Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté pour te sentir en sécurité, tu ne mérites ni l’une ni l’autre.
Thomas Jefferson

Les mailles du filet régalien se resserrent lentement autour de nous comme la corde autour du cou du pendu.

Toujours sous prétexte de lutter contre la délinquance, De Villepin annonce la mise en place plutôt rapide d’une CNI [1] biométrique (avec photo, puce, empreinte digitale et pour quoi pas, iris de l’œil).
Cette fameuse carte identité, rendue gratuite par Jospin en son temps, redeviendra payante, puisqu’il incombe à l’usager de payer le surcoût sécuritaire d’une décision qui ne lui appartient pas. Le dispositif sera étendu à tous les papiers : passeports, permis de conduire, carte de séjour et même la carte vitale. En fait de lutte contre la délinquance, c’est plutôt la lutte contre le peuple qui semble se mettre en place.

Dans le même élan et le même jour, Perben, lui, annonce "la mise en place de la vente des biens des criminels en cours de procédure". il s’agit de confisquer les biens d’une personne, même pendant l’enquête préliminaire. Il semble que cette démarche ne soit pas compatible avec ce que l’on appelle couramment la présomption d’innocence. Surtout que le Garde des sots se garde bien, justement, d’expliciter ce qu’il met dans le panier des grands criminels. Sachant que des syndicalistes pointent déjà au fichier génétique [2], il y a des Bové qui risquent de se faire piquer leur ferme au Larzac fissa !

Et ce déploiement de mesures sécuritaires tombe quand ? Je vous le donne en mille ! Au moment-même où Raffarin annonce que ses objectifs incantatoires de baisse du chômage sont remis sine die. Il parait même que c’est de la faute au pétrole !

Et pendant ce temps, l’Etat régalien, celui-là même qui prétend protéger les honnêtes citoyens des sales délinquants et des méchants terroristes, cet État de sécurité pour tous, tape sur nos enfants !


A l’attention de monsieur Raffarin !

Tout comme vous, mes objectifs de retrouver un emploi marquent le pas. Malgré toute mon énergie déployée sur le terrain plutôt qu’en conférences de presse, dans un contexte économique morose et sûrement à cause du pétrole et autres petites contrariétés, je pense que le retour à l’emploi devra attendre encore un peu pour vous, comme pour moi.
Puisque vous en appelez à l’indulgence des Français sur ce point particulier (et sachez qu’elle vous est toute acquise !!!), j’espère un renvoie d’ascenseur dans ce sens et donc le report de l’arrêt de mes indemnités chômage à des temps plus rieurs, disons, la reprise d’une activité salariée !

En vous remerciant de cette tentative de mutuelle et légitime compréhension !

Notes

[1] carte nationale d’identité

[2] mais si, souvenez-vous un peu, celui qui avait été mis en place uniquement pour les délinquants sexuels !