Le piège du « tout sauf Sarko »

Battons la campagne tant que le fer dans la plaie est bien chaud.

Vite ditL’autre soir, je me suis rendue à une réunion publique de soutien au Front de Gauche au bled. Histoire de prendre la température et de passer les troupes en revue. Même s’il n’y avait que la petite cinquantaine d’habitués de toujours, forcément on se tenait plus au chaud dedans que dehors. Après, c’était tout de même très décourageant : toujours les mêmes cocos au pelage blanchi sous le harnais. La plupart retraités, les autres profs ou fonctionnaires de la territoriale. J’étais dans les cinq plus jeunes du lot. C’est dire si le renouvellement politique se fait attendre au cul des vaches.

Cela dit, tout n’était pas totalement décourageant, même si j’avais l’impression d’être prisonnière d’un mauvais remake d’Un jour sans fin. Il y avait par exemple ce gars, à peine un peu plus vieux que moi, qui a décidé de ne plus laisser relever son compteur. Ça a l’air de rien, dit comme ça. Mais cela fait six ans qu’il refuse qu’un sous-traitant payé au lance-pierre avec un statut de merde et des conditions de travail à peine dépoussiérées du Moyen-Âge fasse le relevé de sa consommation électrique en lieu et place d’un agent EDF dûment rémunéré.

  • C’est vachement courageux ce que tu fais.
  • Non, pas du tout, je paie une estimation de ma consommation, mais je refuse cette privatisation rampante, c’est tout.
  • Ah bon, ce ne sont plus des agents EDF qui viennent au compteur ?
  • Non, plus depuis six ans, suffit de leur parler pour le savoir.

Je crois bien qu’il y a des agents EDF retraités dans la salle. Bonne carrière. Bons salaires. Bonne retraite. Les suivants n’ont pas eu cette chance.
Le gars résiste, tout simplement, à son échelle, avec une belle constance.

Le débat repart sur l’estrade.

  • Nous devons nous mobiliser pour obtenir un maximum de voix au premier tour et pouvoir négocier des postes dans le gouvernement PS ensuite.

Les bras m’en tombent, façon Vénus de Milo. N’avoir rien appris des 30 dernières années de politique est totalement confondant. Les cocos (mais pas qu’eux) n’ont toujours pas compris comment ils avaient pu se retrouver relégués derrière le FN ou même les chasseurs, comment ils étaient passés de premier parti de gauche de France à appendice fossilisé même plus visible dans l’échelle politique. Pourtant, c’est simple : ils ont cru pouvoir changer la politique de l’intérieur et ont servi de caution morale à la politique capitaliste libérale à faux-nez social du PS. Celle-là même qui strangule les peuples d’Europe et nous précipite vers un merdier incommensurable.
Si je voulais encore du PS au pouvoir, je ne me serais pas claqué les arpions à ratisser la cambrousse l’année dernière, pas plus que je n’aurais perdu mon temps à beugler en cœur contre une politique injuste et profondément inégalitaire en battant le pavé du bled-en-chef pendant des semaines, pas plus que je ne serais venue ce soir, dans une salle des fêtes aux trois quarts déserte pour soutenir le parti sur lequel personne ne parie. Pour l’instant.

Parce que pour moi, l’enjeu politique est simple et limpide : ou on continue tout pareil en choisissant d’agrémenter la grande sodomie libérale avec du gravier (droite traditionnelle fascisante) ou de la vaseline (gauche traditionnelle en mode soumission à la Real Politik), ou alors, on change de braquet et on se décide pour un vrai projet de société. En gros, le choix est : libéral (le PS et tout ce que qui est à sa droite) ou antilibéral (le Front de Gauche).

Et voilà, tout de suite, j’entends les cris d’orfraie :

Mais non, tu ne peux pas dire que le PS et l’UMP, c’est pareil ! Ce qui compte, c’est de virer Sarkozy !

Et voilà : tout sauf Sarko !

À croire que la terre tout entière tourne autour de notre petit hexagone. D’ailleurs, c’est bien connu, la crise des subprimes, c’est la faute à Sarko, si les Grecs bouffent le noyau des olives, c’est la faute à Sarko, si les travailleurs allemands ont des jobs à 1€, c’est la faute à Sarko, si les Portugais vont perdre 4 jours de congés payés, c’est la faute à Sarko, si les Suédois sont invités à se défoncer au boulot jusqu’à 75 ans, c’est toujours et encore la faute à Sarko et si tout le continent européen est en train de suicider ses classes populaires à grands coups de rigueur dans la gueule pendant que les riches ne savent même plus comment dépenser les sommes incommensurables qu’ils ne cessent d’amasser (mais non, puisqu’on te dit que ça n’a rien à voir avec les vases communicants !), c’est bien sûr de la faute à Sarko !

Je le dis et le répète depuis le début, Sarko est un figurant comme les autres dans un gros jeu de bonneteau à l’échelle planétaire où nous sommes, nous, les peuples, en train de nous faire vider les poches. Comme les autres figurants placés de manière plus ou démocratique à la tête des différents États engagés dans la course au moins-disant (social, bien sûr), Sarko ne fait qu’appliquer une feuille de route décidée ailleurs, comme, par exemple, dans les couloirs de la commission européenne, de l’OCDE, du FMI ou de la Banque Mondiale, ONG illustres et influentes dont la principale caractéristique est d’être surpeuplées de gens élus par personne pour appliquer une politique qui ne vise qu’à améliorer le sort d’une toute petite minorité de gens sur cette planète : les super riches.

J’en tiens pour preuve que dans l’élection qui nous intéresse, celle, en gros, de notre comité de quartier, pas un candidat ne renonce au discours de la rigueur. Enfin, pas un, en dehors de monsieur Jean-Luc Mélenchon. Gauche, droite, centre, triple salto arrière ou doublure de veste apparente, c’est le concours à celui qui fera les plus belles économies pour satisfaire l’appétit sans fond du monstroïde velu de la rigueur, parce que rien n’est plus important que de lutter contre la dette. Rien. Dette héritée de la cupidité de quelques-uns et non d’une quelconque libéralité dans les dépenses, mais qui se soucie encore de ce petit détail têtu, en dehors du Front de Gauche ?
Quand bien même la rigueur appliquée dans toute son obscène inhumanité est en train de transformer au pas de charge la Grèce tout entière en pays du Tiers-Monde des années 80, quand bien même ses plus fidèles thuriféraires sont bien obligés d’admettre que la potion amère, loin de remonter le malade est en fait en train de l’achever (ce qui ne les empêchent pas, cependant, dès le lendemain, de prescrire une nouvelle saignée), il faut absolument intégrer le tour de vis suivant dans le programme du candidat-fantoche.

Voilà donc l’alternative.
Et pour verrouiller le dispositif, on nous ressort le coup du vote utile, à savoir qu’il faut absolument être un fin stratège du bulletin et donc, ne pas voter pour le projet dans lequel on croit (bon, faut bien avouer qu’il y a fort peu de projets politiques dans l’arène, d’où l’inflation actuelle des petites phrases et des polémiques de merde pour occuper le chaland, noircir le papier et faire semblant d’avoir une vision politique !), mais pour LE candidat d’un des deux partis de gouvernement. Et puis c’est tout. UMP ou PS, parce que seul l’un des deux a une chance de gagner. Et pourquoi ? Parce que tout le monde vote pour eux. Donc toi aussi.

Sauf que…
Si l’on en reste au projet politique, c’est à dire continuer avec les chantres de tous bords de la concurrence libre et non faussée (mais uniquement entre les travailleurs, c’est la partie de la proposition que tout le monde n’a manifestement pas encore bien intégrée) et foncer dans le mur en klaxonnant ou tenter notre chance dans un projet politique qui rejette totalement ce concept, alors, on se rend compte que la ligne de fracture est strictement identique à celle qui s’est dessinée autour du référendum pour le TCE.
Et vous savez quoi ?
C’était nous, les plus nombreux !

Powered by ScribeFire.

159 réponses
  1. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Pour ce qui est des sous-traitants d’EDF qui relèvent les compteurs, je l’ai appris en voyant le dernier qui est passé chez moi.

    J’étais surpris de le voir relever un compteur désaffecté depuis des années ; il m’a dit que c’était parce qu’EDF redoutait les re-branchements sauvages par ces salauds de pauvres de clients.

    Il a constaté que le chiffre qu’il avait "dans son ordi" différait de 40 KWh de celui affiché par le vieux compteur (désaffecté !). Comme je m’étonnais de cette différence il m’a dit : « Vous inquiétez pas, 40KWh ça c’est EDF, ils nous filent des chiffres VOLONTAIREMENT légèrement faux dans nos ordis pour s’assurer qu’on relève EFFECTIVEMENT les compteurs, c’est une surveillance ! »

    Après quoi il m’a appris qu’il avait une tranche de temps de 2h pour nous relever, et que s’il télé-transmettait son relevé avec 2 minutes d’avance OU de retard sur sa tranche, il se bouffait une pénalité de 20€ dans sa p’tite entreprise qui connaît la crise. Pas de force majeure, ni crevaison, ni bouchons, ni transhumance des moutons, t’as 5 minutes de retard, 20€ dans ta poire !

    On en est là.

    Répondre
  2. Emma
    Emma dit :

    A contrario il parait qu’il y a beaucoup de jeunes dans les meetings du Front de Gauche !
    Dans ma ville une écoute collective a été organisée pour le discours de Villeurbanne du 07/02 et les militant-e-s étaient tous des jeunes !

    Quelque chose est en train de monter, une espérance, un débouché politique à l’indignation et à la révolte. L’Histoire s’écrit maintenant !

    Répondre
  3. smolski
    smolski dit :

    Eva Joly à la télé :

    Q : Vous êtes opposée au nationalisme, je vous cite :
    « Le cœur du rêve européen doit dépasser l’étroitesse du cadre nationale pour donner du souffle à une mondialisation humaine et solidaire. »
    Nous sommes dans les bisousnours là, il y a un refus de ce que c’est que la géostratégie là. Si la france s’efface, ce ne sera pas pour que tout le monde soit égaux !

    Eva : L’illusion c’est plutôt de croire qu’on peut sortir de la crise et de nos difficulté avec le nationalisme. Je comprends que devant l’angoisse, la peur de perdre son emploi, il y ait un replis historique sur soi. Moi, j’ai envie de parler à l’intelligence des français, leur dire que la solution, elle est européenne et elle est mondiale.
    Par exemple , on ne peut pas résoudre les problèmes financiers à l’échelle française, il n’y a pas d’autres solutions que dans la solidarité européenne. On voit bien que pour la grèce par exemple, ce qui est préconisé actuellement ne marche pas, que l’austérité toute seule ne marche pas non plus. On voit bien alors que les propositions que je fais, de la solidarité et des politiques communes, portent plus d’espoirs.

    Répondre
  4. smolski
    smolski dit :

    suite… et fin, pardon de ce hachage trop hâtif.

    Q : En quoi le fratras de la retraite à 60 ans, les 32 heures hebdomadaires… font avec la cause écologiste ?

    Eva : C’est parce que nous nous occupons de l’homme globalement, dans la nature et dans la société, et que nous savons aussi très bien qu’il n’y a pas de reconversion écologique si ce n’est pas aussi avec de la justice. On ne peut pas parler d’écologie à des gens qui vivent dans la précarité.

    Q : Le parti écologiste les verts a voté au parlement européen tous les traités européens, c’est à dire tout ce qui instaurait l’ultra libéralisme que vous prétendez combattre.

    Eva : Exactement, l’europe c’est aussi ce qu’on en fait, c’est parce que sur les 27 pays qui la compose il y a 24 pays ultra libéraux que l’europe fonctionne d’une façon ultra libérale.

    Q : Vous défendez une europe qui serait garante de la démocratie, mais ce n’est pas ce qui se passe en grèce par exemple où l’europe impose un gouvernement menant une politique d’austérité.

    Eva : Nous sommes intervenus pour la grèce trop peu et trop tard. Si nous avions agis avec plus de solidarité et plus rapidement, la situation pour nous tous aurait été meilleure.

    … / …

    Q : Une dernière intervention ici face aux français ?

    Eva : Le combat écologique est très important, il ne faut pas hésiter de donner du sens au vote, votez juste et ne pas simplement voter utile (…car l’écologie elle ne négocie pas…), votez pour les idées écologiques que je porte.

    Répondre
  5. Euterpe
    Euterpe dit :

    Ah bon ! Ben ça change un peu de tous ces blogs qui martèlent à longueur de temps qu’il faut à tout prix voter Hollande ! J’en pouvais plus de lire ça d’autant que je me demande aussi ce qu’ils qu’ont retenus des votes précédents ?
    Apparemment rien de plus facile que de berner les gens vu qu’ils n’ont aucune mémoire…

    Répondre
  6. RadTransf
    RadTransf dit :

    "Nous devons nous mobiliser pour obtenir un maximum de voix au premier tour et pouvoir négocier des postes dans le gouvernement PS ensuite."

    Voilà exprimé ma seule raison de voter Hollande si celui-ci atteint le 2ème tour et pas Mélenchon. Savoir si le FdG va se constituer en tant que vraie force politique ou bien de voiture-balai de gauche/anti-fn du PS.

    Notre avenir se joue là.

    Répondre
  7. etienne
    etienne dit :

    Bon, alors de deux choses l’une, vue que depuis quelques élections maintenant, voter ne sert à rien, ou alors élire un pantin, la lutte n’est plus dans le vote.
    Contre quoi lutte-t-on ? Le capitalisme, alors à ce moment-là on peut voter (qui reste l’expression d’une voix, mais pas un agissement) pour n’importe qui (Coluche, Pantagruel, Charlemagne – ah non, pas Charlemagne, il s’en foutait, lui – , …) et agir contre le Grand K.
    Arrêter le gaspillage, n’acheter comptant que dans les circuits parallèles, éviter les emprunts. Une sorte d’hygiène économique. Parce que voter Mélenchon et acheter à crédit profite bcp plus à la droite qu’à la gauche, finalement. Le débat politique épuise les idées et réduit les actions.

    Répondre
  8. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    Allez tiens, je vous remets un coup d’Élisée Reclus, puisque vous tenez tant que ça à VOTER, et que vous le valez bien (26/09/1885) :

    « Clarens, Vaud, 26 septembre 1885.

    Compagnons,

    Vous demandez à un homme de bonne volonté, qui n’est ni votant ni candidat, de vous exposer quelles sont ses idées sur l’exercice du droit de suffrage.

    Le délai que vous m’accordez est bien court, mais ayant, au sujet du vote électoral, des convictions bien nettes, ce que j’ai à vous dire peut se formuler en quelques mots.

    Voter, c’est abdiquer ; nommer un ou plusieurs maîtres pour une période courte ou longue, c’est renoncer à sa propre souveraineté. Qu’il devienne monarque absolu, prince constitutionnel ou simplement mandataire muni d’une petite part de royauté, le candidat que vous portez au trône ou au fauteuil sera votre supérieur. Vous nommez des hommes qui sont au-dessus des lois, puisqu’ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir.

    Voter, c’est être dupe ; c’est croire que des hommes comme vous acquerront soudain, au tintement d’une sonnette, la vertu de tout savoir et de tout comprendre. Vos mandataires ayant à légiférer sur toutes choses, des allumettes aux vaisseaux de guerre, de l’échenillage des arbres à l’extermination des peuplades rouges ou noires, il vous semble que leur intelligence grandisse en raison même de l’immensité de la tâche. L’histoire vous enseigne que le contraire a lieu. Le pouvoir a toujours affolé, le parlotage a toujours abêti. Dans les assemblées souveraines, la médiocrité prévaut fatalement.

    Voter c’est évoquer la trahison. Sans doute, les votants croient à l’honnêteté de ceux auxquels ils accordent leurs suffrages — et peut-être ont-il raison le premier jour, quand les candidats sont encore dans la ferveur du premier amour. Mais chaque jour a son lendemain. Dès que le milieu change, l’homme change avec lui. Aujourd’hui, le candidat s’incline devant vous, et peut-être trop bas ; demain, il se redressera et peut-être trop haut. Il mendiait les votes, il vous donnera des ordres. L’ouvrier, devenu contre-maître, peut-il rester ce qu’il était avant d’avoir obtenu la faveur du patron ? Le fougueux démocrate n’apprend-il pas à courber l’échine quand le banquier daigne l’inviter à son bureau, quand les valets des rois lui font l’honneur de l’entretenir dans les antichambres ? L’atmosphère de ces corps législatifs est malsain à respirer, vous envoyez vos mandataires dans un milieu de corruption ; ne vous étonnez pas s’ils en sortent corrompus.

    N’abdiquez donc pas, ne remettez donc pas vos destinées à des hommes forcément incapables et à des traîtres futurs. Ne votez pas ! Au lieu de confier vos intérêts à d’autres, défendez-les vous-mêmes ; au lieu de prendre des avocats pour proposer un mode d’action futur, agissez ! Les occasions ne manquent pas aux hommes de bon vouloir. Rejeter sur les autres la responsabilité de sa conduite, c’est manquer de vaillance.

    Je vous salue de tout cœur, compagnons.

    Élisée Reclus. »

    P.-S.
    Lettre adressée à Jean Grave, insérée dans Le Révolté du 11 octobre 1885. Reclus, Élisée (1830-1905), Correspondance, Paris : Schleicher Frères : A. Costes, 1911-1925. pp.364-366.

    Répondre
  9. Swâmi Petaramesh
    Swâmi Petaramesh dit :

    @Farid : Pour Mélenchon, tu fais comme tu le sens, juste tu peux lire ça avant :

    https://blog.monolecte.fr/2012/

    Ma Sainteté s’est toujours posée une question (et comme on dit, c’est y répondre…) à propos de Mélenchon. Si on laisse de côté le langage, le tribun, l’éclat plus ou moins charismatique, et qu’on se laisse percevoir la sensation qu’évoque son visage, celle que son être dégage, sent-on un homme empli de l’amour de son prochain et animé d’une énergie positive, créatrice, d’éveil, ou un homme habité d’un désir de revanche, de vengeance, de prendre ?

    Que sortira-t-il de positif d’un tel homme ? D’un point de vue politique, s’entend.

    Mais vraiment vous le faites comme vous le sentez, certains de ses discours sont pas mal :-]

    Répondre
  10. Gege
    Gege dit :

    Enfin! je me sens plus tout seul.La question pour moi est: on vote pour un candidat ou pour son programme. Si c’est pour le projet politique, alors Hollande-Sarkozy, mème combat.D’autant plus que les décisions sont effectivement prises ailleurs. (commission, Fmi, banque mondiale…)
    Qu’on me donne de bonnes raisons de voter Hollande autre que non à un deuxième mandat de Sarkozy.
    Si non, à ce jour,
    au premier tour, je vote mélenjoly.
    au deuxième, au lit.

    Répondre
  11. Farid
    Farid dit :

    Perso, c’est Mélenchon à fond les manettes pour passer le premier tour, si cela ne fonctionne pas au second tour, ce sera pêche @ la ligne

    Bon billet, normal, c’est une bonne taule qui tient bien sa réputation

    Répondre
  12. Élixir
    Élixir dit :

    s/beugler en cœur/beugler en chœur/

    À part ça, je crois (malheureusement) qu’il n’y a que la mécanique du scrutin qui puisse amener un outsider à la tête de l’État. Sitôt la surprise passée, le risque est grand pour que le "vote utile" joue à plein aux Législatives pour corriger le tir en confortant (largement, du fait du mode de scrutin) les partis dominants pour "rectifier le tir". Ce pour le FN autant que pour le Front de Gauche (je ne pense pas que la France soit si à gauche ou si à droite). Donc il me semble qu’au mieux on obtiendra la fin de la Vème République (ce qui n’est pas si mal), mais hélas pas une politique très différente pour les 5 ans à venir…

    Répondre
  13. Floréale
    Floréale dit :

    C’est peut-être aussi parce que dans ton coin, il n’y a pas tellement de jeunes… ça ne veut pas dire qu’ailleurs il n’y en ait pas.

    Mes parents étaient agents EDF. Les salaires n’étaient pas terribles, pour ceux du privé (genre chez Dassault), ils passaient un peu pour des minables. Par contre, il y avait bcp d’avantages sociaux (gaz/électricité moins chers, colonies/villages de vacances pas chers, etc…). Par la suite, ils ont commencé à être enviés par ceux du privé et à passer pour des privilégiés… Sinon oui, maintenant ils ont des bonnes retraites, comme je n’en aurai jamais une, comme on en fait plus.

    Répondre
  14. Pascal
    Pascal dit :

    Bonjour,

    Allez faire un tour sur le site d’Etienne Chouard.

    Ca fait 2 mois que j’ai découvert les propositions de ce gars… ENFIN une solution crédible et parfaitement argumenté pour que l’on sorte de cette l’oligarchie que l’on appelle encore démocratie.

    Balayez le site jusqu’en bas de page, regarder une conférence et analysez les arguments avancés … et on en reparle !

    Un VRAI changement de/en perspective…

    http://etienne.chouard.free.fr/Euro

    Un résumé de son travail :
    http://www.le-message.org/

    Bien à vous

    Pascal

    Répondre
  15. Romane
    Romane dit :

    @Swâmi

    Pour avoir assisté à un meeting de Mélenchon, je peux témoigner de mon ressenti sur son éventuelle générosité. Elle se dégage nettement de sa personne. Je le sens chaleureux, très humain, plein d’une énergie constructrice. Après c’est aussi un homme politique qui fait son boulot et plutôt bien vu la montée en puissance de sa campagne. J’aimerais un miracle au 1er tour, un sursaut des Français qui dégageraient toute cette clique qui nous en fait tant baver et nous déprime. Et qui nous épargnent 5 ans de PS que je n’ai pas envie de voir au pouvoir les 5 prochaines années. Il y a certaines têtes au PS qui me font maintenant le même effet que certaines autres de droite.

    Répondre
  16. smolski
    smolski dit :

    Le hic avec melenchon, c’est qu’il rapporte tout au nationalisme, au repli sur nos frontières, comme le ps, l’ump et consort.
    Est-ce bien là la solution ?
    Ne devons-nous pas plutôt étendre dès aujourd’hui notre solidarité au-delà de nos frontières afin de nous défendre communautairement des consortiums établis eux, et depuis longtemps, multinationalement ?

    Pour cela, je vote vert et pour l’europe solidaire, en attendant davantage.

    Répondre
  17. ariane
    ariane dit :

    et bien moi aussi, je suis "tombée sur Mélenchon" et depuis j’y reste. Simplement parce que cela fait chaud au coeur de voir quelqu’un de sincère, qui dit des paroles de dignité, de force. Qui en appelle à l’énergie et à l’idéal, et non à la résignation. Pas juste raler, se révolter en mot, se plaindre, se victimiser, mais se lever et y aller quoi, se bouger !
    Cet homme-là redonne un peu de goût pour la chose publique. Alors, dés que mon moral baisse, je file sur le site du front de gauche pour une goulée d’air frais. pas si fréquent. mais c’est pas tout cela, après les élections, où je le trouverai mon air frais !
    Il va bien falloir que je m’y colle, au Front de Gauche !
    Au moins, je vais pas voter blanc cette fois: cela faisait longtemps que je n’avais pas attendu le résultat des élections avecune certaine impatience, une envie d’en découdre, c’était en… 1981 je crois. et encore, moins chauds les enjeux. La crise de l’époque, c’était pas celle d’aujourd’hui, mais on ne le savait pas. Allez bon vent à tous, droit devant.

    Répondre
  18. marie la sardine lyonnaise
    marie la sardine lyonnaise dit :

    Agnès, rends toi à un meeting, ça fait un bien fou, tu vas revenir avec des échasses pour enjamber les vieux réflexes de ceux qui n’ont pas encore tout compris ! J’étais à Villeurbanne… les salles (il y en avait 2 !) bourrées de jeunes. Je suis ressortie gonflée à bloc.

    Pour moi c’est Front de Gauche au 1er tour ET au 2ème tour !
    Non je ne fais pas campagne pour négocier avec le PS ! Je fais campagne pour créer un mouvement citoyen solidaire de transformation sociale.

    Et puis plus on avance plus on a un bon accueil lors de nos actions militantes du Front de gauche. On sent un esprit 2005, les gens ont besoin de parler, ils viennent parfois réclamer un tract et nous laissent volontiers leur adresse mail. Et pourtant Lyon n’est pas une ville très chaude !

    Les amis, vous avez vu ce qui se passe à l’hôpital de Kilkis en Grèce ? Il vient de passer sous contrôle ouvrier !!! Soutenons-les ! Bientôt nous les imiterons !
    http://www.placeaupeuple2012.fr/hop

    Merci Agnès pour ce blog qui me fait parfois sourire, parfois pleurer (d’émotion) et qui parfois alimente ma colère envers ce monde en déclin. Mais comme tu le dis c’est nous les plus nombreux, et comme dit Fakir " a la fin c’est nous qu’on va gagner !"

    Répondre
  19. H2
    H2 dit :

    @plop : " bon ben je voterai melenchon au premier tour, super, mais après on fait quoi ? "

    On continue ! Voter Mélenchon, c’est juste une étape dans la reconquête populaire : Ecologie -Socialisme – République.

    Après, il y a la VI ° république, la constituante ! Il faut en France montrer la nouvelle voie pour une nouvelle donne en Europe. Croyez vous que le peuple grec va encore longtemps se faire détruire sans réaction ? Déjà la guerre civile se prépare, les flics ne sont plus payés tandis que des soldats se massent dans le nord avec des armes dernier cri. Faut pas rêver, hein ! C’est Pinochet qui revient et il habite désormais en Europe ! Regardez ce qu’il se passe en Hongrie ! C’est ça leur projet à plus ou moins long terme, nous renvoyez au moyen-âge. Un peu comme Bush avec les Irakiens ! En Grèce, on ne peut plus se payer de médicaments. On tente de troquer une huile artisanale qu’on fabrique chez soi en échange de médicaments, voilà ce qu’il se passe ! Les gens pour se chauffer coupent des arbres le long des routes ! Un type est mort l’autre jour pour s’y être mal pris… C’est ça, la réalité en Grèce en ce moment. Et comme le dit si bien Panagiotis Grigoriou, tous ces gens-là, il y a encore deux ans, avaient un job et faisait pisser leur chien le soir sans se soucier du futur … Un peu comme chez nous, ici, en France, on n’est pas au courant , on fait semblant de ne pas vouloir voir…On radote, on dénigre, on cherche des poux, ou alors, comble du ridicule, on parle de voter Futile en votant pour les libéraux -démocrate du PS…. un Papandréou de plus, qui se torchera comme son copain grec avec nos voix une fois celles-ci bien engrangées….

    Nulle exaltation dans mes paroles, il suffit de lire ce blog, celui d’ Agnes Maillard, celui aussi de Panagiotis Grigoriou, historien et ethnologue grec , puis d’aller musarder sur les autres, divers et variés, sans rapport direct entre eux, aucun, mais dans le but de se faire une idée assez pragmatique, réaliste, de ce qui vient ….et ce qui vient va nous écraser la tronche, si on ne réagit pas bien avant ! Si on ne comprend pas la situation bien en amont :

    – Blog de Jean-Luc Mélenchon: http://www.jean-luc-melenchon.fr/

    – Blog de Paul Jorion : http://www.pauljorion.com/blog/

    – Blog de http://greekcrisisnow.blogspot.com/

    -Blog de GEAB : http://www.leap2020.eu/Tout-ce-que-

    – Blog de Jacques Généreux :http://jacquesgenereux.fr/

    – Blog de Frédric Lordon : http://blog.mondediplo.net/-La-pomp

    Répondre
  20. Floréale
    Floréale dit :

    A propos d’EDF-GDF, Les industries électriques et gazières avaient été remises sur pied et nationalisées après-guerre par un certain Marcel Paul ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel… ), faisant de "Ia nouvelle entreprise publique une forteresse syndicale en organisant le statut du personnel", raison du statut particulier et ses nombreux avantages sociaux. La fédération CGT Gazelec était effectivement puissante et très combattive.
    Depuis, les acquis ont été rognés et le pouvoir cherche à démanteler ce qu’il reste de l’entreprise, désormais semi-dénationalisée. Nombres de secteurs sont mis en sous-traitance, comme celui des releveurs.

    Répondre
  21. Ariane
    Ariane dit :

    Un oubli, de taille: ce qui me touche aussi chez Mélenchon, c’est une phrase qu’il a dit, que je ressens profondément: "j’arrive pas à être heureux tout seul, la pauvreté des autres, cela m’empêche d’être heureux ! (ce ne sont pas ses mots mais c’est le sens")
    Enfin quelqu’un peut dire que le choix politique n’est pas qu’une affaire de classe: on peut ne pas suivre "ses intérêts de classe" si on est suffisamment sensible pour souffrir de la souffrance des autres.

    Voilà, qu’il l’ai dit pour moi cela change tout car c’est ce que je ressens depuis toujours. Et en plus, quand on s’informe qu’on réfléchit, on se doute que l’appauvrissement des enfants est aussi celui des parents et des petits-enfants. Cette solidarité-là, il ne faut pas creuser trop profond pour la trouver. J’enrage de penser à mon père sur le toit de l’usine en 1936 et mon fils dans la galère. C’est pourquoi le ton "front populaire" des discours de Mélenchon, cela a du sens aussi s’il réveille les "anciens" endormis dans leur relatif confort.

    Répondre
  22. niamreg
    niamreg dit :

    Pour réconcilier les mélenchonistes et les abstentionistes, ça parait à peu près sur que Mélenchon ne va pas gagner la présidentielle (et j’aime autant; mais surtout parce j’aime autant que personne ne gagne la présidentielle, Swami a bien raison). Mais plus il fera un bon score, et moins ce sera difficile après, dans la rue, et plus on pourra penser des choses intéressantes.

    Répondre
  23. niamreg
    niamreg dit :

    Bon, il faut dire ce qui est, j’ai vu le discours de Villeurbanne, et ça faisait longtemps qu’on n’avait pas entendu de la politique comme ça. Et des trucs curieux, qui me touchent. C’est vrai que ça fait longtemps que je me dis que ça me détruit de passer devant des gens couchés dans la rue, avec mes enfants, sans faire plus.

    Répondre
  24. Gavroche
    Gavroche dit :

    Agnès, t’es quand même sacrément énervante de toujours raconter avant moi ce que je voulais dire …

    Il n’y a qu’un truc qui m’inquiète : le FDG appellera t-il à voter Hollandréou au deuxième tour ? Hollandréou, qui n’a effectivement que ça dans son "programme" : battre le nabot… Passque là, je pourrais pas. Y m’ont déjà fait le coup en 2002 …
    Remplacer un pantin par un autre, ce sera sans moi. J’irais me balader, tiens, y fait beau au mois de mai.

    Répondre
  25. Crapaud Rouge
    Crapaud Rouge dit :

    Je viens de découvrir, dans un article du Monde, le terrain choisi par Sarko pour sa campagne : celui des "valeurs". Ca craint un max. On va se bouffer des polémiques et du travail-valeur plein la poire, et les chômeurs seront aux premières loges avec les immigrés. Refusant de s’enliser sur le terrain (trop technique) de l’économie, Sarko va vendre "les économies". Son "positionnement de campagne", dit l’article, c’est : "à droite toute". Ca promet…

    Répondre
  26. Pierre M. Boriliens
    Pierre M. Boriliens dit :

    @Somlski

    Le terme de "nationalisme" est un piège à con !

    En effet, on peut très bien penser que la bonne échelle de la politique c’est la nation et tâcher de récupérer les décisions plutôt que de les voir se prendre ailleurs, qui plus est en dehors de tout cadre démocratique. Et à part ça, on peut tout-à-fait être internationnaliste, en considérant que ce sont grosso modo les mêmes problèmes partout et qu’il convient d’être solidaire avec tous ceux qui tentent de les résoudre de bonne manière.

    Mais on peut aussi être fâcheusement nationaliste, style français de souche, et autre racismes, xénophobies, replis identitaires, comme on en voit à droite.

    Les 2 choses n’ont aucun rapport, et il est bon de se le rappeler et de ne pas tomber dans les pièges habituels….

    Répondre
  27. Ariane
    Ariane dit :

    Nationaliste, Mélenchon !

    Je viens d’écouter son meeting d’hier soir à Montpellier: il défend strictement l’internationale ouvrière sachant qu’elle se construit forcément dans le cadre juridique des Etats nations, en plus des partis et syndicats qui eux sont regroupés au niveau international depuis longtemps. Écoutez ce meeting d’hier soir qui explique bien la stratégie des gauches européennes (les vraies) qui se construit en ce moment et dont le Front de Gauche tente de se faire le porte -drapeau. Suivez le lien:

    http://www.dailymotion.com/video/xo

    Répondre
  28. Yannick Patois
    Yannick Patois dit :

    @Swâmi Petaramesh

    Je trouve le texte que tu cites assez faible "Voter, c’est abdiquer". J’amerais bien savoir quelle "abdication" j’aurais de plus que toi en ayant voté?

    Unpavé en réponse ici: http://www.vacarme.org/article2110….

    Le début: "Nous, Vacarme, déclarons que nos amis qui ne votent pas et s’en justifient, tout comme les défenseurs du vote blanc, sans parler des derniers tenants du « vote révolutionnaire », commencent à nous fatiguer sérieusement. Parce qu’ils accordent bien trop d’importance au vote, au fond le sacralisent autant que le principe de représentation, et nous obligent à y penser et à produire des contre-argumentations"

    J’ajouterais, à cet argumentaire copieux, simplement ceci: est-ce en s’abstenant que les supporters du FN ont réussis à imposer leurs idées à une bonne partie de la classe politique et dans tous les débats? Je ne crois pas. Et toi non plus. Nous savons bien que c’est en faisant régulièrement des scores à 2 chiffres…

    Je suis sûr que tu vas à des manifs, voir même que tu signes des pétitions. Des pétitions! Tu imagines? Si voter est équivalent à une abdication, alors qu’est-ce qu’accoler ta signature à une supplique adressée à un Puissant?

    Ha puis zut, tu avais écris toi-même ton argumentaire à toi: "La raison du plus faible" 😉

    Tu te moques, là, hein ? 😉

    Yannick

    Répondre
  29. Laurent
    Laurent dit :

    Je suis assez d’accord avec Agnès…
    Je voterai Mélenchon ou Eva Joly au 1er tour…
    Au 2nd si c’est Hollande contre Sarko je ne sais pas si je ferai le déplacement

    Répondre
  30. jorie
    jorie dit :

    SMOLSKI 27, non non, mélenchon ne souhaite pas un repli nationaliste. Il revendique la patrie républicaine pour rallumer les braises en Europe et pousser à la sortie du traité de lisbonne et le modifier dansl’intérêt général de tous. Il ne veut pas sortir de l’uNION, il condamne l’union néolibérale,mais biensûr qu’il veut bosser dans le cadre del’europe, sauf qu’il se refuse à perdre la souveraineté de la France. Si vous avez voté NON au TCE, dont le référendum aété violé,votez Mélenchon. Mais n’oubliez pas qu’il tente de sauver l’euro etl’europe. Pas comme Sarkozy, pas comme Hollande, bien droit dans ses bottes, il veut convaincre ses partenaires que l’europe ne se fera pas "contre" les intérêts de la France. Il y a de quoi négocier, parce que sans nous, pas d’europe!

    Répondre
  31. Pascal
    Pascal dit :

    Allez y … allez voter, courrez donc choisir votre bon maître, et après fermez votre gueule !
    Après , faites-lui confiance pendant 5 ans …!

    Sans aucun droit de regard sur toutes les lois "qu’Il" aura le droit de promulguer, avec le chèque en blanc que vous lui aurez donné… (Si, pardon, vous aurez le droit de faire… des pétitions… De dire « C’est pas bien… de nous trahir» !!! Houlà-la votre bon maître aura très très peur …)

    Vous aurez peut-être l’illusion d’avoir choisi "le moins pire " (peste, choléra ou sida ?") …

    En réalité, il va FORCEMENT sortir des urnes celui qui a le plus grand pouvoir médiatique, donc celui qui aura fait la meilleure alliance avec le pouvoir économique.
    Une fois élu il rendra alors aux riches les services attendus pour lesquels le pouvoir économique l’a fait élire…

    Elections = oligarchie ! Forcement… Ca fait 200 ans que c’est comme ça … Ca va pas changer maintenant…

    Mais il faut dire aussi que depuis tout petit on nous conditionne : "élections = démocratie" / "démocratie = élections".. Répète ! Répète!… Répète encore…

    Si on arrêtait 5 mn d’être cons et qu’on réfléchisse un tout petit peu …?

    Une VRAIE solution pour que le peuple reprenne le pouvoir politique et puisse avoir ne serait-ce que le droit d’élaborer des lois qui vont dans son intérêt ( celui du bien commun) : le TIRAGE AU SORT…

    Avant de crier "au fou" allez donc visionner une conférence d’Etienne CHOUARD … Il explique tout ça très bien, de façon très claire…

    Pensez par vous-même, cessez d’obéir aveuglement aux partis, faites-vous votre PROPRE opinion… et on en reparle …

    http://etienne.chouard.free.fr/Euro

    Bien à vous

    Pascal

    Répondre
  32. Un parmi d'autres
    Un parmi d'autres dit :

    les décideurs ne sont pas le FMI, l’UE, la BCE mais plus pragmatiquement ceux qui se réunissent sous le nom de Table ronde des industriels, c’est-à-dire les entreprises multinationale d’une part et les actionnaires qui contrôlent le système financier.
    Cela n’empêche pas de dénoncer et combattre les bras armés de ces entreprises et individus (FMI, BCE, Merkel et Sarko et Di Rupo et Monti, et..) mais il ne faut pas oublier de regarder au-delà.

    Répondre
  33. F Caron
    F Caron dit :

    Mélenchon rappelle Lula, le Brésilien. Militant de base, très honnête et sincère, qui a été conduit, autres à passer ensuite des compromis inévitables dès que l’engagement et le militantisme retombent.

    Toutefois, nous sommes en Europe, et en France. Au Brésil, pour faire court, pas de travail signifiait pas de protection, c’est à dire mendicité.

    Au-delà de sa personne, Mélenchon et le FDG créent une dynamique dont on ne peut prétendre qu’elle n’est pas nouvelle et puissante.

    Il y a aussi le fait que des jeunes entendent pour la première fois parler des conquêtes ouvrières et de conscience de classe, langage frappé de censure depuis 30 ans. Ce n’est pas rien.

    La génération des 20, 30 et peut-être des 40 ans n’a pas l’habitude d’entendre de telles références.

    Que Mélenchon appelle à voter pour le PS, et alors? Que les électeurs du FDG votent comme ils l’entendent ensuite !

    Je ne crois pas que les électeurs du FDG s’imaginent un seul instant vaincre au premier tour.

    Mais si le FDG arrive jusqu’à un bon 15 p. 100 .. cela signifiera que le travail a été fait : beaucoup de gens ont pu, pour la première fois, être exposés à ce que signifie réellement le combat politique et être en contact avec le seul dirigeant politique français qui ose défendre becs et ongles des syndicalistes menacés de sanctions au criminel par l’État et ne qui ne s’est jamais jeté sur ces infâmes discours de racolage chauvin que tous les autres ont fini par régurgiter, ne serait-ce que par petits morceaux, par pur opportunisme.

    Rien ne se perd, tout se transforme.

    Répondre
  34. smolski
    smolski dit :

    Le hic du positionnement de melenchon est que ce qu’il développe reste frappé du statut franco français.
    L’internationale socialiste lui échappe totalement. Il ne parle que de solidarité hexagonale.
    Pour l’europe, je le cite :
    « Le prochain vote au parlement européen… Votez contre ! » Villeurbanne meeting d’information. – + 1 heure
    « Si l’europe est un volcan, la france est son cratère. » Débat avec coppé. – 30 mn

    Pour sa vision écologiste : « Faire un référendum ! »

    Quel différence marquée par les verts avec Eva Joly :
    « Il n’y a pas de reconversion écologique si ce n’est pas aussi avec de la justice. On ne peut pas parler d’écologie à des gens qui vivent dans la précarité.
    Le cœur du rêve européen doit dépasser l’étroitesse du cadre nationale pour donner du souffle à une mondialisation humaine et solidaire.
    Question : Si la france s’efface, ce ne sera pas pour que tout le monde soit égaux !
    Eva : L’illusion c’est plutôt de croire qu’on peut sortir de la crise et de nos difficulté avec le nationalisme. Je comprends que devant l’angoisse, la peur de perdre son emploi, il y ait un repli historique sur soi. Moi, j’ai envie de parler à l’intelligence des français, leur dire que la solution, elle est européenne et elle est mondiale.
    On ne négocie pas avec l’écologie, l’écologie elle n’attend pas. »

    Nul sifflets, cris, acclamations ni quolibets suscités ne sont nécessaires pour soutenir ces simples propos.

    De ce que je constate actuellement, pour l’inconstestable tribun melenchon, être en faveur de la lutte sociale c’est être principalement contre le repli fasciste sur soi par la droite en étant pour le repli social sur soi par la gauche.
    Malgré l’emploi différé des mots droite et gauche, les conséquences de ces positions concurrentes sont tout de même dramatiquement semblables, non ?

    Répondre
  35. John
    John dit :

    35. Le vendredi 10 février 2012, 00:17 par Bourguignon

    Trop de la balle!! Y pète la forme le Petaramesh

    Swâmi, qui va se dévouer pour essayer de lui dire sans le faire passer pour un inculte que c’est de Jacques Prévert ?
    Même quand ça te paraît évident, cite l’auteur.

    Quoi, préterition ?

    Répondre
  36. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Je pense aussi que le vote est un outil de soumission des masses, puisqu’elles doivent abdiquer leur souveraineté pour la filer à autrui.

    Maintenant, pourquoi je vais voter pour Mélenchon :

    Il est explicitement dit dans son programme et il l’a répété, que l’un de ses premier jobs, c’est de nous laisser former une assemblée constituante, à nous, le peuple, afin qu’on ponde une nouvelle Constitution, un peu comme les Islandais en ce moment, et t’inquiète, cette promesse, il a vachement intérêt à la tenir. Une nouvelle constitution, c’est réécrire enfin la démocratie que l’on veut pour nous!

    Mélenchon ne rejette ni l’Europe ni le reste du monde, ce qu’il rejette et nous avec lui depuis au moins 2005, c’est CETTE Europe, l’Europe des banquiers, des multinationales, des groupes de pression, l’Europe du pognon, l’Europe antisociale. Je suis citoyenne du monde et je ne peux envisager de vivre recroquevillée. Et pourtant, je suis assignée à résidence par la pression économique, comme beaucoup d’entre nous, parce que pour l’instant, l’ouverture des frontières, ça a surtout été pour le pognon des riches et pour mettre tous les peuples du monde en compétition sur la base du moins-disant.

    Dire que Mélenchon est hexagonal, c’est probablement beaucoup trop regarder et lire les médias qui appartiennent à ses ennemis.
    Quand Mélenchon a déboulé dans le débat contre le TCE, j’ai d’abord cru à un bon gros coup de pub politique d’un gars qui jouait contre son camps pour attirer le faisceau médiatique sur sa petite personne. Donc, je me suis mise à le lire, à le suivre sur son blog. Depuis tout ce temps, j’observe l’animal politique : ses doutes et ses colères, du temps où il était l’alibi gauchiste du PS, sa volonté d’ouverture et d’apprendre des autres, d’où ses voyages et ses rencontres en Amérique du Sud, dont il a compris, comme moi, qu’il s’agit bien du terrain expérimental du libéralisme le plus sauvage tout comme le terreau où la réaction à cette politique avait le plus de chances de prendre. Il a beaucoup appris des mouvements citoyens de là-bas. Il a aussi fini par prendre acte de l’impossibilité de faire revenir le PS à gauche de l’intérieur et il a quitté un parti d’élu pour suivre ses convictions.

    J’ai aussi suivi ses aventures de député européen et de sénateur : c’était assez fascinant de découvrir avec lui les rouages intérieurs de ses machineries pseudo-démocratiques. Parce que le gaillard n’est pas juste un produit politique proprement marketé, c’est un gars qui a un vécu politique, dans le sens où il a construit sa pensée au fur et à mesure de ses expériences. Ce n’est pas un gars qui sait, c’est un gars qui apprend. Et c’est aussi un gars qui écrit, qui partage et qui avance avec les autres. Il évolue.

    Maintenant, je suis tout à fait d’accord avec lui quand il dit qu’il faut en finir avec le régime présidentiel, cette focalisation sur les personnalités plutôt que sur les choix de société. Cette hyper personnification tue en grande partie le débat politique et dépouille les citoyens de leur souveraineté. D’où la nécessité urgente d’une 6e République citoyenne dans laquelle nous allons pouvoir créer de nouveaux instruments collectifs, de nouvelles manières de vivre ensemble, de pourvoir aux besoins humains fondamentaux, d’échanger, de penser, d’éduquer, de soigner, c’est tout un univers des possibles qui s’ouvre à nous.

    Mais comme il l’a bien précisé, ce n’est pas lui qui va écrire cette Constitution, c’est à nous que revient de faire le boulot!

    Je conseille donc à tout le monde de lire le foutu programme avant de dire ce qu’il y a dedans et sans oublier qu’en grande partie, ce sera à nous d’écrire la suite.

    Répondre
  37. Floréale
    Floréale dit :

    Ahhhhh. Nous y voilà. Les smolksverts, ce sont des gens qui parlent contre la précarité en ayant besoin des précaires pour se faire porter sur leurs épaules en leur disant "va ici, fais cela pour le bien commun" au lieu de marcher avec leurs propres jambes comme tout monde.

    "On ne peut pas parler d’écologie à des gens qui vivent dans la précarité."

    Ah ouais? Sans blagues. Va le dire à Naples un peu pour voir. Je me marre d’avance… Parce que là pour la précarité ils sont servis, et ils n’ont pas eu besoin de smolksverts pour manifester contre les monceaux d’ordures. Ils se rendent très bien compte du désastre.
    Les gens ont besoin qu’on leur explique que l’écologie crée de l’emploi et améliore les conditions de vie au contraire.
    D’ailleurs, dernièrement, ils n’ont pas élu un maire Vert, mais un qui est assez comparable à la mouvance FdG, et ça va nettement mieux pour eux, depuis.

    Mélanchon n’est pas "nationaliste", il aime son pays, c’est différent.

    Mais Vava la Joliette par la grâce de Cohn-Bendit dans la mondialisation heureuse et la globalisation qui rend beaux les bisounours. Et va-y-donc aussi, mais sans chaise à porteurs, hein, les précaires ne sont pas là pour te servir.

    Répondre
  38. Isadora
    Isadora dit :

    @smolski
    "Le hic du positionnement de melenchon est que ce qu’il développe reste frappé du statut franco français."

    Je comprend pas bien là. Tu raconte de que tu as envie d’entendre ou quoi.? Car c’est tout le contraire. Dans le meeting de Montpellier, il a explicité que l’élection française si elle l’amenait au pouvoir serait un signal d’encouragement pour les autres peuples européen pour refuser l’austérité.
    Par ailleurs il a adjuré les élus socialistes de voter contre le traité sur la stabilité (en gros sanctions contre ceux qui n’observe pas la règle d’or) et le MES (mécanisme européen de stabilité), 2 choses qui vont permettre de façon anti-démocratique d’imposer aux peuples européens encore plus de rigueur.
    Il a aussi demandé à chacun de se renseigner et de se renseigner encore et encore sur ce qui se préparait dans leur dos. J’espère que tous ici seront tentés de le faire.
    A noter enfin que j’ai assisté à tous les meetings du front de gauche qui sont accessibles en streaming et avec, même, un traduction en langage des signes.

    Répondre
  39. smolski
    smolski dit :

    Ce lien Agnes, je le visite depuis l’ouverture de ce post.
    Désolé, je n’y vois toujours rien concernant l’internationale socialiste.

    Au plus près, le parlement Européen y est montré dans l’ampleur des petites personnes qui le constituent et non dans la nature de ce qu’il représente en potentiel révolutionnaire.
    Le parlement européen, c’est d’abord un lieu de rassemblement, le premier qui dure et persévère depuis longtemps.
    Ce parlement permet enfin dans une assemblée commune l’expression de peuples différents par l’intermédiaires d’élus majoritairement élus par ces peuples, sans guerre armée.
    Il y est de fait que tant que sur 27 pays représentés, il y en aura 24 qui représenteront l’ultra libéralisme, l’assemblée européenne proposera des mesures ultra libérales.
    Le combat à mener n’est donc pas d’être opposé systématiquement au parlementarisme européen mais d’y mener des combats afin que l’ensemble des peuples élisent des représentants de tendances diverses mais chacune opposée à’ultra libéralisme.
    Parce que l’écologie, elle, ne se négocie pas, les verts européens s’y proposent non sur un jeu de sociétés opposées mais sur l’urgence de mesures à prendre immédiatement.
    L’écologie vise à habiter davantage la ligne des partis de chaque peuple européen et d’y développer les dispositions qui lui seront permises,, révolutionnaires ou autres.

    C’est pourquoi je vote vert, pour que, qu’elle que soit le parti régnant, l’écologie s’inscrive toujours davantage dans les lois des peuples qui l’auront élu comme dans les représentants écologiques élus par ces peuples.
    Le peuple dont chacun demeure, le peuple pour lequel justement l’écologie s’oppose de facto à la précarité de masse que suscite l’ultra libéralisme.

    @ Isadora post 47 :
    "Eva Joly, difficile de dire que son groupe soit contre la rigueur."

    « Eva Joly : On voit bien que pour la grèce par exemple, ce qui est préconisé actuellement ne marche pas, que l’austérité toute seule ne marche pas non plus. On voit bien alors que les propositions que je fais, de la solidarité et des politiques communes, portent plus d’espoirs. »

    post 46 :
    "Dans le meeting de Montpellier, il a explicité que l’élection française si elle l’amenait au pouvoir serait un signal d’encouragement pour les autres peuples européen pour refuser l’austérité"
    C’est ce que se propose aussi de faire les verts, pas à partir d’un parti/mouvement franco français, mais d’attaquer de front sur la nécessité de l’écologie tous les partis européens, non sur leurs convictions politiques ou leurs obligeances de statuts, mais sur la réalité commune du monde en perdition écologique définitivement pour chacun.

    @ Floreale post 44
    J’ai socialement devant vous, il me semble, le vécu d’être un homme, ce qui dans notre société inféodée au machiste n’est pas de la moindre iniquité.
    En cela, soyez assurée de tout mon respect à votre égard.

    Répondre
  40. Isadora
    Isadora dit :

    A mon sens, l’élection actuelle devrait être un référendum pour ou contre la rigueur.
    Quels sont les candidats qui refusent cette rigueur que veut imposer l’Europe actuelle ?
    2 principalement :
    A droite, Nicolas Dupont Aignan qui en plus veut sortir de l’euro et a une position souverainiste.
    A gauche JLM qui lui veut garder l’euro pour en faire un instrument de solidarité entre les peuples européens et pour lutter contre l’hégémonisme anglo-saxon. Il regrette régulièrement que ne soit jamais débattu les conséquences du grand marché transatlantique qui est en train de se mettre en place.

    Eva Joly, difficile de dire que son groupe soit contre la rigueur. Pour se faire une idée, on peut regarder comment ont voté les différents groupes au Parlement Européen dans le domaine des affaires monétaires et financières, par ex :
    http://www.votewatch.eu/cx_vote_det

    Répondre
  41. Joseph
    Joseph dit :

    Bonjour
    Je voterai Jean-Luc Mélenchon, car Agnès dit juste en écrivant " Ce n’est pas un gars qui sait, c’est un gars qui apprend. Et c’est aussi un gars qui écrit, qui partage et qui avance avec les autres. Il évolue."
    Je voterai Front de Gauche pour l’application du programme proposé qui a en sous-titre "L’humain d’abord"
    Et puis pourquoi ne pas vous alerter: en traitant le candidat Jean-Luc Mélenchon de populiste les médias traitent ses partisans subliminalement de populace. J’ai vomi ces soutiers, et leurs imitateurs, des oligarques qui nous méprisent. Dégagé! les Plantu et compagnie
    Merci à Agnès qui n’y est pas pour rien

    Répondre
  42. toma
    toma dit :

    @ Agnès, en 2002, il fallait voter Chirac pour éviter Lepen. En 2007, il fallait voter au 1er tour pour éviter Lepen et au second pour éviter Sarkozy. Et cette année, il faudrait encore voter? Pour Mélanchon, pour rien? et Hollande au second pour éviter un 2nd mandat de Sarkozy? On trouvera toujours une bonne raison pour aller aux urnes… et faire perdurer ce système oligarchique… légitimé par le vote.

    Nous nous sommes embourgeoisés, nous avons la frousse… et n’avons aucune confiance en notre capacité à survivre sans gouvernement, sans police et sans sécurité sociale… Ils ont gagné, nous sommes devenus de pauvres petites choses fragiles et dociles… civilisées.

    Répondre
  43. RadTransf
    RadTransf dit :

    Ton truc d’internationale socialiste c’est que du blabla. Les verts ne sont ni internationaliste ni socialiste. C’est l’aile souriante et compassionnelle du libéralisme, et leur problème avec la france et les nations en général, c’est qu’il s’agit des derniers lieux où peut s’exprimer la résistance au capitalisme.

    Répondre
  44. smolski
    smolski dit :

    post 51
    "Ton truc d’internationale socialiste c’est que du blabla. Les verts ne sont ni internationaliste ni socialiste"

    Les écologistes européens pas socialistes, ce n’est pas un secret, pour le moins ! 🙂
    Pas internationnaliste ?
    L’écologie chez soi, gisant dans nos poubelles multicolores ?

    Eva Joly :
    « L’écologie ce n’est pas que de la bio-diversité …
    il n’y a pas de reconversion écologique si ce n’est pas aussi avec de la justice. »
    Déjà dit, mais je n’ai pas besoin de visiter plusieurs liens et vidéos pour trouver les réponses directes aux questions légitimes posées sur la position des verts écologistes européens au sein de la politique sociale internationale.

    « l’aile souriante et compassionnelle du libéralisme »
    La revendication partisane n’est pas ce qui défini précisémment le programme des verts, visiblement cela dérange les habitudes.
    Le vote vert c’est vouloir déroger aux sempiternelles politiques qui ont mené et mènent encore aveuglément à l’aggravation de la catastrophe écologique mondiale.
    Ainsi, par exemple, dans le même meeting, se revendiquer de la suppression de la peine de mort réalisée sans référendum par la gauche humaniste élue et prétendre légiférer le nucléaire par un référendum ? Le poids de cette posture en juge l’irresponsabilité devant tous.

    Répondre
  45. jeab
    jeab dit :

    Melanchon c’est l’Alcoolique Anonyme de la Cfdt!
    Pendant des années il a bouffé(et bien) au ratelier de la collectivité et a signé toutes les saloperies et vient maintenant clamer que c’est pas beau.Les francais sont bien des veaux et la vieillesse est bien un naufrage.

    Répondre
  46. herve_02
    herve_02 dit :

    @smolsky

    comparer le nucléaire et le peine de mort est injuste (je voulais dire stupide, mais comme on ne se connaît pas ça pourrait être mal pris).

    Le nucléaire concerne tout le monde, la peine de mort ne concerne que celui qui se fait couper la tête. Ce n’est pas idiot de faire un referendum que pour l’un des deux.

    Supprimer le nucléaire à 5 ans, implique probablement une hausse du prix de l’electricité sauf si l’état subventionne à la même hauteur (incluant le coût total de l’approvisionnement en uranuim : junte militaire, armée sur place, pots de vin etc… et le coût du traitement des déchets et du démentellement des centrales), donc à un impact sur la vie de tous les jours de toutes les personnes, la peine de mort à impacté que peu de personne, pas de quoi en faire un référendum.

    Répondre
  47. smolski
    smolski dit :

    herve_02 post 54
    "la peine de mort ne concerne que celui qui se fait couper la tête."
    Voilà pourquoi le référendum n’était pas possible, l’absence naturelle d’empathie dans le crime subi par autrui dont je me permets sans offense vous en faire la remarque ici.

    Et non herve_02, je ne peux toujours pas accepter sans reniement profond l’idée d’un assassinat prémédité, comme je ne peux pas supporter l’assassinat des peuples contaminés, ni celui perpétré contre les personnes intérimaires dont l’irradiation est doctement fixée sur la rentabilité des sites à entretenir, les soins à prodiguer, la longueur de l’agonie, les soins palliatifs éventuellement prodiqués sur leurs souffrance avec l’aide d’une mutuellle dont ils auront rémunérés préalablement le capital sur leur salaire, et sans prendre en compte le fatal destin frappant leurs proches à jamais, sauf marginalement via un procès talentueusement ergoté.

    Lorsqu’on tue un homme, on détruit ce qu’il est maintenant et ce qu’il serait devenu.

    Voici pourquoi cesser le nucléaire est un programme politique d’humanité sociale qui ne peut pas être soumis à un référendum mais incombe directement à la responsabilité des élus gouvernementaux pour en fixer l’achèvement au plus tôt selon le programme préalable qu’ils auront présentés à leurs électeurs.

    «Q : Votre visite à fujikoma vous a fait évoluer dites-vous ?
    Eva : Oui, j’ai pu y constater la négation des effets de la contamination et la conséquence de cette négation dans les populations autorisées à vivre dans un milieu entièrement contaminé, à y produire du riz et on à se demande ce que ce riz devient une fois récolté ?

    Fujikoma est le second mythe du nucléaire à s’écrouler, celui de la sécurité. Le premier mythe est celui de l’indépendance énergétique, cela plus personne n’y croit réellement maintenant car nous savons aujourd’hui qu’il n’y a pas d’uranium en france et que nous l’importons du niger qui n’est pas un pays stable.

    Un troisième mythe vient de s’effondrer pour tout le monde, pas pour les écologistes parce que nous nous le savions bien, mais hier, lors de la présentation des rapports de la cours des comptes, le mythe de l’énergie nucléaire pas chère s’est aussi effondrée.

    Pourquoi aujourd’hui prendre un risque aussi grave, alors qu’il n’y a aucun avantage à le faire ? »

    Répondre
  48. herve_02
    herve_02 dit :

    @smlosky

    oh, on est d’accord… mais cela n’enlève en rien que l’impact est différent dans les deux cas.

    qu’on ne soit pas d’accord avec le nucléaire est un fait, décider d’arrêter seul en est un autre, dire que c’est stupide de faire un référendum en est encore un autre.

    Alors on demande l’avis aux gens quand ? quand la décision n’est pas importante ? comme pour les élections en fait ?

    c’est ca ?

    Répondre
  49. smolski
    smolski dit :

    herve_02 post 56 :
    "qu’on ne soit pas d’accord avec le nucléaire est un fait"
    « Fujikoma est le second mythe du nucléaire à s’écrouler, celui de la sécurité. »

    "décider d’arrêter seul en est un autre"
    « L’allemagne a réduit sa consommation de 27% en huit ans, il faut aussi que la france réduise sa consommation. Et on ne peut pas dire que les énergies alternatives sont un mythe quand justement nous savons depuis hier (cf : via le rapport de la cours des comptes) qu’elles ne sont pas plus chères que l’énergie produite par l’epr. »

    "dire que c’est stupide de faire un référendum en est encore un autre."

    Il est d’évidence malhonnête de proposer pour après son élection un référendum sur ce point crucial, car cet avis engage non seulement tous ceux qui existent aujourd’hui, c’est à dire ceux qui ont le droit de vote, mais également tous les sans droit, et encore plus, tous ceux à venir et qui en partagerons pourtant les conséquences sans consultation.
    C’est là se défausser gravement de ses responsabilités politiques en en conservant les avantages honoriques particuliers.
    N’est-il pas préférable, voire plus légal, de connaître avant les élections ceux qui autorisent et ceux qui arrêtent la continuité du nucléaire en l’état ?
    Proposer de faire un référendum sur la sortie du nucléaire pour après son élection est une forfaiture, car le programme proposé par les candidats est déjà un référendum, un engagement politique total sanctionné par l’élection ou le refus de mandat de la part des personnes consultées.

    Pour quoi faire un référendum ?
    J’inviterai bien les élus à proposer régulièrement un référendum sur la continuation de leur propre mandat selon les résultats qu’ils obtiennent, ou qu’ils se proposent derechef d’obtenir, mais bon, un politique qui rend compte aux électeurs qui l’ont élu et crû à la fois ? Jusqu’à présent, vous connaissez la formule.

    Répondre
  50. Tsé
    Tsé dit :

    comme la sardine, Mélenchon au premier ET deuxième tour, sinon rien.
    Ce rien étant l’éternelle enfarinade électorale à laquelle je ne souscris plus.
    Reste à estimer ce que pèse, pèsera l’opposition et ne pas oublier la tentation potentielle de fraude, électronique ou autre, pour truquer les résultats.. Si vous voyez ce que je veux dire.

    Répondre
  51. herve_02
    herve_02 dit :

    @smolsky

    nous ne seront jamais d’accord : vous venez en à peine10 lignes de justifier les 5 ans de sarko : il a été élu sur son programme, il a fait ce qu’il veut et ce qu’il a dit pendant les 5 ans : c’est légitime et c’est ce que les français voulaient.

    C’est exactement ce que vous dites. D’ailleurs dans son programme les subprimes étaient prévues : quel crétin de ne pas l’avoir fait, il nous a menti.

    Ce qui me gène dans votre position (et je suis contre le nucléaire) c’est que vous voulez imposer aux gens pour leur bien (le pavage du chemin de l’enfer).

    Donc, si on vous suit bien, comme joly est la seule à proposer l’arrêt du nucléaire, si elle n’est pas élue, c’est que les gens ne veulent pas, et donc qu’il ne faut pas le faire.

    je ne connais pas trop melenchon, je l’ai écouté juste une fois, donc je ne parles pas de lui en particulier, je suppute. Le soucis du nucléaire est assez complexe, il y a plein de trucs imbriqués (oui c’est dangereux, comme la presque totalité des produits chimiques dans la bouffe qui font d’ailleurs plus de morts : hausse vertigineuse des cancers) et il faut faire des choix.

    On coupe tout tout de suite : attention le truc du courant c’est que production=consommation en temps réel.
    On fait un reconversion en allant (quel rythme : 5 ou 50 ans ?) parce que cette reconversion va impliquer plein de trucs. est-ce que l’état subventionne l’électricité en attendant les économies d’échelles ? (il y a déjà un paquet de gens qui arrivent pas à se chauffer)
    On essaye de rendre les gens plus indépendants en favorisant le VRAI solaire et éolien (pas un produit financier comme un autre) et SANS revente à edf.

    Je pense qu’Il dit juste il faut en discuter ensemble et choisir ensemble les solutions. Actuellement il n’y a aucun débat parce que les gens au pouvoir confisquent ce débat.

    Mais vous pour être sur qu’on ferra comme VOUS vous avez envie que ce soit fait, il faudrait le mettre dans un programme (que les gens lisent pas) et ensuite l’imposer parce que le candidat le moins pire sera élu (hein, parce qu’on choisit le moins pire, pas celui dont TOUT le programme nous plait.

    Répondre
  52. smolski
    smolski dit :

    Tout d’abord, je remercie ce blog de permettre des échanges qui enrichissent qui veut bien contribuer à échanger.
    🙂

    "justifier les 5 ans de sarko : il a été élu sur son programme"
    Il est certain que les « Votez pour moi et faites-moi confiance pour la suite » à défaut d’être convaincus, beaucoup s’en sont contentés. Cela n’est même pas étonnant au vu de l’étroitesse des espaces d’échanges communautaires de notre époque.
    Nous pouvons aujourd’hui en tirer la leçon non seulement pour la personne, mais pour le procédé.

    "Donc, si on vous suit bien, comme joly est la seule à proposer l’arrêt du nucléaire, si elle n’est pas élue, c’est que les gens ne veulent pas, et donc qu’il ne faut pas le faire."
    Vraiment ?
    Je dis tout l’inverse, le nucléaire est un point qui ne nous concerne pas individuellement mais la planète entière et nos descendants communs. Il ne s’agit d’élire Eva, mais d’identifier dans ce qu’elle propose ce qui nous convient et de vérifier par soi-même, directement dans le programme du candidat de notre choix, ce qu’il propose lui-même sur ce point précis. Si ce point précis n’est pas identifiable, au lieu de nous en absoudre, de le mettre en débat.

    Eva n’est pas candide, elle l’a plus que prouvée dans sa détermination à lutter contre la fraude financière de l’état patron.
    Elle ne présente pas non plus une doctrine d’illuminée concurrente à nos convictions, mais nous sensibilise sur le point écologique de non retour auquel nous conduisent droit les ambitions électoralistes des minables qui ne visent qu’à être khalife à la place du khalife et basta !

    Répondre
  53. H2
    H2 dit :

    Smolski

    Où as tu vu que J-L Mélenchon parle de nationalisme ? Nulle part ! Le Front de Gauche s’enracine dans l’histoire républicaine française anti-coloniale et
    l’ internationalisme anti-totalitaire. Et, oui ! Point barre ! Va falloir se réveiller, hein, de l’eau a sacrément coulé sous les pontons…

    Tu confonds tout et son contraire et en plus tu colportes de faux clichés que colportent les médias officiels. C’est du grand n’importe quoi ! Désolé, mais avant d’écrire des salades, il faut lire des livres et surtout écouter le Front de Gauche dans le texte. J’ai bien dit dans le texte !

    J-L Mélenchon ne cesse au contraire de combattre l’ethno-nationalisme de la famille LE PEN et tout le fatras du nationalisme étriqué, fermé et porteur de mort. On a cas voir ce qu’il se passe en ce moment avec Victor Orban en Hongrie et les milices fascistes pour se faire une idée de ce que nous concocte la famille Le Pen ! ….

    Le Front de Gauche, c’est tout le contraire, il est républicain, c’est à dire qu’il est pour une communauté politique partagée que chacun adopte s’il souhaite devenir Français et il lutte contre le nationalisme racialiste des Le Pen comme il est contre le communautarisme à la Sarkozy et Guéant qui ne reconnaissent eux que des clans religieux.

    Front de Gauche : communauté politique, partage de valeurs, ouverture
    FN : Communauté nationale ethnique fermée, régressive
    UMP : Communauté religieuses aux intérêts particuliers qui se distribuent les prébendes de l’Etat selon le bon vouloir du " Prince " ( fin de la laïcité )

    La république sociale portée par le Front de Gauche ( VI ° république, celle du XXI ° siècle ! ) c’est le contraire du nationalisme haineux et rabougri. Par contre, il est clair que le Front de Gauche veut œuvrer à un protectionnisme économique EUROPEEN, pour empêcher le dumping social et fiscal sur le territoire européen. L’ Europe est ouverte aux quatre vents, c’est une passoire en ce qui concerne les marchandises ( pas de taxes dessus ) et les riches ( pas ou peu d’impôts ) s’en pourlèchent les babines. Pas étonnant que les "caisses soient vides" comme le dit notre pseudo – premier ministre. Il va falloir être clair là dessus si tu ne veux pas voir ton salaire fondre comme une peau de chagrin. Le Front de Gauche en appelle à une (re)fondation du contrat social européen, et d’abord Français. Ben, oui, c’est de là d’où on part, c’est bien normal,on y habite !

    En ce moment, ce sont les banques et les fonds de pension qui crucifient les peuples à leur unique intérêt en Europe. Il faut savoir Smolski si t’es millionnaire ou si t’es simple citoyen "lambda". Tant que tu penseras avec l’imaginaire des autres, je comprends bien que tu aies du mal à penser autre chose que ce qu’on te dit de dire, mais pose toi la question de ton propre imaginaire : Est-il en concordance avec ton salaire ?

    Non ? Alors c’est qu’ il y a un truc quelque part qui va pas…Cherche le -bien. Qui te dit de dire ce que tu dis et de penser dans les termes et catégories dans lesquels tu penses ? La Télé carbure à plein dans ce sens là pour nous faire avaler des idées, des attitudes qu’on aurait pas si on ne la regardait pas. Et, bizarrement, toutes ces idées passées en " Live " à la Télé, convergent toutes vers l’abaissement de notre raison et l’abaissement de notre salaire. Étonnant non ?

    Et comme on dorlote les hyper-riches, la misère grandit , les caisses des impôts se vident ( plus de recettes comme sous Sarko) et l’ Etat est obligé de te pomper un peu plus ! la fameuse TVA ( anti ) sociale de Sarkozy ! Et oui ! On ne veut pas taxer les riches à la hauteur de leur fortune pharaonique alors on se refait sur les petits salaires, toi, moi, elle …tout le monde ( 80 % des Françaises et des Français :! )

    En attendant il ne faut plus jamais confondre la république avec la nation. Si la première pour vivre s’implante bien sur un territoire, elle le dépasse, à la différence de la seconde qui ne dépasse rien du tout et enferme tout le monde sur un espace dit " vital" , tu vois ce que je veux dire ou non ?

    Victor Orban vient d’abolir en Hongrie et dans l’indifférence générale de ses propres concitoyens ( ! ) par un simple décret, la république Hongroise ( ! ) pour en faire un État dit chrétien ! Je ne suis pas sûr que tous les chrétiens d’ailleurs vont pouvoir s’y retrouver. V.Orban après la chasse aux roms, aux homosexuels et aux autres minorités religieuses fera sans doute demain la chasse aux
    " mauvais chrétiens " …. Le type n’est pas fou, c’est simplement un néofasciste. La Hongrie et la Grèce sont des laboratoires européens pour " la stratégie du choc" ( Lire le livre de Naomie Klein ) …

    Alors on fait quoi ? On attend comme en Grèce un gouvernement d’union nationale avec Sarkzoy & Hollande & Le Pen ? Ou on commence sérieusement à se sortir " les doigts du cul " ?

    Mon ton est certes un peu vif, mais il se veut pourtant amical. J’espère ne pas avoir froissé les susceptibilités de certains, ici. Merci

    Répondre
  54. trucmuche
    trucmuche dit :

    Voter pour des idées qui ne sont pas les notre ne sert à rien, si ce n’est retarder la chute que l’on attends avec impatience, donc le vote au second tour ne sert à rien.
    Si on se respecte un minimum, le vote utile au premier tour c’est le front de gauche…

    Répondre
  55. smolski
    smolski dit :

    H2 post60 :
    "Le Front de Gauche en appelle à une (re)fondation du contrat social européen, et d’abord Français. Ben, oui, c’est de là d’où on part, c’est bien normal,on y habite !"
    Pour moi, ce n’est pas là, la normalité.

    Pour exemple :
    J’ai déjà cité dans un autre post le cas de travailleurs africains baignant des pièces métalliques dans des bains chimiques et se faisant trouer les poumons par les émanations. Un poste de travail où je postulais en tant qu’étudiant et qui me fut refusé parce que j’étais français.
    Ce poste était réservé de fait en permanence aux africains qu’on renvoyait chez « eux » dès que la maladie inéluctablement, I-N-É-L-U-C-T-A-B-L-E-M-E-N-T et de manière calculée, c’est à dire avant les soins à prodiguer et la mort à rémunérer aux familles, les rendaient inaptent au regard de la législation du travail en vigueur.
    C’était dans la métallurgie des années 60, pas l’endroit le moins syndicalement protégé par des lois et des conventions, ben oui, ne mélangeons pas les torchons avec les serviettes statutaires tout de même.

    Aujourd’hui même, à cet instant, des emplois comportant une irradiation admise sont réservés…. à moi, à vous, à mes proches comme aux vôtres, pourvu que nous soyons chacun suffisamment clos dans la précarité pour devoir accepter ces postes mortels intermittents, intermittents comme l’était le poste des africains précédents, mais cheu nous quand même.

    De plus, parler aujourd’hui encore des contis comme d’une lutte syndicale, c’est du foutage de gueule. il n’y a pas eu de syndicalisme national ni international pour soutenir les contis, et encore aujourd’hui, pas de solidarité syndicale alors qu’ils demeurent tout aussi précaires qu’au premier jour de leur lutte communautaire qui a été, qui est et qui reste communautariste.
    Vive la commune d’hier ! Oui, mais et les communards d’aujourd’hui, qu’ils crèvent ?

    Voilà pourquoi la revendication internationnale des verts m’est plus importante, me paraît plus salutaire et que « la revendication d’abord chez soi pour l’exemple » heurte mes convictions.

    Ces revendications natio… républicaines ne sont pas injustes par elles-mêmes bien sûr, mais injustes parce que appliquées sciemment dans une limite d’état nation alors que d’autres revendications plus internationales ne sont pas inscrites dans le programme, sinon par un référendum foutoir.

    Je ne prétends pas à ce que le vote vert soit un vote de conviction pour tous, mais je propose que les idées des vert soient débattues dès à présent dans les partis de lutte sociale comme l’est le Front de Gauche, plutôt que de traiter de ballots ceux dont le bouleversement et la précarité conduisent à souhaiter le pire, car le pire, ils le possèdent déjà par eux-mêmes au quotidien.
    Le fn ne recrute pas des ballots maintenant, mais des demandeurs de solidarité, solidarité que la lutte ouvrière corporatiste a laissé pour compte.
    D’éxpérience, parce que je ne refuse rien d’autrui, les nouveaux partisans fn de la classe des luttes ouvrières viennent au fn pour y retrouver la solidarité qu’ils vivaient au sein des cellules communistes ou pro-communistes qui les ont abandonné à leur précarité.
    Et plutôt que des les traiter de ballots, je demande à ce que le parti du Front de Gauche se fasse solidaire de la classe auquel il prétend appartenir, toute sa classe.
    Qu’il pousse vers le haut la solidarité nécessaire entre nous, qu’il dresse non pas une barricade parisienne, corporatiste ou natio… républicain mais un front international commun.
    Pour cela, rien dans les idées des verts ne lui est contradictoire. Alors pourquoi maintenir les idées du front de gauche en retrait de celles-ci, comme par exemple ce référendum sur le nucléaire plus électoraliste que responsable ?

    Je vote vert non en tant que ballot ou anti quoique ce soit, mais pour que se développe dans la lutte que nous menons selon nos convictions la vigueur de notre solidarité pour tous, sans aucune leçon à recevoir de la part de qui que ce soit.

    On se gausse aujourd’hui des ballots qui ont écouté pérorer hier sarko, mais qui sommes-nous nous, maintenant, si nous ne résistons pas à des :
    « Ecoutez-moi ! Je vais vous dire ce qu’il faut dire. »
    de melenchon à Villeurbanne.

    Me trompé-je ou on me trompe ?

    Répondre
  56. smolski
    smolski dit :

    Floreale post62
    "on aurait vite fait de se retrouver sans chauffage l’hiver à bouffer des rutabagas pour notre bien. Les églises et les sectes ne raisonnent pas autrement."
    Au moins, cette intervention a le mérite de s’adresser (au possible de l’intéressée) au débat en cours à propos des verts et de la lutte suivie par le Front de Gauche nat… républicain.
    😉
    Dommage… dommage que ce soit sur le présupposé sectarisme des verts : « pour le retour à la bougie obligé pour tous», ce qui est là par contre, aujourd’hui comme hier, du pur sectarisme politique frileux à l’encontre des réelles propositions écologistes.
    🙁
    Pourtant, parce que ici, sous les fourches caudines d’Agnès et de tous, la sincérité de chacun des intervenants ne peut être mise en doute, la réponse dûe est :
    « Eva Joly : L’allemagne a réduit sa consommation de 27% en huit ans, il faut aussi que la france réduise sa consommation. Et on ne peut pas dire que les énergies alternatives sont un mythe quand justement nous savons depuis hier qu’elles ne sont pas plus chères que l’énergie produite par l’epr. ».
    Oui : pas plus chères que l’énergie produite par l’epr !
    L’arnaque est de ne pas le constater, chiffres à l’appui, chiffres publiés dernièrement par la cours des comptes française et républicaine.

    H2 post60 :
    "voir ce qu’il se passe en ce moment avec Victor Orban en Hongrie et les milices fascistes"
    De mémoire, Eva Joly :
    « C’est la première fois qu’un parlement européen à les pouvoirs de pressions sur de tels retours à la barbarie sans déclarer une guerre armée. »
    Voter vert, c’est crédibiliser leurs interventions pour la luttte contre le fascisme menée dans le parlement européen et non plus par l’assassinat généralisé des peuples, du moins pas encore.
    Attention, je ne décridibilise pas la lutte du Front de Gauche dans la nat… république française contre le fascisme, ce parti retord partout où il se pose, charognard des exclus, je souligne que rien ne sépare la volonté des uns et des autres dans les intentions et que, de ce fait, vert, noir et rouge, il faut s’accorder, s’unir intimement, se solidariser davantage dans la dimension réelle de la lutte commune.

    "Tant que tu penseras avec l’imaginaire des autres, je comprends bien que tu aies du mal à penser autre chose que ce qu’on te dit de dire, mais pose toi la question de ton propre imaginaire : Est-il en concordance avec ton salaire ?"
    Aie !
    Mon salaire a été toute ma vie en concordance avec ce que je veux être.
    Millionnaire ?
    Disons plutôt, comme au bon vieux temps du plein emploi :
    « Mille métiers, mille misères. »
    Sauf que, de la misère, j’en ai eu, j’en ai et je vais en avoir encore, sans que rien ne me contraigne à considérer cela comme plus essentiel que mon idéal de lutte solidaire et le bonheur que j’ai à le maintenir tel.
    Pas sûr que c’est la réponse que vous vouliez susciter, pourtant comme a conclus un jour un tribun des plus fameux (dont je ne me revendique en rien) :
    « Mais c’est ma réponse. »

    Je réponds aussi volontairement avec les mots d’Eva Joly, parce que d’évidence, Eva n’est pas une professionnelle des tribunes politiques et que sa pseudo maladresse à se faire comprendre fait parti de ma revendication à ce qu’on l’admette et l’entende elle, en toute citoyenneté.
    Je le fais aussi parce que Eva Joly est insultée autant sur sa légitimité républicaine que sur sa personne et répond clairement à ces insultes sans mon intermédiaire :
    « Ma candidature détonne, d’abord parce que je suis une femme et pour une femme la prise de parole est rendue plus difficile. De plus, je suis de la société civile, je ne suis pas du sérail politicien, cela dérange, je suis une réelle candidate citoyenne qui montre que dans une démocratie, la politique ne doit pas être réservée à quelques-uns. »
    Et que ses réponses je les fais miennes, comme je fis mien ce cri de mai 68 face à l’iniquité :
    « Nous sommes tous des juifs allemands ! »
    Ce fut le mien enfant, et reste le mien pour Eva, crié avec la même volonté farouche de solidarité et de justice pour tous par l’enfant que je demeure.
    J’utilise le plus possible des citations d’Eva Joly non par perte de repère en moi-même, mais par hommage à sa personne dont je me tiens solidaire devant elle, vous Eva Joly, et devant vous, tous, qui me proposez de partager nos avis, éclairages et opinions personnels.

    Enfin, s’il faut l’ajouter (mais vous avez pu le constater) : non, je ne me blesse de rien d’autrui depuis lurette, et surtout pas de la sincérité de chacun.
    Je rends le micro, ici bisounounours, à vous cognac j’ai ! 😀

    Répondre
  57. Farid
    Farid dit :

    Front de Gauche aux législatives, bien évidemment, sauf s’il se rallie au PS. C’est même le 2ème effet "KissKool" de la campagne qui se déroule actuellement, à condition de ne pas tout foutre par terre par de la tambouille électorale à l’ancienne…

    Répondre
  58. Floréale
    Floréale dit :

    Avant 2007, quand le NPA a mis une OPA sur toute la gauche de la gauche, ça a foiré lamentablement. Cette fois, avec le FdG, une dynamique est en train de se créer. Et je ne vois pas pour quelle raison il faudrait la dissoudre dans un vague internationalisme en se laissant déstabiliser par des curetons verts à la smolski, leurs prêches et leurs homélies.

    "Le Front de Gauche en appelle à une (re)fondation du contrat social européen, et d’abord Français. Ben, oui, c’est de là d’où on part, c’est bien normal,on y habite !"
    ça tombe sous le sens.
    Et un smolski ne tient pas compte du fait que, démographiquement, la France est un pays jeune, et même le plus jeune d’Europe où tous les autres pays ont des taux de natalité très bas, et qui sera vraisemblablement le pays le plus peuplé d’Europe d’ici quelques décennies. Donc si, la dynamique ascensionnelle qui est en train de prendre corps a de bonnes probabilités d’entrainer à sa suite les autres pays. Or il faut bien commencer quelque part à se sortir du marasme, et pourquoi pas à partir de la France, d’autant plus que ça correspond à l’histoire du pays (ce que d’ailleurs Mélanchon, qui connait bien l’histoire, sait bien), depuis le temps des cathédrales en passant par la révolution, ce qui se passe en France n’est pas sans laisser de traces dans le reste du continent, qui n’y reste pas indifférent. Et on voit mal les autres pays de la mosaique européenne faire abstraction d’un des pays les plus peuplés et économiquement les moins mal pourvus.

    Donc pour "l’internationalisme", rien à craindre, il s’accentuera dans la foulée. Si la dynamique s’enclenche en France, elle s’enclenchera ailleurs aussi. Il suffit qu’elle s’enclenche quelque part.

    Répondre
  59. Floréale
    Floréale dit :

    Avant 2007, quand le NPA a mis une OPA sur toute la gauche de la gauche, ça a foiré lamentablement. Cette fois, avec le FdG, une dynamique est en train de se créer. Et je ne vois pas pour quelle raison il faudrait la dissoudre dans un vague internationalisme en se laissant déstabiliser par des curetons verts à la smolski, leurs prêches et leurs homélies.

    "Le Front de Gauche en appelle à une (re)fondation du contrat social européen, et d’abord Français. Ben, oui, c’est de là d’où on part, c’est bien normal,on y habite !"
    ça tombe sous le sens.
    Et un smolski ne tient pas compte du fait que, démographiquement, la France est un pays jeune, et même le plus jeune d’Europe où tous les autres pays ont des taux de natalité très bas, et qui sera vraisemblablement le pays le plus peuplé d’Europe d’ici quelques décennies. Donc si, la dynamique ascensionnelle qui est en train de prendre corps a de bonnes probabilités d’entrainer à sa suite les autres pays. Or il faut bien commencer quelque part à se sortir du marasme, et pourquoi pas à partir de la France, d’autant plus que ça correspond à l’histoire du pays (ce que d’ailleurs Mélanchon, qui connait bien l’histoire, sait bien), depuis le temps des cathédrales en passant par la révolution, ce qui se passe en France n’est pas sans laisser de traces dans le reste du continent, qui n’y reste pas indifférent. Et on voit mal les autres pays de la mosaique européenne faire abstraction d’un des pays les plus peuplés et économiquement les moins mal pourvus.

    Donc pour "l’internationalisme", rien à craindre, il s’accentuera dans la foulée. Si la dynamique s’enclenche en France, elle s’enclenchera ailleurs aussi. Il suffit qu’elle s’enclenche quelque part.

    Répondre
  60. Floréale
    Floréale dit :

    @ la tenancière: Vraiment désolée pour les doublons, je n’arrivais pas à poster.

    @ smolski
    Merci de ne pas m’imputer une frilosité sectaire, qui plus est en matière ecolo relativement au nucléaire (et autre d’ailleurs), vous ne pouvez pas tomber plus mal. Non seulement je suis fille d’agents EDF (et une partie de ma famille y travaille encore, ce n’est donc pas ce dont j’entends le moins parler), comme je l’ai déjà dit, et je connais plutôt bien les politiques énergétiques , mais en plus je ne réside pas en France, par conséquent je ne suis pas moins mal placée que vous pour parler "d’internationalisme", et j’ai récemment voté contre le nucléaire au référendum qui s’est récemment tenu en Italie (ainsi que contre la privatisation de l’eau, par la même occasion), et qui plus est dans une région qui a bcp investi depuis des années dans les énergies alternatives.
    Ma région (Toscane) produit depuis des années + de 30% de son énergie avec l’éolien, mais surtout le solaire et la géothermie, vise à 50% pour cette année et réussira probablement son pari.

    Lâchez nous la grappe, vous et votre Eva, avec votre Allemagne et ses 27%, dans ma région on fait mieux. Et en Sicile est en train de se construire la plus grande centrale solaire d’Europe.

    Dommage que votre Eva ne trouve rien à dire contre le travail obligé à 1 € pour les chômeurs allemands; avec ça ils ne risquent pas de payer leur chauffage, à énergie nucléaire ou pas, et chez eux il fait plus froid que chez moi.

    Répondre
  61. flyv
    flyv dit :

    Je n’ai pas le temps de lire toutes ces réactions intéressantes mais l’on voit bien que c’est FDG ou rien… Qu’au second tour pour beaucoup de lecteurs c’est pêche nature ou ciné. Que Sarko ou Hollande au fond c’est bien la même chose. Bien sûr je suis entièrement d’accord avec vous sur le fond mais quand même !
    L’on voit bien que vous êtes jeunes, que vous n’êtes pas malades, que vous avez vos réseaux qui vous permettent de vous débrouiller, de vivre en parallèle, et tant mieux et bravo, continuez., vous inventez l’économie de demain.
    Mais pensez un seul instant du haut de vos certitudes intellectuelles qui vous permettent de réagir sur le select blogue du Monolecte (yes !) aux vrais exclus, aux gens seuls, sans blé, sans réseaux, aux malades, Mais pensez encore un peu aux gens qui ont besoin de l’alloc en plus… de l’emploi jeune ou aidé pour démarrer,continuer dignement … d’un peu plus de sécurité sociale et sociétale… d’une école en plus,… je stoppe, l’on va m’accuser d’être un troll du PS, ce qui n’est pas mon cas. :)). Simplement être abstentionnisme au second tour c’est comme refuser à la Croix Rouge ou aux ONG d’entrer dans un pays en guerre ! C’est refuser le soin, c’est abandonner un peu plus les plus fragiles, c’est continuer avec les boucs émissaire et le racisme, (jm’en fous chui blanc), Attendre la sainte révolution ou continuer avec les égoïsmes de réseaux, pour ma part je ne peux m’y résoudre.

    Répondre
  62. flyv
    flyv dit :

    Je n’ai pas le temps de lire toutes ces réactions intéressantes mais l’on voit bien que c’est FDG ou rien… Qu’au second tour pour beaucoup de lecteurs c’est pêche nature ou ciné. Que Sarko ou Hollande au fond c’est bien la même chose. Bien sûr je suis entièrement d’accord avec vous sur le fond mais quand même !
    L’on voit bien que vous êtes jeunes, que vous n’êtes pas malades, que vous avez vos réseaux qui vous permettent de vous débrouiller, de vivre en parallèle, et tant mieux et bravo, continuez., vous inventez l’économie de demain.
    Mais pensez un seul instant du haut de vos certitudes intellectuelles qui vous permettent de réagir sur le select blogue du Monolecte (yes !) aux vrais exclus, aux gens seuls, sans blé, sans réseaux, aux malades, Mais pensez encore un peu aux gens qui ont besoin de l’alloc en plus… de l’emploi jeune ou aidé pour démarrer,continuer dignement … d’un peu plus de sécurité sociale et sociétale… d’une école en plus,… je stoppe, l’on va m’accuser d’être un troll du PS, ce qui n’est pas mon cas. :)). Simplement être abstentionnisme au second tour c’est comme refuser à la Croix Rouge ou aux ONG d’entrer dans un pays en guerre ! C’est refuser le soin, c’est abandonner un peu plus les plus fragiles, c’est continuer avec les boucs émissaire et le racisme, (jm’en fous chui blanc), Attendre la sainte révolution ou continuer avec les égoïsmes de réseaux, pour ma part je ne peux m’y résoudre.

    Répondre
  63. smolski
    smolski dit :

    Ah mais mes parents à moi et ben moi, ils étaient dans la confection et je peux vous en remontrer, moi, sur les machines à coudre singer à double entrainement !
    😀
    De soutenir que le nucléaire est une défaite sociale programmée n’est pas hors de propos devant l’attitude révolutionnaire revendiquée par le Front de Gauche nat… républicain.
    Ce n’est pas non plus refuser la lutte sociale au Front de Gauche nat… républicain que de revendiquer pour les verts la même lutte.
    Par contre, Eva ne dit pas que le 1€ quotidien des allemands précaires n’est pas de la précarité non plus. D’où tenez-vous cette calomnie là ? De quel manip ? De quel cœur ?Pour quelle raison peut-être ? Ah oui, électoraliste. Il fô des voix ding, des voix dang, des voix dong… pour soi. Et sonnent les cloches !

    Eva et moi disons…
    Non j’déconne. Je m’attache ici à souligner l’incohérence d’une posture prise par l’instance du parti Front de Gauche nat… républicain à propos du nucléaire. C’est tout. C’est interdit de le penser, de le dire et d’en débattre ?
    Avec tout ça, je sens que c’est pas encore cette année qu’on va m’marier, notamment en toscane, mais bon, à défaut, d’en rigoler !
    😀
    flyw post 70.
    "être abstentionnisme au second tour c’est comme refuser à la Croix Rouge ou aux ONG d’entrer dans un pays en guerre ! C’est refuser le soin, c’est abandonner un peu plus les plus fragiles"
    Non, rien, je voulais juste le souligner et affirmer mon total accord sur ce point avec flyw.

    Répondre
  64. smolski
    smolski dit :

    Ah mais mes parents à moi et ben moi, ils étaient dans la confection et je peux vous en remontrer, moi, sur les machines à coudre singer à double entrainement !
    😀
    De soutenir que le nucléaire est une défaite sociale programmée n’est pas hors de propos devant l’attitude révolutionnaire revendiquée par le Front de Gauche nat… républicain.
    Ce n’est pas non plus refuser la lutte sociale au Front de Gauche nat… républicain que de revendiquer pour les verts la même lutte.
    Par contre, Eva ne dit pas que le 1€ quotidien des allemands précaires n’est pas de la précarité non plus. D’où tenez-vous cette calomnie là ? De quel manip ? De quel cœur ?Pour quelle raison peut-être ? Ah oui, électoraliste. Il fô des voix ding, des voix dang, des voix dong… pour soi. Et sonnent les cloches !

    Eva et moi disons…
    Non j’déconne. Je m’attache ici à souligner l’incohérence d’une posture prise par l’instance du parti Front de Gauche nat… républicain à propos du nucléaire. C’est tout. C’est interdit de le penser, de le dire et d’en débattre ?
    Avec tout ça, je sens que c’est pas encore cette année qu’on va m’marier, notamment en toscane, mais bon, à défaut, d’en rigoler !
    😀
    flyw post 70.
    "être abstentionnisme au second tour c’est comme refuser à la Croix Rouge ou aux ONG d’entrer dans un pays en guerre ! C’est refuser le soin, c’est abandonner un peu plus les plus fragiles"
    Non, rien, je voulais juste le souligner et affirmer mon total accord sur ce point avec flyw.

    Répondre
  65. Floréale
    Floréale dit :

    @ flyv
    Je ne suis pas jeune et je suis malade. Et même gravement malade. Je n’ai aucun réseau, je ne réside pas en France et là où je suis le RSA n’existe pas. Je me débrouille comme je peux et je m’en sors mal, ma famille m’aide pour autant qu’elle le peut. Je ne voterai pas Hollande. Si j’ai assez de santé pour aller voter, je voterai FdG et rien d’autre. Je suis trop certaine qu’absolument aucune Croix-Rouge du PS ne viendra m’aider, pas plus moi que les autres dans mon cas, comme vous.

    Je ne suis encartée nulle part, et je ne fais aucune propagande pour qui que ce soit contrairement à ce qu’insinue smolski, je dis seulement ce que je pense.

    @ smolski
    C’est vous qui me calomniez. Non votre Eva internationale-écolo-libérale n’a jamais dit un mot des emplois à 1€ de l’heure que les chômeurs allemands sont obligés d’accepter pour ne pas perdre leurs droits aux allocations. Ce n’est pas une calomnie que de le faire remarquer puisque c’est la vérité. Il ne manquerait plus qu’elle dise que ce n’est pas de la précarité! Elle s’est seulement contentée de condamner génériquement la précarité, et c’est bien le moins qu’elle pouvait faire.

    Dans ma famille à moi que j’ai, il y a même quelqu’un qui travaille au Centre Etudes & Recherches d’EDF, études et recherches qui ne portent effectivement pas précisément sur les machines à coudre.

    Répondre
  66. Crapaud Rouge
    Crapaud Rouge dit :

    Un article de Rue89, "L’économie portugaise passe en mode « underground »", ( http://www.rue89.com/rue89-eco/2012… ), vient de m’inspirer ce drôle de constat : les valeurs qu’exige le capitalisme, (effort, initiative, responsabilité, goût du risque et d’entreprise, individualisme, liberté…) se retrouvent dans le travail au noir, dans cette économie "undeground" qui exclue par ailleurs les mêmes valeurs auxquelles répugne le capitalisme : solidarité, altruisme, partage,… N’est-ce pas ironique, paradoxal et curieux ?

    Répondre
  67. smolski
    smolski dit :

    Bon, pour les machines à coudre singer à double entraînement, il est très important de ne pas oublier de bien nettoyer le chariot d’entraînement sous le pied de biche et d’y ajouter un rien du tout d’huile, sinon le train de la couture dévie, la pièce complète est refusée, parfois déduite du salaire et la fois d’après on a :
    « Non désolé, nous n’avons plus de travail pour vous. »

    Pour se renseigner sur le nucléaire civil, demander au Centre Etudes & Recherches d’EDF revient pour moi à demander si le mediator est contestable au Centre de Recherche & d’Étude des laboratoires Servier, sinon à l’ASFAT ! Ah merde, à l’ASFAT on le demandait justement. Mais à qui se fier donc ?

    Si vous le voulez bien, s’avez-vous de combien est le taux de contamination tôlérable par convention sur la personne des intérimaires travaillant dans les zones de maintenance irradiées des centrales.
    Si le Centre de Recherche & Étude de TEC au japon fourni bien tout le personnel qui s’ingurgite acuellement je ne sais combien de dépassement du seuil d’irradiation dans la centrale en perdition de Fujikoma dont tout le monde sait qu’il n’y a plus d’irradiation émisent.
    Si le riz récolté dans les champs alentours de la catastrophe irradie correctement l’organisme des hommes, des femmes, des enfants qui en font provision.
    Si ce riz est consommé à la cantine du Centre Étude & Recherche de la TEC, dirigeants corrompus… non je voulais dire : dirigeants compris. Même si de tels personnes peuvent être un jour comprises ?
    😉
    Par ailleurs, Floréale, je vous offre ici simplement toute ma compassion fraternelle pour vos souffrances personnelles.
    Libre à vous de croire ou pas pour l’accepter.
    Joël

    Répondre
  68. JLG
    JLG dit :

    Agnès, on distribue le 4 pages du FdeG jeudi 16 février de 9h à 11h30 sur le marché d’Eauze.
    Tu es la bienvenue… Tes lecteurs ou lectrices aussi (si ils sont du coin)
    On a distribué hier à Barcelonne du Gers sur la foire agricole.
    Jluc

    Répondre
  69. Crapaud Rouge
    Crapaud Rouge dit :

    @H2 #64 : Jorion sera à l’agonie avant le capitalisme ! Il se prend pour le nouveau Keynes qui va nous sortir de là. Il lance des idées en l’air et attend qu’elles retombent sous forme d’audience. La dernière en date : "refonder le capitalisme", rien que ça ! Réunir des gens autour d’une table, et c’est parti ! Yaka définir les "étapes" (sic!) Plus de 500 com’ sur cette absurdité ! Du grand art !

    A l’époque de la "prime dividendes" , il m’a viré comme un troll alors que j’étais depuis 2 ans un assidu. Lire les détails ici : https://docs.google.com/viewer?a=v&…

    Répondre
  70. Crapaud Rouge
    Crapaud Rouge dit :

    @H2 #64 (suite) : pour moi il est clair que le capitalisme doit être moralement condamné. A défaut de pouvoir se rebeller, ce jugement me semble le minimum que tout honnête homme devrait porter en son âme et conscience. Et bien pas pour Jorion à qui j’ai explicitement posé la question. Comme toujours face aux questions et critiques gênantes, Jorion réplique par le mutisme ou l’humour. Sa critique du système ne dépasse pas le monde de la finance, domaine où il a une réelle compétence.

    Mais que les travailleurs puissent avoir une fierté, et donc refuser des primes distribuées comme des os à des chiens, ça il ne le comprendra jamais. De toute façon, ce n’est pas un penseur comme ceux dont il m’a récemment jeté les noms à la gueule. C’est juste un intello parmi bien d’autres.

    Répondre
  71. Crapaud Rouge
    Crapaud Rouge dit :

    @H2 #64 (suite et fin) : pour en revenir à la vidéo qui motivait ton poste, je note que le titre est : "L’heure est grave" : j’ai assez fréquenté son blog pour savoir que c’est l’un de ces trucs de lancer 2 fois par an un appel solennel. (Du même tonneau mais d’une autre tonalité que l’article récent : "refonder le capitalisme".) Jorion s’adresse aux "Autorités", (et a adopté le look qui convient, cf. sa photo), comme si son audience lui en donnait le droit ou le pouvoir.

    Il est aux antipodes du mouvement des Indignés qui refusent farouchement les leaders et les porte-parole.

    Répondre
  72. Floréale
    Floréale dit :

    @ smolski
    Tout, tout, tout, j’vous dirai tout sur… les machines à coudre ! (http://floreal.wordpress.com/2009/0… )

    Mais pour le nucléaire, vous prêchez une convaincue! Cependant, le CER (études & recherches) n’est pas le CEA (commissariat à l’énergie atomique), et ils ne font pas la même chose même s’ils travaillent ensemble sur certaines choses, et ne sont d’ailleurs pas situés au même endroit. Il est cependant question de les regrouper, selon la volonté de Sarko…
    Je sais bien que pour la construction de centrales, certaines choses sont mises en sous-traitance à des entreprises (pas trop regardantes sur les normes de sécurité) dont les employés ne travaillent pas aux mêmes conditions ni pour le même salaire que les agents EDF.
    D’ailleurs sur des questions de "transparance", la Finlande a fini par ne plus vouloir de l’EPR qu’elle avait commandé…
    Plus généralement, il est illusoire de penser pouvoir faire la transition énergétique en un rien de temps, il faudra plusieurs décennies pour une reconversion.
    Les centrales nucléaires que nous connaissons sont d’ores et déjà obsélètes, pas seulement parce que certaines sont vieilles, mais parce que les recherches s’orientent vers les centrales à fusion et non plus à fission, mais la technologie est loin d’être maitrisée et ne le sera pas avant une trentaine d’années. C’est donc le moment de développer les énergies alternatives, même si "en principe", ces centrales du futur devraient être moins dangereuses et moins polluantes.

    Merci de votre fraternelle compassion, c’est très gentil à vous.

    Répondre
  73. corOllule
    corOllule dit :

    @etienne

    On ne peut pas se résigner d’un côté parce qu’on considère que le pouvoir est ailleurs et dans le même temps croire à cette ineptie qui est "quand on veut on peut", ou abstiens-toi de voter parce que ça ne sert à rien mais prends le pouvoir sur ta vie. Allez dire ça aux Grecs ! Expliquez leur que yaka acheter dans les circuits parallèles et éviter les crédits.

    @Swâmi Petaramesh

    Si l’occasion se présente, allez voir Mélenchon en chair et en os. Vous percevrez une douceur immense qui se dégage de lui et que la vidéo lui enlève.
    ___

    A l’intérieur du FdG des membres des différents partis feront ce qu’ils veulent, mais au jour d’aujourd’hui, Mélenchon et le FdG qu’il représente font campagne pour occuper le siège présidentiel, pas celui d’un porte-feuille ministériel. D’autant que son programme se démarque nettement de celui du PS.

    Non seulement il est candidat pour la première place, mais il y croit sincèrement; le succès qu’il rencontre au fil des semaines et qui dépasse tous les pronostics démontre que les gens en ont soupé du bipartisme et recherchent autre chose.

    Il fallait surtout rappeler à ces sceptiques de la réunion racontée ici que le Front de Gauche ne voit pas du tout les choses comme ça. Mélenchon l’a assez expliqué en long et en large, il est hors de question de participer à un gouvernement PS en ce qui le concerne. Il a averti que si on laissait ses convictions à la porte du bureau de vote, il fallait pas s’étonner de ne pas les retrouver en sortant.

    Une phrase qu’il a répétée à l’envie pour bien faire comprendre que si on veut voter par conviction pour un programme qui redistribue complètement la donne, il faut voter Front de Gauche au premier ET au second tour.

    Pierre Laurent et Eric Coquerel encore hier soir ici à Poitiers nous assuraient qu’il fallait y croire, que tout était possible, que les indicateurs étaient tous dans le verts, et qu’il ne fallait pas mettre la charrue avant les boeufs en ne comptant que sur les législatives. Celles-ci font seulement partie d’une deuxième phase dans le cadre de la construction de la VIème république.

    Parce qu’une fois Mélenchon élu, il y aura du pain sur la planche pour tout le monde, pour construire une nouvelle constitution, un nouveau système. Et partout ailleurs (Irlande, Portugal, Espagne, Allemagne, Tchèquie…) on n’attend qu’un signal, quelque part, pour en faire autant.

    D’autant qu’écouter bien les gens, si l’ump ou le ps gagne, on va glisser dans une telle merde, qu’on s’en battra la couille des législatives, mais d’une force…

    Répondre
  74. Alain
    Alain dit :

    Condamner le "vote utile" sans parler du mode de scrutin ?

    Le mode de scrutin de l’élection présidentielle est adapté à un paysage politique précis, ce sont les années 60-70 avec un France bipolaire et un 1er tour avec 2 candidats ayant 30-40% (cf élection 1974). Là, il y a de la marge, les électeurs se lâchent au 1er tour et ne vote pas utile, au 1er tour on s’exprime. C’est du moins la stratégie qui prévalait car les temps ont changé et les électeurs le voient bien. La France organisée politiquement en bipolaire, en 2 camps, c’est terminé.

    Ce scrutin a un effet de seuil (brutal par définition), il a sévi en 2002 : 14 candidats au 1er tour et des petits candidats ayant un électorat assez significatif (des 2 à 7%) : à gauche : Mamère, Besancenot, Laguiller, Hue, Taubira, Chevènement, Gluckstein, une partie de l’électorat Bayrou.

    Il faut revoir le mode de scrutin, l’adapter au paysage actuel, des modifications mineures diminueraient les effets de seuil, comme avoir 3 ou 4 candidats au 2ème tour, comme les législatives, si > 12.5% (avec ça Jospin passait en 2002 dans une triangulaire avec Le Pen et Chirac).

    Et d’ailleurs dans la foulée mettre de la proportionnelle aux législatives, que les partis non majoritaires aient enfin des représentants à l’Assemblée au prorata des voix. Une simulation faite ici : http://www.agoravox.fr/actualites/p

    Répondre
  75. smolski
    smolski dit :

    @ machin post80

    Depuis toujours je suis anarchiste. Et rien, absolument rien ne permet de l’infirmer sinon que par une interpellation façon machin, plus machinéiste que machin en ce cas.
    Le parti des verts est le parti où s’inscrit clairement le droit qui m’est le plus cher, le droit à la liberté par l’affirmation en son sein même du droit à la différence sans l’exclusion, ce qui est son honnêteté la plus haute et sa richesse la plus constante.
    Je mets ici au défi de relever une proposition des verts de quelques nations que ce soit qui ne ferait pas honneur également dans un parti de revendication sociale révolutionnaire.

    Le parti vert est le seul parti ayant appelé pour cette campagne présidentielle au rassemblement de tous les partis de lutte sociale au premier tour.
    Le parti vert se montre ainsi le parti le plus en pointe dans la lutte sociale commune, « n’en déplaise aux briseurs de couilles et pissent froid de tout acabit » !
    Le parti vert s’exprime hors du flamboyement des politiciens trentenairement appointés, gens de classe qui comptent davantage sur nos voix acquises que sur l’efficience de leurs actes lacunaires pour réussir … RÉUSSIR … à demeurer appointés trente ans de plus, voire davantage.
    « Taisez-vous, je vais vous dire ce qu’il faut dire ! »
    Comment le supporter ?
    Pourquoi ne serions-nous pas juste un tout petit peu plus intelligents que ce qui nous réservé par ces tribuns professionnels patentés ?
    Voter vert c’est engager une lutte révolutionnaire différente de celles que nous connaissons habituellement, une révolution portée sur notre intelligence des faits et non plus sur des diktats.
    C’est pourquoi d’effroi, un accord tacite journalistico-politico-acerbe relève parcimonieusement contre le programme des verts l’accent norvégien de sa représentante, ou honore une estimation à « l’applaudit-mètre estimé » de son humour à saluer en ch’ti et ne rapporte rien de la cohérence révolutionnaire des propositions offertes par le mouvement des verts à notre sagacité.
    N’en ont-ils donc plus eux la hauteur nécessaire à force de bassesses ?

    Avec intelligence, les verts sont pour le soutien gouvernemental aux systèmes et logiciels libres dont tous ici nous savons la nécéssité.
    Avec intelligence, les verts sont pour l’abrogation de l’HADOPI dont tous ici nous avons conscience de l’iniquité.
    Avec intelligence, les verts sont contre la signature à l’ACTA, dont les conséquence anti-sociales mondiales concernent chacun de nous au plus près.

    ACTA
    « Source wikipedia :
    Circulation de médicaments génériques en danger
    Les génériques, notamment ceux produits en Inde, sont reconnus dans certains pays et approuvés par l’Organisation mondiale de la santé. Mais ils restent sous monopole de brevets dans de nombreux pays où ils passent en transit. En renforçant la lutte contre la contrefaçon, ACTA systématiserait des mesures de blocage de médicaments génériques, traités comme de la contrefaçon. Cette crainte est fondée sur des événements récents, comme le blocage de médicaments contre le sida, achetés par la facilité d’achat Unitaid, blocage opéré pendant un mois par les autorités douanières d’Amsterdam en février 2009 »
    Commentaires de Ar-S le 26/01/2012 à 22:38 sur cette page : http://www.numerama.com/magazine/21

    Et ce témoignage effrayant :
    « Ma signature de l’ACTA est le résultat d’une négligence civique. En bref, je n’ai pas fait le lien entre le traité que le gouvernement m’avait autorisé à signer, et le traité dont j’estime qu’il limite et restreint la liberté d’utiliser le réseau le plus large et le plus important dans l’histoire de l’humanité, et qui en tant que tel pose des limites sur les générations futures de nos enfants. »
    Helena Drnovšek Zorko – Ambassadrice de la Slovénie au Japon. »
    http://www.numerama.com/magazine/21

    Ah bon machiste, masochiste et machin-éistes, salut !

    Répondre
  76. Michel du Gers
    Michel du Gers dit :

    Bonjour Agnès,

    Encore merci pour tes réflexions.

    "Tout sauf sarko" ce slogan incite vraiment a voter pour un sauveur (ou une, j’exclus mme lapen bien sur) de la République Sociale.

    Va y avoir une manif le 29 février, la cégétée a réussi à l’imposer à la confédération syndicale européenne contre l’avis de la céèfeudété, enfin une victoire syndicale, bon c’est pas encore le grand soir qui naitra de cette action, enfin si la france d’en bas se met en colère pourquoi pas mais les présidents-secrétaires-généraux syndicalistes feront tout contre tout débordement.

    Bref si tu peux venir je t’achèterais bien ton livre . Nous sommes tellement loin des utopies, en cette période quoique les rêves ne sont pas de mise depuis belle lurette…alors je me laisse aller à ma boulimie de lecteur .

    Amicalement, amitiés libertaires.

    ah, j’oubliais: un moment de bonheur le vendredi 24 février au bar le merle moqueur à Auch vers 20h30 un concert Christian Pacoud .

    Michel.

    Répondre
  77. corOllule
    corOllule dit :

    Tu ajoutes à tout ceci, je dis bien à tout ceci, l’augmentation du SMIC et des minimas, la retraite à 60 ans, la nationalisation des banques, de l’énergie et des transports, l’arrêt du nucléaire débattu et soumis à un référendum, l’éradication de la précarisation, la restauration du droit du travail et son élargissement pour que les salariés conservent leur statut de citoyen au sein de l’entreprise, le droit du mariage et de l’adoption pour les homosexuels, l’encadrement strict des marges des supermarchés, etc… et surtout la fin de la monarchie quinquennale par la construction de la VIème république (ce que les Verts n’envisagent pas une seconde).

    Et tu as le programme du Front de Gauche : http://mezamashidokei.mdl29.net/ind

    Répondre
  78. corOllule
    corOllule dit :

    Tu ajoutes à tout ceci, je dis bien à tout ceci, l’augmentation du SMIC et des minimas, la retraite à 60 ans, la nationalisation des banques, de l’énergie et des transports, l’arrêt du nucléaire débattu et soumis à un référendum, l’éradication de la précarisation, la restauration du droit du travail et son élargissement pour que les salariés conservent leur statut de citoyen au sein de l’entreprise, le droit du mariage et de l’adoption pour les homosexuels, l’encadrement strict des marges des supermarchés, etc… et surtout la fin de la monarchie quinquennale par la construction de la VIème république (ce que les Verts n’envisagent pas une seconde).

    Et tu as le programme du Front de Gauche : http://mezamashidokei.mdl29.net/ind

    Répondre
  79. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    "un homme empli de l’amour de son prochain et animé d’une énergie positive, créatrice, d’éveil, ou un homme habité d’un désir de revanche, de vengeance, de prendre ?" (Swâmi, 15):

    Justement, tu devrais lire ses billets de blog (trèèèès instructifs) et écouter ses diverses interventions (radios, télés, meetings). Tu répondrais "énergie positive, créatrice, d’éveil".

    Je l’avais vu une fois (en vrai) au moment du Non au référendum, et j’avais été impressionnée par son énergie, sa force de conviction. Puis, à travers les dénigrements successifs dont il était l’objet, à travers la montée en épingle de ses coups de gueule, j’en avais formé (on m’en avait formé) une image plutôt négative. Grande gueule, braillard, autoritaire, patriotard…

    Petit à petit (je sais pas comment ça m’est venu, mais manifestement c’est venu à plein de gens en même temps) je me suis dit "plutôt que d’écouter ce qu’on dit de ce qu’il dit, pourquoi pas aller direct à la source?". Depuis, j’épluche littéralement tout. Je m’instruis beaucoup, il doit avoir une sacrée équipe de fouineurs et d’analystes autour de lui. De vrais chercheurs, des économistes, des écolos, des historiens… Son blog est parfait: clair, catégorique, percutant, humain aussi. Avec les journalistes, c’est un régal comme il les renvoie dans les cordes de leur ignorance et de leur confusion intellectuelle. Il a renoncé à leur gueuler dessus (apparemment il a aussi une bonne équipe de modérateurs) mais pas à les attaquer vigoureusement sur le fond. Un délice.

    Contre "la madame" comme il l’appelle, je n’ai jamais entendu de discours aussi efficace, percutant, rigolo, convaincant. Son analyse du "programme" du FN est carrément jubilatoire, ainsi que la manière dont il tacle ceux qui essaient de les mettre ensemble dans la même catégorie "populiste".

    Il affine peu à peu son concept de "planification écologique" que je trouve encore un peu vague et commence à expliquer (je reste dubitative) la différence entre productivisme (il s’en défend) et "relance". A suivre.

    Là où j’ai pas suivi du tout, c’est sur la vente de rafales à l’Inde, dont il s’est réjoui, ben là, désolée, non, ça va pas être possible. Je me suis assez vigoureusement exprimée à ce sujet sur son blog, trop vigoureusement semble-t-il, puisque depuis je suis tricarde. J’espère au moins qu’ils lisent mes coms, qu’ils se sont pas contentés de mettre mon IP dans la machine pour jeter d’emblée.

    Bon, tant pis. Mais ça me chagrine, la méthode… pas autant que les rafales, mais quand même…

    Répondre
  80. smolski
    smolski dit :

    corOllule post85 :
    "l’arrêt du nucléaire débattu et soumis à un référendum"
    Pourquoi débattu et soumis à référendum ?
    C’est un projet crucial pour tous les opprimés de la Terre, nous, toi, l’autre, ton enfant et les miens, dès aujourd’hui sous le couperet des enfers.
    L’arrêt programmé des centrales est l’équivalent à la suppression de la peine capitale, car le feu nucléaire est aussi terrible, efficacement terrible.
    Terrible comme dernièrement sur les opprimés de Fukushima, ceux dont la remise en vie ne peut être améliorée sans fortune ni prévarication.
    Eva ne cache pas sa volonté à ce propos, elle. Pourquoi les instances du Front de Gauche nat… républicain le cachent-ils, eux ?
    Et si comme moi, comme eux peut-être, vous voteriez à ce référendum nat… républicain pour l’arrêt des centrales avec le développement accru des énergies renouvelables, comme les verts le voterait bien sûr et comme bien d’autres encore, qu’ils votent autrement que pour le Front de Gauche nat… républicain ou pour les verts ou pour tartempion même, ou qu’ils ne votent pas encore, pourquoi le soumettre à un référendum plutôt qu’à la volonté d’un gouvernement élu par ta voix et par la mienne unie ?
    Et puis zut tout de même, ce référendum est là, maintenant, dans le choix partisan du scrutin présidentielle 2012 tel qu’il existe actuellement. Non ?

    Il y a aussi de la part des instances du Front de Gauche nat… républicain l’affirmation du destin de la france à faire exemple devant les peuples de la Terre.
    Eva rappelle simplement l’exemplarité des islandais à vendre leurs peaux par eux-mêmes et non via des politicards.
    Oui ?
    Un écho en europe ?
    Ah non.
    Balivernes donc, car le destin réel de chaque guerrier des luttes sociales n’est pas dans l’exemplarité de sa posture mais dans sa volonté d’union par les faits avec chacun de ses frères de combat.

    "Tu ajoutes à tout ceci…"
    Mais quel est la mesure refusée par les verts ?
    … "ce que les Verts n’envisagent pas une seconde"
    Posture encore !
    Par exemple, "le droit du mariage et de l’adoption pour les homosexuels" est bien sûr dans le programme des verts comme bien d’autres ferments des luttes révolutionnaires à entreprendre ensemble, tous ensemble.

    Par contre, ce que les verts n’ont pas trouvé auprès des instances du Front de Gauche nat… républicain c’est de mettre en front commun dès le premier tour l’ensemble de nos idées communes.
    Voilà la vérité vraie qui a menée l’entame des présidentielle 2012 !
    Partager leurs idées pour les mettre en pratique les effraie donc ?
    Ou bien, pour ces frileuses instances, n’est-ce pas le fait d’avoir à prendre le risque de perdre quoique ce soit de leur propre statut ou espérances de classe qui les foudroie ainsi ?

    Tous ensemble, tous ensemble Ouais !
    Mais pas aux présidentiels… petit homme, va.

    corOllule, à balayer sans cesse devant la porte de son voisin avant que de balayer devant la sienne on ne montre que l’insignifiance de sa volonté à rendre propre sa demeure.

    Répondre
  81. corOllule
    corOllule dit :

    – Un référendum concernant le nucléaire car le FdG réunit des partis qui ne sont pas tous d’accord. Mélenchon ne veut pas décider tout seul pour tout le monde, il veut mettre en place un débat, avec des experts, pour savoir quoi faire, comment et en combien de temps. Chaque citoyen pourra alors voter en connaissance de cause. Sais-tu qu’à l’heure actuelle deux choses ne sont jamais débattues à l’Assemblée et restent le domaine réservé des décisions de l’Elysée ? Il s’agit de l’Afrique et du nucléaire.

    – L’Irlande donne un exemple mais les médias ne relaient pas. Le souci aussi c’est que ce pays ne renonce pas totalement au modèle libéral dans sa reconstruction. Ensuite il n’a pas le poids économique donc politique qu’à la France au sein de l’Europe puisque 2ème puissance.

    – Ce que désignait "les Verts n’y pensent pas une seconde" ne concernait que l’instauration d’une VIème République.

    – On ne peut vraiment pas dire, sans une certaine mauvaise foi, que le FdG est effrayé par le partage d’idées quand il réunit 7 partis politiques qui ont débattu pendant des mois pour créer leur programme. Sans compter une myriade de formations politiques et d’associations qui les ont rejoint telles que le MPEP, le CAP, le Collectif national des gaullistes de gauche, la Conf’ des Artistes, des AMAP, le Collectif 77, la Confédération paysanne, ATTAC, ADELS, les déboulonneurs, etc…

    Pourquoi constamment cette insinuation "Front de Gauche nat… républicain" ? Ca veut dire quoi ?

    Enfin pour terminer sur les Verts, les négociations moisies avec le PS ont été l’illustration du peu de conviction profonde qu’ils attachent à leur programme et Eva Joly n’en est pas sortie grandie.

    Répondre
  82. smolski
    smolski dit :

    corOllule post89
    "Mélenchon ne veut pas décider tout seul pour tout le monde, il veut mettre en place un débat, avec des experts, pour savoir quoi faire, comment et en combien de temps."
    Mais le débat est fait, là, les partis réunis au sein du front de gauche sont désignés, la majorité du Front de Gauche nat… républicain se doit d’être interne, sans hypocrisie devant l’ensemble du peuple opprimé toujours davantage par cette industrie !
    L’écologie ne se négocie pas parce que l’écologie elle, n’attend pas, ni consensus, ni expert, ni rien de personne d’encore vivant ici-bas.

    La fermeture des centrales est même programmées depuis lurette (Floreale post76 : « Les centrales nucléaires que nous connaissons sont d’ores et déjà obsélètes, pas seulement parce que certaines sont vieilles, mais parce que les recherches s’orientent vers les centrales à fusion et non plus à fission ») par tout le monde sur cette Terre, et donc le délai n’est plus une question, surtout pas une question d’ experts qui en font leur credo et leur beurre.
    L’arrêt du nucléaire n’est pas plus une question mondiale.
    C’est comment développer les énergies renouvelables qui est la question à expertiser.
    En proposant le référendum, le Front de Gauche nat… républicain prend donc une posture et non sa responsabilité devant ses électeurs.

    "On ne peut vraiment pas dire, sans une certaine mauvaise foi, que le FdG est effrayé par le partage d’idées quand il réunit 7 partis politiques"
    Et si cet argument vaut, pourquoi pas 8, 9, 10… tous les partis de révolution sociale préalablement ?
    Pourquoi n’avoir pas répondu favorablement aux verts qui se proposaient ?
    Ah oui, vous l’indiquez, à cause du PS… Je vous laisse préciser le lien que je ne possède pas, là.

    "Pourquoi constamment cette insinuation "Front de Gauche nat… républicain" ?"
    Au cours de ce fil, sur le constat du meeting de Villeurbanne, un meeting d’une heure tout de même, il n’y a pas eu autre chose qu’un débat sur le franco français comme devant déboucher évidemment sur l’exemplarité de la nation française dont vous venez encore de nous rappeler la formule ce que je me permet de renommer ici moi aussi encore : la posture.
    Il me fut présenté que le Front de Gauche était républicain et non pas notaionaliste, mais qu’il joint à se postulat une conviction nationale exemplaire. Comme je bute nativement à accoler le terme de national à un mouvement dont je revendique la fraternité avec ses membres, alors non, je ne me trompe pas d’ennemi devant le fascisme de droite, mais marque ainsi un regard lucide et vigilant sur celui qui peut survenir de… d’ailleurs.

    Là, je vous parle d’un temps espagnol que les moins de 20 ans pourraient bien réapprendre à leurs dépends dans les lendemains électoraux qui leur déchantera une internationale usurpée aux dépends de leurs frères de combat révolutionnaires assassinés par un parti pris exemplaire devant tous lui aussi !

    Je souhaite sincèrement que ce n’est pas le cas, toutefois, sur le témoignage ici de cultive ton jardin post86 dans sa rencontre avec le site du Front de Gauche nat… républicain ainsi :
    "Là où j’ai pas suivi du tout, c’est sur la vente de rafales à l’Inde, dont il s’est réjoui, ben là, désolée, non, ça va pas être possible. Je me suis assez vigoureusement exprimée à ce sujet sur son blog, trop vigoureusement semble-t-il, puisque depuis je suis tricarde. J’espère au moins qu’ils lisent mes coms, qu’ils se sont pas contentés de mettre mon IP dans la machine pour jeter d’emblée."

    Je reste à craindre le pire.

    Répondre
  83. corOllule
    corOllule dit :

    – Ca fait joli les énumérations mais mieux vaut parler concret. Bien sûr qu’il y a déjà un plan de sortie du nucléaire, quoique remis en question par l’UMP, mais évidemment qu’on doit faire appel à des experts pour prendre des décisions, pour faire ça bien et rapidement. Au cas où ça vous aura échapper, c’est dangereux le nucléaire, et on ne sait pas à l’heure actuelle démonter une centrale. On ne sait pas faire.

    – Le FdG n’a pas dit merde aux Verts, ils ne sont pas tombés d’accord. Tu prends les deux programmes, tu les lis et tu vas vite comprendre la dimension qui les distance. Ce n’est pas à moi de mâcher le boulot. A un moment donné, on se prend en charge et on va chercher les réponses soi-même.

    Pour information, les Verts c’est déjà du passé. Europe Ecologie a signé un accord avec le PS (la social-démocratie) au niveau Européen.

    Je fais de la provoc là, mais à part officialiser des fêtes religieuses, changer le nom du défilé militaire du 14 juillet et faire manger bio les étudiants, les Verts changent quoi au fond de sauce ?

    – Un autre truc vous aura échappé, Mélenchon fait des meetings thématiques. Donc c’est absurde de se faire une idée qu’à partir de Villeurbanne. D’autant que je ne vois pas bien de quoi vous parlez, on n’a pas dû voir le même.

    – Serais-tu en train de me traiter de naïf ? C’est marrant, un gars hier en parlant des Africains exploités par Total et de la nécessité de changer ça par des choix politiques radicaux me disait la même chose. J’ai 40 ans et je sais où commence et où finit ma responsabilité. Ca n’a rien à voir avec de la naïveté que de refuser d’élire des partis qui cautionnent le monde tel qu’il est. C’est justement en refusant la radicalité, par ce fatalisme masochiste chronique qui a l’air de vous caractériser, qu’on en est là aujourd’hui.

    – Enfin je regrette également que l’espèce de brutal qui gère la modération sur le blog de Mélenchon ait autant de latitude. Moi aussi je me suis fait effacée et pour bien moins que l’intervention de CultiveTonJardin. Ce type aurait besoin d’être recadré.

    Répondre
  84. smolski
    smolski dit :

    @ corOllule
    Je vous remercie des précisions de vos interventions portées sur les miennes.
    Je n’ai rien à ajouter qui n’ait déjà été ressassé auparavent sur les points que vous relevez et vous assure que je demeure votre frère de lutte pour une société plus juste, ensemble.
    Sauf modification à contre courant des indications déclarées aujourd’hui par les verts, je voterai vert parce qu’ils développent en plus de leurs propositions tranchées, le respect singulier du droit à la différence entre tous et marquent dans leurs attitudes un profond respect à l’intelligence de leurs électeurs comme à celle de leurs détracteurs, ce que je m’efforce de partager dans mes interventions ici avec mes moyens.

    Répondre
  85. Prennez le pouvoir
    Prennez le pouvoir dit :

    Puisqu’on parle de balayer devant sa porte :

    Les verts militent pour une Europe solidaire et soutiennent le traité de Lisbonne; c’est au mieux une contradiction, au pire une manipulation.

    Le film d’Artus Bertrand est-il reprogrammé le vendredi 20 avril 2012 ? Si c’est le cas, on est dans la manipulation.

    2 dates importantes : 18 mars 2012, tous à la Bastille et 5 avril 2012 à 20h : place du Capitole à Toulouse !

    Répondre
  86. Prennez le pouvoir
    Prennez le pouvoir dit :

    Puisqu’on parle de balayer devant sa porte :

    Les verts militent pour une Europe solidaire et soutiennent le traité de Lisbonne; c’est au mieux une contradiction, au pire une manipulation.

    Le film d’Artus Bertrand est-il reprogrammé le vendredi 20 avril 2012 ? Si c’est le cas, on est dans la manipulation.

    2 dates importantes : 18 mars 2012, tous à la Bastille et 5 avril 2012 à 20h : place du Capitole à Toulouse !

    Répondre
  87. Justin Bessou
    Justin Bessou dit :

    à smolski 71:
    "…moi… moi … je peux vous en remontrer, moi, sur les machines à coudre singer à double entraînement."
    Pour sûr, vous êtes bien entraîné sur le clavier! Près de 20 posts sur 90 pour promulguer vos sentences…
    Sinon, je suis à la recherche de la Notice d’emploi de la Machine à coudre PFAFF 1221. Z’avez pas ça des fois? Merci.
    ===

    Répondre
  88. machin
    machin dit :

    tiens c’est marrant je suis pas le seul à trouver bizare l’anarchiste passé vert et prétendant que ces derniers soient vachement propre hein…

    c’est explosant de rire tout ça.

    Répondre
  89. smolski
    smolski dit :

    Prenez le pouvoir post93 :
    "Les verts militent pour une Europe solidaire et soutiennent le traité de Lisbonne; c’est au mieux une contradiction, au pire une manipulation."
    machin post95
    "bizare l’anarchiste passé vert"
    Vous avez dit bizarre ?
    Comme c’est étrange…
    Et pourquoi je serai pas aussi au parti du FdG en même temps?
    Et socialiste ?
    Et autres ?
    Il n’y a de contradiction que pour vous, moi, je décide seul ce que je fais, pense et demeure et j’en juge pour moi seul des contradictions qui vous dérangent, vous.

    Les verts ne sont pas un parti traditionnel, c’est un parti dont la politique unanime est, : pour bouger les injustices d’ici, il faut bouger les injustices partout.
    Ils ont choisi d’agir internationalement avec la conviction d’un projet commun à mener ensemble.
    Ils ne s’ajustent pas les uns aux autres comme dans les partis traditionnels.
    Ils composent un réservoire d’idées, ils ont des débats et des libertés personnelles pas toujours en adéquation les unes aux autres mais toujours respectées entres eux, comme est respecté l’intelligence contradictoire de chacun d’eux.
    J’y vois davantage une communauté politique active qu’un principe partisan.

    "Près de 20 posts sur 90 pour promulguer vos sentences…"
    Effectivement, 20 posts en réponse à au moins autant de posts contradictoires. Ça gêne de répondre ?

    Permettez maintenant que je vous propose ici la nécessité de mettre tout en commun dans un même projet, gens de la lutte de gauche :

    Est-ce que nous ne sommes pas en train de demander à la société de s’adapter à notre système et pas au système de s’adapter à la société ?
    Nous avons laissé dériver de moins en moins de citoyennetés et de plus en plus de consommations et nos concitoyens sont devenus aujourd’hui de simple consommateurs de la république.
    C’est à dire qu’on ne veut pas que le juge soit juge, mais que le juge fasse mal à celui qui nous a fait mal.
    On ne veut pas que le maire soit intelligent mais que le maire mette un candélabre devant ma porte.
    Je choisis mon politique pas forcément par conviction mais en fonction de l’intérêt que j’ai à ce qu’il préserve mon statut.
    Et le politique lui-même s’est laissé enfermer dans des clientèles électorales ce qui fait que la droite n’ose pas toucher aux toubibs et la gauche toucher aux profs…
    On est dans une totale hypocrisie où la classe politique depuis 20 ans préfère gagner/séduire un électeur même si elle en perd un citoyen.
    Nous sommes assis sur une démocratie d’émotion et non plus une démocratie de conviction.
    Nous sommes assis sur une démocratie d’émotion et non plus une démocratie de conviction.
    (mérite le doublon)
    Nos sociétés sont construites à partir de 3 grands sentiments : l’espérance, les peurs et les humiliations.
    L’espérance libérale a chuté avec la chute de leymans & brother.
    L’espérance communiste a disparu avec la chute du mur de berlin.
    Les espérances politiques d’aujourd’hui c’est une espèce d’hypocrisie dans l’offre politique qui fait qu’on met des gens qui ne partagent pas du tout les mêmes convictions mais qui s’unissent juste pour conquérir le pouvoir.
    Juste pour conquérir le pouvoir.

    Mais attendez, ce n’est pas la conquête du pouvoir qui m’intéresse mais c’est quel projet ?
    Quel est mon avenir dans cette affaire ?
    Et en plus j’y comprends de moins en moins dans cette crise du monde, les politiques disent qu’ils sont là pour nous protéger alors qu’ils sont aussi les auteurs de la situation dans laquelle nous nous trouvons ?

    Et à partir du moment où on ne gère plus d’espérances collectives, on laisse la porte ouverte à celles et ceux qui gèrent les peurs, généralement ce sont les droites, ou celles et ceux qui gèrent les humiliations, généralement ce sont les gauches.

    On ne prend pas en considération la souffrance d’un certains nombres de concitoyens.
    Quand vous êtes à bac+7 et que vous êtes au chômage, ou bien payé au SMIC à bac+7, vous n’êtes pas malheureux, vous êtes humilié.
    Oui, vous êtes humilié !
    Et quand le système vous humilie, à un moment donné vous avez envie de détruire le système.
    Et si les politiques aujourd’hui n’ont comme seule vision espérancielle que la conquête du pouvoir ou la déstabilisation de celui qui est au pouvoir, sans projet permettant de construire des espérances collectives, alors c’est le pire qui arrive.

    Il y a maintenant :
    trop de primes au « calcul politique » et pas du tout au « projet politique ».
    trop de primes au « calcul politique » et pas du tout au « projet politique ».

    D’après un débat de Jean Paul Delevoye
    Président du conseil économique et social
    Médiateur de la république

    Si vous voulez bien chacun en relever l’essentiel qui est l’obligation de soutenir solidairement un projet politique commun qui sera ce qu’il sera, mais qui permettra de dépasser la peur ou l’humiliation subie actuellement.

    Pour image, voir le post :
    70. Le samedi 11 février 2012, 12:16 par flyv
    Qui nous en témoigne simplement.

    Un projet en commun.
    C’est tout, pas de calcul, pas de refus d’alliance verbeux.
    Les instances des partis de gauche en portent la charge non par elles-mêmes, ou leurs idées, ou leurs programmes respectifs et les places qu’ils se distribuent, mais devant tout le peuple de gauche bien uni lui dans sa misère du jour et qui les attend honnête prêt à voter à gauche, quel que soit la gauche, qu’il enfera sienne et qu’il regardera plus attentivement cette fois ce que se fera du projet mis en commun.

    PFAFF 1221… Ballot, va, prends plutôt une Singer à double entraînement !
    Sans offense Justin, c’est juste le rappel du titre donné aux nouveaux électeur du fn par melenchon 😉

    Répondre
  90. smolski
    smolski dit :

    Prenez le pouvoir post93 :
    "Les verts militent pour une Europe solidaire et soutiennent le traité de Lisbonne; c’est au mieux une contradiction, au pire une manipulation."
    machin post95
    "bizare l’anarchiste passé vert"
    Vous avez dit bizarre ?
    Comme c’est étrange…
    Et pourquoi je serai pas aussi au parti du FdG en même temps?
    Et socialiste ?
    Et autres ?
    Il n’y a de contradiction que pour vous, moi, je décide seul ce que je fais, pense et demeure et j’en juge pour moi seul des contradictions qui vous dérangent, vous.

    Les verts ne sont pas un parti traditionnel, c’est un parti dont la politique unanime est, : pour bouger les injustices d’ici, il faut bouger les injustices partout.
    Ils ont choisi d’agir internationalement avec la conviction d’un projet commun à mener ensemble.
    Ils ne s’ajustent pas les uns aux autres comme dans les partis traditionnels.
    Ils composent un réservoire d’idées, ils ont des débats et des libertés personnelles pas toujours en adéquation les unes aux autres mais toujours respectées entres eux, comme est respecté l’intelligence contradictoire de chacun d’eux.
    J’y vois davantage une communauté politique active qu’un principe partisan.

    "Près de 20 posts sur 90 pour promulguer vos sentences…"
    Effectivement, 20 posts en réponse à au moins autant de posts contradictoires. Ça gêne de répondre ?

    Permettez maintenant que je vous propose ici la nécessité de mettre tout en commun dans un même projet, gens de la lutte de gauche :

    Est-ce que nous ne sommes pas en train de demander à la société de s’adapter à notre système et pas au système de s’adapter à la société ?
    Nous avons laissé dériver de moins en moins de citoyennetés et de plus en plus de consommations et nos concitoyens sont devenus aujourd’hui de simple consommateurs de la république.
    C’est à dire qu’on ne veut pas que le juge soit juge, mais que le juge fasse mal à celui qui nous a fait mal.
    On ne veut pas que le maire soit intelligent mais que le maire mette un candélabre devant ma porte.
    Je choisis mon politique pas forcément par conviction mais en fonction de l’intérêt que j’ai à ce qu’il préserve mon statut.
    Et le politique lui-même s’est laissé enfermer dans des clientèles électorales ce qui fait que la droite n’ose pas toucher aux toubibs et la gauche toucher aux profs…
    On est dans une totale hypocrisie où la classe politique depuis 20 ans préfère gagner/séduire un électeur même si elle en perd un citoyen.
    Nous sommes assis sur une démocratie d’émotion et non plus une démocratie de conviction.
    Nous sommes assis sur une démocratie d’émotion et non plus une démocratie de conviction.
    (mérite le doublon)
    Nos sociétés sont construites à partir de 3 grands sentiments : l’espérance, les peurs et les humiliations.
    L’espérance libérale a chuté avec la chute de leymans & brother.
    L’espérance communiste a disparu avec la chute du mur de berlin.
    Les espérances politiques d’aujourd’hui c’est une espèce d’hypocrisie dans l’offre politique qui fait qu’on met des gens qui ne partagent pas du tout les mêmes convictions mais qui s’unissent juste pour conquérir le pouvoir.
    Juste pour conquérir le pouvoir.

    Mais attendez, ce n’est pas la conquête du pouvoir qui m’intéresse mais c’est quel projet ?
    Quel est mon avenir dans cette affaire ?
    Et en plus j’y comprends de moins en moins dans cette crise du monde, les politiques disent qu’ils sont là pour nous protéger alors qu’ils sont aussi les auteurs de la situation dans laquelle nous nous trouvons ?

    Et à partir du moment où on ne gère plus d’espérances collectives, on laisse la porte ouverte à celles et ceux qui gèrent les peurs, généralement ce sont les droites, ou celles et ceux qui gèrent les humiliations, généralement ce sont les gauches.

    On ne prend pas en considération la souffrance d’un certains nombres de concitoyens.
    Quand vous êtes à bac+7 et que vous êtes au chômage, ou bien payé au SMIC à bac+7, vous n’êtes pas malheureux, vous êtes humilié.
    Oui, vous êtes humilié !
    Et quand le système vous humilie, à un moment donné vous avez envie de détruire le système.
    Et si les politiques aujourd’hui n’ont comme seule vision espérancielle que la conquête du pouvoir ou la déstabilisation de celui qui est au pouvoir, sans projet permettant de construire des espérances collectives, alors c’est le pire qui arrive.

    Il y a maintenant :
    trop de primes au « calcul politique » et pas du tout au « projet politique ».
    trop de primes au « calcul politique » et pas du tout au « projet politique ».

    D’après un débat de Jean Paul Delevoye
    Président du conseil économique et social
    Médiateur de la république

    Si vous voulez bien chacun en relever l’essentiel qui est l’obligation de soutenir solidairement un projet politique commun qui sera ce qu’il sera, mais qui permettra de dépasser la peur ou l’humiliation subie actuellement.

    Pour image, voir le post :
    70. Le samedi 11 février 2012, 12:16 par flyv
    Qui nous en témoigne simplement.

    Un projet en commun.
    C’est tout, pas de calcul, pas de refus d’alliance verbeux.
    Les instances des partis de gauche en portent la charge non par elles-mêmes, ou leurs idées, ou leurs programmes respectifs et les places qu’ils se distribuent, mais devant tout le peuple de gauche bien uni lui dans sa misère du jour et qui les attend honnête prêt à voter à gauche, quel que soit la gauche, qu’il enfera sienne et qu’il regardera plus attentivement cette fois ce que se fera du projet mis en commun.

    PFAFF 1221… Ballot, va, prends plutôt une Singer à double entraînement !
    Sans offense Justin, c’est juste le rappel du titre donné aux nouveaux électeur du fn par melenchon 😉

    Répondre
  91. corOllule
    corOllule dit :

    @cultive ton jardin

    Concernant les rafales et la "joie" que se faisait Mélenchon de leur (presque) vente, il faut comprendre le contexte actuel marqué par l’agression de la part des Etats Unis sur une Europe qui vole en éclats et la nécessité (malheureusement) d’afficher les crocs.

    On ne peut pas se permettre, dans une période aussi tendue qu’en ce moment, d’affaiblir notre dissuasion nucléaire, tout au contraire. C’est comme ça que je le comprends.

    Répondre
  92. corOllule
    corOllule dit :

    @cultive ton jardin

    Concernant les rafales et la "joie" que se faisait Mélenchon de leur (presque) vente, il faut comprendre le contexte actuel marqué par l’agression de la part des Etats Unis sur une Europe qui vole en éclats et la nécessité (malheureusement) d’afficher les crocs.

    On ne peut pas se permettre, dans une période aussi tendue qu’en ce moment, d’affaiblir notre dissuasion nucléaire, tout au contraire. C’est comme ça que je le comprends.

    Répondre
  93. smolski
    smolski dit :

    corOllule post 97
    "On ne peut pas se permettre, dans une période aussi tendue qu’en ce moment, d’affaiblir notre dissuasion nucléaire, tout au contraire."

    Donc de vendre des rafales en Indes, pays ordonné et stable que l’on connait, piller le trésor public des misérables nous met nous à l’abri des vilains américains qui font de leurs vies qu’à convoiter nos fromages et violer nos compagnes. C’est un pur mépris.

    Solidaire, il n’y a pas d’autres solutions que la solidarité de gauche, européenne et mondiale.
    La vente des rafales, c’est l’offrande d’encore plus d’ors aux capitaux et de lendemains de sang aux pauvres gens, comme toujours.

    La france exemplaire dites-vous ?
    La france exemplaire c’est la crosse en l’air face à leurs parents révoltés, vignerons languedociens appauvris, quel est.
    Le peuple de gauche est tout aussi indien que français, ne le savez-vous pas encore ou l’avez-vous oublié, ou ce n’est pas dans la ligne électorale de vous en soucier ?

    Petits hommes… écoutez-vous donc pérorer vos soucis élecoraliste sans honte du sang versé par vos incapacités à imaginer d’autres projets que le copié/collé de celui des temps maudits, comme l’est celui de vos adversaires les plus affirmés.
    Adversaires ?
    En l’espèce, des complices oui !

    Répondre
  94. smolski
    smolski dit :

    corOllule post 97
    "On ne peut pas se permettre, dans une période aussi tendue qu’en ce moment, d’affaiblir notre dissuasion nucléaire, tout au contraire."

    Donc de vendre des rafales en Indes, pays ordonné et stable que l’on connait, piller le trésor public des misérables nous met nous à l’abri des vilains américains qui font de leurs vies qu’à convoiter nos fromages et violer nos compagnes. C’est un pur mépris.

    Solidaire, il n’y a pas d’autres solutions que la solidarité de gauche, européenne et mondiale.
    La vente des rafales, c’est l’offrande d’encore plus d’ors aux capitaux et de lendemains de sang aux pauvres gens, comme toujours.

    La france exemplaire dites-vous ?
    La france exemplaire c’est la crosse en l’air face à leurs parents révoltés, vignerons languedociens appauvris, quel est.
    Le peuple de gauche est tout aussi indien que français, ne le savez-vous pas encore ou l’avez-vous oublié, ou ce n’est pas dans la ligne électorale de vous en soucier ?

    Petits hommes… écoutez-vous donc pérorer vos soucis élecoraliste sans honte du sang versé par vos incapacités à imaginer d’autres projets que le copié/collé de celui des temps maudits, comme l’est celui de vos adversaires les plus affirmés.
    Adversaires ?
    En l’espèce, des complices oui !

    Répondre
  95. Floréale
    Floréale dit :

    @ smolski
    Rien n’est parfait en ce bas-monde. La perfection, c’est dans l’au de-là pour ceux qui y croient. Le moins pire, c’est mieux que le reste, et le mieux en ce moment, c’est le FdG.
    Si Mélanchon n’a pas eu une réflexion très heureuse à propos des rafales, on peut l’objecter, mais ce n’est pas très grave. De toutes façons les autres disent plus de conneries tellement plus énormes.

    Répondre
  96. Floréale
    Floréale dit :

    @ smolski
    Rien n’est parfait en ce bas-monde. La perfection, c’est dans l’au de-là pour ceux qui y croient. Le moins pire, c’est mieux que le reste, et le mieux en ce moment, c’est le FdG.
    Si Mélanchon n’a pas eu une réflexion très heureuse à propos des rafales, on peut l’objecter, mais ce n’est pas très grave. De toutes façons les autres disent plus de conneries tellement plus énormes.

    Répondre
  97. cultive ton jardin
    cultive ton jardin dit :

    Mais non, CorOllule (97) ton argument sur l’agressivité des USA ne tient pas (ou tu crois que les rafales indiens vont aller bombarder les USA?). Je n’ai pas argumenté sur le désarmement de la France. C’est la vente d’avions de combat à un gouvernement qui pourrait bien s’en servir contre ses voisins mais surtout contre son propre peuple que je trouve inacceptable. Et manifestement, c’était pour ne pas déplaire aux puissants syndicats de l’aéronautique.

    Comme sa temporisation face au veto communiste sur le nucléaire est pour ne pas déplaire aux puissants syndicats du nucléaire. les mêmes qui sont bien contents de protéger "leurs" ouvriers en s’abstenant de lutter pour les intérimaires et les sous traitants qui font les boulots les plus dangereux sans aucune protection syndicale.

    Bon, ça m’empêchera peut être pas de voter pour lui, car ce qu’il amène de meilleur c’est de rendre de plus en plus inconfortable l’hypocrisie du PS aux yeux de ses propres militants. Et contrairement à 81, on va pas rentrer à la niche après avoir voté.

    Répondre
  98. Ariane
    Ariane dit :

    @ H2 post 64: merci pour le blog de Paul Jorion que je ne connaissais pas et pour les post très bien conçus

    pensez-vous que ce qui se passe en Grèce en ce moment résulte effectivement de la stratégie du choc décrite par N. Klein ?

    Répondre
  99. Pascal
    Pascal dit :

    L’élection n’est pas la démocratie

    L’élection permet essentiellement de choisir parmi des candidats déjà présélectionnés par des partis politiques

    Une campagne électorale coûte cher, se faire élire coûte très cher, le soutien de puissances d’argent est indispensable
    Obtiennent donc des pouvoirs sans contre-pouvoir les membres d’une caste politique (qui forment une oligarchie) redevables de leur élection à des puissances d’argent

    La véritable démocratie n’utilisait pas l’élection mais le tirage au sort pour choisir ses représentants

    De plus la véritable démocratie confiait des pouvoir limités à ses représentants pour un mandat court

    Et enfin la véritable démocratie organisait des contre-pouvoirs efficaces

    Conséquence de ces institutions en général et du tirage au sort en particulier, la véritable démocratie athénienne a permis pendant 200 ans que les pauvres soient toujours au pouvoir et jamais les riches. Ce qui n’a pas empêché la société athénienne de prospérer.

    L’élection est utilisée en France depuis 200 ans et a toujours provoqué mécaniquement le résultat inverse : le pouvoir des riches toujours, le pouvoir des pauvres jamais. Vous en subissez chaque jour les conséquences.

    L’élection n’a jamais été un outil démocratique et pourtant nous lui vouons un culte quasi religieux .

    Le tirage au sort est à redécouvrir.

    http://www.le-message.org/?p=72

    Répondre
  100. Pascal
    Pascal dit :

    L’élection n’est pas la démocratie

    L’élection permet essentiellement de choisir parmi des candidats déjà présélectionnés par des partis politiques

    Une campagne électorale coûte cher, se faire élire coûte très cher, le soutien de puissances d’argent est indispensable
    Obtiennent donc des pouvoirs sans contre-pouvoir les membres d’une caste politique (qui forment une oligarchie) redevables de leur élection à des puissances d’argent

    La véritable démocratie n’utilisait pas l’élection mais le tirage au sort pour choisir ses représentants

    De plus la véritable démocratie confiait des pouvoir limités à ses représentants pour un mandat court

    Et enfin la véritable démocratie organisait des contre-pouvoirs efficaces

    Conséquence de ces institutions en général et du tirage au sort en particulier, la véritable démocratie athénienne a permis pendant 200 ans que les pauvres soient toujours au pouvoir et jamais les riches. Ce qui n’a pas empêché la société athénienne de prospérer.

    L’élection est utilisée en France depuis 200 ans et a toujours provoqué mécaniquement le résultat inverse : le pouvoir des riches toujours, le pouvoir des pauvres jamais. Vous en subissez chaque jour les conséquences.

    L’élection n’a jamais été un outil démocratique et pourtant nous lui vouons un culte quasi religieux .

    Le tirage au sort est à redécouvrir.

    http://www.le-message.org/?p=72

    Répondre
  101. alain
    alain dit :

    Merci pour tes ecrits, merci pour tes photos, merci pour ses talents que tu partage ……cela fait deux ans que je profite et me delecte de ton intelligence, de ta sensibilité, de ta poesie…. et cela m’aide à vivre, à croire et à esperer qu’un jour un autre monde sera…parce que celui ci est remplit de persone comme toi

    DONC ENCORE MERCI ET DU COURAGE POUR TES "FIN DE MOIS DIFFICILES"

    un ami

    alain

    Répondre
  102. smolski
    smolski dit :

    @ Pascal
    Il n’y a pas encore d’autres moyens pour nous rassembler sur un projet de gauche commun.
    Ce qui ne marche pas, ce n’est pas le système des urnes en soi, c’est le projet à présenter aux votants pour qu’ils s’y attachent en commun.
    Et ça, ça dépend de chacune des instances pour se rassembler à gauche sur un même projet et non pour être élu à la place de l’élu actuel.

    Personnellement, je consulte au mieux possible les différents programmes de lutte sociale, je n’y vois pas ce que chacun ne pourrait ajouter au sien de celui des autres. J’y vois même une grande cohésion entre tous. Sauf que, sauf que, il apparaît que les instances décident que, plutôt que d’être simplement efficace, il est nécessaire qu’ils y trouvent leur compte personnel dans le grade et les privilèges le plus élevé possible.

    C’est à nous, gens de la base à le leur signifier, à nous gens de la base de ne pas faire qu’écouter mais de comprendre les enjeux sociaux.

    Le peuple grecque nous le rappelle en ce moment, ils disent bien que ce qui se passe chez eux se passe par-dessus les militants des partis.

    Cessons de nous laisser marcher sur la tête, prenons le parti de ne pas avoir de parti, sinon un parti commun, les sièges viennent après.

    Répondre
  103. Pascal
    Pascal dit :

    État de notre gouvernement représentatif …

    Pour mémoire c’est soit l’UMP, soit le PS qui sortent A CHAQUE FOIS

    Faut m’expliquer où vous voyez de la démocratie dans les élections..?

    Moi je vois juste que ceux qui ont les médias (c a d le pouvoir économique) sont sur et certain d’être "élus"… (Allez voir le film "Les nouveaux chiens de garde")

    Moyennes des 3 dernières élections (Européennes 2009, Régionales 2010, Cantonales 2011)

    Sur 100 français de plus de 18 ans :

    15 ne s’inscrivent pas sur les listes électorales

    Sur les 85 inscrits :

    48 s’abstiennent

    Sur les 37 votants :

    2 votent blanc

    Sur les 35 s’exprimant :

    3 votent extrême- gauche
    9 votent PS
    6 votent verts/divers- gauche
    2 votent au centre
    2 votent divers- droite
    8 votent UMP
    5 votent extrême- droite

    http://www.les-crises.fr/representa

    Répondre
  104. Floréale
    Floréale dit :

    @ Pascal
    vous parlez de la démocratie athénienne et nous ne vivons pas dans l’antiquité. Il faut tout de même comparer ce qui est comparable. On ne peut peut pas régir un pays contemporain de plusieurs millions d’habitants comme une cité-état antique de quelques dizaines de milliers.
    Par ailleurs, un système où ne participaient que les citoyens (les citoyennes étaient confinées au gynécée et n’avaient pas voix au chapitre, quant aux "outils-qui-parlent" ils n’en avaient pas davantage) vous appelez ça une démocratie, vous?
    Cette démocratie-là n’était pas autre chose qu’un système égalitaire entre pairs.

    La Grèce d’aujourd’hui, c’est bcp plus "parlant"…

    Répondre
  105. smolski
    smolski dit :

    @Agnès, si tu pouvais avoir la gentillesse de supprimer le post110 précédent qui était en brouillon et envoyé par erreur, je m’en excuse et t’en remercie.

    104. Le lundi 13 février 2012, 23:27 par cultive ton jardin
    "contrairement à 81, on va pas rentrer à la niche après avoir voté."

    C’est bien cela que nous devons préparer dès à présent – dès à présent – au sein de nos partis, nous les petites voix une à une, oser à exiger le compte non des promesses vaguement à tenir mais de la réalité du projet proposé aujourd’hui.
    Non le projet d’après on verra bien, d’après le fait électoraliste, d’après la promesse qui suit la promesse antérieure qui elle-même suivait toutes les promesses d’après… faites au peuple.
    Nous devons être ensemble, tous ensemble, comme nous vivons ensemble l’étendue de la précarité du peuple, nous, chacun des membres de ce peuple libre et indépendant en lui-même, et le restant par sa volonté propre, quoiqu’en prétendent les instances respectives.

    C’est la promesse de la lutte commune immédiate qu’il nous faut tenir solidairement, ensemble, tous ensemble !

    Le compagnon de lutte dans une manif n’est pas le membre de tel ou tel parti, il est de notre camp, en partage, comme sont partagés nos slogan pendant les coudes à coudes face à l’oppression.
    Nous ne nous trompons jamais sur la qualité de notre compagnon d’alors, de nous-mêmes, sans tribun pour nous l’enseigner, pourquoi ne pas exiger des instances à faire de même entres elles lors des élections ?

    Exigez la fraternité dans le vote comme vous savez la pratiquer déjà dans le combat, chacun à chacun.
    Exigez aujourd’hui l’aveux des incapables à la réaliser par eux-mêmes, entre eux-mêmes.
    Exigez aujourd’hui le compte du contraire avant d’obtenir votre soutien électoral, vous les petites voix une à une de tous les partis de gauche, vous qui en savez autant, sinon plus de la lutte commune, vous les opprimés au quotidien, qui en savez toujours plus de ce qu’est la réalité de la lutte commune, vous qui la pratiquez unitairement là où on vous contraint à vivre désespéremment.

    Refusez la promesse qu’ils font eux, les mieux lotis, les bien unis sur ce point, que ce sera pour demain… dès demain !

    Que cela sera fait au lendemain !
    Cela se chante aussi.

    Refusons que ce soit avec le calendrier qu’ils déterminent froidement pour eux-mêmes d’abord.
    Exigeons pour maintenant, unitairement, le calendrier du combat sociale égalitaire, fraternelle et libertaire.
    Portons à ce que soit compris ainsi notre exigence personnelle d’unité et chassons d’un revers de vote les retords qui ne proposent qu’eux-mêmes d’abord, sous quelques prétextes qu’ils prétendent pour demain.
    C’est ce qui fut fait et obtenu par sarkozy, souvenez-vous en exactement comme s’en souviennent par devers vous, les plus électoralistes de nos représentants mêmes.

    Répondre
  106. smolski
    smolski dit :

    @Paskal
    "face à un Robocop ou un Rafale, ou une police moderne (avec les moyens de surveillance à sa disposition) je ne fais pas le poids…"

    Crois-tu que face à notre unité de peuple, comme le prouve les évènement mondiaux actuels, il n’y a pas plus d’enjeu contre eux dans la balance ?
    Sinon, pourquoi brideraient-ils contre leurs propres intérêts commerciaux les échanges des peuples sur la Toile ?

    Répondre
  107. Pascal
    Pascal dit :

    @ Floréale (107)

    « vous parlez de la démocratie athénienne et nous ne vivons pas dans l’antiquité. Il faut tout de même comparer ce qui est comparable. »

    Je ne vois pas en quoi le fait que ce soit ancien sous entend que c’est forcément moins bien que ce qui se fait aujourd’hui… Certes la bombe atomique, les camps, le Rafale sont plus récents dans l’histoire… De là à les penser comme des « progrès »… ! Non merci … !

    « On ne peut peut pas régir un pays contemporain de plusieurs millions d’habitants comme une cité-état antique de quelques dizaines de milliers. »

    Et si on peut… L’argument « c’est grand et compliqué.. Il faut laisser ça aux experts… » est un renoncement total à sa liberté.
    La citée Athénienne comptait 30000 citoyens. La taille de nos communes actuelles. On garde donc le système des communes et pour ce qui dépasse cette échelle on fonctionne par fédérations. Ça existe, en Suisse notamment, et ça marche.

    « les citoyennes étaient confinées au gynécée et n’avaient pas voix au chapitre »

    On n’est pas obligés d’être cons au point de faire un simple copier /coller !
    Je peux même vous dire qu’ils étaient esclavagistes!
    On n’est pas obligé de prendre le « package » complet…
    On prend juste les solutions (dont le tirage au sort et les gardes fous qui vont avec) qui permettent de redonner au peuple le pouvoir politique, celui de choisir les lois qui lui convienne. Et de se protéger des « voleurs de pouvoir »
    Ça serait déjà bien …

    Pour vous faire une bonne idée, avant de rejeter avec « snobisme » ,« dédain » la proposition, prenez le temps de regarder une conférence d’Etienne CHOUARD. C’est très bien détaillé et très clair.

    http://etienne.chouard.free.fr/Euro
    Ou en résumé : http://www.le-message.org/

    « La Grèce d’aujourd’hui, c’est bcp plus "parlant"… »

    Oui, le peuple est obligé de mettre son pays à feu et à sang pour lutter (un peu) contre l’oligargie à qui « l’élection d’un gouvernement représentatif » a remis les clefs du pays.

    Répondre
  108. Pascal
    Pascal dit :

    @smolski

    « Exigez … » Y a plus qu’a…

    Et comment on EXIGE… ?

    En signant des pétitions … Hou, l’oligarchie à peur …!

    En « manifestant » poliment en ville … Hou, Hou, l’oligarchie à encore plus peur !

    En usant de la violence ? Mon père (qui à connu 39-45 et l’Algérie) disait avec son bon sens paysan (et un père qui a fait 14-18),

    « de toute façon ce sont toujours les petits qui vont à la boucherie en premier »…

    Perso, je sais que face à un Robocop ou un Rafale, ou une police moderne (avec les moyens de surveillance à sa disposition) je ne fais pas le poids…

    Alors qu’on peut se réapproprier le pouvoir politique en CHANGEANT LES REGLES DU JEU de ce que l’on nous fait appeler « démocratie » alors que ce n’est qu’une oligarchie… ELUE, certes, mais qui n’en reste pas moins une oligarchie..

    Répondre
  109. Floréale
    Floréale dit :

    @ Pascal
    Mais qu’est-ce que vous déblatérez avec vos "experts"? Mais qui vous parle de "progrès"? La Grèce antique n’avait pas plus de bombes atomiques que d’ordinateurs, de machines à coudre ou à laver, évidemment.

    Par contre vous venez parler de la Suisse, où votre histoire marche tellement bien selon vous. ça marche tellement bien qu’ils ne veulent pas de minarets. C’est bien pratique les minarets, ça cache les banques avec dedans le double de la dette grecque sur les comptes de quelques familles d’oligarques grecs.

    Pas que j’ai envie de voir proliférer les minarets, notez-bien, mais enfin il ne faudrait pas non plus prendre des vessies suisses pour des lanternes.

    Modestement, je connais plutôt bien l’histoire antique. "L’outil-qui parle", c’est ainsi qu’Aristote désignait les esclaves.

    De ma postation, les grecs sont un peu comme les belges pour les français: des voisins sympas et pas emmerdants. Un peu comme si ce qui arrive aux grecs arrivait aux belges. D’ailleurs, ça pourrait bien leur tomber sur le coin du nez dans pas longtemps, aux belges, comme à nous autres ailleurs en Europe.

    Ce qui se passe en Grèce est la répétition générale de ce qui nous attend tous.

    Le peuple grec ne met pas son pays à feu et à sang, c’est la "troika" qui est en train de le leur mettre.

    Non, je ne crois pas que votre histoire de tirage au sort change grand-chose à l’affaire. C’est de la petite histoire. Les enjeux immédiats et décisifs ne dépendent pas de ça.

    Mais libres aux communes qui veulent se tirer au sort leurs représentants de le faire; mais ça m’étonnerait franchement que ce soit un sujet qui passionne les foules…

    Répondre
  110. Floréale
    Floréale dit :

    @ Pascal
    Mais qu’est-ce que vous déblatérez avec vos "experts"? Mais qui vous parle de "progrès"? La Grèce antique n’avait pas plus de bombes atomiques que d’ordinateurs, de machines à coudre ou à laver, évidemment.

    Par contre vous venez parler de la Suisse, où votre histoire marche tellement bien selon vous. ça marche tellement bien qu’ils ne veulent pas de minarets. C’est bien pratique les minarets, ça cache les banques avec dedans le double de la dette grecque sur les comptes de quelques familles d’oligarques grecs.

    Pas que j’ai envie de voir proliférer les minarets, notez-bien, mais enfin il ne faudrait pas non plus prendre des vessies suisses pour des lanternes.

    Modestement, je connais plutôt bien l’histoire antique. "L’outil-qui parle", c’est ainsi qu’Aristote désignait les esclaves.

    De ma postation, les grecs sont un peu comme les belges pour les français: des voisins sympas et pas emmerdants. Un peu comme si ce qui arrive aux grecs arrivait aux belges. D’ailleurs, ça pourrait bien leur tomber sur le coin du nez dans pas longtemps, aux belges, comme à nous autres ailleurs en Europe.

    Ce qui se passe en Grèce est la répétition générale de ce qui nous attend tous.

    Le peuple grec ne met pas son pays à feu et à sang, c’est la "troika" qui est en train de le leur mettre.

    Non, je ne crois pas que votre histoire de tirage au sort change grand-chose à l’affaire. C’est de la petite histoire. Les enjeux immédiats et décisifs ne dépendent pas de ça.

    Mais libres aux communes qui veulent se tirer au sort leurs représentants de le faire; mais ça m’étonnerait franchement que ce soit un sujet qui passionne les foules…

    Répondre
  111. hourya
    hourya dit :

    à agnes ,cultive ton jardin

    voter front de gauche ne vous apportera que des déceptions .Leur programme est inapplicable car contraire aux lois européennes . M. MELENCHON est un des principaux leurres du Système . Il joue le même rôle à gauche que celui que joue le FN à droite.

    Pour plus d’infos cf

    http://www.u-p-r.fr/actualite/franc

    Extrait :
    "FRONT NATIONAL ET FRONT DE GAUCHE : MÊME COMBAT POUR EMPÊCHER LES FRANÇAIS DE SE RASSEMBLER SUR L’ESSENTIEL

    Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour conforter l’idée que le clivage essentiel de la politique française serait encore le clivage droite-gauche et non pas le clivage Européisme / Souveraineté nationale.
    Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour conduire 10 à 15% des électeurs dans une impasse, mais à gauche.

    Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour critiquer sans arrêt la construction européenne, mais à gauche.

    Comme le FN, le Front de Gauche ne fait que critiquer les conséquences de la construction européenne, sans jamais expliquer aux Français les causes et les origines."

    Avant de connaître l’UPR et François Asselineau, j’hésitais entre voter biquette ou l’abstention maintenant j’ai visionné ses conférences lu ses analyses et compris pourquoi gauche et droite appliquaient la même politique.
    Mélenchon soutiendra au deuxième tour le socialiste Hollande qui appliquera en France les mêmes solutions que le socialiste Papandréou à savoir celles de l’oligarchie

    Le système est construit pour favoriser le bipartisme . Il faut tous s’unir au delà du clivage gauche droite pour abattre le systême

    Répondre
  112. BIX229
    BIX229 dit :

    Sur la question des élections, lisez LA LUCIDITE de José SARAMAGO
    Sous le biais d’ une fable, Saramago s’ attaque à ce qu’ on appelle démocratie. Comment elle réagit et montre son vrai visage quand les électeurs refusent de jouer le jeu truqué des élections. Elle se change en dictature qui n’ est que l’ autre face des démocraties.
    Ce livre est un coup de semonce contre une prétendue démocratie qui n’ a de nom que le protcole censé la justifier et la légitimer.
    Un grand roman et un livre pour notre époque !

    Répondre
  113. smolski
    smolski dit :

    113. Le mardi 14 février 2012, 16:28 par hourya
    "Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour conduire 10 à 15% des électeurs dans une impasse, mais à gauche."

    D’accord mais un peu lapidaire en l’état.

    Le peuple, celui des opprimés, n’est ni à gauche, ni à droite, ni même au centre.
    Le peuple opprimé est le souverain déchu.

    Le peuple opprimé qui se dirige vers le fn est aussi censé que tous les peuples opprimés qui se tournent ailleurs.
    Le peuple qui se tourne vers le fn est celui aussi qui se tourne vers les gauches, voir post 96 :

    « nos concitoyens sont devenus aujourd’hui de simple consommateurs de la république.
    C’est à dire qu’on ne veut pas que le juge soit juge, mais que le juge fasse mal à celui qui nous a fait mal.
    On ne veut pas que le maire soit intelligent mais que le maire mette un candélabre devant ma porte.
    Je choisis mon politique pas forcément par conviction mais en fonction de l’intérêt que j’ai à ce qu’il préserve mon statut. »

    Ils ne se tournent pas vers les convictions du fn, ils se tournent la solidarité qu’ils trouvaient auparavant dans les partis unis de la gauche prolétarienne révolutionnaire.

    Il faut percevoir que la classe politique s’est tournée d’elle-même vers le clientélisme de consommation de masse.
    Chaque camp politique prétend à se positionner contre les camps différents, pardon concurrents et non sur un projet sujet à être consulté et controversé.

    Voilà ce qu’est la démocratie fondée sur l’émotion et non plus sur la conviction.
    Voilà comment on devient de simple consommateurs de la république.
    Du mépris et des insultes pour argument, voilà ce que c’est que la politique du clientélisme.
    Et pourquoi ?
    Parce que c’est le plus facile, le plus évidemment facile à répandre, pour qui veut se placer habilement dans les interstices du peuple divisé.

    Voilà pourquoi, peuple de la Terre, il vous faut absolument vous solidariser sur un projet commun et prendre à vos services les maîtres qui se prétendent à vous prendre en serviteurs, de droite comme de gauche.

    Je termine en vous proposant de vous procurer quelques émissions de Daniel Mermet sur les gouvernements aiternatifs. Plus que jubilatif, c’est instructif !

    C’est nous qui gagneront parce que c’est nous les plus forts !
    Tous ensemble tous ensemble, ouais Ouais OUAIS !

    Répondre
  114. smolski
    smolski dit :

    59. Le vendredi 10 février 2012, 20:55 par Tsé

    « Reste à estimer ce que pèse, pèsera l’opposition et ne pas oublier la tentation potentielle de fraude, électronique ou autre, pour truquer les résultats.. Si vous voyez ce que je veux dire. »

    Voir cette source d’information précise, très précise sur ce point, lue sur le blog d’un intervenant du Monolecte ici :
    http://david.monniaux.free.fr/dotcl

    N’hésitez pas non plus à poursuivre avec les commentaires qui suivent l’article, je vous allèche avec cette citation restreinte du premier d’netre eux :
    « Article très intéressant. Les problèmes de sécurité me paraissent toutefois difficilement audibles par les citoyens à qui l’on « vend » des arguments plus porteurs : écologie, économies financières, hausse de la participation, progrès, etc. Ces arguments ont d’ailleurs été repris sans recul par les médias en 2007. »

    Moi j’dis que si la Toile n’existait pas, il faudrait l’inventer.

    Je profite de ce post pour remercier Agnès d’avoir souscrit sur son temps la suppression d’un post en brouillon validé par erreur de manipulation sur mon clavier (c’est pourtant pas un clavier Bepo, je l’jure).
    Merci mignonne ! 🙂

    Répondre
  115. smolski
    smolski dit :

    59. Le vendredi 10 février 2012, 20:55 par Tsé

    « Reste à estimer ce que pèse, pèsera l’opposition et ne pas oublier la tentation potentielle de fraude, électronique ou autre, pour truquer les résultats.. Si vous voyez ce que je veux dire. »

    Voir cette source d’information précise, très précise sur ce point, lue sur le blog d’un intervenant du Monolecte ici :
    http://david.monniaux.free.fr/dotcl

    N’hésitez pas non plus à poursuivre avec les commentaires qui suivent l’article, je vous allèche avec cette citation restreinte du premier d’netre eux :
    « Article très intéressant. Les problèmes de sécurité me paraissent toutefois difficilement audibles par les citoyens à qui l’on « vend » des arguments plus porteurs : écologie, économies financières, hausse de la participation, progrès, etc. Ces arguments ont d’ailleurs été repris sans recul par les médias en 2007. »

    Moi j’dis que si la Toile n’existait pas, il faudrait l’inventer.

    Je profite de ce post pour remercier Agnès d’avoir souscrit sur son temps la suppression d’un post en brouillon validé par erreur de manipulation sur mon clavier (c’est pourtant pas un clavier Bepo, je l’jure).
    Merci mignonne ! 🙂

    Répondre
  116. H2
    H2 dit :

    @ Ariane ( message n ° 101 ) dit : " pensez-vous que ce qui se passe en Grèce en ce moment résulte effectivement de la stratégie du choc décrite par N. Klein ?"…

    Bonjour Ariane,….oui, je le pense. Je le pense rétrospectivement par rapport à l’ouvrage de Naomie Klein qui n’existait pas encore en 1994, tandis que le Monde Diplomatique faisait d’excellents articles sur la mutation à venir de l’Europe en vaste consortium économique néolibéral où il était écrit que dans dix ou vingt ans, l ‘Etat sécuritaire, l’hypermodernisation des armes policières, la militarisation progressive de la société seraient le lot contemporain. Cela, je le savais par ces lectures antérieures et le puissant ouvrage de Naomie Klein n’est venu que parachever intellectuellement ce que je pouvais savoir par d’autres canaux d’information.

    Ceci étant dit, qui ne voit, la déshumanisation progressive de notre société, s’installer par petites touches "impressionnistes", où la boue remplace l’éclat? Au delà des raisonnements et des démonstration brillantes de certains auteurs, qui ne ressent pas en lui … Qui n’est pas profondément atteint par la nouvelle orchestration politique de "la détestation d’autrui" qui fait lentement mais sûrement des ravages considérables dans la société ?

    Quand j’étais enfant, il n’ y avait aucune personne dans la rue et le mot "SDF" n’existait pas. Peu à peu, s’est installé l’idée d’ une nouvelle forme de "sélection" entre ceux qui méritaient encore de vivre et ceux qui ne le méritaient plus. De victime de la crise industrielle, les millions de
    " chômeurs" sous N.Sarkozy sont devenus "l’ennemi intérieur " à abattre, à calomnier, à humilier afin que les classes moyennes qui subissent le
    " Grand Déclassement ", puisse haïr leur prochain plus misérable encore qu’elle, plutôt que ceux-là même qui organisent cette rapine gigantesque en laissant les marchés financiers dicter la loi.

    La loi des marchés financiers, nous la connaissons : Plutôt Hilter que le Front Populaire, plutôt Pinochet que le président Allende. Naomie Klein a parfaitement théorisé ce nouvel age de la barbarie consentie par voie de propagande quotidienne, basée sur la déreprésentation du peuple et les stratégies déployées pour influencer les masses. Profitant des crises économiques, épidémiques, sociales, politiques voire des catastrophes naturelles, les tenants du néolibéralisme se font une joie de ces soubresauts et de ces cataclysmes, car par leur puissance d’argent, ils savent transformer celles-ci en leviers multiples pour asseoir leur politique de destruction humaine et sociale et vendre leur idéologie perfide. Le peuple Grec est aujourd’hui le premier sur la liste en Europe. Il sait qu’il doit puiser en lui, les sources du changement et que personne ne viendra l’aider. Il sait qu’on lui administre en ce moment "la Stratégie du Choc", car lui, il a lu le livre de Naomie Klein, il sait à quoi s’en tenir.

    Le but idéologique des droites ( transnationale ou ethnique ) est de détruire tout lien social, de détruire toute volonté politique, de détruire l’ Etat démocratique afin de faire de " l’entreprise " le cœur central de la société afin que celle-ci absorbe toute l’existence humaine. Toujours plus. Le programme politique des droites néolibérales veut éradiquer le citoyen et faire de chacun et de tout le monde, " un pur outil " , faire en sorte que tout tourne autour de l’entreprise et que nous soyons réduits à de simples exécutants décérébrés qui agissent sans se poser de questions. C’est un rêve totalitaire comme nous en avons connu d’autres. Les grecs savent bien où cela mène d’ obéir : à une politique de capitulation et à l’annexion de leurs institutions politiques par une armée étrangère. Il y a des "collabos" à chaque époque qui sont près à mater les peuples et à participer à la
    " Grande Restauration " qui voit 1% de la population décider pour les 99 % autres et qui se gavent sur leur dos, indéfiniment. Tout changera quand le peuple n’aura plus honte de lui-même et comprendra son rôle démocratique à accomplir. C’est lui aujourd’hui qui reprend le flambeau des "droits de l’homme et du citoyen", des valeurs humanistes contre les "néocons" et autres "néolibéraux" qui eux, sentant leur règne finir, ne pensent plus qu’à la destruction, la cupidité, la haine et la guerre.

    Bonne journée.

    Répondre
  117. til
    til dit :

    Il est sympa Méluche, mais ses remèdes ne sont pas à la hauteur du problème, sans compter qu’il ne sera pas élu.

    N Klein, ça ressemble à une théorie du complot…le truc parfait pour ne plus cogiter.

    Cette élection sera encore une mascarade pour enthousiasmer les foules avec guest stars au menu pour
    animer les chaumières.

    Mieux vaut aller à la pêche, ça rapporte de quoi manger.

    Répondre
  118. til
    til dit :

    Il est sympa Méluche, mais ses remèdes ne sont pas à la hauteur du problème, sans compter qu’il ne sera pas élu.

    N Klein, ça ressemble à une théorie du complot…le truc parfait pour ne plus cogiter.

    Cette élection sera encore une mascarade pour enthousiasmer les foules avec guest stars au menu pour
    animer les chaumières.

    Mieux vaut aller à la pêche, ça rapporte de quoi manger.

    Répondre
  119. til
    til dit :

    On peut se demander qui a les oreilles bouchées et les yeux pas en face des trous. Si ça vous plait allez voter.

    Moi ça me va de pas voter et de dormir.

    Faites de beaux rêves !

    Répondre
  120. popudema
    popudema dit :

    Bonjour, le lien au sujet des retraités allemands sur le site du Front de Gauche : http://www.placeaupeuple2012.fr/ces… fonctionnait le jour de la parution de ce billet mais plus le lendemain.
    Si quelqu’un a des relations privilégiées avec le Front de Gauche peut-il leur demander pour quelles raisons cet article a disparu ?
    J’ai demandé à plusieurs reprises via leur fiche de contact mais en vain.
    Cordialement.

    Répondre
  121. Pascal
    Pascal dit :

    Tout à fait d’accord avec Til … Apres 200 ans de vote, on va peut être finir par comprendre que l’élection d’un gouvernement représentatif n’a rien de démocratique…

    On choisit juste la couleur de la cage dans laquelle nos maîtres nous tiennent bien verrouillés.

    Verte ? Rose ? Bleu ? Rouge ? Brune ? Blanche ? Mais une cage reste toujours une cage …

    Et ce sont toujours nos bons maîtres (que nous pensons avoir choisit !) qui nous donnent a manger, si il veulent, quand ils veulent et ce qu’il veulent ….

    Et si on a faim, ou que leur menu ne nous plait pas on peut toujours leur adresser une pétition … En attendant la prochaine "élection" ou la même mascarade se rejouera…

    Alors que d’autres solutions sont possibles…

    Deux alternatives : Continuons à rêver comme dit Til… Ou alors sortons de la cage ….

    Répondre
  122. Pascal
    Pascal dit :

    Tout à fait d’accord avec Til … Apres 200 ans de vote, on va peut être finir par comprendre que l’élection d’un gouvernement représentatif n’a rien de démocratique…

    On choisit juste la couleur de la cage dans laquelle nos maîtres nous tiennent bien verrouillés.

    Verte ? Rose ? Bleu ? Rouge ? Brune ? Blanche ? Mais une cage reste toujours une cage …

    Et ce sont toujours nos bons maîtres (que nous pensons avoir choisit !) qui nous donnent a manger, si il veulent, quand ils veulent et ce qu’il veulent ….

    Et si on a faim, ou que leur menu ne nous plait pas on peut toujours leur adresser une pétition … En attendant la prochaine "élection" ou la même mascarade se rejouera…

    Alors que d’autres solutions sont possibles…

    Deux alternatives : Continuons à rêver comme dit Til… Ou alors sortons de la cage ….

    Répondre
  123. smolski
    smolski dit :

    Parlons de cages…

    Il y a la cage que possède chacun pour y vivre. Celle qui s’ouvre et se ferme à autrui selon notre désir, notre volonté. Celle ou si on a de la merde au cul et qu’on nous le souligne, on lui pète dessus. Si ça l’emmerde, ce ne sera que ton sur ton sur sa figure.

    Il y a la cage sociale où nous sommes contraints pour y vivre d’exécuter des numéros de polichinelle sous les ordres de larbins prétentieux qui n’ont de sciences qu’en l’absence de conscience.
    Là, c’est le vote qui en ouvre ou en ferme la porte. Jusqu’à ce qu’un coup d’état et le massacre entre peuples ne la close.

    Il y a aussi les cages dorées, celles dont la rutilance masque le vide béhant du fond d’insignifiance des existences qui s’y terrent. Ceux dont l’unique effort pour vivre, est de verser « condécemment » une miette du vomis de leurs miteuses agapes aux élites serviles les plus âpres à les conquérir.

    Il reste à désigner cet espace où s’accumulent tout cela.
    À chacun de s’en ouvrir l’aspect en soi librement.

    Répondre
  124. popudema
    popudema dit :

    Bonjour, même si un internaute avait des amis au "staff" du Front de Gauche comme je le demandais au post "122" il n’a peut-être pas eu plus de chance que moi.
    C’est vrai qu’il n’y a pas mort d’homme, mais rien de tel qu’un site qui se dit a la pointe du web 2.0 et qui laisse des "liens morts" (cf http://www.placeaupeuple2012.fr/ces… ).
    J’ai écrit à chaque département à contacter via la fiche de contact, j’ai ecrit à l’Usine et cela depuis 1 semaine mais toujours rien de fait !!

    Du coup j’ai fait des recherches et cet article de "placeaupeuple2012" était un copier-coller d’un article du site "fr.myeurop.info" alors tant qu’il sera en ligne :

    http://fr.myeurop.info/2011/10/06/c

    Cordialement.
    Résistons
    Prenons le pouvoir

    Répondre
  125. popudema
    popudema dit :

    Bonjour, même si un internaute avait des amis au "staff" du Front de Gauche comme je le demandais au post "122" il n’a peut-être pas eu plus de chance que moi.
    C’est vrai qu’il n’y a pas mort d’homme, mais rien de tel qu’un site qui se dit a la pointe du web 2.0 et qui laisse des "liens morts" (cf http://www.placeaupeuple2012.fr/ces… ).
    J’ai écrit à chaque département à contacter via la fiche de contact, j’ai ecrit à l’Usine et cela depuis 1 semaine mais toujours rien de fait !!

    Du coup j’ai fait des recherches et cet article de "placeaupeuple2012" était un copier-coller d’un article du site "fr.myeurop.info" alors tant qu’il sera en ligne :

    http://fr.myeurop.info/2011/10/06/c

    Cordialement.
    Résistons
    Prenons le pouvoir

    Répondre
  126. smolski
    smolski dit :

    du lien fournis post 125 :
    "Plus de 660 000 retraités allemands doivent travailler à temps partiel pour compléter leur pension."

    Voilà pourquoi il faut s’attacher à prendre sa retraite sociale dès avant que de commencer à travailler pour la gagner !
    Jeunes, ne vous laissez pas embobinner par des promesses qui ne seront pas tenues. Ce ne sont que des outils de contrainte à votre apaisement.
    Vivez votre vie plutôt que de la rêver.
    Il n’est pas dit que le résultat final paraîtra pleinement satisfaisant pour tous, mais votre vie toute entière, elle, le demeurera pour vous constamment.
    Ne serait-ce aussi parce que vous acquérirez ainsi davantage d’armes réelles pour vous défendre vous, personnellement, lorsque personne ne vient pour vous assister, justement…

    Répondre
  127. smolski
    smolski dit :

    du lien fournis post 125 :
    "Plus de 660 000 retraités allemands doivent travailler à temps partiel pour compléter leur pension."

    Voilà pourquoi il faut s’attacher à prendre sa retraite sociale dès avant que de commencer à travailler pour la gagner !
    Jeunes, ne vous laissez pas embobinner par des promesses qui ne seront pas tenues. Ce ne sont que des outils de contrainte à votre apaisement.
    Vivez votre vie plutôt que de la rêver.
    Il n’est pas dit que le résultat final paraîtra pleinement satisfaisant pour tous, mais votre vie toute entière, elle, le demeurera pour vous constamment.
    Ne serait-ce aussi parce que vous acquérirez ainsi davantage d’armes réelles pour vous défendre vous, personnellement, lorsque personne ne vient pour vous assister, justement…

    Répondre
  128. smolski
    smolski dit :

    "Entre ici bigeard, car à nous torturer la cervelle pour comprendre ce que tu fais sous cet honneur, tu ne fais qu’ajouter à la continuité de ton inhumanité infâme."
    Ah c’est pas des voix de gagnées en plus pour Eva, ça ! 😉

    Euh donc pour la militarisation et le nucléaire du FdG c’est ?
    Ah oui, des rafales en pays d’Indes et un référendum pour le nucléaire, nucléaire dit civil qui produit tant et tant de sou sou via la propagation des armes nucléaires. Budget oblige sans doute ?

    Ça ce sont des voix acquises.
    Iran qui s’en dédit !

    Répondre
  129. smolski
    smolski dit :

    Dernier meeting à la bastille, enfin un discours parlant du peuple et s’adressant à tous les peuples, mais qu’est-il allé glaner ailleurs que dans ce peuple auparavant ?

    Fini les « benêts » dépravant les personnes tournées vers le FN par perte de repère. En les nommant ainsi, melenchon ne faisait que se nommer lui-même, le niais !
    En ne les fustigeant plus, le FdG montre soudain un caractère d’unité sociale ouvert et non plus cérémonieux et exclusif.
    Ce cérémonial du « Je sais tout » et cette exclusion par l’insulte qui est tout le contraire de la sociale, justement.
    Qui me dira ici le contraire encore ?

    Vive la révolution civique.
    Vive Louise Michel et la parité des personnes proclamée.
    Vive la sociale généreuse et entêté.
    Vive la Commune et la liberté.

    Je reste électeur des verts parce qu’ils me sont toujours les plus révolutionnaires depuis le début. Par contre, je souhaite que les verts et le FdG se rassemblent dès le premier tour, est-ce possible ?

    En tout cas, ce discours bastillant est le premier cohérent du FdG depuis le début de cette présidentielle, j’espère qu’il sera entendu ainsi par hollande afin qu’il se rapproche lui-même davantage des propositions faites à la bastille plutôt que de contrer systématiquement les inclamations égocentristes de la droite sur le terrain complètement mité qu’elle perpétue contre toute raison.

    Reste enfin que le mieux serait le FdG au second tour, c’est ce que mon cœur de militant anarchiste appelle de tous ses vœux avec vous tous ici, pas de problème.

    Répondre
  130. smolski
    smolski dit :

    Dernier meeting à la bastille, enfin un discours parlant du peuple et s’adressant à tous les peuples, mais qu’est-il allé glaner ailleurs que dans ce peuple auparavant ?

    Fini les « benêts » dépravant les personnes tournées vers le FN par perte de repère. En les nommant ainsi, melenchon ne faisait que se nommer lui-même, le niais !
    En ne les fustigeant plus, le FdG montre soudain un caractère d’unité sociale ouvert et non plus cérémonieux et exclusif.
    Ce cérémonial du « Je sais tout » et cette exclusion par l’insulte qui est tout le contraire de la sociale, justement.
    Qui me dira ici le contraire encore ?

    Vive la révolution civique.
    Vive Louise Michel et la parité des personnes proclamée.
    Vive la sociale généreuse et entêté.
    Vive la Commune et la liberté.

    Je reste électeur des verts parce qu’ils me sont toujours les plus révolutionnaires depuis le début. Par contre, je souhaite que les verts et le FdG se rassemblent dès le premier tour, est-ce possible ?

    En tout cas, ce discours bastillant est le premier cohérent du FdG depuis le début de cette présidentielle, j’espère qu’il sera entendu ainsi par hollande afin qu’il se rapproche lui-même davantage des propositions faites à la bastille plutôt que de contrer systématiquement les inclamations égocentristes de la droite sur le terrain complètement mité qu’elle perpétue contre toute raison.

    Reste enfin que le mieux serait le FdG au second tour, c’est ce que mon cœur de militant anarchiste appelle de tous ses vœux avec vous tous ici, pas de problème.

    Répondre
  131. smolski
    smolski dit :

    Tout de même til, modifier un système ne demande pas un programme mais un ensemble de volontés pour le modifier, et de toujours pratiquer à jamais ainsi, même.
    Un programme, c’est pour régir, c’est donc se tourner toujours vers le même système dissipateur (dissolveur) des individus plutôt que vers un système de partage équitable et éthique, tel qu’il nous est devenu possible et nécessaire aujourd’hui de le réaliser.

    Tout ce qui rappel l’utopie et l’émancipation des individus est le bon choix commun à proposer et il m’a semblé que c’est le sens pris par ce discours dans son ensemble et sa volonté.
    Il a été remarqué tel par les observateurs attentifs à observer autant que par les personnes qui l’ont partagé dans la ferveur, et non dans l’obéïssance.

    Répondre
  132. Ariane
    Ariane dit :

    VOTEZ UTILE, VOTEZ POUR VOUS
    PAS POUR HOLLANDREOU !

    Alors c’est quoi le risque, au juste ?

    Celui d’un « 21 avril 2002 » avec une qualification du FN pour le deuxième tour au détriment d’une candidature de la Gauche ? Au nom de cette menace, on incite les électeurs à voter mécaniquement pour le PS dont ils ne veulent pas vraiment. En agissant ainsi, on entretien pourtant la colère sociale et le report sur le vote FN. C’est en fait un bon arrangement pour les partis de gouvernements, si sclérosés, et pour le FN. Cela arrange tout le monde et tient les mouvements populaires loin du pouvoir.
    Pourtant, on sait que ce risque d’un « 21 avril » est clairement sans objet (voir ci-dessous) d’autant plus que la stratégie du Front de Gauche le porte à aller chercher les voix des abstentionnistes et à démolir la chimère lepeniste plus qu’à chasser sur les terres du PS.
    l’argument mathématique : suivez la courbe, avant que HOLLANDE passe derrière LE PEN MELENCHON serait déjà devant HOLLANDE et donc devant LE PEN : il est où le problème ? «  les électeurs peuvent voter Mélenchon tranquilles le score du candidat de gauche le mieux placé sera toujours supérieur à celui de LE PEN «  in

    La conclusion est laissée aux sondeurs eux-mêmes : Gaël SLIMAN, directeur de BVA Opinion, « il prend des voix [au PS] au premier tour, J.L. MELENCHON, mais au second tour, ses reports [sur le PS] sont massifs, donc finalement, c’est un prêté pour un rendu ».

    Bon, et à qui profite le crime ?

    Aux partis de gouvernement bien sûr : PS et UMP !.
    Ils se partagent ainsi alternativement le pouvoir et ses richesses, ceux de l’ETAT (UMP aujourd’hui) et des Collectivités Territoriales (PS aujourd’hui)
    Ils ‘appuient sur les média de masse, qui leur renvoient ensuite l’ascenseur avec l’arme idéologique des sondages et de leurs fameuses « intentions de vote » « qui tendent à déterminer le résultat de l’élection avant même qu’elle ai eu lieu » pour mieux prendre le bon peuple en otage « attention au FN, votez utile ! »

    Donc ils nous mentent, deux fois :
    D’abord en nous endormant avec ce vrai faux danger FN. Ce que le PS veut, ce n’est pas du tout éviter le FN qui n’est pas un risque, c’est prendre des voix au Front De Gauche, qui devient un rival gênant.
    Ensuite, en nous piégeant dans une fausse dichotomie « droite/gauche » pour mieux dissimuler une vraie complicité néolibérale unissant tant le FN, que l’UMP et les sociaux-démocrates du PS :, même combat au service du capital.

    le vote utile, si c’est voter pour le PS, alors c’est surtout utile pour le PS !

    Aujourd’hui, le vote utile est un marché de dupe qui prive le peuple d’un choix réel. Il permet tranquillement au PS d’être élu et réélu par de braves gens qui ne se reconnaissent pas dans sa politique mais acceptent de sacrifier leurs intérêts , leur vision du monde, pour faire barrage à un FN qui ne menace personne.
    Aujourd’hui, voter utile, c’est « la léthargie démocratique, le coma citoyen. C’est l’espoir sacrifié sur l’autel de la peur. C’est le réflexe plutôt que la réflexion » Par Alan Confesson sur Agoravox .fr.
    Aujourd’hui, la vraie Gauche, c’est nous, le Front de Gauche, pas le PS dont le GUARDIAN se félicite que « son projet ne contient aucune des mesures traditionnelles de la Gauche. »

    Aujourd’hui la vraie Gauche, c’est le Front de Gauche
    Cessez de craindre le père Fouettard du PS, venez nous rejoindre.

    Répondre
  133. Ariane
    Ariane dit :

    Vote utile , et le deuxième tour alors !
    Hollandreou, ou le club des chouettes éclairées  ?

    Ce billet complète mon premier billet « votez utile, votez pour vous, pas pour Hollandreou ! » qui appelait à voter pour J.L. MELENCHON au premier tour.

    En effet, en admettant qu’on ait choisi de voter pour le Front de gauche au premier tour, la question est posée du second tour. Et peut-être même que la manière d’envisager le vote au second tour influence le choix de vote au premier tour.
    Alors allons-y. Débattons.

    Quoi voter au second tour, et, d’abord, comment évaluer les risques pour tenter de les éviter, le tout sur l’hypothèse, très probable, d’un second tour Hollande/Sarkozy.

    deux options sont possibles :
    Hollande
    abstention

    1. le vote Hollande s’explique de différentes manières , mais poursuit généralement la logique du « vote utile »  c’est à dire « du moins pire » et du « tout sauf Sarkozy ».
    Cette approche se fonde sur une forme d’ « esprit de sérieux » qui conduit, parfois la mort dans l’âme, à faire au second tour , justement ce qu’on s’était autorisé à ne pas faire au premier.
    en gros, on sonne la récré, on range les enfants au vestiaire, et chacun renonce à voter pour soi, ses intérêts et ses idées, pour se résigner à voter, « en adulte responsable », contre le nouveau « diable de confort » . En effet, au second tour, le diable de confort si utile au PS, ce n’est plus le FN, c’est Sarkozy.
    Mais la logique reste la même. La vraie gauche est sacrifiée, niée dans sa spécificité.

    Si j’adopte une posture de tolérance je peux considérer que ce choix, d’ailleurs prôné officiellement par le Front de Gauche lui-même, est compréhensible.
    Si l’on considère les postures politiques du PS et de l’UMP, il est clair que le PS, globalement, respecte plus volontiers certains fondamentaux de la Gauche comme les droits de l’Homme.
    Cela justifie pour beaucoup que le PS soit considéré comme « le moins pire » (sans paraphraser Montesquieu) et que les reports s’effectuent sur cette base.

    Toutefois, si je suis tolérante MAIS critique, adulte MAIS fougueuse et ayant conservé une part de l’enfance sous la forme d’un esprit du jeu, de l’énergie et de la joie à aller de l’avant, alors je dirai que :

    1. Du point de vue économique, ce choix ne me paraît guère probant. J’ai expliqué dans mon premier billet oh combien l’alibi « de gauche » avait permis à cette dernière de faire une politique résolument néo-libérale, avec plus de facilité que la droite parfois. Le GUARDIAN a bien publié cet article évoquant le fait qu’il n’y avait rien à craindre de François Hollande, puisque son programme ne reprenait aucun des fondamentaux du socialisme !

    2. Du point de vue des Droits de l’Homme :

    Est-il raisonnable, et même simplement honnête, de prétendre conduire une politique qui, tout à la fois, défendrait les valeurs fondamentales de la Gauche, tout en se faisant l’agent, diligent et oh combien efficace, de la doctrine néo-libérale ?

    Dites-moi :
    Quand un homme vit dans l’angoisse du lendemain, voit ses revenus et ceux de ses enfants, fortement diminués,

    Quand un homme ne peut plus croire en la démocratie de son pays puisqu’il en est réduit à voter « utile » depuis…1986,

    Quand un homme « organise sa misère » comme le font près de 8 millions de Français aujourd’hui ,

    Quand un homme consomme quantité de drogues, légales et illégales « pour tenir »,

    Quand on détruit si consciencieusement les conditions de vie d’un homme qu’il ne trouve plus d’énergie, ni d’espace pour se former une opinion de citoyen et la défendre,

    Quand on lui impose finalement, en résumé, des conditions de vie qui organisent son insécurité à tous niveaux, matériel, mental mais aussi émotionnel, ce en vient forcément à dégarder ses capacités relationnelles au travail, dans le couples, avec ses enfants, pour générer plus encore de précarité, par cet individualisme qui sépare et segmente là où il faudrait cohésion et soutien mutuel,

    dites-moi,
    un tel homme, ou une telle femme, peuvent-il réellement user des droits fondamentaux que le PS prétend leur garantir ?
    peut -il encore, en toute tranquillité d’esprit, en toute liberté, faire usage de son droit de vote ?

    Et le PS peut-il encore se dire « socialiste » travaillant au bien commun ?

    Vous l’avez compris, mon sentiment, hélas, après tant d’année au service du PS avec mon « vote utile », c’est que j’ai servi les intérêts d’un segment du monde politique qui « encaisse » cyniquement les dividendes de cet état de fait : les Français ont peur, et sur cette peur, je construit … mon pouvoir. Oh certes ce n’est pas une église, quoique…

    Il y a, me semble-t-il, dans cette posture socialiste, confortablement calée entre « droits de l’homme » et économie néolibérale, une imposture socialiste dont il nous faut nous libérer au nom de toux ceux qui aujourd’hui vivent dans la misère ou dans l’angoisse de la misère.

    Donc, je vote, mais…

    2. je m’abstiens: vous l’aurez compris, si on a voté Mélenchon au premier tour, et qu’on ne veut plus supporter , au sens apporter son soutien, aux « droitsdelommistesneoliberaux » du PS, on peut s’abstenir , voter blanc .
    Ce que feront beaucoup plus d’électeurs de Mélenchon qu’on ne le croit. Simplement pour dire, non !
    Pourquoi :

    par dignité : hein Voltaire !
    On en a marre d’être pris pour des imbéciles. On a compris le miroir aux alouettes, on ne joue plus à l’alouette. C’est fini l’alouette !
    Je propose la fondation d’un club de « chouettes athéniennes » qui voient la nuit , surtout dans la nuit économique !
    Les « chouettes athéniennes », c’est pour nos amis grecs bien plus avancés que nous dans la connaissance du socialisme libéral, mais aussi pour Athéna, la vraie, la grande, la déesse sage, dont l’animal symbolique était la chouette !
    Par calcul , et même par cynisme :
    cinq années de sarkozisme nous on rendu, cyniquement, un fier service : quand le PS fait une politique néolibérale, le peuple qui se sent acculé, se recroqueville et fait le dos rond-rond sous le parapluie socialiste.
    Quand sarko gouverne, cinq ans après on a un Front de Gauche et déjà 11% d’intention de vote tellement Sarkozy est maladroitement prétentieux. C’est un parvenu qui ne sait pas gérer la richesse comme il convient pour la garder : en la cachant !
    Il nous rend service. Il représente à lui-seul tous les parvenus de la Noblesse de cour qui au XVIIIe ont discrédité en si peu de temps une monarchie millénaire ! banco, en fait, du point de vue de la stratégie politique, cinq ans de Sarkozy c’est une chance pour la vraie gauche. Il ouvre les yeux au peuple !
    Bon, j’irais pas jusqu’à voter pour lui car, comme le dit J.L.Mélenchon, je ne veux pas me sentir responsable des femmes qui accouchent et des enfants qui naissent en centre de rétention. OK. Mais le laisser vivre son goût du pouvoir pour éclairer certes violemment mais efficacement le peuple oui ! Rien ne vaut un bon coup de projecteur pour y voir clair.
    Donc, je ne vote pas pour Hollandreou et, disons qu’une belle louche de cynisme me fait accepter avec philosophie une, très improbable, victoire de Sarkozy, le meilleur auxiliaire de la colère populaire qu’on ait vu depuis longtemps.
    les amis, ruminez cela, longuement :

    VOLTAIRE disait « souviens-toi de ta dignité d’homme » : c’est le moment ! LE TRAIN DE L’Histoire passe, je le sens, il est là.
    C’est encore le moment : souvenez-vous de votre dignité d’homme, tant que vous n’êtes pas pris à la gorge par ce qui nous attend tous car Voltaire disait aussi « on n’instruit pas un ventre vide » et seul les esprit éclairés peuvent construire une démocratie.

    Alors, on s’y met ? on vote Mélenchon au premier tour et blanc au second ?
    Mais on ne range pas le papier et le crayon au mois de juin. On rejoint un mouvement, le Front de Gauche ou un autre, mais on s’active pour la construire cette solidarité qui rassure, qui ravive l’esprit et stimule la joie de vivre : on bosse pour créer le mouvement pour construire une alternative de vraie gauche  qui gagnera les élections en 2017 !

    cordialement, Ariane

    Répondre
  134. smolski
    smolski dit :

    "disons qu’une belle louche de cynisme me fait accepter avec philosophie une, très improbable, victoire de Sarkozy"
    Que voilà un argument pour le moins spécieux à mon sens.

    "seul les esprit éclairés peuvent construire une démocratie"
    Et un bel esprit de caste, éclairé de qui que et quoi ?

    Je partage tout à fait l’analyse développée par Ariane dans les post 131 et 132.
    Pas du tout les conclusions.

    Une démocratie n’est toujours que le reflet pendant des démocraties qui nous occultent l’esprit des lumières.
    L’anarchie est le système développant la totalité de la tôlérance et du partage nécessaire aujourd’hui, et le seul réel système auquel nous aspirons chacun depuis la nuit des temps en fait.

    Donc, de prôner que le système se modifiera par le vote démocratique ou par la radicalisation d’une lutte armée maintes fois promues, c’est nous promettre toujours les mêmes lendemains sans que rien ne change du système mais simplement la venue d’opportunistes qui s’y pressent, plus ou moins éloquemment.

    Soyez actif au changement du système, ne croyez qu’en vous-même, soyez anarchiste !

    Pour le vote démocratique, Ariane le montre bien ici :
    "Quand un homme ne peut plus croire en la démocratie de son pays puisqu’il en est réduit à voter « utile » depuis…1986"
    Oui ! Mille fois OUIs ! Ce vote ne sert qu’à anesthésier la volonté de chacun des votants en lui affirmant que rien ne sert d’avoir ses propres convictions à débattre et qu’il lui faut prendre les convictions d’autrui toutes semblables pour s’en sortir.

    Mais Non ! Foutre NON ! Refusons cette perpétration de l’endormissement individuel institutionnalisé !
    Chacun, nous avons une aspiration qui n’est pas commune, et chacun nous avons à la partager avec d’autres aspirations individuelles, et ce n’est pas dans le vote utile ou autre que cela s’exprime mais dans les engagements citoyens de tous les jours, de chaque instant, en solidarité avec qui le veut bien et non pas avec qui est nécessaire.

    Donc, le vote n’est ni utile, ni même significatif en vue du changement d’un système.
    Le vote en démocratie c’est la seule expression individualisée autorisée par le même système perpétuel qui nous opprime tous. Il est nécessaire de le prendre tel et, contrairement à ce que propose ici Ariane, de ne pas s’en faire plus de soucis que cela dans la finalité de son expression qui en sera faite par les instances.

    Non ! Je ne crois pas que voter dans le sens le plus favorable (ou le moins pire) de sa conviction intime conforte davantage les idéologues patentés de tous les bords dans leurs méfaits quotidiens, franchement, en quoi élus après le vote ils se préoccupent de quoique ce soit d’autre d’abord que d’eux-mêmes et de leurs prébendes à venir ?

    Non ! Voter pour ses convictions personnelles au plus près, ne sert qu’à nous conforter chacun davantage dans ses convictions et unis tous dans un même sens, le respect et la dignité de la vie de chacun.

    Donc choisissez de voter vert au premier tour parce que les idées vertes sont les idées les plus proches de la radicalisation vers un nouveau système, un système qui ne soit pas démocratique mais anarchiste, un système qui ne soit pas docte mais malléable à chaque circonstance dans la dignité de tous et le respect de chaque personne.

    Pourquoi sinon cet étouffement institué des propositions des verts par tous les autres inscrits sous un silence méprisant, railleries, glauseries et vulgarités diverses..?
    Pourquoi cette discrimination d’eva contre sa personne, son attitude et son accent, plutôt que sur ce qui fonde les convictions des verts qu’elle représente et qu’elle représente bien plus dignement que personne ne l’a fait avant elle ?

    C’est parce qu’elle est une femme, c’est parce qu’elle parle d’humanisme mondial, c’est parce qu’elle n’est pas du sérail politico-démocratique habituelle, qu’elle en présente l’antithèse avec son éloquence personnelle, avec l’intelligence de propositions concrètes soulignées par l’actualité mondiale, des propositions inouïes présentées solidairement à tous et applicable par tout gouvernement responsable contrairement aux serinement des sempiternelles propositions partisanes actuelles et historiques !

    Pourquoi donc cette institutionnalisation de l’étouffement des propositions vertes sinon la peur déclarée contre ce qui ne se combat pas : l’intelligence éveillée de chacun par lui-même.

    Ainsi, au second tour, votez sur le moins éloigné des propositions vertes pour la révolution du système.

    Et votez au second tour comme au premier, non pour que ce vote soit utile, mais pour ce que ce vote exprime votre solidarité personnelle avec chaque habitant de cette planète dont tous n’ont pas cette possibilité, les enfants, les prisonniers, les émigrants sociaux et politiques, les peuples opprimés, les peuples assassinés…

    Répondre
  135. til
    til dit :

    smolski

    "modifier un système ne demande pas un programme mais un ensemble de volontés pour le modifier, et de toujours pratiquer à jamais ainsi, même."

    Vouloir, c’est vouloir quelque chose et donc les moyens qui vont avec, pour moi c’est ça un programme, sinon c’est de l’incantation pour se faire plaisir, et pschitt…

    Ceci dit à un deuxième tour Méluche-Sarko ou Méluche-MLP, je choisirai le premier.

    Sinon, même un sympathisant UMP est prêt à voter Mélenchon, considérant que Sarko est une honte, ce que j’ai toujours pensé, et certaines de ses déclarations lors de l’affaire de Toulouse m’ont renforcé dans cette idée :

    http://frontdegauche-aube.blogspot….

    Répondre
  136. smolski
    smolski dit :

    "Vouloir, c’est vouloir quelque chose et donc les moyens qui vont avec, pour moi c’est ça un programme, sinon c’est de l’incantation"
    Vouloir les moyens qui vont avec ce que l’on veut est tout aussi incantatoire, car nous nous retrouvons avec les mêmes limites de ce que l’on veut et de ce que l’on peut faire, ne serait-ce qu’en soi déjà !
    Dissimuler ce fait sous le pragmatisme est tout aussi vain, sauf qu’alors on le dissimule.

    C’est ce que je pense des systèmes, ils sont incohérents parce qu’ils sont dissimulatoires pour chacun et par conséquent intôlérants pour tout.

    Pour image, je prendrai la cuisine.
    L’anarchie est un plat mitoné. Il ne se compose jamais à l’identique pour chacun ni à chaque fois. Il est ce que l’on est.
    Un plat cuisiné surgelé est un système. Il dissimule par nature ce qui le compose et ne représente que son pragmatisme.

    Répondre
  137. til
    til dit :

    smolski

    Assez loufoque cet exposé, à côté Mélenchon, Joly et les autres sont
    des monstres de pragmatisme. D’ailleurs, je ne vois pas en quoi le pragmatisme serait un problème.

    Répondre
  138. smolski
    smolski dit :

    "Assez loufoque cet exposé"
    Effectivement, c’est pas un exposé commun et surtout pas partisan.
    Nous nous arrangeons quotidiennement des lois, des vertus et des obligations qui nous sont faites par le système social commun afin de parvenir in fine à vivre selon notre entendement particulier.
    Je propose donc que cet arrangement individuel prime et devienne la norme sociale plutôt que son pendant.
    « I have a dream » 🙂

    "je ne vois pas en quoi le pragmatisme serait un problème"
    Le pragmatisme érigé en système social, c’est ce que l’on vit depuis la nuit des temps et si on dicte que ce système social acquis est l’Unique, tout autre ne peut paraître que loufoque.
    Par exemple, prétendre que le logiciel libre est mieux que le logiciel privé parce qu’il est gratuit, c’est du pragmatisme qui correspond aux logiciels privés mais qui ne correspond pas du tout à la fondation ni à la nature des logiciels libres.

    Aujourd’hui comme hier, nous vivons toujours tapis et gémissants d’effrois devant les ombres titanesques projetées sur la paroi de nos obscurantismes depuis la porte des lumières.
    (D’après Platon, sans son aimable autorisation ni celle de ses ayants droits) Chtudiouuuu !

    Répondre
  139. til
    til dit :

    Le pragmatisme c’est d’avoir une société qui permet à chacun de pouvoir subvenir à ses besoins, manger, se loger, se chauffer, avoir accès à l’éducation. La réduction des inégalités est le moyen de parvenir à réaliser cela. Revoir le fonctionnement de la finance fait partie des moyens nécessaires. Sortir de l’élitisme français est aussi un moyen :
    http://www.dailymotion.com/video/xp

    Répondre
  140. smolski
    smolski dit :

    Les propositions que je vous soumets ici portent non sur le sens à entreprendre dans notre lutte commune, mais sur les buts à parcourir pour y atteindre.

    Lorsque l’oligarche churchill énonce :
    « La démocratie est le pire des système mais je n’en connais pas de meilleurs. »
    Il conforte ainsi l’idée qu’un système basé sur l’échange comme tous les systèmes significatifs l’ont fait ou le font encore, c’est la panacée sociale par le maintien d’une oligarchie constitutionnelle.

    De tels systèmes sont par nature liberticides car dans l’échange, il y a fatalement la notion de perte et de gain pour chacun.
    Je vous propose à contrario un système social basé sur le partage.
    Illustration :
    Il n’est pas identique de dire : « Je t’échange ma cuillère contre ta fourchette. » que de dire « Partageons nos couverts différents à volonté. »

    Le système social de partage est un systéme d’enrichissement réciproque par nature équilibré pour chacun et il n’y a que l’anarchie pour s’y développer sans contradiction.

    Comparativement entre un sytème social d’échange et un système social de partage, si on ajoute du pragmatisme (comme til nous le propose post 138), on comprend qu’il n’aura pas les mêmes conséquences dans la redistribution des richesses et des pouvoirs qui en sera induite chez chacun d’eux.
    Le système d’échange y induira une nouvelle oligarchie qu’il faudra de nouveau reconstituer ad eternam, alors que le système de partage s’y trouvera conforté quotidiennement par chacun.
    PS : Les peluches bisounours, j’en ai mon stock. 😀

    Répondre
  141. til
    til dit :

    Les raisons pour lesquelles Mélenchon, EELV et d’autres n’ont pas d’approche :

    En fait, la question de la dévaluation dépasse, et de beaucoup, la question de la "dévaluation compétitive". Il s’agit aujourd’hui moins de doper les exportations par une politique agressive de dévaluation, que de permettre aux parités monétaires de s’ajuster pour tenir compte des inflations sous-jacentes qui sont différentes dans les différents pays. L’ajustement des parités monétaires est le "stabilisateur automatique" qui permet à des économies aux productivités très différentes de coexister sans que les unes écrasent les autres et sans aboutir à une crise. Sans ce levier, le seul "ajustement" de la compétitivité possible est l’austérité et la déflation salariale. Avec la dévaluation, vous pouvez simultanément faire baisser les salaires et les prix exprimés en monnaie étrangère. Sans dévaluation, vous êtes obligé de baisser les salaires nominaux en priant que les prix suivent…ce qu’ils ne font qu’avec un retard tel que le système aboutit à la crise. C’est exactement ce qu’on est en train de voir en Grèce.

    http://descartes.over-blog.fr/artic

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *