J’emmerde le vote utile

Doit-on aller voter comme on va parier au champ de courses?

Ma candidature, espérée et ressentie par nombre d’entre nous comme meilleure solution pour défendre nos idées, est devenue impossible parce qu’elle souffrait d’un inconvénient de taille : la probabilité d’une victoire était faible et nombre de camarades auraient préféré défendre, contre leurs convictions, un autre candidat en mesure de gagner, selon la mécanique du vote utile
Le choix de l’alliance, Arnaud Montebourg, 24 juillet 2006

La question n’est pas de savoir si j’avais l’intention ou non de voter pour Arnaud. Elle n’est même pas de savoir pour QUI je compte voter, mais POUR QUOI et aussi POURQUOI.

Alors que le débat autour du TCE a fait la démonstration de l’appétence de démocratie participative de nos concitoyens, comme je l’avais déjà écrit à l’époque, ces aspirations légitimes sont aujourd’hui totalement noyées dans les guerres d’appareils et les combats de chefs. Ce qui permet de faire l’impasse sur le point capital de cette campagne électorale qui avance en tongs sans dire son nom : l’absence de projet de société.

Tout l’intérêt de la présence de Montebourg dans cette pré-campagne électorale était de remettre sur le tapis l’inadéquation[1], pour le moins, des institutions de la 5ème République pour maintenir ne serait-ce qu’un vernis démocratique dans une société totalement marchandisée et soumise aux diktats des multinationales. Et un bon débat de fond, ne serait-ce que sur le mode de gouvernance le plus adapté à notre époque, aurait été le bienvenu, en ces temps de disette idéologique.

Au lieu de cela, nous allons irrémédiablement vers un affrontement de personnes sans grand intérêt, à savoir :

  • Pour vous administrer de force une politique économique franchement néo-libérale à la Bush/Blair, vous préférez Sarko ou Sarkozette?

Bref, me voilà très énervée, tant j’ai la certitude que l’on va de nouveau me confisquer mon vote citoyen sans autre forme de procès. Il ne reste plus aux socialos à distribuer des strings dans les campings bondés du mois d’août pour que le tableau ne soit complet. Je pense que parti comme c’est, ils ne vont même pas se fouler à faire semblant d’écrire un programme. De toute manière, cela vaut mieux pour eux tous : ce ne pourrait être qu’un programme commun, puisque les deux grands partis se rejoignent sur le point clé de leur projet de société : sa totale soumission à l’économisme globalisé, sans aucune autre espèce de considération, quelle soit humaine, écologique, morale… etc.

La justification du non-choix

A partir du moment où les deux appareils politiques ne proposent fondamentalement que la même vision du monde, il est important de soumettre la masse abrutie des électeurs à ce non-choix. Ce qui est là tout l’intérêt du foutu vote utile.
Le concept est simple : chaque citoyen ne peut se prononcer sur le type de société dans lequel il veut évoluer qu’une fois tous les 5 ans. Ensuite, tout ce qui lui tombe sur la gueule est sensé être légitimé par le blanc-seing électoral, puisqu’entre deux consultations, nous ne sommes plus qu’une masse bêlante et stupide. Toute l’astuce, aujourd’hui, c’est de ne plus donner le choix au peuple borné, même de temps en temps, de faire en sorte que les grandes orientations se décident sans lui, en dehors de tout contrôle démocratique. Donc, on lui explique bien qu’il n’y a que deux partis qui ont une chance de gagner : Sarko ou Sarkozette. Et que ce serait un peu con de voter pour quelqu’un d’autre[2], puisque que les autres candidats ne sont là que pour la figuration et faire joli sur les plateaux télé pendant la campagne officielle.

Ce qui revient à dire que même si l’on désapprouve totalement le modèle de société prôné par les deux Janus, ce sera forcément cela qui va sortir des urnes et que si l’on veut que notre vote fasse partie du camp des vainqueurs, il faudra se prononcer sur des caractéristiques secondaires qui ne remettent en rien en cause le projet global[3]. Et l’on arrive ainsi à la conclusion que voter selon ses convictions ne sert à rien!

Ce qui prouve, une fois de plus, que personne n’a réellement compris la portée du premier tour de 2002.
Ce qui me conforte plus que jamais dans l’idée qu’il convient au contraire de résister à ce hold up sur les urnes!
Ce qui me pousse à penser que plus que jamais les citoyens doivent refuser le marketing politique à deux balles et forcer ceux dont c’est soit-disant le métier à aller au débat de fond, sur nos institutions, sur nos choix de société, sur la manière dont nous souhaitons Vivre-Ensemble[4] dans les prochaines années.

Car si nous décidons de tourner le dos au mythe du vote utile[5], si nous décidons que voter, c’est exprimer nos aspirations profondes, alors ce pourrait être une formidable surprise qui sortira des urnes en 2007!

Notes

[1] J’aurais pu écrire déliquescence, ce qui eut été plus adapté, tant la caste au pouvoir a détourné les instruments de gouvernance à son seul profit, mais cela résonne bien trop « déclinologue » à mon oreille!

[2] En fait, pour une alternative politique

[3] En gros, Karsher ou Mitard, solidarité a minima ou charité, avec ou sans vaseline…

[4] J’écris toujours ce mot dans son sens Arendtien

[5] Comme si voter selon ses convictions était inutile!

Enregistrer

91 réponses
  1. De la paranoia
    De la paranoia dit :

    Battre la droite…

    Suite aux débats sur le TCE, il semblait clair qu’il y avait d’un côté "ceux qui ont appelé à voter oui" et "ceux qui ont appelé à voter non". Désormais, il semble que de nouveau, la ligne se déplace vers un retour "à la normale"….

    Répondre
  2. Grou
    Grou dit :

    Entièrement d’accord avec la théorie. Pour la pratique, il y a trop d’idéaux différents, ou du moins, trop de défenseurs de ces idéaux. A moins de trouver un grand rassembleur pour la voie alternative, la seule "surprise" pour 2007 sera le Borgne au deuxième tour.

    Nous sommes vicitmes de la nullité des "responsables" politiques. Ou bien tout simplement du fait que sans sponsor$, avec la médiatisation de masse des débats, un candidat indépendant "de rupture" n’a aucune chance.

    Répondre
  3. Henry Kanaan
    Henry Kanaan dit :

    Je pressens que le pire pourrait se transformer en meilleur alors en cas de duel sarko-le papet, vous saurez pour qui voter pour qu on se reapproprie au plus vite ce qui nous est confisqué depuis trop longtemps.

    Répondre
  4. On/Off
    On/Off dit :

    du fait que sans sponsor$, avec la médiatisation de masse des débats, un candidat indépendant "de rupture" n’a aucune chance

    C’est malheureusement la seule logique qui apparaît.

    Pour preuve, les candidatures multiples (FO, LCR, PCF, les verts…) uniquement pour la survie des groupes existants basées sur les ressources définies par leur part de marché votes, au lieu de participer à la définition d’un véritable programme cohérent et réaliste.

    D’ailleurs voici ce que j’ai pu pondre sur Bellaciao : http://bellaciao.org/fr/article.php

    Tout le monde parle de candidats, mais personne des problèmes de fond !

    Marcherions-nous sur la tête à ce point que le bon sens ai disparu ?

    Je vais rester positif, car je garde l’espoir d’une élaboration d’un programme basé sur des compromis (obligatoires). Programme, qui ensuite, serait défendu par des "personnalités" qui s’y reconnaîtraient, même si cela ne leur correspond pas à 100%. Le tout bien sûr sans aucune autre étiquette politique que "vive l’antilibéralisme libre !"

    Quelle belle utopie n’est ce pas ?

    On/Off

    Plutôt off en ce moment, pas grand chose de réjouissant…

    Je suis donc entièrement d’accord avec toi Agnès, d’autant que le vote blanc, qui pour ma part est un signe fort, est purement et simplement ignoré…

    Répondre
  5. stefz
    stefz dit :

    En tant que "jeune" militant PS (je fais partie de la nouvelle cohorte), je me sens un peu obligé de réagir, notamment parce que je partage un grand nombre de tes idées, mais que je conteste l’interprétation d’ensemble.

    D’abord, fondamentalement, c’est malhonnète de mettre toute le monde dans le même sac : la gauche gouvernementale n’a jamais préconisé la précarisation des salariés pour créer de l’emploi ; elle n’a jamais considéré qu’on peut relancer l’économie en baissant les impots des plus riches ; elle s’oppose au concept d’immigration choisie (au passage : qui est clairement antinomique avec celui de "codéveloppement", il faudrait quand même le clamer avec force). etc. Quant au programme du PS, je t’invite à lire le projet 2007, bâti en concertation par les militants, au sein même des section. L’exercice est perfectible, certes, mais on ne peut pas affirmer que le PS n’a pas de programme…

    Au sujet des institutions : je suis entièrement d’accord avec toi, et nous sommes très nombreux au PS à penser la même chose : la Vè République, en poussant à la personnalisation du pouvoir, pourrit le débat démocratique, et prive le citoyen de son pouvoir de décision. D’autant plus que celà colle parfaitement avec l’environnement médiatique : recherche de la petite phrase, peoplisation, etc.

    Mais, malheureusement, à partir du moment où l’on vote, on doit supporter les règles du jeu en vigueur, quitte à militer pour les changer (et j’espère que nous le ferons). D’où la phase actuelle, qui, je le vois bien aussi, n’est pas très reluisante. J’espère qu’on aura un vrai débat une fois les principaux candidats choisis.

    Sur le vote utile : comme la présidentielle est placée avant les legislatives, tous les "petits" partis présentent aujourd’hui leur candidat à la présidentielle, pour se compter, et éventuellement peser dans les négociations qui suivront : Bayrou, à droite, les verts, le PC, les chevenementistes, le PRG, à gauche (et l’extreme gauche aussi pour l’instant, même si la candidature unique n’est pas exclue).

    Il me semble donc que le jeu est plus ouvert que tu le dis. Pour simplifier, à TRES gros traits : 1. Vote PS, si tu partages les choix proposés (ce n’est pas le cas, a priori…) 2. Vote pour l’un des autres partis prêts à gouverner avec le PS, en espérant que sur quelques aspects, cela permettra d’orienter les choix de gouvernement. 3. Vote à l’extrème gauche, pour affirmer une approche plus radicale, en espérant qu’un score important fera inflechir la gauche gouvernementale.

    Certes, les points 2 et 3 sont plutôt aléatoires, puisqu’ils dépendent des capacités des partis à négocier ensuite. On pourrait espérer du PS un positionnement plus à gauche, mais, malheuresement, on vit dans un pays majoritairement à droite, et si on croit encore au pouvoir politique (donc au gouvernement), on est bien obligé de faire avec.

    Dans cette configuration, le risque du FN au second tour persiste. Mais si celà devait arriver, comme en 2002, ce serait d’abord parce que le candidat PS n’aurait pas su rassembler un nombre suffisant de suffrages à gauche. Et il n’y a là aucune différence avec un régime parlementaire, sauf que le système français empêche les accords de gouvernement de type SPD/CDU (le deuxième tour de la présidentielle oblige à "trancher").

    Un dernier mot : en rentrant au PS, j’ai pris conscience que ce n’est pas ce parti qui va imaginer un autre monde. C’est assez triste, mais, vu l’état actuel de la société et de nos institutions, l’innovation sociale, économique, politique, est ailleurs : dans le mouvement social, chez les chercheurs, les alter, etc. Un parti, ça sert d’abord à prendre le pouvoir en répondant aux aspirations démocratiques. Le renouveau viendra de l’extérieur, mais en insufflant dans le parti les utopies portées ailleurs (la décroissance, par exemple). C’est le sens de mon engagement.

    Répondre
  6. birin
    birin dit :

    Merci Agnès.

    Voter pour ses convictions et le monde que l’on souhaite. ne poter ni pour l’un ni contre un autre, seulement POUR QUOI, ne surtout pas donner de blanc-seing, du moins dans nos têtes.

    Résister comme tu dis, durant le vote et toute la durée du mandat, en commençant par résister dans nos têtes.

    Répondre
  7. pingouin
    pingouin dit :

    Résultat des courses : plusieurs solutions

    – soit voter "utile" en s’alignant sur l’un des deux favoris (droite-gauche)

    – soit voter selon son affinité profonde qui peut être contestataire et ne pas inclure l’un des 2 précédents implicitement désignés.

    Dans ce deuxième cas, effectivement, on pourrait rigoler une bonne fois avant d’avoir des sueurs froides (genre Chirac-Le Pen)

    De mon coté, je pencherais pour des ptits d’jeuns qui n’ont pas (encore) trempés dans des magouilles comme Montebourg, ou Dupont-Aignan selon le bord où l’on penche.

    Voilà, ras le bol de voir toujours les memes vieux cons et connes qui se foutent de notre gueule et voient l’élection à vie comme le Graal, le but ultime. Dans les pays nordique, ils sont élus, appliquent leur programme et dégagent le plancher pour faire de l’air.

    Agnès je souhaite que tu fasses un billet sur ce qui se fait ailleurs en Europe car ici en France, on tourne en boucle depuis des décennies !!! Merci

    Répondre
  8. Paul TOTH
    Paul TOTH dit :

    "Le renouveau viendra de l’extérieur" ou encore "la vérité est ailleurs", tout cela pour espérer revoir Agnès en T-shirt FBI à moitié nue dans son jardin…ce n’est pas bien sérieux !

    Est-il donc si difficile d’établir un programme clair sur ce qu’il convient de faire, de se faire élire pour ces idées, et de les appliquer une fois élu ?

    J’ai comme l’impression que le FN reste le seul parti capable d’énoncer des idées simples…espéront quelles ne suffiront pas à le voir passer au pouvoir…

    Répondre
  9. phitros
    phitros dit :

    hi hi! quel titre digne du politiquement correcte! ^^

    Je suis bien d’accors avec toi agnès mais tenir de tels propos n’est-ce pas enfoncer des portes ouvertes? Si j’en crois notre culture ce n’est pas dans les salons, ni les AG que cela se résoudra mais dans la rue et la violence comme d’habitude… Et là verrons nous peut être émerger un ou des individus qui ne seront pas de simple porteur d’étiquette mais l’incarnation de ce qu’il reprénsente. Enfin… on peut rêver!

    @ Guy Le boutte: Merci pour le lien!

    @ Stez: Je te souhaite bien du courage…

    @pingouin: Un billet sur ce qui se fait en Europe serait le bienvenue. Belle …et longue étude comparative en perspective. 😉

    Répondre
  10. LaBrador
    LaBrador dit :

    Je ne voterai pas utile. 2002 m’a suffi. Le PS avait eu 5 longues années pour mettre en place une véritable politique de gauche. Au lieu de cela, il a ouvertement affiché une politique libérale que lui seul qualifiait de "sociale"… 2002…et le mensonge sur LePen gagnant… 2002…et c’est le voleur qui devient président… C’est sur, en 2007, ce sera blanc…car à l’évidence, l’abscence de projet de société au Ps n’est pas réjouissant…

    Répondre
  11. Sextus
    Sextus dit :

    Et il n’y a là aucune différence avec un régime parlementaire, sauf que le système français empêche les accords de gouvernement de type SPD/CDU (le deuxième tour de la présidentielle oblige à "trancher").

    Ouais, pas plus qu’entre un régime parlementaire représentatif et une dictature légitimement mandatée…

    De plus, quand je vois que les actuels _présidentiables_ du PS ont tous considéré qu’un système laissant l’exclusivité de l’initiative des lois à une assemblée sortie de nulle-part était un modèle de démocratie, j’ai de sérieux doutes quant à leur capacité à établir un système rompant avec l’actuelle règle de défiance vis-à-vis du Peuple.

    Bref, je suis entièrement d’accord avec Agnès , pour le deuxième tour, va falloir faire un effort pour me tirer du lit : je préfère un dictateur (de plus !) élu avec 30% des voix qu’un bonimenteur VRP en vieille réforme (toujours la même) à 82%.

    Répondre
  12. jcd-bruxelles
    jcd-bruxelles dit :

    Comparaison : vote utile ? en Belgique, il y a plus de partis, (élections législatives à la proportionnelle) mais globalement la situation est la même que chez vous : plein de partis de droite, pas de PC, un PS très présent (majoritaire chez les francophones), des Verts de gouvernement (ECOLO) au moins aussi libéraux que le PS, une extrême gauche éparpillée (1à 2 % des votes, le PC compris) Une tentative de réunir la gauche anti-libérale francophone qui bat de l’aile (www.uneautregauche.be).

    Alors : que voter ?

    au jeune affilié au PS : ici le PS (francophone) et encore plus le SP.A (flamand) ont largement participé à la précarisation des travailleurs et à la privatisation des services publics. Ils ont aussi empêché tout débat sur la constitution européenne, et l’ont votée au parlement, sans discussion, unanimement (seul un sénateur s’est abstenu, mais il s’est aussi abstenu de dire pourquoi !) !

    Répondre
  13. stefz
    stefz dit :

    @Paul TOTH : je n’ai pas dit "la vérité est ailleurs". Simplement, je constate que les principales inovations conceptuelles ou idéologiques des dernières années, à gauche, sont apparues hors des partis, et le plus souvent, ces derniers sont à la traine (PS sans doute plus que les autres). En revanche, les partis pourraient être les courroies de transmission.

    @Phitros : Merci pour tes encouragements… La rue, la révolution… oui, pourquoi pas, c’est bien dans la culture historique française. Mais peut-être aussi, dans les partis, au coeur du fonctionnement démocratique, dans les institutions, pour se colletiner la gestion des affaires. Toi, par exemple, tu ferais quoi, à la place de Delanoé, face aux tentes des SDF distribuées par MDM ?

    @JCD : en France, le PS a poussé Chirac pour qu’il organise un referendum délibératoire (au contraire de celui organisé en Espagne). Il a également organisé un débat interne pour se positionner. En France, le traité CE a été distribué à tous les citoyens inscrits (y compris le titre III…). Et durant la campagne, les militants du PS qui n’ont pas adopté la ligne du parti ont pu faire campagne sans être exclus.

    @Sextus : je ne comprends pas bien tes remarques sur "l’exclusivité de l’initiative des lois à une assemblée sortie de nulle-part". Je me permet de te renvoyer au Projet 2007 du PS, qui détaille dans son titre III les réformes institutionnelles : responsabilité du Président, responsabilité du premier ministre devant l’assemblée, comaitrise de l’ordre du jour gouvernement/parlement, limitation des ordonnances, suppression du 49.3, introduction de la proportionnelle, etc.

    http://projet.parti-socialiste.fr/t

    Répondre
  14. kopin
    kopin dit :

    Tout ce qu’annonce Montebourg, c’est qu’il renonce à l’investiture socialiste. La transition quant aux nombres de candidats à l’élection présidentielle m’a pas mal chiffonné pendant la lecture de ce billet… mais c’est pas bien grave, c’est l’été, il fait chaud, je marche au ralenti… 🙂

    peu importe le nombre de candidats à cette investiture, ce n’est que l’affaire des militants socialistes et quoiqu’il arrive, ce candidat n’aura qu’à défendre ce pseudo-projet un peu trop consensuel au goût de certains d’une part, d’autre part, il sera, en théorie, le seul candidat socialiste à l’élection présidentielle… non ?

    Mais ne t’inquiète pas Agnès, la multitude sera au rendez-vous : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89

    Répondre
  15. Pierre
    Pierre dit :

    En 2002, au 2ème tour j’ai voté Chirac par antifachisme, je l’ai sérieusement regretté(retraites, intermittents, etc…) mais je ne peux m’en prendre qu’à moi- même, à 38 piges c’était pas sérieux! 2007? le vote peut-il changer quelque chose au merdier global? Je comprends que l’on ne puisse choisir entre Sarko et Sego car peu de choses les distinguent sur le fond…mais je déteste tellement Sarko! Il va falloir prendre les armes…tôt ou tard! Le vote utile, c’est un truc des staliniens façon Marchais. Les révolutionnaires ne devraient pas avoir de candidat, c’est antinomique, c’est paradoxal! Alors peut-être un jour la révolution comme seule solution?

    Répondre
  16. Sextus
    Sextus dit :

    @Sextus : je ne comprends pas bien tes remarques sur "l’exclusivité de l’initiative des lois à une assemblée sortie de nulle-part".

    Je parlais du TCE… si tu me trouves les critères précis selon lesquels sont nommés les membres de la Commission Européenne et une définition claire de ce qui est entendu par "garanties d’indépendance", je suis preneur…

    Répondre
  17. Fred
    Fred dit :

    Grou > Nous sommes vicitmes de la nullité des "responsables" politiques. Ou bien tout simplement du fait que sans sponsor$, avec la médiatisation de masse des débats, un candidat indépendant "de rupture" n’a aucune chance.

    Yup. Même situation aux USA. Nader dispose de moyens financiers ridicules face aux deux gros.

    Ceci dit, entre une Sarkozette social-libérale et un Sarko libéral-facho, mon choix (forcé) est fait.

    Répondre
  18. Etheriel
    Etheriel dit :

    Bizarre que Merome ne soit pas encore venu nous parler de sa "methode Condorcet" pour les élections… Ceci dit, le syndrome "vote utile" est carrément drôle desormais. Longtemps le PS a profité du FN pour "niquer" la droite. Là, ca ne derangeait apparement personne. Mais aujourd’hui c’est l’inverse: tout un tas de petit FN de gauche plombent le score du gentil PS. Rah la la… c’est bête hein ! Donc 2 choix: soit le gentil bobo bloggeur vote "utile" (mais ca lui fait mal au cul rien que d’y penser), soit il vote "alter-machin-anti-liberal-bidule", et là c’est le soir de l’election qu’il a mal au cul. Dans tous les cas, je trouve ca poilant 🙂

    Répondre
  19. Paul TOTH
    Paul TOTH dit :

    En réponse à Stefz,

    "les partis pourraient être les courroies de transmission"…vu l’intelligence d’une courroie de transmission, ça doit être à leur portée oui.

    C’est exactement ce qui m’agace dans la politique aujourd’hui, les partis et leurs candidats ne sont plus vecteurs d’idées et porteur de projets, ils sont "courroie de transmission"…on peut dire aussi démagogique.

    je suis aller faire un tour sur le site du FN, en 2 secondes on trouve le "programme", et il est présenté point par point…quand on a un QI de bulot, je suis sur que ça suffit pour leur donner sa voix. Sur le site du PS, j’ai toujours pas trouvé l’équivalent (avec d’autres idées de préférence).

    Répondre
  20. bruno
    bruno dit :

    Bonjour

    Le vote utile, ça a marché en 1981, en 1988 et (en tout cas pour moi) une dernière fois en 1997. Trois mois après (et surtout une privatisation après, celle de France-Télécom) c’était fini. Non seulement le vote utile, mais le vote tout court.

    Je ne sais plus où j’ai lu que l’abstention est le dernier refuge de la démocratie, mais c’est très bien exprimé. En effet, quand voter consiste à donner un blanc-seing à quelqu’un pour cinq ans (le député ou le Président), qui va faire ce qu’il veut pendant ces cinq années, et quand je dis "faire ce qu’il veut", cela veut dire surtout faire "preuve de courage" (pour un élu de gauche), autrement dit appliquer une politique contraire au peuple, eh bien, voter n’a plus aucun sens. Au contraire. Glisser un morceau de papier dans une boîte toutes les x années est la solution de facilité pour se donner une bonne conscience de démocrate. Trop facile !

    Que l’on se rappelle Jospin en 1997, élu grâce à la lame de fond des mouvements de 1995, puis sacrifiant sans vergogne toute idée de volonté politique, allant jusqu’à baisser l’impôt sur le revenu (sans parler des privatisations, du cadeau EADS à Lagardère, du dernier sommet européen engageant la France dans les réformes des retraites et autre chose encore…) ; que l’on se rappelle les appels à "noyer Chirac" sous les voix de gauche (quel est le génie qui a proféré cela déjà ?), résultat : Raffarin et Villepin.

    Dernière réflexion : les programmes de la gauche sont-ils adaptés à une époque de pétrole rare, de ressources terrestres en diminution, d’un écosystème en phase d’épuisement ? Bien sûr que non.

    Sur la démocratie, un livre m’a fait réfléchir :

    L’imposture démocratique, de Luciano Canfora (il a également écrit : La démocratie, histoire d’une idéologie)

    Sur le dernier point, Le cauchemar de Don Quichotte, écrit par Frédéric Joly et Jean-Claude Michéa.

    Cordialement Bruno

    Répondre
  21. phitros
    phitros dit :

    "@Phitros : Merci pour tes encouragements… La rue, la révolution… oui, pourquoi pas, c’est bien dans la culture historique française. Mais peut-être aussi, dans les partis, au coeur du fonctionnement démocratique, dans les institutions, pour se colletiner la gestion des affaires. Toi, par exemple, tu ferais quoi, à la place de Delanoé, face aux tentes des SDF distribuées par MDM ?"

    Moi j’ai pas parlé de révolution ! 😉 nuance… Pour Delanoé… pfff c’est pas en cachant la poussiére sous le tapis qu’on fais le ménage..enfin chez moi ! Ceci dis, je doute qu’il puisse faire quelque chose. Dans un autre registre, Je lui dirais de ne pas attendre 3 ans pour réactualiser la liste des personnes isolé en période de canicule. Comme cela les Pompier n’auraient pas à faire des enquétes sociales à 4H du matin. Enfin, là encore il n’est pas le seul en cause…

    Je souhaitais juste ne pas te démotiver mais pour connaitre les parties de droite comme de gauche, en ce qui me concerne, je ne me fais aucune illusion. L’attrai du pouvoir est bien plus fort quela volonté de gouverner en fonction de l’interet général.

    @ Etheriel :"Donc 2 choix: soit le gentil bobo bloggeur vote "utile" (mais ca lui fait mal au cul rien que d’y penser), soit il vote "alter-machin-anti-liberal-bidule", et là c’est le soir de l’election qu’il a mal au cul. Dans tous les cas, je trouve ca poilant :)"

    ça me semble bien résumé….:)

    @Pierre: "Alors peut-être un jour la révolution comme seule solution?" Hum il me semble que le 20éme est parsemé d’exemples illustrant que la révolution n’est pas une solution. Cela a peut être marché à une époque où les vilains exploitant etaient identifiés dans leurs usines. Actuellement, avec la globalisation des fluxs financiers et là dématérialisations ces capitaux ça marche pas. Même les états ne sont pas armés pour répondre à cela.

    @kopin: oulala je vais suivre l’évolution de ton lien! Mais après lecture je ne sais toujours pas pour qui voter!

    Enfin, si! j’ai peut être trouvé! ^^ AGNES PRESIDENTE!

    🙂

    Répondre
  22. Philippe.
    Philippe. dit :

    D’accord avec ce billet, l’élection ne doit pas se jouer sur la hauteur des talons d’un candidats ou la capacité de se vêtir de blanc… Il me semble que les blogueurs ont une petite responsabilité si on regarde ce qui s’est passé pour le TéCE. Peut-être faut il que nous parlions des programmes des candidats qui ne sont pas dans le "vote utile"?

    Répondre
  23. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Nous avons collectivement prouvé que nous étions capables d’animer un débat politique de qualité malgré les politiciens et les médias -> TCE.

    Remettons le couvert et forçons les vrais enjeux de société à sortir du bois!

    Répondre
  24. Fred Bird
    Fred Bird dit :

    Excellent billet… vote utile ou pas, tant que les institutions seront aussi a-democratiques, rien de vraiment bon ne pourra en sortir.

    Peut être que d’ici quelques temps cela finira par bouger, en tout cas pour 2007 on va encore l’avoir profond je sens…

    Répondre
  25. André
    André dit :

    " …modèle de société prôné par les deux Janus, ce sera forcément cela qui va sortir des urnes et que si l’on veut que notre vote fasse partie du camp des vainqueurs..,"

    Une lecture trop rapide m’avait fait lire "les deux anus" ,j’en étais resté sur le cul Plus sérieusement la seule chose que l’on puisse attendre d’un scrutin est la légitimation d’un affairiste ou d’un pseudo- tyran.

    La seule chose à faire avant que ça ne se termine en bain de sang ‘est de refonder les instituitions sur un modèle réellement démocratique avec remise en cause du mandat de l’élu à chaque décision importante,mais cela ne peut se faire qu’avec des pays de petites tailles,autrement dit en ce qui nous concerne ,sortir de l’U E

    Répondre
  26. Croa
    Croa dit :

    Nous savons bien que les dés sont pipés… Qu’il y ait pléthore de candidats permettra quant même une expression au 1er tour. Lorsqu’il faudra ensuite voter entre le Diable et un Démon (Sarko et le Borgne) j’irais pour ma part me promener… Car le grand soir sera proche ! (Finalement je voterais peut-être le borgne pour le faire venir plus vite !)

    Répondre
  27. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    La démocratie, c’est quand s’exprime la majorité des voix (vox populi, vox dei). Le paradoxe de la démocratie, c’est quand des urnes sort le totalitarisme. D’un autre côté, si on interdit de voter pour tel ou tel parti parce qu’il est d’essence a-démocratique, ne met-on pas fin, de facto, à la démocratie? Je sais très bien qu’Hitler est sorti des urnes et quelques autres derrière lui.
    Je pense que le principal ennemi de la démocratie, ce n’est pas le totalitarisme (qui, souvent, nourrit l’aspiration au rétablissement de la démocratie), mais la démagogie, qui consiste à flatter les plus bas instincts du peuple dans une optique purement stratégique et qui, du coup, fait le lit des votes anti-démocratiques.
    D’où l’intérêt d’un vrai débat politique, pas de coups de propagande. En limitant la sphère du politique à des stratégies marketing, les grands partis ouvrent un boulevard à un vote que nous serons tous amené à regretter un jour.
    Je pense surtout que nous avons déjà oublié les grandes leçons du siècle dernier : de la misère et de la crise sociale se nourrissent les extrémismes. C’est pour cela que les Résistants, à la fin de la guerre, n’avait eu de cesse de reconstruire une société plus juste, basée sur des systèmes de redistribution sociale. Partout, ce modèle est remis en cause au nom du réalisme économique, lequel crée toujours plus d’iniquité, de misère, de frustrations et de révolte, et ce, à l’échelle planétaire. C’est pour cela que les processus "démocratiques" qui font l’impasse sur la nécessaire remise en quesiton du modèle dominant sont dangereux : ils portent en eux-mêmes les ferments de leur destruction violente!

    Maintenant, si à l’issue d’un vrai débat citoyen, c’est encore le borgne qui sort des urnes, il faudra en tirer les conséquences et admettre que c’est là le représentant que la majorité du peuple s’est choisi… et faire vite nos balluchons!

    Répondre
  28. Merome
    Merome dit :

    La règle du jeu politique aujourd’hui, c’est le scrutin majoritaire à deux tours. C’est comme ça pas autrement. Comme le sentait déjà Condorcet (en le prouvant mathématiquement d’ailleurs : http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A… ), c’est très imparfait comme mode de scrutin.

    A partir de là, il faut tenir compte des règles du jeu et voter pour celui qui est le plus à même de les changer, mais en tenant compte des limites du système lui-même. Pas évident. Zidane, par exemple, aurait voulu intégrer le coup de boule dans la panoplie du parfait footballeur, il n’y parviendra pas.

    Du coup, malgré tout le mal que je pense du vote utile, à la veille des élections, je vais regarder les sondages (en sachant qu’ils se trompent), et évaluer le risque de voter non-utile. C’est comme ça qu’en 2002 j’ai voté Jospin. Ce n’était pas mon premier choix. 🙁

    Répondre
  29. Centurion
    Centurion dit :

    Au passage, un très bon livre pour comprendre comment notre sacré suffrage universel structure la vie politique de notre pays et conduit certains à défendre le vote utile: Philippe Braud (professeur de sciences politiques à l’Université de Rennes), « Le suffrage universel contre la démocratie », (PUF).

    Répondre
  30. Raptor
    Raptor dit :

    "Car si nous décidons de tourner le dos au mythe du vote utile5, si nous décidons que voter, c’est exprimer nos aspirations profondes, alors ce pourrait être une formidable surprise qui sortira des urnes en 2007!"

    Une formidable surprise, en effet. Votons comme en 2002, où on a déjà eu une "formidable" (au sens littéral : qui fait peur !) surprise. Vivement la deuxième surprise. Encore plus formidable que la première ! Sarkozy ? Ou Le Pen en tête au deuxième tour ? On a déjà eu douze ans de droite. Pourquoi pas dix-sept ? Et pourquoi pas l’extrême-droite, pour changer ?

    Répondre
  31. majoral
    majoral dit :

    rien à redire sur le billet à propos du vote blanc: c’était ma position mais je me demande s"’ILS" ne s’en balancent pas alors pourquoi pas un vote extrème juste pour faire sauter le dispositif?

    Répondre
  32. On refait le blog
    On refait le blog dit :

    La démocratie imparfaite

    Laissons de côté nos idées partisanes et notre subjectivité, et prenons un peu de recul sur notre système démocratique. S’il y a bien un endroit où droite et gauche pourraient trouver un consensus, c’est sur la recherche d’une meilleure…

    Répondre
  33. épi
    épi dit :

    Quoi qu’il en soit, on continuera toujours de tuer en Iraq, en Palestine, en Inde, en Amérique latine, en Afrique, etc…

    Je suis d’accord avec ton commentaire, Bruno, mais ton langage est bien trop clair pour ne pas rendre sourd. Alors, continuons de nous bercer de la douce illusion d’être utile.

    Utile à qui? Voilà la question à laquelle il faudrait répondre. La question posée par une élection présidentielle ou législative est simple: par quel gang voulez-vous être étripé?

    Ma réponse, c’est: qu’ils se bouffent et s’étripent entre eux – ce qu’ils ne feront pas, ayant trop besoin les uns des autres pour créer l’illusion d’une alternative, et trop besoin que nous ayons l’illusion de servir à quelque chose.

    J’en suis venu à la conclusion – sans joie, mais si elle n’est pas réjouissante, elle vaut quand même d’être dite – que c’est par notre silence que l’on pourra le mieux les atteindre. Pas d’écho, pas de feed-back (c’est bien le mot, il se nourrissent de ce que nous leurs donnons en retour), et ils ne sauront plus que faire, ce qui ne sera pas une nouveauté, et ils devront soit nous saborder, soit aller en mendiant nous demander ce que nous voulons.

    Mais si utopiste que je paraisse (pour un avenir qui commencera le jour où nous ne chercherons plus à donner le change en braillant), je ne me fais plus d’illusion sur nous.

    Je dirai même, pour enfoncer le clou, que ce n’est pas tellement des fascistes que nous avons peur, mais bien de nous que nous avons honte par avance: comme il y a 60 ans, il n’y aura plus personne quand l’un des 3 gangsters qui se présenteront sera élu. On trouvera même qu’ils n’ont pas tout à fait tort de chasser les arabes et les noirs, et il en est même parmi nous qui, poussant la lâcheté à son comble, leur donneront un coup de main (de préférence avec la langue: dénonciation, anonyme ou non).

    Alors?

    « Comment a-t-il du pouvoir sur vous, sinon par vous ? Comment oserait-il vous attaquer, s’il n’était d’intelligence avec vous ? Que pourrait-il vous faire, si vous n’étiez les receleurs du larron qui vous pille, complices du meurtrier qui vous tue, et traîtres à vous mêmes ?…

    Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres ; je ne veux pas que vous le poussiez ou l’ébranliez, mais seulement ne le soutenez plus, et vous le verrez, comme un grand colosse à qui l’on a dérobé sa base, s’effondrer de par son poids-même et se rompre.» (La Boétie, à 16 ou 18 ans, à cet âge adulte si lucide et si bref coincé entre une courte enfance et un très long "no man’s land".)

    épi qui pique où ça fait mal.

    Répondre
  34. Tomek
    Tomek dit :

    Il semble plus que jamais qu’aucune leçon n’ait été tirée de 2002 du côté des "gros" partis… et j’ai beau essayer de garder espoir, mais à l’instar de Raptor, j’ai bien peur que rien n’y fasse et qu’on se retrouve une nouvelle fois devant un choix pourri…

    triste de se rallier au vote utile, triste d’avoir le droit de voter et de vouloir voter blanc au final (ou pour des partis proche de ses convictions, mais ça va changer quoi ?), juste pour se dire qu’on a participé au bordel…

    une révolution ? mais il faut du monde pour ça. La pression n’est pas assez grande sans doute, elle monte petit à petit, touche de plus en plus de monde, mais de réaction coordonnée et solidaire, il n’y a point (pour le moment…). Pourvu que…

    Répondre
  35. RastaPopoulos
    RastaPopoulos dit :

    A bruno : "Le cauchemar de Don Quichotte" c’est de Matthieu Amiech et Julien Mattern. Un excellent livre démontrant que les idées de la gauche, et même de la gauche de gauche, vont peu ou prou dans le même sens que ceux qu’ils disent combattre : toujours moins d’autonomie et plus de développement et de Progrès. De plus, ce livre contient une très bonne bibliographie. Résumé : http://www.decroissance.info/Le-cau

    Pour Jean-Claude Michéa, il faut lire "Impasse Adam Smith, brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche". http://www.autonomie.org/messages/0

    Bonne lecture. Et amusez-vous bien. La révolution doit être ludique ou ne doit pas être :o)

    Répondre
  36. RastaPopoulos
    RastaPopoulos dit :

    Non Agnès, la phrase devrait être "l’abstention est une impasse SI on pense que seul ça va changer quelque chose". Ca ne doit être qu’UN élément (pas très important d’ailleurs) parmis des centaines d’autres, si on prend le cas d’une abstention par choix militant.

    L’abstention est une impasse si on ne la voit que comme un contre-vote. Comme une pureté révolutionnaire. A mon avis, c’est passer son temps à suivre en détail les éléctions (surtout présidentielles kiCkivagagnéééé) qui est une impasse.

    Yavait un très bon article de CLaude Guillon sur l’abstention : http://claudeguillon.internetdown.o

    Et si on s’en foutait.

    Répondre
  37. manu25
    manu25 dit :

    Y en a que je soupçonne de voter Sarko, afin de " voter utile" et de ne pas écorner leurs privilèges, surtout ne pas toucher à nos nos salaires de nababs, mais faire chier les fonctionnaires et les chomeurs; ça fait diversion….

    Répondre
  38. u lounge
    u lounge dit :

    Enfin quelqu’un qui dit tout haut ce que je pense tout bas… Tout à fait d’accord avec ton analyse Agnes…

    Les commentaires montrent que certaines idées du mass-media sont encore bien ancrées dans les têtes, et pour sortir de cette situation de non-choix, il faut commencer par les clarifier :

    1- Le système démocratique dans lequel nous vivons est le meilleur.

    Faux, la preuve avec le vote utile qui est par définition "anti-démocratique". La democratie est un système à perfectionner sans cesse…

    2- L’abstention et le vote blanc, c’est pareil.

    Faux, l’abstention signifie, en effet, la politique ne m’interesse pas et peut importe qui passe, je m’en fous… Le vote blanc signifie, la politique m’interesse mais aucun des candidats ne portent mes idées.

    3 – Le vote blanc, ça sert à rien et toutes façons, ça compte pas…

    FAUX ! Là, est la solution ! Mettons un blanc à plus de 50% et vous allez voir si celui-ci ne compte pas… Certes d’un point de vu constitutionnel, les politiques ne seraient obligés de rien, mais il validerait au pire une situation qui deviendrait officiellement anti-democratique alors…

    Je me souviens de 2002, où pendant ces 15 jours de l’entre-deux-tours, où je pronais le blanc… tout le monde me traitait de pro-lepen… Resultats… la droite à appliquer la moitié du programmme du FN ! Si tout les gens de gauche avaient voter blanc… Chirac serait passer de la même manière. Le Blanc aurait été plus important que Lepen, voir Chirac, lui-même… nous serions en VIème république…

    LE vote blanc est la seule solution dans ce système pour en sortir… l’autre solution ? 1789, version XXI eme siècle…

    Autant, essayer la première solution avant la deuxième, non?

    Répondre
  39. Tomek
    Tomek dit :

    u lounge :

    1/ tout à fait d’accord

    2/ idem

    3/ idée interessante et sans doute à tenter… ce ne sera pas la 1e fois en ce qui me concerne ; et si les personnes qui se disent dégoûtées par la politique telle que pratiquée depuis un moment avaient le réflexe de voter blanc plutôt qu’utile ou pour des candidats populo/démago extrêmes, alors peut-être les politiques se rendraient compte que ça ne tourne pas rond AVEC eux…

    Répondre
  40. Little big rock
    Little big rock dit :

    Je pense que tous les opprimés de cette belle France devraient avoir une revendication commune et s’y tenir : le référendum d’initiative populaire .

    C’est le seule chance de pouvoir s’emparer des sujets qui comptent pour les mettre au débat puis aux voix.

    Alors le peuple pourra façonner le projet de société pas à pas.

    PS. Pendant que j’y suis et pour construir une société meilleure : Objectif un million de signatures d’Européens pour demander l’abandon du nucléaire –> http://www.million-against-nuclear….

    Répondre
  41. Rv
    Rv dit :

    NB: le "le référendum d’initiative populaire", ou plus generalement la prise en compte continue (et pas seulement aux elections) des desirs des electeurs est l’une des propositions de "Sarkozette"!!! Qui par là meme propose effectivement un (embryon d’) autre modèle de societé. Mais je rassure tout de suite les pourfendeurs de la "star des medias", il y a toujours moyen de la critiquer en avançant qu’elle n’a pas d’idées et qu’elle ne fait que reprendre ce qui lui est soufflé. Ouf!

    Répondre
  42. eutrophisation
    eutrophisation dit :

    avez vous entendu parler des projets de candidatures unitaires à la gauche de la gauche? http://www.alternativeunitaire2007.org. La gauche de la gauche unie pour vraiment changer les choses, et enfin arreter ces dissensions ridicules netre partis qui au fond veulent la même chose, mettre à bas le libéralisme économique. L’unité permettrait d’enfin proposer une réelle alternative au choix qui n’en est pas un, à cette participation politique tronquée qu’on propose aux citoyens. Que toutes les forces vraiment à gauche s’unissent pour qu’enfin les choses changent…

    Répondre
  43. Pierre
    Pierre dit :

    Je ne crois pas que l’abstention soit le signe d’un désinterêt de la politique sauf si l’on pense que celle-ci se réduit au vote, ce qui n’est pas le cas évidemment…et je tiens à préciser que je suis un votant. Il est vrai que le débat qui a eu lieu l’an dernier à propos du TCE a été une bonne surprise et qu’il serait UTILE de remettre le couvert avant 2007. D’autant que, ne le perdons pas de vue, Sarko et Ségo étaient favorables à ce TCE. Heureusement qu’il y aura d’autres candidat(e)s.

    Répondre
  44. RastaPopoulos
    RastaPopoulos dit :

    ULounge : "Faux, l’abstention signifie, en effet, la politique ne m’interesse pas et peut importe qui passe, je m’en fous… "

    L’abstention est loin d’être aussi facile à définir. Il y en a qui s’en foutent. Oui. Mais il y en a PLEIN d’autres pour qui l’abstention signifie surtout : la politique ELECTORALE on en a rien foutre. Or ce n’est pas LA politique. Le vote blanc signifie effectivement "aucun des candidats ne représentent mes idées". Mais comme je n’ai AUCUNE envie qu’on représente mes idées, ou pire qu’on ME représente, dans le système actuel, de la façon actuelle, alors je n’ai AUCUNE raison de voter blanc non plus.

    La politique m’intéresse BEAUCOUP. Et donc je m’abstiens.

    Répondre
  45. Mavie
    Mavie dit :

    Ouf! Agnès, ça m’a fait un bien fou de lire ce post…Je passe tellement pour une utopiste lorsqu’il s’agit de remettre en cause des choix de société, on te répond souvent parit politique majoritaire, sans autre alternative. Voter pour le plus fort, voter utile, après on verra. Le rejet du TCE et autres me fait penser que beaucoup de personnes ne demandent qu’à s’exprimer sur un choix de société et non sur une personnalité stratégiquement plus à même de gagner… Merci pour ce post.

    Répondre
  46. NRV
    NRV dit :

    "Apologie du vote inutile", ça aurait pu être un joli titre pour ce papier. Votons inutile !!! Autant mettre du style, de l’élégance, de l’art, dans son refus de se confronter à la différence. Je ne voterai pas pour quelqu’un qui ne pense pas EXACTEMENT comme moi. Et si en faisant ça je favorise quelqu’un qui pense EXACTEMENT LE CONTRAIRE de moi…?

    Répondre
  47. revolutionnaire
    revolutionnaire dit :

    Bravo !

    Ah bas le vote utile, dispersons nos voix au premier tour !

    Place à la politique du pire.

    Un second tour Sarko – Le Pen, votons pour Le Pen.

    Le Pen élu, en 6 mois, les masses populaires en ont marre, se révoltent, prennent la rue et le pouvoir tombe dans les mains des vrais révolutionnaires !

    Haut les coeurs camarades, le pouvoir est au bout du fusil.

    NB – Tout ce qui précède est, bien entendu, a prendre au second degré, sauf par les tenants du vote inutile !

    Répondre
  48. Hchicha's BloG
    Hchicha's BloG dit :

    Le PS m’a tuer …

    Aujourd hui, Lionel Jospin s’est enfin dévoilé candidat à la candidature pour le parti Socialiste en vue des présidentielles qui auront lieu dans un an ici en France. … Pays de merde! Comme lui font dire les guignoles de ……

    Répondre
  49. Henry Kanaan
    Henry Kanaan dit :

    "Finalement je voterais peut-être le borgne pour le faire venir plus vite"

    Une idee risquee mais interessante. La revolution (pas nationale) commencera peut etre avec le mechant papet, à son insu bien sur

    Ceci dit, n oubliez pas que ce sont les elections legislatives qui sont les plus importantes

    Répondre
  50. Marine
    Marine dit :

    >"Le Pen élu, en 6 mois, les masses populaires en ont marre, se révoltent, prennent la rue et le pouvoir tombe dans les mains des vrais révolutionnaires !" : ouais, ou alors au bout de 6 mois, les masses populaires se disent qu’elles ont ete vraiment connes d’attendre si longtemps 🙂

    Répondre
  51. deuzeu
    deuzeu dit :

    Franchement, je suis pas d’extrême droite, mais c’est bizarre de voir un type qui se présente depuis des dizaines d’années aux éléctions ( légalement) se faire traiter de fasciste (en fait de nazi, carrément), alors que d’autres, qui appellent, sans gêne, à la désobeissance civile et à ne pas respecter la loi, sont désignés comme des champions de la démocratie, et que d’autres prônent carrément la révolution, donc la prise du pouvoir par la force, pour faire passer leurs idées qui passent pas autrement. Le borgne, comme vous dites, il appelerait à violer les lois ou à la révolution, sur que ça déclencherait un tollé de tout les diable et qu’il y aurait du monde dans les rues…

    u lounge: perso, j’ai fait comme toi…

    Répondre
  52. RastaPopoulos
    RastaPopoulos dit :

    deuzeu, la démocratie n’est PAS un fait établi. C’est en construction permanente. A partir du moment où l’on pense que l’on vit en démocratie, ce n’est plus le cas.

    La désobéissance est un DEVOIR. Gandhi était contre la démocratie ? Luther King était contre la démocratie ? Si refuser le système actuel et surtout penser qu’il n’est pas légitime (et donc ne pas penser qu’on peut changer les choses en l’utilisant) c’est être anti-démocratique alors OUI je suis contre la démocratie.

    De toute façon c’est simple. Je suis contre la X-cratie. Le pouvoir du peuple (et donc d’une MASSE) est aussi laid que le pouvoir d’UN individu sur d’autres.

    Acratie ça sonne mieux.

    Répondre
  53. greamove
    greamove dit :

    voter blanc, noir ou jaune, peu importe, cela se passe toujours au suffrage universel, technique tenu pour le nec plus ultra en matière de démocratie, quitte à l’imposer par la force! cherchez l’erreur…en fait, le suffrage universel sélectionne les plus pervers, démonstration dans « http://etienne.chouard.free.fr/Euro… » il y est proposé de le remplacer par la technique du tirage au sort, inventée par les Athéniens, dont on n’a retenu que les assemblées participatives alors que les deux techniques s’emboîtent et s’épaulent l’une l’autre; bonne lecture.

    Répondre
  54. u lounge
    u lounge dit :

    > RastaPopoulos

    Ce que je disais à propos du vote blanc et de l’abstention sont simplement l’interpretation des medias et des politiques… et aujourd’hui, que l’on soit d’accord ou non (et j’ai beaucoup d’amis aussi qui s’abstiennent "politiquement"), le sens qui est valide est le leur… Ainsi Sarkozy, suite au premier tour de 2002, se désolait de voir autant de gens que la politique n’interessait pas en parlant des abstentionnistes ! Il parlait donc de toi RastaPopulous… alors que precisement tu voulais dire le contraire… bien joué Nico, dommage Rasta, bien essayé…

    Si on veut changer quelque chose dans un système, il faut commencer par pouvoir communiquer avec ce système… et dans ce système "democratique", le "allez tous vous faire foutre" s’appelle blanc à haut pourcentage… l’abstention à haut pourcentage cela s’appelle "les Français se desinteresse de la politique"… C’est 2006, c’est le monde "communiquant" (et je le connais bien, je lui donne mes fesses du Lundi au Vendredi), c’est naze mais c’est comme ça… c’est ni toi, ni moi qui faisont les règles, c’es les "politiques" et leurs copains les médias et c’est eux qu’écoute la masse pas… monolecte… dommage.

    Ceci dit, pour Agnes, qui se demande le blanc pourquoi faire et surtout et après pour quelle alternative… pour ma part, un gars qui s’appelle Noam Chomsky resume bien la direction à suivre dans son bouquin "De l’espoir en l’avenir", propos sur l’anarchisme et le socialisme libertaire… mais c’est pareil, avant de lire ceci, il faut être prêt à se debarrasser d’idée simpliste sur la question ancrée par le mass-media. L’anarchie n’est pas :

    1/ un système anti-democratique, bien au contraire.

    2/ un foutoir desorganisé, bien au contraire.

    3/ l’opposé du libéralisme… l’anarchie est tout à fait compatible avec le la liberté d’entreprendre (au sens economique aussi). D’ailleurs, le libertaire et le libéralisme ont plus de point commun qu’il n’y paraît…

    le socialisme n’est pas, non plus, le simulacre bolchevique du siècle dernier qui lui a fait autant de mal que l’ultra-libéralisme d’aujourd’hui à la liberté d’entreprendre …

    Un exemple de dans la vraie vie de maintenant… Chavez au Venezuela. Là-bas, ils en discutent pas sur un blog, ils le font pour de vrai… et ça marche.

    Répondre
  55. Etheriel
    Etheriel dit :

    Ah tiens, revoila l’idôle Chavez… Euh, j’ai un doute là: Chavez, c’est bien le nouveau pote à Ahmadinejad, et le mec qui commande pour des milliards de dollars des armes à la Russie ? Il a l’air sympa votre nouveau copain de gôche… mais à la limite, je prefererais Etienne Chouard dans le role de "la nouvelle Star"

    Répondre
  56. u lounge
    u lounge dit :

    Trop de libé, tue la libération des esprits Etheriel… Ceci dit, quoiqu’on en pense, Ahmadinejad est arrivé au pouvoir selon un processus démocratique pas pire que celui qui a mis Bush au pouvoir et accessoirement, non, c’est pas plus son pôte que Chirac l’est… Quant à l’achat d’armes à la Russie… tu sais dans le monde dans lequel on vit quand tu pars sur une optique de gouvernement reellement socialiste, tu ne te fais pas que des copains surtout quand tu as du pétrole sous les pieds, et que tu renegocies le loyer à la hausse pour les multinationales et redistribue le benef au peuple… pas très "positive" attitude selon Washington. Du coup tu te prends du coup d’état en veux-tu en voilà… du coup, tu flippes, t’achètes des armes… normal. Et pour info, c’est pas mon idole, j’en ai pas… ni d’ailleurs de drapeau rouge avec faucille et marteau au dessus de mon lit… Mais tu as raison de douter, c’est ce qui fait avancer.

    Répondre
  57. Le Glaude
    Le Glaude dit :

    Le post le plus hilarant : numéro 50 par NRV… vivre avec lui ça doit ressembler à un parcours dans une usine à gaz. Côté rigolo comment choisir un resto avec lui, côté tragique… se faire gazer quand on est kurde. NRV tu n’es pas incisif, tu pourrais lire le sujet : involontairement, tu le paraphrases et tu résumes très bien la prise d’otage 2002-2007, tu fais toi-même ainsi ce que tu dis qu’il ne faut pas faire ! dingue non ? Je crois que beaucoup d’entre nous ne mesurent pas à quel point nous sommes dans une civilisation (…) et pis même que le travail des historiens est à la fois objectif et subjectif… Alors aborder le sujet de comment on va éviter de se laisser prendre entre le marteau et l’enclume en 2007, ça vaut le coup.

    Commencer par se documenter, se cultiver soi-même aller à contre-courants dans un océan d’inculture programmée. En voilà un beau geste affinitaire : contribuer à faire évoluer la démocratie vers plus de puissance, plus de raffinements et tout ce qui nous manque cruellement. Si la gauche est diverse aujourd’hui, tant mieux. A bas la dictature oecuméniste ! 😉 Si elle est si coincée, c’est que les humains sont courbes et ce ne sont pas les centres de redressements religieux ou para-militaires qui en feront une droite.

    (…)

    Bien sûr ça se complique si on tient compte du fait que l’on peut appartenir à une éthiqu’ette de gauche sans en comprendre les diverses philosophies. De là sans doute que certains passages lus auraient pu l’être sur le site de Christine Boutin et là mes lacunes culturelles me mettent au coude à coude avec le monolecte, rendant impossible toute condescendance, sauf à propos de la turista, une guerre facile à gagner loin des eaux du Liban.

    (…)

    Rire un peu aussi avec celui qui pense que son second dégré est fin quand il invoque la révolution dans un post numéro 51. Je sais, ce n’est qu’un post sur ti blog, mais quand même (ouarf) on n’est pas des kanmeme !!!!!

    2002-2007 oui et alors. A part des scénari improbables, qui est mûr pour quoi ? L’histoire doit-elle être évitée, ("sa fin") avant d’être vécue ? Ne pas rester fasciné, mais se cultiver : vous verrez que ségo ou sarko c’est un rondo trop pauvre pour nous mener loin en bateau.

    (…)

    Dialoguons, cherchons, n’ayons pas peur de nous contredire, et de trouver. Le blog est un outil parmi d’autres. Pas de messie ? pas de messe et quelques sectes : une grande et majeure partie de l’électorat n’attend pas d’être unifié ni communautarisé. Tout au plus de la convivialité pour ceux qui en manquent. La synthèse fut une éjaculation précoce… le PS ne doit pas tomber à 5% ? I y a toujours un moment où le débat dérape en invective ("nazi", coco, t’es si t’es ça etc…) ou en métaphores sexe… voilà c’est fait.

    Quant aux dégoûtés avec leurs fantasme d’abstinence anti-blog, les donneurs de leçons anti-révolutionnaire, bien sûr ils peuvent "encombrer", mais … mais mémée, que le désir de vivre encore et de comprendre est fort… ! Pour le moment ils nous fournissent des répliques très amusantes. Ils sont au débat ce que sont les saillies, les bons mots dans les dialogues et les bêtisiers sont au cinéma : de quoi rebondir et jubiler avec "cerises sur le gâteau"… Merci pour leurs contributions, nous sommes de nombreux auteurs qui pouvons y puiser à l’infini.

    Répondre
  58. RastaPopoulos
    RastaPopoulos dit :

    A Agnès : mmmh c’est pas nouveau comme mot "acratie" hein, ça a plusieurs décénies quand même :o)

    A deuzeu : je n’ai pas très bien saisi l’analogie avec Hollande. Mais bon.

    A ulounge : contrairement à ce que tu as l’air de penser, je suis d’avis que ce n’est pas du tout en tentant d’utiliser les grands médias et "le monde communicant" actuel que l’on va pouvoir changer quoique ce soit. La stratégie du vers dans la pomme ne marche que dans TRES PEU de cas. C’était d’ailleurs la stratégie de départ de Pierre Carles et il a pris désormais la voie complètement inverse puisque maintenant sa méthode de distribution consiste en : autoproduction, diffusion par réseau militant et SURTOUT débattre tous les ans partout en France. Et pour ça il n’y a pas besoin de technologies de l’information et de mass-media.

    D’ailleurs dans un film Serge Halimi explique très bien pourquoi il ne faut pas aller dans les mass-medias, et dans cette explication il résume justement un propos de… Chomsky.

    Pour ce qui est du libéralisme proche de l’anarchisme c’est un contresens assez important qui est de plus en plus diffusé afin d’entretenir la confusion. Et en plus généralement il est asséné par des gens qui n’ont que très peu, ou souvent même jamais, eu un quelconque rapport avec le milieu anarchiste.

    Facheux. En effet on peut difficilement plus opposé sur les FONDEMENTS des deux idéologies. En revanche dans les conséquences qui s’en suivent on retrouve par exemple des actions telles que "se battre contre l’Etat". C’est d’ailleurs un des rares rapprochements possibles.

    En effet la base de l’anarchisme et le combat contre TOUS type de pouvoir. Le libertarianisme (libéralisme radical) lui se bat juste contre le pouvoir de l’Etat, ce qui n’a donc RIEN à voir. Il continue de cautionner le pouvoir de l’argent par exemple. Des actionnaires. De la publicité. Etc.

    Mais là on part sur d’autres considérations que le sujet d’Agnès. Donc même si c’est très intéressant d’en parler, il faudrait peut-être se recentrer.

    Enfin j’exagère il y a quand même un bon rapport avec le sujet de départ ainsi que la question posée dans un commentaire par Agnès : "qu’est ce qu’on propose comme projet de société ?".

    Le socialisme libertaire, comme dirait Claude Guillon. Il y a tellement "d’anarchismes" différents…

    Répondre
  59. NRV
    NRV dit :

    @ Claude piot

    Claude, je n’ai pas bien compris en quoi le fait de ne pas faire preuve de sectarisme et de ne pas condamner à l’avance une alternance de gauche revient à construire une "usine à gaz"…? Mais chacun est libre de ses interprétations. En revanche, je note beaucoup de posts pro Le Pen ici. Même si c’est sur le mode "Votons Le Pen, on aura la révolution"… Je commence à me dire que je suis peut-être mal tombé, en matière de blog… Qu’est-ce que cela fait référencé sur Rezo.net ???

    Répondre
  60. Le Glaude
    Le Glaude dit :

    Certains veut du pré-mâché. C’était plus facile du temps où l’on instrumentalisait le populisme pour clore le débat. Ce genre de militants qui nous affligent tant, repoussoir à la bouche le brandissent à tout propos et contribuent à appauvrir les échanges, évacuer la possibilité de mouvement dans la pensée qui se forme pourtant dans des relations complexes. NRV ne sait pas lire, il a besoin de fléchage partout, ce doit être ce genre de visiteurs qui visite une exposition le nez dans la DOC, sans rien regarder. Des fois que ça serait trop difficile de lire avant de venir faire un TOUR. (ista)

    Répondre
  61. toto
    toto dit :

    "je note beaucoup de posts pro Le Pen ici".

    C’est vrai que seulement en parler , c’est être pro, n’est-ce pas? Un post n’est pas un vote, NRVant.

    et vive les autruches!

    Répondre
  62. ulounge
    ulounge dit :

    >Rasta

    Pas trop vite l’ami, je ne dis certainement pas que le libéralisme et l’anarchie sont proches, je dis qu’ils ont des points communs… grosse nuance… la plus grande étant la "liberté" de l’individu… en reprenant ton argumentation, l’anarchisme est contre TOUS type de pouvoir… admettons… il n’est donc pas contre la liberté d’entreprendre… pronés par le liberalisme… autre point commun…

    Mais arretons sur ce point et recentrons sur le sujet… quand au vote utile et surtout ces alternatives vote blanc vs. pas voter.

    Je ne prone pas non plus l’idée de "pourrir le fruit de l’interieur". Comme toi, j’ai vu les films de Pierre Carles et suis aussi convaincu que le formatage audiovisuel actuel ne permet pas de faire passer des messages qui ne sont pas "mainstream".

    Les films de Pierre Carles, c’est bien… c’est autoproduit… et c’est regardé par 0,05 % de la population française, dommage… tu ne veux pas voter par conviction politique et je le comprends mais, et tu le sais, ce que comprendras 99,5% de la population, c’est que la politique ne t’interesse pas car c’est ça qu’ils entendront dire à la télé et liront dans le journal… c’est faux dans ton cas, et c’est pas normal que ça se passe comme ça mais ce sera comme ça…. c’est comme ça.

    Alors c’est quoi qui fait chier ? Ce qui emmerdant, c’est que je suis plus proche de toi que du PS… moi aussi, je trouve cette democratie corrumpue… mais toi, tu votes pas et tu te fonds avec les gars qui s’en foutent… Car c’est vrai finalement, comment distinguer du coup, les gars qui ne votent pas par conviction de ceux qui ne votent pas parce qu’ils s’en foutent de la politique pour de vrai ? D’où le vote blanc… car remettons les choses dans leurs contextes, avant de parler quoi faire après… il faut d’abord que l’on sorte de la merde dans laquelle ils nous ont mis… et pour ça, faudrait peut-être que l’on fasse un peu plus de pedagogie sur l’utilité du vote blanc massif… ici et ailleurs.

    Pour reprendre Bourdieu, nous vivons dans une société "évènementielle" à signification. L’evenement "30 % de non-votant" provoque rien, on le sait déjà… l’evenement "fort taux de blanc" et c’est une chance d’au moins changer les règles du jeu…

    C’est toi qui voit maintenant, moi j’arrête de polluer ce joli blog…

    Répondre
  63. enzo d'aviolo
    enzo d'aviolo dit :

    Entièrement d’accord avec l’analyse. Pourtant nombre sont ceux qui vont nous expliquer qu’en cas d’échec, les votants selon leur conviction, seront les responsables. ben voyons, c’est si simple…….

    Répondre
  64. jeunespop87
    jeunespop87 dit :

    Comme un jeunes militant PS a joué les redresseurs de tort, je vais prendre le contre-pied, en étant aussi caricatural comme ça, ça nous fera un petit "1 partout, la balle au centre".

    Je suis effectivement assez d’accord sur certains points avec ta vision des choses en particulier sur cette dictature du "vote utile" comme si un vote était inutile.

    Effectivement "la gauche gouvernementale n’a jamais préconisé la précarisation des salariés pour créer de l’emploi" mais dans les faits elle l’a pratiqué avec les 35heures qui ont créé une perte de pouvoir d’achat. En effet, on ne peut travailler plus pour gagner plus donc diminution du pouvoir d’achat donc précarisation. De plus les heures supplémentaires ont "disparues" dans certaines entreprises du fait des 35heures donc diminution du pouvoir d’achat donc précatisation. Cette gauche n’a jamais considéré qu’on peut relancer l’économie en baissant les impots des plus riches. Effectivement dès qu’elle arrive au pouvoir c’est au tour de tous les impôts, y compris ceux des classes moyennes d’augmenter. De plus, en augmentant les prélèvements sur les activités économiques elle facilite les délocalisations et décourage l’esprit d’entreprise. La gauche s’oppose au concept d’immigration choisie (au passage : qui est clairement antinomique avec celui de "codéveloppement", il faudrait quand même le clamer avec force). Mais cette affirmation est risible, c’est justement le codéveloppement avec la possibilité de former en France des élites qui retourneront développer les pays d’origine, qui est favorisé.

    Le programme du PS, le projet 2007, C’est une soupe tiède où l’on a pris le soin de ne froisser personne et de promettre beaucoup. On ne sait pas comment le financer mais ce n’est pas grave! On ne peut pas affirmer que le PS n’a pas de programme et c’est malheureux. En effet, l’absence de programme serait meilleur, on pourrait croire qu’ils vont en sortir un bon !

        Au sujet des institutions : je suis entièrement d'accord avec toi,
    et nous sommes très nombreux à l'UMP à penser la même chose : la Vè
    République, en poussant à la personnalisation du pouvoir, pourrit le
    débat démocratique, et prive le citoyen de son pouvoir de décision.
    Il faut donc la reformer. Elle a été écrite pour de Gaule à un moment
    précis, la société a évolué, la Vème le doit aussi !

    La soif de débat existe, chez nous, le débat interne est une culturen le débat avec la société est privilégié. Nous avons mis en place de nouveaux moyens techniques pour échanger, débattre, informer. Il y a du boulot mais nous sommes mobilisés.

    Le vote utile est une belle expression. Quand on voit le PS donner des consignes pour que ses élus ne donnet pas de signature aux partis d’extrême gauche, c’est une façon de museler les idées différentes de celles (peu nombreuses) du PS. C’est anti-démocratique et c’est "petit joueur". mais c’est de bonne guerre. au lieu d’évoluer par rapport à 2002 ils se protègent !

    Le jeu est ouvert certes mais il faut regarder les propositions, les programmes et dépasser les clivages droite-gauche. Oui, je sais, je suis moins caricaturale que mon collègue 😉 Lis les propositions de l’UMP. Le bouquin de Nicolas Sarkozy est pour cela édifiant. La caricature que l’on en donne est loin de l’homme tel qu’il est et tel que je le connais.

       Sinon, le vote pour l'extrême-gauche est une solution pour montrer
    au PS que proposer une mauvaise politique de gauche mélangée à une
    mauvaise politique de droite ça donne une exécrable politique de
    centre mou et voilà ce que propose le PS.

    Le risque FN n’existe que si la gauche et la droite ne proposent rien de clair et d’efficace. Il faut, en politique, être pragmatique. Et prendre les solutions les meilleures d’où qu’elles viennent.

        

    Un dernier mot : en rentrant à l'UMP, j'ai pris conscience que
    c'est ce parti qui va imaginer un autre monde. Vu l'état actuel
    de la société et de nos institutions, l'innovation sociale, économique,
    politique, est ailleurs : dans les associations, le dialoguesocial, chez
    les chercheurs, etc. Un parti, ça sert d'abord à prendre le pouvoir en
    répondant aux aspirations démocratiques mais aussi à prendre à la société
    civile ce qu'elle a comme idées pratiques et c'est ce pragmatisme et cette
    écoute de la société portés par Nicolas Sarkozy qui doivent, en 2007
    apporter une solution, peut-être pas la meilleure mais au moins une solution viable !
    Répondre
  65. xoup
    xoup dit :

    Oui le phénomène vote utile va donner bien du travail au sociologue et politologues…

    Bon je vais pas vous tenter de vous convaincre de voter pour le mouvement auquel je participe, mais sachez qu’à gauche du PS, un rassemblement antilibéral tente (tant bien que mal) de se mettre en place : ça s’appelle Alternative Unitaire. Ca rassemble moralement les salauds de nonistes de gauche : PCF+ LCR+ AlterEkolo (une grosse partie des Verts)+ CCAG (Convergence Citoyenne)+MARS+ Alternatifs+…

    Le site c’est:

    http://www.alternativeunitaire2007….

    Le programme ce sera grosso modo la charte antilibérale que vous pourrez consulter sur le site des collectifs du 29 mai (ceux qui ont fait campagne pour le non de gauche au TCE):

    http://www.collectifdu29mai.org

    Vous trouverez aussi sur ce dernier site une belle réflexion pour une VI° République menée par la fondation Copernic.

    Et voilà, en espérant que si c’était vos idées, l’espoir vous revienne, et que vous veniez participer, et diffuser le mouvement. On a en bien besoin!

    Ah un petit clip de propagande trotsko-coco-écolo-démocrato-alter compatible (comme dit si bien le mensuel Regards) : http://www.dailymotion.com/lfdpn555… disponible aussi sur le site de la fille du père noel…

    xoup.

    Répondre
  66. xoup
    xoup dit :

    Oulala… on parle pas de ça chez nous! Non sans rire, le 10 septembre va se tenir une réunion qui mettra en place la procédure de désignation et pour débattre une première fois des noms.

    Moi j’aimerais bien que ce soit Clémentine Autain soutenue par les 3B (Bové Buffet Besancenot) (voir mon article : http://www.alternativeunitaire2007….) D’autres voient Bové direct… Y en a d’autres possibles… à piocher dans la liste des premiers signataires de l’appel du 11 mai.

    xoup.

    Répondre
  67. yves
    yves dit :

    Aller croire que le vote est déjà joué sous le prétexte que les sondages le disent, c’est se laisser complètement manipuler: http://www.monde-diplomatique.fr/20

    Laurent Fabius se souvient que les éléctions se gagnent à gauche pour le PS. Il était déjà là en 1977. Mais il est discrédité à gauche depuis son passage férocément libéral à Matignon, et le PS est vérrouillé par les ouistes, qui ne peuvent pas reconnaitre cette vérité sans se renier.

    Donc exit le bulletin PS. Et la probabilité d’une présence du PS au second tour me semble plutot faible, au final.

    Les 21 avril reviennent à date fixe, hélàs !

    Répondre
  68. Ashram de Swâmi Petaramesh
    Ashram de Swâmi Petaramesh dit :

    Se poignarder le trou de balle avec un cervelas

    Michel Onfray, Ségolâtre de raison, à défaut de coeur ? Est-ce bien raisonnable ? Son interview par Le Monde se termine ainsi : Je me vois mal donner ma voix à la candidate de Lutte ouvrière, restée bloquée sur un logiciel des années 1920……

    Répondre
  69. Ashram de Swâmi Petaramesh
    Ashram de Swâmi Petaramesh dit :

    Se poignarder le trou de balle avec un cervelas

    Michel Onfray, Ségolâtre de raison, à défaut de coeur ? Est-ce bien raisonnable ? Son interview par Le Monde se termine ainsi : Je me vois mal donner ma voix à la candidate de Lutte ouvrière, restée bloquée sur un logiciel des années 1920……

    Répondre
  70. Fred., de L.
    Fred., de L. dit :

    Il me semble qu’il faudrait relancer cette histoire de vote utile merdique en ajoutant quelques arguments. J’ai bien quelques idées, mais j’suis pas sûr d’avoir sû les exprimer efficacement. cf. ci-dessous.

    Il faut rejeter le vote utile

    On vote pour le candidat qui nous plait. Et s’il n’est pas là, on ne vote pas. C’est mon état d’esprit actuel.

    Je dis ça pourquoi ? Parce que les pressions pour voter à gauche pour le candidat PS sont de plus en plus fortes.

    Ces pressions sont de ces sortes là :

    • Sarkozy serait un futur dictateur,
    • Le pouvoir risque encore se durcir, les libertés seront encore plus menacées,
    • Les inégalités seront encore favorisées, les pauvres toujours plus stygmatisés.

    Ce sont de bonnes raisons. Mais un président sans une majorité au Parlement ne peut pas mener une politique conforme à ses désirs. A la limite, il peut impulser une politique étrangère originale. Mais sans un gouvernement et un parlement qui acceptent d’aller dans son sens, ça n’est pas forcément possible non plus.

    Alors. Quand on sait ça. Comment répondre aux pressions sur le vote utile ?

    Le PS depuis 30 ans n’a pas mené une politique de gauche aussi forte qu’il aurait pu. Il a d’ailleurs totalement pactisé avec les forces déstructurantes qui ont construit l’Europe mortifère de la libre concurrence. Et surtout, son programme n’annonce pas qu’il a l’intention de s’amender.

    Il est donc hors de question de donner une quelconque légitimité au candidat du PS au motif que Sarkozy est dangereux.

    Les politiques régionales, suite au raz de marée socialiste lors des dernières élections régionales, sont un bon exemple d’inutilité du vote socialiste. Ces élections n’ont pas apporté de nouveautés démontrant que le Parti Socialiste était à l’écoute de son électorat.

    Juste pour de rire. A propos de la Mairie de Lyon, dirigée par un socialiste. Le projet Vélov est très intéressant, novateur, à la mode. Mais il a tout de même été monté par un partenariat avec la société capitaliste quasi-monopolistique JC Decaux, au terme d’un contrat étrange autorisant ce dernier à poser pour son propre compte des publicités partout dans l’espace public. La Mairie de Lyon a aussi noué un partenariat permettant à Microsoft d’asseoir toujours plus son monopole dans la région… Là encore, cette main tendue à une multinationale de ce genre, ce n’est pas à proprement parler un signe très à gauche qu’il lance à son électorat. Surtout quand on connait la position de Microsoft relativement aux projets européens de modification des brevets logiciels.

    Il n’y a pas de vote utile possible. Le vote ne doit plus être dénaturé par de telles considérations stérilisantes du débat politique.

    J’en arrive donc à mon argumentaire final.

    Peu importe quel président nous aurons. Il est hors de question de donner une légitimité à ces gens qui n’ont de cesse depuis 30 ans de dénaturer notre vote et de le piétiner au nom de dogmes ineptes. Le Président de la République importe d’autant moins que le Parlement dans certaines configurations (pas simples à obtenir, certes…) a le pouvoir d’agir contre l’avis du Président.

    Aussi :

    • Les législatives doivent permettre d’exprimer à nouveau ce ras l’bol des partis traditionnels.
    • Nous devons être en mesure de voter pour des gens différents, issus d’une vraie organisation de gauche.
    • Cette organisation doit être créée, impérativement.
    • Elle doit présenter des candidats partout où cela est possible, pour obtenir des représentants partout où cela est possible, à toutes les élections à venir.
    Répondre
  71. bobo3101
    bobo3101 dit :

    Souvenons nous…
    29 mai 2005, la gauche anti-libérale remporte sa première victoire significatrice en France depuis de nombreuses années, la victoire du NON.
    Qu’on le veuille ou non, elle fut aider par l’extrême droite, mais c’est pas le sujet.
    Cette victoire donne enfin un espoir à des millions de Francais, et aussi à des millions d’européens qui n’ont pas eu la chance de pouvoir se prononcer sur ce texte.
    La joie est collective, des meetings rassemblent les tenants de la gauche du non venant de tout bord (Ps, PC, Verts, Lcr…), les francais se rendent compte qu’on peut réellement changer les choses dans ce pays, dans cette Europe et même dans le monde.
    Le peuple francais se réveillent surpris et joyeux et enfin on peut dire ce qu’on pense vraiment, et on peut gagner!
    Toutes le couches de la population sont motivés pour l’avenir!!
    Mars 2006, les jeunes sont dans la rue, les syndicats et de nombreux partis les suivent…et la ..surprise…on gagne encore!!! Le CPE est retiré, la droite et les élites comprennent que ce pays a encore une âme et que les francais ne seront jamais des petits pantins!!
    Ces deux moments "historiques" de l’ère contemporaine sont remarquables, on rêve, on imagine que tout est possible, on applaudit la gauche anti-libérale.
    On avait fini par oublier les querelles politiciennes, les coups bas, les trahisons, on croyait que la gauche anti-libérale en avait fini avec cela.
    Mais patrata…tout s’effrite, tout dégringole, tout s’écroule.
    L’espoir de millions de gens de voir une extrême gauche regroupé, unie, soudée, s’effondre : 5 candidats d’extrême gauche se présentent pour l’élection 2007.
    Bien sûr il y a des désaccords, des malentendus, mais est-ce bien sérieux??
    La parole de l’extrême gauche a perdu de sa légitimité! Tous séparés, les discours en sont que plus méprisés, non écoutés et bien sûr non influencables!!
    Je pense que cette multitude de candidats a fait et va faire beaucoup de mal à cette gauche.
    Marie-George Buffet et Domnique Voynet qui veulent gouverner avec le PS (c’est ca l’extreme gauche?), Arlette Laguiller qui rest dans le même rôle depuis 30 ans (a quoi a-t-elle vraiment servi?), on parle même pas de Schivardi (de toute facon on comprend rien à ce qu’il dit), et José Bové.
    Ah José Bové, l’homme de la télévision, l’homme des médias, crée par celle-ci après le démontage d’un Mc-Do (ne sommes nous pas dans un pays libre??). De tous les candidats d’extrême gauche, il a le programme le moins élaboré, l’organisation la plus rudimentaire et le message le plus floue.
    Il veut qu’on le voie à la télé pour défendre d’autres combats (OGM, agriculture productiviste), c’est bien sur tout à son honneur et je le défendrais toujours quand il fera ça, mais bon sang que viens-t-il faire là??
    Heureusement qu’Olivier Besancenot est resté digne et a toujours dit qu’il était prêt à se retirer au rpofit d’une candidature unique. Dommage que tous les autres n’en voulaient pas!!
    Donc voila, quand ensuite on entend les lecons faites au PS, à la démocratie, à la France…faites par des gens qui ont ruiné l’espoir post 29 mai-Cpe, qui ont déçus des millions de francais. Et bien on rigole quand même bien et on se dit qu’on est vraiment mal barré dans ce pays, dans cette Europe, dans ce monde, de plus en plus individualistes!!
    Mais au fait etre de gauche et encore plus d’extrême gauche, ne veut-il pas dire qu’on se bat contre ce monde de plus en plus individualistes, contre ce modéle libéral qui détruit l’humain??
    Je dois avouer que je m’y perds et que je ne voterais pas pour un candidat d’extrême gauche, malgré le profond respect et admiration que j’ai pour ce combat!!!
    Mes salutations, j’attends avec impatience des réponses contradictoires!!

    Répondre
  72. chris
    chris dit :

    @bobo

    Je ne crois pas que la parole de l’extreme gauche ou de la vraie gauche ait perdue quoique ce soit .
    Le probleme , c’est l’electorat potentiel , on critique ses separations en chapelles ,incapable de negocier et de s’unir au niveau des appareils mais jetez donc simplement un oeil sur la magnifique discipline de l’electorat concerné .

    Jetez un oeil sur ce ce qui s’est passé sur la blogosphere ,comment a ete mené la campage de ce coté la .

    Si vous voulez vraiment vous marrer grave , jetez un oeil chez les chomeurs ou entre le travail de fond des Segolinistes sufragettes de service et les defenseurs du corporatisme ANPE ……je vous le donne en mille , ils ont meme reussi l’exploit de persuader la webmistress de …voter utile !!!!!!!

    sacrée revolutionnaire ….vous prendriez des risques ou vous miseriez sur des gens pareils ,vous !

    je suis content d’etre plus chomeur ,je serais tenté par un lancer de grenades sur mes ex camarades !

    ici ,c’est un peu mieux coté gauchiste mais pour les autres ,que voulez faire avec des zozos pareils .

    je rejoins Agnes lorsqu’elle évoquait la qualité du vote Lepen ,ben oui depuis 20 piges, y peut compter sur sa troupe lui !

    Vla deja une reponse qui me parait evidente a mon gout .

    parce qu’enfin ,c’etait simple …5 candidats et alors ….la blogo a bien decidée en son temps de la constitution europenne .

    ici ,il me semble que Bové a ete choisi ….bien mais la parole n’a pas ete portée .

    Perso alors que j’etais meme pas concerné ,j’ai porte le baston ci et la …..et bien ,vous me croirez pas …..le seul et unique site ou j’ai ete censuré ,banni a fin de ne pas deranger la propagande Segoliniste …..c’est chez les chomeurs ,faut le faire !!!!

    Alors quand je dis que dimanche ,certains auront les resultats qu’y meritent !

    Bové a fait son boulot ,Besancenot a fait une tres belle campagne !

    Ah ,j’ai oublié de vous dire ,je suis entrepreneur ..putain !

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *