Addiction informative

Le net est un flux permanent d’infos multiples et variées où il est bien difficile d’accéder à la quintessence du top de la crème du dessus du panier.

C’est pour cela qu’il existe les systèmes de syndication qui permettent à chacun de récupérer en temps réel les nouvelles fraîches de leurs dealer d’infos préférés.

En fait, et pour faire simple pour les non-geeks[1], certains sites comme les blogs ou les applications en ligne de publication[2] produisent des flux d’information appelés flux RSS. Ces flus RSS peuvent être attrapés par des agrégateurs, des trucs qui servent à réunir au même endroit les titres et chapo des articles récemment publiés par vos sites préférés.
Autrement dit, au lieu d’aller chaque jour, à l’aide de vos bookmarks/marque-mages/favoris, sur chacun de vos sites préférés histoire de voir s’il s’est passé quelque chose de neuf depuis la dernière fois que vous êtes passés, chose longue et fastidieuse, vous n’avez plus qu’un seul outil à utiliser, lequel collecte pour vous, pratiquement en temps réel, toutes les choses nouvelles et intéressantes qui se passent sur l’ensemble de vos sites préférés. C’est là indéniablement un grand progrès pour ceux qui veulent rester au courant de tout, puisque l’on peut réaliser sa revue de presse à soi en un seul clic. Quiconque doit se taper une revue de presse chaque matin saisit tout de suite la portée de l’outil.

Le choix des armes

Il y a plein de moyen de récupérer les flux d’information, des tas de logiciels à s’installer sur sa bécane pour charger les news. Firefox le fait d’ailleurs très bien tout seul.

Il existe aussi, pour les plus partageurs d’entre nous, des agrégateurs en ligne où l’on peut mettre ces flux préférés et les partager avec ceux qui le souhaitent. C’est ce que j’ai fait, il y a quelques années, avec le Filinfo, toujours en ligne. Des rubriques, des sites, des articles. C’est bien et cela m’a simplifié la revue du web pendant des années. Le truc, c’est qu’il faut quand même naviguer d’une source à l’autre… clic, clic, clic!

Avec SPIP, justement, en plus de générer un flux RSS, on peut aussi récupérer les flux des autres et avec un peu de pratique, on peut créer une page où la récolte s’affiche par ordre de parution et pas seulement par source. C’est un peu ce que j’ai fait dans l’annuaire de la Revue Ethologique, où j’ai classé par catégorie les principales sources d’informations relatives à l’éthologie et aux sciences connexes. Chaque catégorie propose un mini-fil RSS des sites syndiqués. Mais surtout, il y a la page qui aggrége toutes les informations par ordre d’arrivée, mon super agrégateur de l’éthologie et des sciences.
C’est aussi sur ce principe que fonctionne l’un des portails de référence de la bonne info sur le net qu’est Rezo. Sauf que la syndication n’y est que semi-automatique et que les articles y sont majoritairement sélectionnés par des petites mains qui sont loin d’être innocentes. Rezo intègre le facteur humain à la syndication et c’est bien ce qui fait toute la différence.

La sélection du Monolecte

Et c’est là qu’arrive la dernière expérimentation en date de l’omnipotent mais Ô combien utile Google : le Google Reader. Comme toutes les expérimentations Google, celle-ci nécessite de se démerdouiller un peu en anglais de réseau. Mais elle apporte un bon compromis entre l’aggrégateur à soi tout seul dans son coin et le portail semi-automatique pour les potes.

  1. Côté jardin, une interface à la gmail où j’entre mes sources préférées. Elles s’affichent par ordre chronologique et voilà pour la revue du web en un coup d’oeil, rien que pour ma pomme.
  2. Côté cour : la possibilité de partager avec les autres internautes les articles que je trouve les plus intéressants et pertinents. C’est enfin mon rezo à moi toute seule. Le flux des news du monde filtré par mon oeil. Ma sélection maison. Et du coup, la vôtre aussi, puisque chacun peut ajouter ce module à son compte google et hop.

Et le fin du fin : cela génère le flux rss de ma sélection de tous mes flux RSS. La mise en abîme de l’information. On peut imaginer le portail des flux de sélection des flux favoris des agrégateurs Google Reader. La substantifique moëlle des multiples subjectivités emboîtées les unes dans les autres comme des poupées russes. Je peux faire ma sélection de la sélection de Rézo. La revanche ultime. Le sommet de la pyramide des filtres informationnels. Vertige de la prédation virtuelle.
Allons-nous finir par nous auto-feeder en rond?
Trop d’info ne tue pas que l’info, mais bouffe aussi le ciboulot.

Quoi qu’il en soit, le Google Reader me permet de vous offrir directement dans le corps du Monolecte la sélection de articles que je trouve particulièrement intéressants. C’est en haut à droite.
Bon appétit!

Notes

[1]En langage courant, un non-geek est un mec normal qui n’a pas les yeux en forme d’écran d’ordinateur et dont les doigts ne se sont pas palmés à force de clavioter. Exemple :
Grabuge est non-geek!

[2]Qu’on appelle aussi CMS et dont l’un des plus connus est SPIP, ou comme Plume, qui lui gagne à être connu

30 réponses
  1. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Oui, je vois lequel. Il s’agit d’AlterInfo qui a choisi de fermer la lecture. Sauf que si tu cliques en bas sur read more, tu va sur la page de ma sélection et là, tu as les article d’AlterInfo in extenso.
    Je comprend leur politique, vu que chez eux, y a pas que du bon, y a même du qui sent sous les aisselles et qui ne gagnerait pas à être public. Ceci dit, tout n’est pas à jeter chez eux.

    Répondre
  2. blob
    blob dit :

    Effectivement ca commence mal pour ma premiere lecture d’un article d’alterninfo.

    Je tombe sur un truc de Lyndon LaRoche, vous savez le gars qui soutient Jacques Cheminade, et qui est accessoirement un Rouge Brun de premiere bourre…

    D’ailleurs j’aimerai bien savoir comment ce petit monde a réussi à financer Fusion, magazine de vulgarisation scientifique, tentant de noyauter le CEA.

    Des fois quand je regarde le monde, je me dis que dans 30 je m’etonnerai d’avoir vécu au côté des membres de la Cagoule du XXIeme siècle sans m’en être rendu compte…

    Répondre
  3. trebor
    trebor dit :

    Google reader c’est super. J’ai commencé par ajouter Rezo, bien sur; puis Politis, et quelques autres. Ensuite j’ajoute les flux de site qui m’intéresse plus particulièrement sur Rezo, par exemple Monolecte ou encore le flux "Technologies du Langage". Déjà je commence à sentir un petit problème de doublons.
    Puis aujourd’hui suite à ce article j’ajoute donc ton (votre) your shared feed. Et là bien sur on est proche de la redondance cyclique…
    Il y a encore un peu, pas grand chose de travail pour avoir un réseau social quasi automatique sans avoir à tagger dans une sémantique toujours aléatoire tout ces articles.

    Juste pour finir en dehors de cette article un peu geek j’aime bien le ton de vos propos.

    Allez j’ajoute le flux de commentaire. Et hop…

    Répondre
  4. Olivier Davoust
    Olivier Davoust dit :

    voudrais pas compliquer le truc, mais un agregateur "manuel" ne comportant qu’une sélection des meilleurs articles trouvés dans tous les flux, c’est un systeme de bookmark 🙂

    ensuite on peut faire un agrégateur de bookmarks 🙂

    au passage c’est un peu ce que fait google actu dans ses liens style " 54 autres titres parlent de ce sujet", mais lui n’est pas manuel.

    suffit de faire un bot sur les flux rss et de trier sur le referer.

    Ce qui donnerait une sorte d’agregateur inversé.
    non pas l’article mais une rubrique "ils en parlent".
    ce qui serait aussi une sorte de rss-isation des trackbacks .

    super clair non 🙂 ?

    Répondre
  5. Olivier Davoust
    Olivier Davoust dit :

    voudrais pas compliquer le truc, mais un agregateur "manuel" ne comportant qu’une sélection des meilleurs articles trouvés dans tous les flux, c’est un systeme de bookmark 🙂

    ensuite on peut faire un agrégateur de bookmarks 🙂

    au passage c’est un peu ce que fait google actu dans ses liens style " 54 autres titres parlent de ce sujet", mais lui n’est pas manuel.

    suffit de faire un bot sur les flux rss et de trier sur le referer.

    Ce qui donnerait une sorte d’agregateur inversé.
    non pas l’article mais une rubrique "ils en parlent".
    ce qui serait aussi une sorte de rss-isation des trackbacks .

    super clair non 🙂 ?

    Répondre
  6. Fred Bird
    Fred Bird dit :

    wouaaah…

    j’avais déjà essayé google reader à sa sortie, et peu convaincu j’avais décidé de rester sur rojo.com

    mais là je dosi avouer que google rattrape son retard…

    merci l’import/export opml, et merci pour l’info !

    Répondre
  7. Farid taha
    Farid taha dit :

    Pas mal ton flux !

    J’essaye de mon coté netvibes c’est ce qu’il y a de mieux pour lire les flux rss. C’est l’équivalent du cinéma grand écran alors que les aggrégateurs classiques font figure de radio TSF à grand mère …http://www.netvibes.com/

    à essayer et surtout à configurer pour garder que ce que tu veux ensuite c’est génial.. tu mélange fluss d’infos et blogs etc

    Répondre
  8. Eric
    Eric dit :

    Oui, c’est intéressant tout ça, mais ça exige quand même un certain niveau en informatique. C’est pas la geekerie de base qui peut se le permettre.
    Personnellement, je n’ai que netvibes comme outil, en plus des moteurs de recherches.

    "Allons-nous finir par nous auto-feeder en rond?
    Trop d’info ne tue pas que l’info, mais bouffe aussi le ciboulot."

    Effectivement, les informations les plus intéressantes pour nous (qui restons des humains) sont im-médiates. Et avant tout elles sont en nous et dans notre environnement proche.

    Répondre
  9. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    C’est horrible. J’arrête pas de cliquer sur mes bookmarks, partout. Tout le temps. Je perds trop de temps. Je sens que ça va faire comme en 2005. Et incapable de prendre 30 secondes pour pondre un texte construit et alimenter ce qui me sert de blog (confidentiel). Tjs à commenter plutôt qu’à écrire du "neuf".

    Bon.

    Comment tu fais pour ajouter dedefensa ? Il a un fil RSS que je n’aurais pas vu ? Ou tu l’ajoutes via rezo ?

    Répondre
  10. Titi
    Titi dit :

    Juste parce que je viens de lire le très bon papier "le Point sur la table" : Ono-dit-Biot est aussi "écrivain" et a raflé un petit prix pour son roman afin d’aider les jeunes auteurs qui rament et qui triment. Quelques milliers d’euros dans mon souvenir. Il a pas craché dessus bien sûr.
    (Bon, je balance aussi peut-être parce que, la même année, je l’ai pas eu ce prix. Il faut dire que je suis pas chez legrandéditeurGallimard et que je suis pas journaliste au Point.)
    Dans tous les cas, son article : une montée de bile.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *