allons reprendre le contrôle de tout ceci bien sur !!!!!! """

    Je vous suggère de regarder cette video sur la naissance de la monnaie, et de qui la créé et comment :

    http://video.google.com/videoplay?d
    Les bulles internet et immobilière ont certes la même origine : le crédit à très bas coût, pourtant les conséquences ne sont absolument pas les mêmes. Etrangement, la bulle internet a permis une redistribution massive de capitaux vers tout un tas de boites foireuses montées par des gars très très loin d’être millionnaires et qui se sont fait des couilles en or. Personne n’était obligé d’investir dans ces boites, et les spéculateurs qui y ont perdus des billes ne me feront pas pleurer. Par contre, la spéculation immobilière et sur les matieres premières ont foutus des millions (des milliards ?) de personnes dans la merde, et ces personnes ne sont pas nécessairement des spéculateurs, mais des gens qui ont simplement besoin d’un toit et de bouffer. L’éclatement de cette bulle était nécessaire, mais les établissements financiers se sont endettés démesurément, et les faillites financières qui s’enchainent mettent un certain équilibre en péril : nous nous sommes fait raquetter pour nous loger, et si nous ne passons pas de nouveau à la caisse pour renflouer ces établissements qui nous ont foutu dans la merde, on risque la crise économique. C’est le deuxième effet kiss-cool.
    Je vais répéter ce que j’ai écrit plus haut : Internet et les logiciels libres remettent d’actualité des modèles d’organisation bien moins pyramidaux que ce qui est la norme aujourd’hui, et ces «vieux» modèles sont intrinsèquement générateurs d’inégalités, de sentiments de supériorité ou d’infériorité. Donc Internet et les logiciels libres ne nous épargneront pas ces crises, mais les modèles de société pouvant émerger grâce à cette nouvelle infrastructure pourront je crois améliorer bien des choses.

    citation :
    """ Je serais intéressé de savoir ce qu’un Debord, s’il était toujours vivant, pourrait penser de ce délire technologique sans peut-être rappeler une lecture attentive des méfaits de la technologie, de ses prêtres et de ses disciples ( Jacques Ellul) sans parler de tout ceux pour lesquels l’ordinateur est une façon, après la télé et Drucker de meubler leur solitude """

    Je vous assure que la lecture d’un livre permet tout aussi bien de meubler la solitude 🙂

    Répondre
  15. matou
    matou dit :

    Là j’ai fait très long…

    @7 – alain maronani à écrit :
    """ Je n’avais pas oublié le livre (bien + important que Internet…) qui a la différence du reste est un moyen pérenne transmissible de main en main à un coût proche de 0…essayez donc avec un url….."""

    Lorsque vous donnez un livre, vous ne le posséder plus. La transmission vous a couté votre livre. Même si vous vous souvenez d’une partie des connaissances contenues dedans, vous ne pourrez pas donner votre livre à plus d’une seule personne. C’est l’effet le plus facilement visible du passage au numérique. Sur ce, je trouve étrange de vouloir opposer ces 2 moyens de diffusions qui sont de mon point de vue particulièrement complémentaires.

    citation :
    """ Les rapports sociaux se changent radicalement, pour reprendre ce terme par bien d’autres moyens que Internet…..ou alors j’ai tout oublié de l’histoire des luttes et nous ne ferons pas l’économie de l’affrontement….avec ou sans url…"""

    Je n’ai pas dis le contraire.

    ciation :
    """ Quand 2 milliards d’individus disposent de 1 $ par jour je pense que l’eau potable et les vacins sont bien + important qu’un accès libre à Internet, utilisé par une minorité, (50 % de la population mondiale n’a même pas l’accès à un téléphone) """

    Je vous parle de diffusion de la connaissance. Qui les fera vos vaccins si personne n’est instruit ? Connaissez-vous les cyber-café ? Ce que je dis, c’est qu’Internet permet (pour le moment) la diffusion massive de connaissances comme cela n’a jamais été le cas auparavant. Internet ne peut résoudre en lui-même aucun problème : c’est un outil qui permet de partager des biens immatériels entre des personnes motivées pour faire avancer les choses (notamment). C’est un outil qui, dans les faits, modifie le rapport aux savoirs, et remet au coeur de la société des modèles d’organisation bien moins hiérarchiques que le modèle classique pyramidal. Là dedans, le logiciel libre et la philosophie qui en découle (ou qui en est à l’origine…) est l’aboutissement "naturel" de l’Internet : la liberté de diffusion, le partage, l’entraide, le libre-accès aux savoirs.

    citation :
    """ système qui après n,a été mis au point que pour résister à une guerre nucléaire…un peu d’histoire…."""

    La chirurgie a fait un bon phénoménale lors de la première guerre mondiale, faut-il la réprouver sous prétexte que c’est la guerre qui a permis son développement ?

    citation :
    """ Internet n’est que l’une des vitrines, la plus médiatisé surement d’un système économique qui ne pourra survivre (en tant que système de masse bien sûr). Le développement des moyens informatiques n’a pas été fait cher libriste pour vous laissez accéder à un texte inconnu mais pour accélérer les flux financiers et la productivité."""

    L’histoire de l’informatique est bien plus vaste que l’accélération des flux financiers et de la productivité et bien plus proche de besoins directement militaires. Bien des objets ont été détournés de leurs fonctions initiales pour résoudre des problèmes pour lesquels ils n’avaient pas été conçus, c’est il me semble le moteur principal de l’innovation. Condamner l’informatique à cause de ses origines si vous voulez, mais vous allez devoir alors vous passer de bien des objets qui font parti aujourd’hui de votre quotidien et dont l’origine est de moralité douteuse et pas seulement l’informatique. Enfin, l’Internet est en lui-même un media qui remet en cause les modèles économique et monopolistique des médias classiques. Vous êtes probablement le seul à ne pas savoir qu’Internet est un repaire de pédophile-nazi et de méchants pirates et terroristes (images d’Epinal propagés par certaines télé/radio/livre ces dernières années).

    citation :
    """ Et si vous aimez l’histoire regardez un peu en arrière (1998-2000) pour examiner la liste des fadaises que l’on envisageait avec Internet à l’époque avant l’inévitable crash….quand la pompe à pognon s’est arretée, maintenant c’est le tour de l’immobilier et ensuite les matières premières mais grace aux logiciels libres nous allons reprendre le contrôle de tout ceci bien sur !!!!!! """

    Je vous suggère de regarder cette video sur la naissance de la monnaie, et de qui la créé et comment :

    http://video.google.com/videoplay?d
    Les bulles internet et immobilière ont certes la même origine : le crédit à très bas coût, pourtant les conséquences ne sont absolument pas les mêmes. Etrangement, la bulle internet a permis une redistribution massive de capitaux vers tout un tas de boites foireuses montées par des gars très très loin d’être millionnaires et qui se sont fait des couilles en or. Personne n’était obligé d’investir dans ces boites, et les spéculateurs qui y ont perdus des billes ne me feront pas pleurer. Par contre, la spéculation immobilière et sur les matieres premières ont foutus des millions (des milliards ?) de personnes dans la merde, et ces personnes ne sont pas nécessairement des spéculateurs, mais des gens qui ont simplement besoin d’un toit et de bouffer. L’éclatement de cette bulle était nécessaire, mais les établissements financiers se sont endettés démesurément, et les faillites financières qui s’enchainent mettent un certain équilibre en péril : nous nous sommes fait raquetter pour nous loger, et si nous ne passons pas de nouveau à la caisse pour renflouer ces établissements qui nous ont foutu dans la merde, on risque la crise économique. C’est le deuxième effet kiss-cool.
    Je vais répéter ce que j’ai écrit plus haut : Internet et les logiciels libres remettent d’actualité des modèles d’organisation bien moins pyramidaux que ce qui est la norme aujourd’hui, et ces «vieux» modèles sont intrinsèquement générateurs d’inégalités, de sentiments de supériorité ou d’infériorité. Donc Internet et les logiciels libres ne nous épargneront pas ces crises, mais les modèles de société pouvant émerger grâce à cette nouvelle infrastructure pourront je crois améliorer bien des choses.

    citation :
    """ Je serais intéressé de savoir ce qu’un Debord, s’il était toujours vivant, pourrait penser de ce délire technologique sans peut-être rappeler une lecture attentive des méfaits de la technologie, de ses prêtres et de ses disciples ( Jacques Ellul) sans parler de tout ceux pour lesquels l’ordinateur est une façon, après la télé et Drucker de meubler leur solitude """

    Je vous assure que la lecture d’un livre permet tout aussi bien de meubler la solitude 🙂

    Répondre
  16. dominique
    dominique dit :

    Rien à voir : êtes vous allés sur le post de birenbaum qui depuis ce matin, tente de rallumer une vieille accusation à l’encontre de Bernard Langlois, mais qui, globalement se prend une veste phénoménale ???
    Je crois qu’il vient de comprendre la force du nombre……. ce connard de Birenbaum !

    Répondre
  17. Bis repetita
    Bis repetita dit :

    @ alain maronani (n°4) :

    Après avoir regardé le documentaire (de la chaîne de télévision Arte) sur l’invention de l’hélice marine par Joseph Ressel… En fait, c’est un peu toujours la même histoire.

    C’est toujours quelqu’un qui est bien intentionné tout plein, et qui est surtout naïf ou inoffensif, et qui fait la rencontre (plutôt "frontale") avec ce que j’aurais envie d’appeler les "grands frères" ("big brothers"). Des grands frères qui bénéficient d’une forte "assise", qui font croire qu’il veulent (aussi) notre bien, mais qui n’agissent que dans leurs propres intérêts.

    Que ce soit Joseph Ressel (qui voulait juste améliorer la propulsion marime), contre l’exploitant qui a le monopole des liaisons maritimes (qui fonctionnent avec des roues à aubes, et qui provoquent beaucoup de plaintes des voyageurs, et qui ne veut donc pas innover), ou contre ceux qui "piquent" son invention et qui déposent le brevet dans leurs pays respectifs (qui font croire qu’ils vont l’aider à diffuser son invention, alors qu’en fait ils se l’approprie)…

    Ou que ce soit Denis Robert (qui voulait juste aider à lutter contre l’argent sale, les trafics, etc.), contre Clearstream (qui doit s’imaginer qu’on veut sa perte) …

    Toujours, un peu la même histoire qui se répète…

    Répondre
  18. cassius
    cassius dit :

    @ Moronani: tu ne dis pas que des bêtises mon grand, mais elles gagneraient beaucoup en crédibilité et en force si:
    – tu utilisais un minimum de ponctuation;
    – tu n’entamais pas ton propos par un préambule complètement con. En effet, dire au sujet de l’insupportable et ridicule accent québécois que, je cite, "ici ce sont les Français qui ont de l’accent….", est une parfaite ânerie. Un accent est une variation par rapport à une référence. Les linguistes et les historiens se sont mis depuis longtemps d’accord pour adopter la façon de parler dans la région Centre (disons entre Orléans et Tours, à quelque 150 ou 200 km de Paris) comme étant cette référence. Les Parisiens ont donc un léger accent, les Marseillais un gros, et les Québécois un énorme (et laid, donc, mais ça ne doit pas occulter le fait que les Québécois sont par ailleurs infiniment plus sympathiques que les Français)

    Répondre
  19. cassius
    cassius dit :

    @ Moronani: tu ne dis pas que des bêtises mon grand, mais elles gagneraient beaucoup en crédibilité et en force si:
    – tu utilisais un minimum de ponctuation;
    – tu n’entamais pas ton propos par un préambule complètement con. En effet, dire au sujet de l’insupportable et ridicule accent québécois que, je cite, "ici ce sont les Français qui ont de l’accent….", est une parfaite ânerie. Un accent est une variation par rapport à une référence. Les linguistes et les historiens se sont mis depuis longtemps d’accord pour adopter la façon de parler dans la région Centre (disons entre Orléans et Tours, à quelque 150 ou 200 km de Paris) comme étant cette référence. Les Parisiens ont donc un léger accent, les Marseillais un gros, et les Québécois un énorme (et laid, donc, mais ça ne doit pas occulter le fait que les Québécois sont par ailleurs infiniment plus sympathiques que les Français)

    Répondre
  20. melchior griset-labûche
    melchior griset-labûche dit :

    à Cassius

    Chuidésolé, mais les Québecois parlent souvent avec l’accent des gens de la campagne de l’Ouest de la France (d’Angers à Blois, en gros), avec un petit nasillement en plus, peut-être. Mais ça m’étonnerait qu’il n’y ait pas des différences d’accent – et fortes – à l’intérieur même de la Belle Province.

    Répondre
  21. melchior griset-labûche
    melchior griset-labûche dit :

    à Cassius

    Chuidésolé, mais les Québecois parlent souvent avec l’accent des gens de la campagne de l’Ouest de la France (d’Angers à Blois, en gros), avec un petit nasillement en plus, peut-être. Mais ça m’étonnerait qu’il n’y ait pas des différences d’accent – et fortes – à l’intérieur même de la Belle Province.

    Répondre
  22. satya
    satya dit :

    bonjour agnès, me revoilà 😉

    désolée de m’être évanouie mais j’avais les gens de tuxfamily à voir, vu qu’ils m’ont adoptée.
    j’étais aussi à l’atelier gimp avant de te rencontrer près la salle d’april; mais une trentaine de personnes dans une toute petite salle avec seulement quelques chaises a eu raison de moi et de mon dos, j’ai dû m’avaler des médocs car j’avais bien du mal à marcher, ce que tu as pu constater. j’ai donc fait le tour puis j’ai trouvé en dehors des gens sympatiques, un coin ombragé avec des bancs où je suis allée me réfugier et m’avaler encore d’autres antalgiques – du coup ma tête n’était pas du genre "eau claire"; j’ai donc fait des aller retour banc-tente pour discuter à droite et à gauche et également pour m’offrir le luxe d’un livre sur gimp 😉
    j’ai découvert que mes adoptants dormaient encore à l’hotel et comme je voulais avoir une place assise au cci pour écouter stallman, je suis donc restée dans ma voiture une bonne 1/2 heure pour récupérer des meds – comme quoi on peut "cuver" autre chose que du vin 😉

    tu m’avais parlé de scribus et de ton intention d’y participer l’aprèm et tu m’avais fait remarquer la navette.
    tu es une jeune femme indépendante et avisée, confiante; j’ai donc pris la route car en plus, vu mon handicap physique, je ne marche vraiment pas vite ni bien 😉

    la salle du cci était grande, climatisée et les chaises confortables (ouf merci les patrons pour ce luxe temporaire!!),
    j’ai adoré stallman qui est d’une grande humilité de ce que j’appelle la "vraie" intelligence! non seulement il est très intelligent, et humble (je déteste les gens qui ont des égos démesurés et ce n’est vraiment pas son cas) mais il a aussi beaucoup d’humour et un engagement fort.

    j’ai aimé qu’il nous parle des libertés.

    enfin quelque chose qui me plaise vraiment: cela fait un bien fou dans ce monde actuel, j’avais l’impression que je retrouvais mes ailes alors que je me sent le plus souvent écrasée au sol – vu ma taille, tu me diras 🙂

    et oui, un long moment rafraichissant pour mon pauvre corps et surtout mon esprit – m’intérroger de nouveau sur mes concepts de libertés et comment je vivais cela au quotidien, cela m’a fait un bien fou car plus personne ne parle de libertés de nos jours et ça me manque cruellement, cela me fait sentir constemment que j’appartiens plus à pluton qu’à la planète terre bien que je sois raz-terre…

    l’éthique des logiciels libres fait vraiment appel à notre sens de nos propres libertés individuelles et de groupe et mes choix de passer mon ordi et cet aspect de ma vie, c’est à dire l’informatique est emplis de libertés et libérée effectivement de tout ce qui est "privateur".

    le sentiment ô combien rare d’être à "la maison" et d’appartenir à quelque chose; de me "retrouver" alors que je vis comme une extraterrestre depuis si longtemps!!
    d’ailleurs les quelques personnes avec qui j’ai parlé ont été charmantes, intéressantes, ouvertes et jeunes (mais bon moi j’ai 55 balais ce mois;)

    hélas, un type du service de la sécurité m’a fait redescendre de mon humble contentement en m’aggressant à la sortie de la salle car je n’avais pas le droit d’avoir une bouteille d’eau à la main!!
    là j’ai pas compris du tout, je lui ai demandé pourquoi et il m’a sorti que c’était interdit. je lui ai rétorqué que je n’avais vu aucune affiche et je ne voyais pas en quoi cela le dérangeait et que d’autre part quand je suis rentrée ses collègues m’ont vue avec ma p’tite bouteille d’eau et ne m’ont rien dit.
    bref, j’allais presque me battre et cet imbécile pompeux n’était capable que de me dire que c’était interdit – même si j’ai subrepticement pensé que c’était probablement une "mesure antiterroriste" je lui ai envoyé au contraire en guise de salut: "faut pas vous inquiéter j’ai pas fait tomber une seule goutte sur votre moquette" et je suis partie.

    vu mes finances et ma santé j’aurais aimé y passer les 5 jours mais malheureusement je ne peux plus me permettre ce genre de sorties. j’ai voulu revenir vers les tentes pour rencontrer les joyeux fêtards mais c’est là que ma voiture a chauffé et surchauffé et j’ai dû faire le choix de prendrer le chemin du retour dans le but de trouver le plus rapidement possible un arbre et de l’ombre pour m’y arrêter.
    j’y suis restée une bonne demi heure puis je suis rentrée en tremblant de stress de me retrouver en pleine cambrousse en panne.
    et voilà, depuis je suis sans voiture, sans voisins et sans argent dans une situation assez difficile. j’ai emmené la voiture le lundi chez mon garagiste qui m’a fait une réparation "basique" qui m’a pris tout le fric du mois de juillet en me disant de ne plus la faire rouler sauf pour la lui amener pour faire les vrais réparations en m’offrant pour toute consolation un devis salé !!

    depuis je cherche comment retrouver mes libertés sans voiture mais j’ai pô encore trouvé 😉

    par contre, je me suis plus encore plongée dans les logiciels libres et mon ordi !!

    pour april, c’est vrai que je n’aime pas le lobbying d’une part et d’autre part difficile de trouver le moindre centime alors qu’il ne m’est même plus possible d’aller aux restos du coeur de mont de marsan pour mes pitances.
    pourtant, je pense effectivement qu’il est important de m’engager justement pour défendre mes libertés mais il y a plus d’un chemin qui mène à rome et je dois choisir le mien en fonctions de mes possibilités.

    c’était sympa de te rencontrer 🙂

    Répondre
  23. satya
    satya dit :

    bonjour agnès, me revoilà 😉

    désolée de m’être évanouie mais j’avais les gens de tuxfamily à voir, vu qu’ils m’ont adoptée.
    j’étais aussi à l’atelier gimp avant de te rencontrer près la salle d’april; mais une trentaine de personnes dans une toute petite salle avec seulement quelques chaises a eu raison de moi et de mon dos, j’ai dû m’avaler des médocs car j’avais bien du mal à marcher, ce que tu as pu constater. j’ai donc fait le tour puis j’ai trouvé en dehors des gens sympatiques, un coin ombragé avec des bancs où je suis allée me réfugier et m’avaler encore d’autres antalgiques – du coup ma tête n’était pas du genre "eau claire"; j’ai donc fait des aller retour banc-tente pour discuter à droite et à gauche et également pour m’offrir le luxe d’un livre sur gimp 😉
    j’ai découvert que mes adoptants dormaient encore à l’hotel et comme je voulais avoir une place assise au cci pour écouter stallman, je suis donc restée dans ma voiture une bonne 1/2 heure pour récupérer des meds – comme quoi on peut "cuver" autre chose que du vin 😉

    tu m’avais parlé de scribus et de ton intention d’y participer l’aprèm et tu m’avais fait remarquer la navette.
    tu es une jeune femme indépendante et avisée, confiante; j’ai donc pris la route car en plus, vu mon handicap physique, je ne marche vraiment pas vite ni bien 😉

    la salle du cci était grande, climatisée et les chaises confortables (ouf merci les patrons pour ce luxe temporaire!!),
    j’ai adoré stallman qui est d’une grande humilité de ce que j’appelle la "vraie" intelligence! non seulement il est très intelligent, et humble (je déteste les gens qui ont des égos démesurés et ce n’est vraiment pas son cas) mais il a aussi beaucoup d’humour et un engagement fort.

    j’ai aimé qu’il nous parle des libertés.

    enfin quelque chose qui me plaise vraiment: cela fait un bien fou dans ce monde actuel, j’avais l’impression que je retrouvais mes ailes alors que je me sent le plus souvent écrasée au sol – vu ma taille, tu me diras 🙂

    et oui, un long moment rafraichissant pour mon pauvre corps et surtout mon esprit – m’intérroger de nouveau sur mes concepts de libertés et comment je vivais cela au quotidien, cela m’a fait un bien fou car plus personne ne parle de libertés de nos jours et ça me manque cruellement, cela me fait sentir constemment que j’appartiens plus à pluton qu’à la planète terre bien que je sois raz-terre…

    l’éthique des logiciels libres fait vraiment appel à notre sens de nos propres libertés individuelles et de groupe et mes choix de passer mon ordi et cet aspect de ma vie, c’est à dire l’informatique est emplis de libertés et libérée effectivement de tout ce qui est "privateur".

    le sentiment ô combien rare d’être à "la maison" et d’appartenir à quelque chose; de me "retrouver" alors que je vis comme une extraterrestre depuis si longtemps!!
    d’ailleurs les quelques personnes avec qui j’ai parlé ont été charmantes, intéressantes, ouvertes et jeunes (mais bon moi j’ai 55 balais ce mois;)

    hélas, un type du service de la sécurité m’a fait redescendre de mon humble contentement en m’aggressant à la sortie de la salle car je n’avais pas le droit d’avoir une bouteille d’eau à la main!!
    là j’ai pas compris du tout, je lui ai demandé pourquoi et il m’a sorti que c’était interdit. je lui ai rétorqué que je n’avais vu aucune affiche et je ne voyais pas en quoi cela le dérangeait et que d’autre part quand je suis rentrée ses collègues m’ont vue avec ma p’tite bouteille d’eau et ne m’ont rien dit.
    bref, j’allais presque me battre et cet imbécile pompeux n’était capable que de me dire que c’était interdit – même si j’ai subrepticement pensé que c’était probablement une "mesure antiterroriste" je lui ai envoyé au contraire en guise de salut: "faut pas vous inquiéter j’ai pas fait tomber une seule goutte sur votre moquette" et je suis partie.

    vu mes finances et ma santé j’aurais aimé y passer les 5 jours mais malheureusement je ne peux plus me permettre ce genre de sorties. j’ai voulu revenir vers les tentes pour rencontrer les joyeux fêtards mais c’est là que ma voiture a chauffé et surchauffé et j’ai dû faire le choix de prendrer le chemin du retour dans le but de trouver le plus rapidement possible un arbre et de l’ombre pour m’y arrêter.
    j’y suis restée une bonne demi heure puis je suis rentrée en tremblant de stress de me retrouver en pleine cambrousse en panne.
    et voilà, depuis je suis sans voiture, sans voisins et sans argent dans une situation assez difficile. j’ai emmené la voiture le lundi chez mon garagiste qui m’a fait une réparation "basique" qui m’a pris tout le fric du mois de juillet en me disant de ne plus la faire rouler sauf pour la lui amener pour faire les vrais réparations en m’offrant pour toute consolation un devis salé !!

    depuis je cherche comment retrouver mes libertés sans voiture mais j’ai pô encore trouvé 😉

    par contre, je me suis plus encore plongée dans les logiciels libres et mon ordi !!

    pour april, c’est vrai que je n’aime pas le lobbying d’une part et d’autre part difficile de trouver le moindre centime alors qu’il ne m’est même plus possible d’aller aux restos du coeur de mont de marsan pour mes pitances.
    pourtant, je pense effectivement qu’il est important de m’engager justement pour défendre mes libertés mais il y a plus d’un chemin qui mène à rome et je dois choisir le mien en fonctions de mes possibilités.

    c’était sympa de te rencontrer 🙂

    Répondre
  24. chris
    chris dit :

    ET ouai kamrade Satya , salutations amicales toujours….

    Meme pour se rendre sur un salon du libre , difficile d y aller sans bagnole et d eviter les affres du planton de service….un paradoxe certain ….

    Comme moi lorsque j explique a des clients bobos ecolos que la facture electronique , ca fait plus de bois dans la foret pour fabriquer des guitares ,,,,

    Répondre
  25. chris
    chris dit :

    ET ouai kamrade Satya , salutations amicales toujours….

    Meme pour se rendre sur un salon du libre , difficile d y aller sans bagnole et d eviter les affres du planton de service….un paradoxe certain ….

    Comme moi lorsque j explique a des clients bobos ecolos que la facture electronique , ca fait plus de bois dans la foret pour fabriquer des guitares ,,,,

    Répondre
  26. herve_02
    herve_02 dit :

    Chris @18

    Non, on ne coupe pas de bois pour faire du papier. Le bois de trituration (papeterie) est la poubelle de l’activité forestière. Pour faire une comparaison, c’est le pourboire qui permet de garder les forêts belles (chemins, allées…).

    Maintenant, oui, la facture electronique peut être un moyen d’avoir des prix plus raisonnés, mais c’est souvent un moyen de gagner quelques euros de plus par an pour un service identique.

    Répondre
  27. herve_02
    herve_02 dit :

    Chris @18

    Non, on ne coupe pas de bois pour faire du papier. Le bois de trituration (papeterie) est la poubelle de l’activité forestière. Pour faire une comparaison, c’est le pourboire qui permet de garder les forêts belles (chemins, allées…).

    Maintenant, oui, la facture electronique peut être un moyen d’avoir des prix plus raisonnés, mais c’est souvent un moyen de gagner quelques euros de plus par an pour un service identique.

    Répondre
  28. chris
    chris dit :

    @herve

    Oui , je plaisantais ….les guitares sont faites de bois precieux et surtout exotiques …..y en avoir une en acajou du honduras que m a faites tout expres le charmant et talentueux luthier francais Xavier Petit …. un peu de pub en passant pour nos artisans hexagonaux lorsqu on est lasse des productions industrielles si haut de gammes soient elles.

    Qu on le dise haut et fort , parents ….tournez vous vers des luthiers artisans pour vos futurs genies musicaux, aucune gratte ne sonnera mieux , sont sur internet ces gars la ….faites les vivre ,bordel .

    Mouai ,la facture electro ne me fait point gagner plus de tune mais je prefere garder le papier pour les livres ….

    Sur les factures …y a tout un systeme a revoir …..exemple la GMS , on a supprimer la paperasserie depuis longtemps ,,,on fonctionne a la parole …….on facture apres ,just pour la compta et le fiscalite …mais dans le BtoB .. on reste loin du zero papier .

    Vous me direz . y a une autre soluce ….supprimez le bizness et revenir a l echange ..suis sur que Satya serait pas contre …Agnes ,sais pas ,faut la consulter sur le truc .

    Répondre
  29. chris
    chris dit :

    @herve

    Oui , je plaisantais ….les guitares sont faites de bois precieux et surtout exotiques …..y en avoir une en acajou du honduras que m a faites tout expres le charmant et talentueux luthier francais Xavier Petit …. un peu de pub en passant pour nos artisans hexagonaux lorsqu on est lasse des productions industrielles si haut de gammes soient elles.

    Qu on le dise haut et fort , parents ….tournez vous vers des luthiers artisans pour vos futurs genies musicaux, aucune gratte ne sonnera mieux , sont sur internet ces gars la ….faites les vivre ,bordel .

    Mouai ,la facture electro ne me fait point gagner plus de tune mais je prefere garder le papier pour les livres ….

    Sur les factures …y a tout un systeme a revoir …..exemple la GMS , on a supprimer la paperasserie depuis longtemps ,,,on fonctionne a la parole …….on facture apres ,just pour la compta et le fiscalite …mais dans le BtoB .. on reste loin du zero papier .

    Vous me direz . y a une autre soluce ….supprimez le bizness et revenir a l echange ..suis sur que Satya serait pas contre …Agnes ,sais pas ,faut la consulter sur le truc .

    Répondre
  30. satya
    satya dit :

    @ chris, salutations amicales aussi 🙂
    t’as raison pour l’échange, mais je vis dans un coin vraiment difficile pour ça, j’fais de mon mieux. et je viens de mettre les mains dans le camboui.

    @hervé,
    hehehe, avec "humour et grace"; je trouve que cela confirme ma propre vision du bonhomme qui d’ailleurs fut le créateur du happy hacking http://www.framalang.org/wiki/How_a

    comme quoi la liberté se vit dans l’humour, et quand je vois le nombre de fois que je ris vraiment… 😉

    Répondre
  31. satya
    satya dit :

    @ chris, salutations amicales aussi 🙂
    t’as raison pour l’échange, mais je vis dans un coin vraiment difficile pour ça, j’fais de mon mieux. et je viens de mettre les mains dans le camboui.

    @hervé,
    hehehe, avec "humour et grace"; je trouve que cela confirme ma propre vision du bonhomme qui d’ailleurs fut le créateur du happy hacking http://www.framalang.org/wiki/How_a

    comme quoi la liberté se vit dans l’humour, et quand je vois le nombre de fois que je ris vraiment… 😉

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *