Acquis social, tu perds ton sang froid!

Cela fait quelques temps déjà que la classe politique "progressiste"[1] regarde de travers les fameux acquis sociaux en parlant de privilèges, de crispations et d‘archaïsmes qui entravent la marche conquérante de leur vision du monde vers des lendemains qui chantent[2].
Aujourd’hui, Sarko, le bon petit soldat du capitalisme féroce préfère contourner l’obstacle et propose de redéfinir ces termes en prétextant qu’ils sont vidés de leur substance. En tout cas, c’est ce qu’il aimerait bien, sauf qu’il y a des Torpedo qui veillent et qui nous rappellent ce qu’est réellement un acquis social.

A lire de toute urgence avant le grand lavage de cerveaux disponibles.

Merci Torpedo.

Notes

[1] celle pour qui le top de l’évolution sociale, c’est de revenir aux rapports de force du XIXème siècle que décrivait si bien Zola et ses potes

[2] Ils omettent juste de préciser que ce ne sera pas pour tout le monde

18 réponses
  1. Claudius
    Claudius dit :

    Tu vas voir que dès qu’ils auront redéfini les termes de « chomeur », « pauvre », « smicard », « RMIste », etc. ça ira beaucoup mieux. Ce n’est évidemment qu’une histoire de vocabulaire tout ça. Je rappelle que Sarkozy est l’inventeur (ou l’un des inventeurs) du fabuleux terme de « délinquant social », une nouvelle race de criminels !

    Répondre
  2. Alain
    Alain dit :

    Quand les agents de la SNCF font 4 grèves en moins de 7 mois et qui font chier ceux qui travaillent, ça s’appelle pas défendre les acquis sociaux, mais abuser d’un monopole pour défendre leurs intérêts personnels.
    Ca bien évidemment, personne n’en parle.

    Répondre
  3. dwarf
    dwarf dit :

    Mais bien sûr… Les agents de la SNCF ne travaillent pas. Style.
    Personne n’en parle? Tu en parles, toute la droite en parle, surtout avec la « prise d’otage des salariés » (à comparer avec Florence Aubenas évidemment).
    Mais la grève c’est juste pour faire chier, c’est vrai que c’est que du bonheur de perdre de l’argent, tout le monde fait ça de bon coeur car si ça peut embêter les « honnêtes » gens que demander de plus?

    Répondre
  4. Bertrand
    Bertrand dit :

    Acquis social est un mot bien détestable. A vrai dire ce n’est qu’un mot, puisque personne ne sait exactement ce qu’il recoupe.

    Ceux qui l’utilisent font preuve très (trop) souvent d’un manque d’audace flagrant, d’une peur sclérosante de l’avenir et de leur place dans ce monde. Avoir peur est légitime parfois, mais ne rien faire c’est aller « au casse pipe » ! Dire par exemple que les 35h relève d’un acquis social, c’est déjà faire preuve d’un aveuglement dangereux pour la société française.

    A vrai dire, je crois que c’est un certain Alain Madelin, qui, tout libéral qu’il est, a raison sur le fond : on devrait pouvoir choisir son temps de travail, on devrait pouvoir choisir l’age de départ a la retraite (et recevoir en fonction des cotisations que l’on a payé), on devrait pouvoir choisir un autre opérateur que la SNCF (après tout, la concurrence s’est installé dans les aéroports et cela n’a pas conduit à une hausse des accidents en vol mais bel et bien à une baisse monstrueuse des prix…), on devrait pouvoir capitaliser pour ses retraites (la répartition est un système boiteux, et ca c’est un « acquis » pour le coup!).

    Oui, Nicolas Sarkozy a le courage de parler franchement, avec certes un zeste de libéralisme dans ses propos, mais surtout beaucoup de pragmatisme. Il y a un problème : regardons ce qui se fait ailleurs sans a priori et tenter d’adapter les modèles à notre « exception » !!!

    Quant aux syndicats dans cette histoire là, n’est il pas affligeant de voir que la CGT organise aujourd’hui encore des grèves dans toute la France. Certains pensent que c’est honteux, eh bien moi cela me fait doucement rire… ils perdent en crédibilité et c’est pas dommage : vu leur légèreté d’analyse, leur position idéologique et leur capacité d’ouverture (et la démagogie de leur pseudo-leader) il est bon que leur image de marque s’effrite et que leur pouvoir d’influence se réduise à peau de chagrin…

    PS : il serait bon aussi de définir le mot libéralisme, employé à tort et à travers par des gens qui ne comprennent même pas le début du commencement de cette philosophie politique !

    Répondre
  5. Claudius
    Claudius dit :

    « Ca bien évidemment, personne n’en parle. »

    Si, Sarkozy, mais ça n’est pas pour cela qu' »il a raison … et toi non plus; il faut peut-être regarder un peu plus loin que son nombril.

    Une grève fait « chier » ceux qui travaille, mais également les grévistes. Ce n’est jamais avec la joie au coeur qu’on perd du salaire alors qu’on a des traites à payer. De plus, je vais te dévoiler un grand secret, les grévistes ne défendent pas que leurs intérêts. Et lorsqu’une grève aboutit, tout le monde en profite, les grévistes qui ont perdu leur salaire, les non grévistes qui n’ont rien perdu et toi qui t’es fait chier à travailler, et même (ça va loin) ceux qui désireraient restreindre au maximum le droit de grève, voire le supprimer.

    Non seulement ils font chier les grévistes, mais en plus ils sont cons.

    Répondre
  6. Cool Hand
    Cool Hand dit :

    Il faudrait lui demander (au petit Nicolas) quels sont les acquis sociaux le concernant (il y en a forcément) dont il serait près à se passer…sérieusement !

    Peut-on considérer la dernière augmentation des salaires des Ministres (+70%) comme un acquis social ?

    Répondre
  7. Alain
    Alain dit :

    Ou est ce que j’ai écrit que les agents de la SNCF ne bossent pas ?
    Je parlais seulement de la grande partie des cheminots (qui représentent moins de 15% des employés de la SNCF) qui imposent leur grève à toute la France.
    A part la SNCF, je connais aucune entreprise (publique ou privée) en France qui fait 4 fois grèves en à peine 7 mois et qui prend l’ensemble des français en otage pour leurs intérêts personnels.
    Bien évidemment qu’ils ont droit de faire grève, mais 4 fois en moins de 7 mois c’est du jamais vu, ça n’a aucun sens. Ils sont dans une situation de monopole sans aucun contrôle et ils usent et abusent de leur droit de grève.
    Faut mettre un terme à ces privilèges.
    D’ailleurs, le service minimum a été imposé et le premier train privé a circulé.
    Vive l’Europe et la libéralisation qu’elle apporte et c’est pas le « non » au referendum qui changera quoi que ce soit.

    Répondre
  8. dwarf
    dwarf dit :

    Quand les agents de la SNCF font 4 grèves en moins de 7 mois et qui font chier ceux qui travaillent Là.
    L’ensemble des français en otage… Mais bien sûr… Ils leur mettent un flingue sous la gorge…
    4 fois en moins de 7 mois c’est du jamais vu, mais ce qui est du jamais vu aussi c’est le forcing de la part des ultralibéraux pour enlever tout ce qui se rapporte aux droits des salariés.
    Quand tu parles de monopole tu me fais bien rire, toutes situation commerciale se retrouve un jour ou l’autre sous la coupe d’un monopole partagé, on voit bien ça avec les opérateurs de téléphones mobiles qui profitent de leur position pour imposer des tarifs pantagruéliques.
    OK tu peux parler de privilèges avec la retraite à 50 ans mais si tu compares avec les patrons qui touchent des parachutes en or c’est qui les plus privilégiés?
    Quant aux trains privés je pense que si tu compares avec le Royaume Uni on peut bien voir quel est l’avantage à privatiser tout ça.
    Le non ne changera pas grand chose, mais l’élite énarchiste aura au moins ressenti qu’un sursaut populaire est possible et se posera des questions (sans doute pour notre malheur).

    Répondre
  9. Alain
    Alain dit :

    dwarf blablabla, c’est tout ce que tu sais écrire, du blablabla.
    Il y a 3 opérateurs de téléphonies mobiles et l’association de défense des consommateurs « 60 millions de consommateur » a tiré la sonnette d’alarme sur leur entente, surtout celle concernant les prix du SMS. P.Devedjian ministre d’état a pris la relève en imposant plus de concurrence. Ce qui a impliqué une baisse des prix des SMS et l’apparition des MVNO tels que DEBITEL ou CORIOLIS qui ont baissé les prix.
    Il n’y a pas de monopole, la concurrence est bien la et elle profite à tout le monde.

    Pour les transports à Londres, tu parles d’il y a 5 ans et c’était effectivement pas terrible, mais T.Blair a pris les choses en main avec notamment la taxe sur les automobilistes qui roulent à Londres grâce à laquelle il a financé la rénovation des chemins de fer. De plus T.Blair a libéralisé les bus à Londres toute compagnie qui tient pas ses engagements (la ponctualité, la propreté etc…) perd son contrat en faveur d’une autre compagnie. Grâce à ces mesures on attend moins de 5 min pour prendre le bus. Même la RATP a ouvert une filiale privée la bas et son service à Londres est meilleur qu’à Paris, ce qui est un comble.

    Pour finir, un gros patron qui gère des milliers d’employés, qui génère des milliards de chiffres d’affaire, c’est tout à fait normal qu’il soit récompensé pour son travail.
    Mais comme la SNCF qui profite de son monopole pour user et abuser des grèves, il y a des patrons qui abusent du système en empochant des millions alors que leur boite se casse la gueule. Pour information, la justice a retiré le parachute de J2M.

    Répondre
  10. free tibet
    free tibet dit :

    A mon avis Dwarf est un non-iste, et comme tous les non-iste, il ne sait pas comment fonctionne l’europe (notre avenir à tous). Si on veut lutter contre le « forcing de la part des ultralibéraux pour enlever tout ce qui se rapporte aux droits des salariés », il suffit de ne pas voter avec ses pieds une fois tous les 5 ans (ou 7, je ne sais plus …), mais d’être un citoyen actif et informé. La grève, c’est quand il est déjà trop tard. Et quand au monopole public (j’en ai marre de payer une fortune le train pour ma fille étudiante qui fait un aller retour par semaine et pas de réduction pour …). Et quand à être sous « la coupe d’un monopole partagé », il suffit d’adopter une jolie constitution pour l’europe (notre avenir à tous). Mon cher Dwarf : art I-3 « L’Union offre à ses citoyens un espace de liberté, de sécurité et de justice sans frontières intérieures, et un marché intérieur où la concurrence est libre et non faussée. » Et grace à l’europe (notre avenir à tous), de grandes entreprises ont déjà été condamnées: WV, Microsoft, Banques etc, pour abus de position domiante, pour entente faussant la concurrence etc.

    En conclusion , je rajouterai une pensée de Montesquieu : « Dans une nation qui est dans la servitude, on travaille plus à conserver qu’à acquérir ; dans une nation libre, on travaille plus à acquérir qu’à conserver. »

    Mon cher Dwarf, s’il te plait, utilise ton énergie pour construire l’avenir, plutot que pour sublimer le passé. On y gagnera tous.

    Répondre
  11. dwarf
    dwarf dit :

    (Agnès si tu le permets je répondrai une dernière fois pour ne pas flooder tes commentaires d’une baston certainement inutile, merci ^^)
    Alain, tu appelles la baisse minable du prix des SMS une victoire pour les consommateurs? J’appelle ça une aumône jetée aux mendiants.
    Attends rappelle-moi pour les transports à Londres, c’est Tony qui a choisi de faire payer l’entrée de la ville aux automobilistes ou Ken Le Rouge?
    Un patron n’est pas la seule personne à qui reviennent les mérites de l’entreprise malgré ce que tu peux penser, car sans les employés il n’y a pas d’entreprise. Une entreprise ça se fait à plusieurs, et un patron ne devrait pas être un gentil bisounours qui par sa magnanimité permet aux employés de survivre… Au fait, heureusement que le parachute a été retiré à J2M, mais c’est justement parce qu’il y a des gens qui gueulent comme moi que ça s’est fait…
    free tibet je suis effectivement un noniste, mais je sais qu’en France la seule façon d’obtenir quelque chose c’est de faire grève (triste à dire, mais c’est la vérité) contrairement à l’Allemagne où la grève est en effet le dernier recours. C’est une évidence : si personne ne fait grève, personne ne t’écoute.
    La concurrence libre et non faussée, ça c’est une belle utopie d’économiste. Allez je te laisse à tes rêves. Et pour ta dernière remarque, je suppose que tu ne sublimes pas le passé en citant Montesquieu… huhu.

    Répondre
  12. mariano
    mariano dit :

    Juste pour dire qu’en France, la grève c’est aussi le dernier recours. Les patrons en France, du Privé comme du Public, ne viennent à la table de négociation pour réellemnt négocier que contraints et forcés par la grève qui se déclenche en désespoir de cause… et la SNCF et une des entreprises où il reste encore des syndicats solides : il faut donc les mettre à terre, d’où la surdité aux propositions des salariés, qui finissent par se mettre en grève.

    Quand à cette Europe le bateau ivre est sur le sable depuis longtemps…

    Répondre
  13. Alain
    Alain dit :

    Ou je dis qu’il faut supprimer le droit de grève ?
    C’est un droit fondamental qu’il faut défendre.
    Moi-même j’ai fait grève, mais 1 fois en 4 ans.
    Les cheminots de la SNCF c’est 4 fois en moins de 7 mois.
    Ca devient de l’abus à ce niveau.
    Heureusement qu’on a obtenu le service minimum ainsi que la libéralisation des chemins de fer, ça permettra aux usagers d’être moins dépendants des sautes d’humeurs sans aucun fondement de certains cheminots.

    Répondre
  14. ppkc
    ppkc dit :

    Bonjour,

    En évoquant la conception de « boulot » du gouvernement, il est une question essentielle qui me révolte et que je résume (selon mes modestes possibilités) en une phrase : « Si un patron a besoin de deux ans pour juger des capacités d’un employé à occuper convenablement son poste, l’incompétent.. c’est lui ! » Le manque de réaction à cette disposition abominable prouve, s’il le fallait, l’incompétence (pour ne pas être grossier) des syndicats. Retraité, je plains sincèrement ceux qui ont à travailler dans des conditions semblables.

    Bon courage quand même…

    ppkc

    Répondre
  15. Le Zouave de Bagnolet
    Le Zouave de Bagnolet dit :

    Les zozos qui partent en guerre contre les acquis sociaux devraient réfléchir à ce qui se trouve au-delà de ce démantèlement rêvé : les gardes armés pour les riches, la violence insurrectionelle pour les pauvres. Les libéraux de mes genoux me font penser à de sales gosses repus de sucreries : ils ne veulent ni impôts, ni « charges sociales », mais veulent garder une plèbe benoîte et tranquille. Regardez le monde qui va, bande de crétins ! C ‘est pourtant votre leitmotiv ! Le Zouave de Bagnolet

    Répondre
  16. Marzi
    Marzi dit :

    Mille fois d’accord avec Alain. Cet abus de la grève est bien lié au statut de ces cheminots. Qui méritent des coups de pied aux fesses. Qui ternissent l’image du service public.

    Je bosse dans le privé : mais si je bossais dans le public, il me semble que je serais encore plus faché après eux!!

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *