Le Cauchemar de Darwin

Rien de tel que d’écouter la radio pour avoir envie d’aller au ciné. Ce soir, la chronique de Philippe Val sur France Inter parlait poissonnerie, et plus exactement de la fameuse perche du Nil, poisson bon marché qui a débarqué sur les étals des grandes surfaces ces dernières années et dont un documentaire révèle l’origine peu reluisante.

Tous ceux qui n’aiment pas le poisson, son goût puissant du large, connaissent la perche du Nil, le filet qui se mange aussi facilement que le poisson pané. Mais voilà, quand c’est bon et pas cher, il convient de se méfier.

afficheComme presque tous les soirs de la semaine, j’écoute donc Charivari, la génialissime et pertinente émission de Frédéric Bonnaud. Ce soir, il n’y a qu’une invitée, c’est Mazarine Pingeot qui présente le bouquin que tout le monde attendait. Comme toujours, c’est agréable et intéressant, le seul problème, c’est que c’est toujours trop court. Arrive la chronique de fin d’émission, le lundi, c’est Philippe Val, personnage que j’apprécie modérément (en tout cas nettement moins que Philippe Collin, le jubilatoire chroniqueur vachard du vendredi soir!); Et paf, il attaque direct sur la perche du Nil, sujet d’un documentaire qui sort mercredi.

Et là, en quelques petites minutes, je sais que je vais arrêter définitivement d’acheter cette bestiole.

Parce qu’en fait de Nil, cet animal a été pêché dans les eaux du lac Victoria (source du Nil, brillez en société!) où il a été introduit dans les années 1960. Super prédateur, il a tout bouffé sur place, détruit l’écosystème. Mais voilà, il prolifère, il a de gros filets sans arrêtes : c’est le poisson qui va conquérir les marchés européens. Le marché de la perche du Nil est en plein essor, mais il n’amène que misère et corruption aux riverains du lac. Les avions cargos qui emportent le poisson vers nos ventres avides sont aussi ceux qui amènent les armes qui alimentent les guerres qui déchirent cette région.

Le Cauchemar de Darwin, c’est surtout une petite histoire de la mondialisation heureuse telle que la rêvent tous les MEDEF du monde : la libre entreprise sans contrôle ni contrainte.
Vous savez ce qu’il faut aller voir au ciné à partir de mercredi prochain! Le problème, c’est que comme pour tous les films vraiment importants, il n’est distribué que dans une seule salle en France : à nous de faire pression sur les exploitants et les distributeurs pour obtenir plus de copies en France. Allez au ciné et réclamez une place pour Le Cauchemar de Darwin, boudez le reste!

Personnellement, j’arrête la Perche du Nil qui aurait mieux fait d’y rester.


Pour en savoir plus sur le documentaire
Le site officiel
Critique de l’agence du cinéma indépendant
Les poissons enpoisonnés du lac Victoria
Allociné, toutes les salles

22 réponses
  1. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Erratum
    Le nombre de salles annoncé était celui du lundi 28 février, soit les avant-premières, le film sortant aujourd’hui. En fait, en sortie nationale, c’est dans 24 salles que vous pouvez aller le voir. Allez-y nombreux, cela pourrait faire grimper le nombre de copies France. Allez dans le réseau des exploitants indépendants et demandez s’il est possible de mettre en place des discussions et/ou débats autour des scéances.
    La liste des salles

    Répondre
  2. prevalli
    prevalli dit :

    J’ai vu le film le 29 Mai jiour du VOTE! Super, j’en suis resorti tout retourné et honteux d’etre européen. On voit que l’UE finance l’afrique POUR mettre aux normes d’hygiéne LEUR usine à poisson pour LEUR marché, tout le monde créve autour mais l’UE plastronne en se felicitant de l’aide au developpement pour SA bouffe. L’UE a la bas une image de nouveau vampire plus vorace que les US ! Heureusement que j’ai voté NON !

    Au dela de ca, ce n’est pas en boycottant que sur place ils vont mieux se porter. Il faut se battre pour qu’en revanche ils puissent garder une partie de LEUR production.

    Je vous conseille ce film mais ne manger pas de popcorn car vous allez gerber ! La vous verrez la misére engendrée par la mondialisation libérale !!!!

    Répondre
  3. moultipass
    moultipass dit :

    Ah ! ces jeunes ! Faire tout un plat du Cauchemar de Darwin ! Alors qu’il leur suffisait de regarder Zardoz de J. Boorman (1974) ! Merci à Connery, Rampling, Kestelman et alii de m’avoir faire vivre dans mon passé mon futur d’aujourd’hui… Quelle est la chaîne de télé non-berlusconisée qui osera les programmer l’un à la suite de l’autre ? Keep smiling ! Zardoz connaît un happy end… que beaucoup n’ont pas apprécié ! Au fait, qu’étaient-ils, ces râleurs, avant qu’un quelconque spermato paternel ne rencontre accidentellement leur ovule maternel ? Live long & prosper !

    Répondre
  4. CHristian.D
    CHristian.D dit :

    Il fallait ré écouter Charivari aujourd’hui Le même Philippe Val a fait sa chronique sur l’imposture de ce documentaire et sur les mensonges qu’il contient, à ré écouter en pod cast , en attendant de retrouver ça dans CHarlie Hedo

    Répondre
  5. ko
    ko dit :

    merci à christian d’attirer notre attention sur la polémique ; néanmoins, avant de me pencher plus avant sur la question, j’aurai quand même tendance à me méfier de la curée de Val, du Monde, de Libé et du Point (personnage et organes fortement déconsidérés à mes yeux).

    Répondre
  6. Hervé
    Hervé dit :

    Il y a une fille sur le blog de Télérama qui a trouvé sur internet le CV de l’historien qui a lancé la polémique sur le cauchemar de darwin, et le type vient de chez Havas, le publicitaire de Carrefour et McDo, premiers distributeurs de perche du nil. Je rejoins ko sur sa méfiance qu’il faut parfois avoir à l’égard de la presse, la preuve !

    Répondre
  7. AirV
    AirV dit :

    « Il y a une fille sur le blog de Télérama qui a trouvé sur internet le CV de l’historien qui a lancé la polémique sur le cauchemar de darwin, et le type vient de chez Havas, le publicitaire de Carrefour et McDo, premiers distributeurs de perche du nil. Je rejoins ko sur sa méfiance qu’il faut parfois avoir à l’égard de la presse, la preuve ! »

    Bonjour Hervé, j’ai cherché sur le blog de Télérama et je n’ai pas trouvé l’article sur cette fille qui a trouvzé le cv de cet historien. Peux-tu me préciser cet infos. Merci

    Répondre
  8. tiptop
    tiptop dit :

    J’ai vu « le cauchemar de Darwin » près de Lyon il y a quelques mois. Je pense faire parti des Français plutôt bien informé sur ce qui se passe en Afrique pourtant j’ai quand même reçu un coup de poing à l’estomac. Tout film est évidemment une construction ; le réalisateur a volontairement mis le doigt là où ça fait très mal quitte à paraître manichéen. Eh bien tant mieux si ça peut réveiller les consciences ! Un débat a été organisé à la fin du film et s’est montré très révélateur de la façon dont les gens peuvent appréhender un tel film uppercut. Un spectateur surpris de ne pas voir les américains impliqués dans ces turpitudes a jugé le film partial. D’autres se sont réfugié dans la culpabilité. Quelques uns (dont je suis) ont essayé de poser le problème des rapports nord sud et de la politique de prédation en œuvre sur le continent. D’autres encore se sont intéressés à l’aspect écologique. Quelques uns cependant n’ont parlé que de poisson ! Mais parlons des intervenants. Ils étaient tous deux des coopérants scientifiques. Les mêmes au fond que l’on voit à l’œuvre dans le film. Ils ont joliment noyé le poisson avec un discours très technique d’expert. Et à force de vouloir tout relativiser (ils étaient plutôt pour les cultures d’exportations de type perche du nil) ils donnaient l’impression de vouloir gommer l’impact du film. Des choses importantes ont quand même été dites notamment sur les mécanismes de la dette du tiers monde mais quand j’ai voulu orienté une deuxième fois le débat sur L’Afrique et les mécanismes qui mènent au désastre affiché dans le film (les experts se contentant d’acquiescer sans toutefois exploiter mes propos), il s’est quand même trouvé des spectateurs pour protester. En bon consommateurs, ils ne voulait pas quitter leur assiette ! Certains parlaient de boycott en ne réalisant pas les conséquences néfastes que cela aurait sur les populations locales (le réalisateur du film est d’ailleurs tout à fait d’accord sur ce point) Voilà une occasion perdue de questionner notre rapport à l’Afrique qui rappelons-le, de la traite des noirs aux politiques de prédation actuelles en passant par l’époque effroyable du colonialisme, est plus que problématique.

    Répondre
  9. Lucci
    Lucci dit :

    Marrant tous les gens qui découvrent d’un seul coup de quoi est fait le monde, ben qu’est ce que ça serait s’il savaient tout de tous les trafics ! Ce film pétrifiant est une sacré claque, il est tant de se réveiller les pépères, peu importe la polémique. Il y a belle lurette ( plusieurs siècles…?) que l’essort des sociétés « riches » repose sur une condition impérative : l’exploitation des ressources et le maintien dans la misère du tiers monde ! Et oui, dans beaucoup de choses que nous consommons chaque jours il y a du mort d’Afrique ou d’ailleurs.

    Répondre
  10. Z
    Z dit :

    Et oui Lucci, « il y a belle lurette ». Ca me rappelle l’épisode du nègre de Surinam, dans le Candide de Voltaire (1759 !), et la phrase qui tue :

    « C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe. »

    Lire l’extrait sur le lien ci-dessus…

    Répondre
  11. Gilbert
    Gilbert dit :

    Si ce film montre des problemes reels, les liens qu’il sous entend ou qu’il insinue sont parfois rapide voir excessif. Il s’agit d’un film pour soulever l’emotion, faire eclater le probleme au visage. Pas d’une enquete journalistique impartiale. Il est interessant d’ecouter d’autres sources d’info qui n’ont peut etre pas des idees aussi extremistes afin d’analyser leurs argument (surtout pour l’idee de boycote du poisson). voici quelques liens :

    Debat sur arte suite au film
    http://www.arte-tv.com/fr/histoire-societe/le-cauchemar-de-darwin/La_20controverse_20m_C3_A9diatique_20/1184374.html

    Information sur le probleme de l’introduction des poissons dans le lac par un organisme de recheche piscicol http://www.ird.fr/fr/actualites/dossiers/aqua/lates.htm

    Discution et reflexion par l’association (humanitaire) SURVIE sur le film et la problematique en afrique http://survie.lorraine.free.fr/documents/cauchemardarwin.htm#top

    Reflexion et analyse par une association d’aide au devellopement durable http://www.aedev.org/article.php3?id_article=1256

    et une contre enquete des journaliste du journal « le monde » http://fboizard.blogspot.com/2006/03/cest-si-bon-dtre-un-anti-libral.html

    En conclusion : toute information doit etre analysee et contre verifie, si l’on ne veut pas risquer d’etre manipule (ce qui est mal heureusement souvent le cas). Mais c’est bien que ce film montre la pauvrete crue d’une partie de l’afrique. Maintenant a nous de trouver de vrais bonnes solutions pour faire avancer le probleme, petit a petit.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *