Se faire prendre la main dans le sac est toujours une épreuve pénible pour un homme public. Mais le Canard Enchaîné remet le couvert sur l’affaire Gaymard, et ça fait mal, très mal.

Comme j’en parlais hier, Le Canard Enchaîné a épinglé Gaymard à son tableau de chasse avec l’histoire de son appartement de fonction de luxe. Et je soulignais la médiocrité de la défense du Ministre de la Dépense de l’Économie.
J’aurais d’ailleurs du parler de la piètre prestation d’Hervé Gaymard à 100 minutes pour convaincre face à Strauss-Khan. Ce dernier a juste fait remarquer que lorsque qu’il était au même poste, il avait simplement continué à vivre chez lui. Gaymard était resté sans piper mot… une bonne idée, pour une fois, vu qu’il a lui aussi un modeste pied-à-terre de 235 m² sur Saint-Michel, autre quartier pas trop pouilleux de la capitale.

Et c’est cet appartement qui explose ce matin au visage d’Hervé gaymard comme une énorme bombe à crottes. Grâce au même sale petit palmipède[1], repris immédiatement par la presse sérieuse, on apprend que Gaymard nous avait bien pipeautés la semaine dernière et pas seulement sur son emploi du temps dantesque! En fait, il était bien au courant de cet appartement, en avait ordonné les travaux et cela, alors qu’il est propriétaire sur Paris intra-muros. Autrement dit, il s’est offert une petite cure de luxe au frais du contribuable, alors que son gouvernement est le chantre de l’austérité!
Chaque heure qui passe amène son lot de révélations : son appartement, il le prête à un ami… et puis non, pas généreux pour un rond, il le loue à 2500€/mois[2]. Même la surface est à géométrie variable, un coup 235 m², un coup 190 (selon Reuters). On sent le brouillage de pistes. Pire encore, le pauvre Gaymard se retrouve avec des collègues qui le soutiennent comme la corde soutient le pendu.

Oui, il y a des choses plus graves que le couple Gaymard qui se goinfre joyeusement[3] aux frais du contribuable, tout en prônant la rigueur et l’austérité. Mais on sent derrière cette histoire tout un ensemble de pratiques dont semblent coutumiers ceux qui sont sensés servir l’intérêt général. On sent le refus d’assumer ses tords, dans une optique un peu pas vu, pas pris! Ce qui semble gêner le plus tout ce beau monde, c’est que l’un des leurs se soit fait attraper la main dans le pot de confiture :la chasse à la taupe est ouverte dans les palais de la République!

Bien sûr, la démission de Gaymar est exclue : on ne part pas pour quelques broutilles! Et quelque part, on s’en fout un peu que le fusible saute, du moment que c’est le système qui est remis en cause.

Ceci dit, pour reprendre la jolie réplique de Liza Minnelli à Robert de Niro dans New York, New York :

Même un pou s’en irait!

Notes

[1] Le Canard Enchaîné, on vous dit, le dernier journal où travaillent des journalistes d’investigation qui n’attendent pas les dépêches AP, AFP, Reuters pour monter un dossier!

[2] Je ne sais pas pour vous, mais j’en aurais des larmes de joie, si je pouvais avoir ça comme salaire un jour!

[3] Et oui, 600 m², il faut les meubler, et ce n’est pas parce que les ministres se sont fait augmenter leurs émoluments de 70% en 2002, qu’ils vont le faire de leur poche. De la même manière, 8 enfants, ça coûte cher en frais de bouche, heureusement, là aussi, c’est Bercy qui régale!