Articles

Popote

Parfois, prendre le temps, hors du temps, juste quelques instants fugaces volés au flux du temps qui passe.

Dématérialisation exponentielle

Il y a six mois, j'avais serré la main du conducteur offset qui partait enfin à la retraite. Aujourd'hui, la moitié des machines a disparu, les étagères à papier sont vides, il reste le patron, l'infographiste et la typographe.

Du côté de chez Paul

L'épopée de Marie, petite mère courage, nous ramène une fois de plus — et sûrement pas la dernière — dans le bled-en-chef pour une énième péripétie administrative. L'épisode deux de la course d'obstacles régulièrement imposée aux précaires pour leurs miettes de droits sortira en exclu-lulu dans le numéro 43 du Fakir national, à s'arracher dans tous les bons kiosques dès samedi 28 novembre.

Bienvenue chez les Gascons

Samedi soir, on remet le couvert pour la grande nuit des morts, pour la troisième année consécutive. Si Halloween a perdu pas mal de terrain en France ces dernières années malgré son implantation commerciale forcenée, il y a au moins un petit quartier rural qui résiste encore et toujours au reflux mortuaire... mais c'est à la sauce gasconne.

Marie à petit prix

Une fois par semaine, c'est l'heure parentale avec les autres éleveurs de nains montés sur batterie inusable qui s'adonnent aux joies des arts martiaux.

La machine à remonter dans le temps

C'est fait, je m'y colle : Le Monolecte va sortir sur support-papier, dans un (voire probablement plusieurs) vrai bouquin, avec une jolie couverture, des notes de bas de page et même une photo officielle de l'auteur en quatrième de couverture, enfin, si Éric se rappelle qu'il ne doit pas m'oublier.

Le pas précipité de la donzelle

Ça y est, j'ai des devoirs, j'ai des devoirs ! Ma grande petite bonne femme jaillit du bus de ramassage scolaire comme un petit diable tout en traînant son cartable à sa suite, trop grand et trop vide.

Bleu de Lectoure...

Ce n'est pas parce que c'est le mois d'août qu'il faut bronzer idiot. Je profite donc d'un (bref?) rétablissement de ma ligne téléphonique pour poster une petite carte postale pour donner envie de voyager, ne serait-ce qu'avec sa tête.

Psychanalyse des vitres

J'avais pris rendez-vous avec une commerciale qui bossait pour une imprimerie. En temps normal, j'aurais refusé poliment, mais elle avait été convaincante, aimable et sans lourdeur, et du coup, je lui avais concédé une heure à la terrasse d'un des troquets du bled.

Du rififi dans la garbure

À la campagne, on avale des kilomètres comme un migraineux bouffe de l’aspirine. C’est fou ce qu’on consomme comme essence et comme pneus. Les constructeurs automobiles commencent à se creuser le crâne pour produire de petites voitures économiques. Des « citadines» qu’ils disent. Mais c’est pour nous, les ruraux, qu’ils devraient réfléchir en priorité. C’est vrai, non ? En ville, ils ont le métro, les bus, les taxis et bientôt les pousse-pousses, au train où les Chinois se développent. Mais nous, dans nos campagnes, comment fait-on ? Qui pensent à nous, obligés que nous sommes de faire des kilomètres pour acheter une baguette de pain au prix fort ? Alors, on nous dit : « faites du vélo ». Je voudrais bien les y voir, les Parisiens, dans notre pays de collines et de vallons (…) Franchement, ça n’a pas que des avantages de vivre en province. Mais bon, j’aperçois la chaîne des Pyrénées au détour d’une crête et je ravale toutes mes râleries intérieures.

La beauté du geste

Ce n'est pas parce qu'on est athée qu'on n'a pas le droit d'allumer un cierge à Lourdes.

FreeWifi pour tous!

Il y a des jours, comme ça, où Internet me prend vraiment la gueule. Mais cela doit être de ma faute : quelle idée que d'aller habiter au cul des vaches, là où même La Poste et les pigeons voyageurs rechignent à passer!

L'air du temps

Petite balade au débotté, en rentrant de l'école.

Ministère des sinistrés

Suite et fin (provisoire ?) des aventuriers du sillage de Klaus, avec des hommes de bonne volonté et des visiteurs venus d'ailleurs.

Le jour d'après

Aux États-Unis, la possession d'une arme à feu est un droit constitutionnel. En Gascogne, il semble que les autochtones aient opté pour la tronçonneuse et ça change tout.

Au cœur des ténèbres

Samedi 24 janvier 2009, à 4h30, l'onde de choc de la tempête Klaus a frappé notre maison avec la célérité d'un TGV s'engouffrant dans une petite gare de province.

Les absents ont toujours tort

Hier, c'était manif au bled en chef, malgré la tempête Klaus qui n'en finit plus de perturber la vie quotidienne des Gascons.

La santé avant tout!

Il vous reste encore 15 jours pour présenter vos meilleurs vœux pour l'année 2009. Bonne année et bonne santé !
Surtout, bonne santé...