Alternative helvétique

Mais qu’est-ce qu’on va bien pouvoir foutre pendant la Coupe du Monde de Football?

Bienvenue en SuisseRéponse en forme de clin d’œil, l’autre jour, à l’heure de la pub. Alors que j’attendais patiemment la fin d’un tunnel de pub, soudain, quelque chose attire mon attention dans le brouhaha des réclames en plein raccolement actif. Un paysage bucolique et montagneux, et, au lieu de vaches violettes, voilà que l’on voit apparaître des travailleurs d’un genre bien spécial : imaginez des mannequins calibrés pour le magazine Tétu en train de faire les Village People chippendalisés. En tout cas, il est extrêmement rafraîchissant de voir tous ces jeunes mâles metrosexuels bûcheronner, traire, et autre activités de force. Mais quand arrive le slogan, c’est l’hillarité qui l’emporte :

Mesdames, passez donc l’été de la Coupe du monde dans les montagnes suisses, là où les hommes se soucient un peu moins de football, mais un peu plus de vous.

Le pays des marmottes qui emballent la plaque de chocolat dans le papier allu fait dans le clin d’oeil délicieusement ironique et propose aux femmes esseulées de supporters convaincus de venir se distraire entre copines dans la confédération helvétique. Je ne suis pas sûre que l’on assiste à une explosion du tourisme sexuel au pays de Calvin, par contre, les Suisses ont d’ors et déjà emportés la palme de l’humour déconneur sympa pour la Coupe du Monde.

Parce que cette pub est en fait le pendant de l’autre pub du Mondial 2006, moins institutionnelle et bon enfant et nettement plus glauque et sordide : la mise en place d’un gigantesque lupanar à ciel ouvert dans l’Allemagne du football.
Des dizaines de milliers de femmes sont elles aussi invitées à transhumer à l’occasion de la grand messe du sport, parce que le supporter a besoin d’un exutoire à toutes ces terribles tensions nerveuses qui vont l’assaillir pendant ce spectacle tout en virilité. Devant l’ampleur de l’explosion de testostérone attendue, on innove, on crée des baraques à sexe, sorte de chiottes à usage sexuel. Bientôt, on va mettre sur le marché des filles-kleenex, par boîte de 12, ou des garages à bites.

Fondamentalement, qu’il y ait des putes volontaires qui partent arrondir leur fin de mois en Allemagne, histoire de soulager la main d’œuvre locale et les portefeuilles des gros beaufs gorgés de bière ne me gêne pas plus que cela, mais l’on sent bien que pour satisfaire les appétits des sportifs en chambre, on ne va pas trop être regardant sur le niveau de consentement des principales intéressées et que les rabatteurs doivent déjà turbiner à fond les ballons, écumants l’Est du continent où la pauvreté ne laisse jamais un choix immense à ses victimes.

40 réponses
  1. M. LeChieur
    M. LeChieur dit :

    Du foot, de la mauvaise bière qui fait grossir, des spasmes mornes dans une chambre glauque, des frites molles trempées dans l’huile, et, avec un peu de chance, des coups de poings dans la gueule si on n’arbore pas le bob aux bonnes couleurs… Tout un programme de rêve et de félicité pour notre Humanité triomphante. Et ça rapporte des millions de dollars à la FIFA, aux chaînes de télé, et aux abrutis qui courent après la baballe (ainsi qu’à leurs dévoués maquignons).

    Comme disait le baron Coubertin, cette vieille baderne fasciste, « l’important, c’est de gagner du blé ».

    Répondre
  2. el ryu
    el ryu dit :

    Ah ouais je l’ai remarqué aussi cette pub, j’adore ! Faut avouer que les suisses ont plus d’humour que nous, c’est un peu comme les belges. En tout cas parmi le flot de pubs merdiques elle se démarque bien.

    Répondre
  3. ko
    ko dit :

    Le problème est effectivement pas dans la présence de travailleurs/euses du sexe là-bas, mais, comme dit bien Agnès, du point de vue du niveau de consentement des dit-e-s… Pfiou…

    Le pire, cette année, c’est que les matchs ont lieu le soir : des bataillons de filles délaissées vont donc investir les terrasses pour fuir les soirées foot-bière-pizza-chips-beuglements se déroulant à l’ombre des 16/9° achetés tout exprès pour l’occasion…

    Si quelques montagnards suisses voulaient bien faire le déplacement chez nous, pour celles qui travaillent dur la journée et seront libres comme l’air le soir… 😉

    Répondre
  4. Guy Leboutte
    Guy Leboutte dit :

    Super,

    Je mets ça en ligne sur un portail d’infos alternatives auquel je collabore, http://www.mouvements.be

    Plus exactement: à partir de demain matin une de vos sources (la coupe de la honte), le lendemain une deuxième (les garages à bites), et votre billet le jour d’après!

    Bien à vous.

    Répondre
  5. Laurent
    Laurent dit :

    Pour infos : Artemis, le fameux Lupinar existe depuis plusieurs années. C’est juste que là ils compte triplé le nombre de fille. C’est pas une raison, je sais….

    Le pretexte du foot et du footeux moyen pour fustiger la prostitution c’est très gentil. Sortez de chez vous!!

    Laurent

    …et vive le foot et Platini …et pelé mince quoi!

    🙂

    Répondre
  6. wallaye
    wallaye dit :

    Ben moi j’aurai appris qu’en allemagne je peux me marier une étrangère d’un pays pauvre (sur photo, j’imagine) pour la faire venir bosser sur le trottoir, et ainsi arrondir mes fins de mois. De la prostitution familiale, quoi… Ils sont forts ces teutons! La france a encore un métro de retard. Mais peut etre qu’avec l’immigration choisie on va les rattraper?

    Répondre
  7. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Arf, tout de suite : ce que je voulais dire, tant qu’à coller ta femme sur le trottoir, autant pouvoir en avoir plusieurs, histoire que ce soit rentable. Je rappelle que la polygamie n’est pas réservée aux noirs, aux arabes et/ou musulmans. Il y a aussi les mormons ou, plus anciennement, les concubines chinoises. Et toc 😉 !

    Répondre
  8. Fred
    Fred dit :

    ko > Le problème est effectivement pas dans la présence de travailleurs/euses du sexe là-bas, mais, comme dit bien Agnès, du point de vue du niveau de consentement des dit-e-s…

    Si on commence à aller dans cette voie… combien de gens consentent vraiment à faire le boulot qu’ils font? Au hasard, caissière chez Carouf, ouvrier dans le BTP, éboueur, aide-soignante, etc. Je suis d’accord que sur le plan psychologique, c’est beaucoup plus difficile d’être prostitué(e) que de faire ces boulots là (question d’intégrité corporelle, etc.), mais au moins, quand on bosse comme indépendant(e), le revenu est en conséquence.

    De toute façon, on en revient toujours aux questions économiques : le manque d’opportunités valables pour ces femmes (et ces quelques hommes), alternatives à la prostitution.

    Répondre
  9. Arrenbi
    Arrenbi dit :

    Désolé, c’était de l’humour spécial lourdingue. Et sans même aller chez les pas très catholiques de souche, on a notre Bocuse national qui est ouvertement polygame (du moins polygyne) car « elles aiment ça ».

    Répondre
  10. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Ben déjà, aller aux putes, n’est-ce pas une forme de polygamie? Et la maîtresse? On peut se foutre de la gueule des polygames « officiels », mais combien de bons monogames qui entretiennent plusieurs relations simultanées? Au moins, les polygames officiels s’engagent vis à vis de chacune de leurs femmes. En monogamie détournée, il y en a une à assumer et pour les autres, c’est juste : « prend ton pied et tire-toi! ». Le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière…

    Répondre
  11. ko
    ko dit :

    @ Fred : parfaitement ! Et c’est pourquoi je milite pour la reconnaissance d’un vrai statut légal de travailleur-ses du sexe

    Ça dépasse quand même la sphère strictement économique, car la prestation sexuelle tarifée engage l’usage sexué du corps (le travail à la chaîne engage aussi le corps, mais pas de façon sexuée). Et cet usage est intimement lié à la morale et à des tas de représentations conscientes et inconscientes…

    Répondre
  12. blop
    blop dit :

    Mais… mais que faisais-tu devant un « tunnel de pub » ? Jette ta tele par la fenetre une bonne fois pour toute !!

    En plus, comme toujours, la pub ment : la Suisse est qualifiee pour le Mondial de foot et a son quota de beauf comme partout. Je te promets que tu n’echapperas pas a la connerie mondiale en passant la frontiere.

    Répondre
  13. manu25
    manu25 dit :

    Parce que vous pensez qu’en Suisse l’industrie du sexe est bannie ? A vingt mêtres de la frontière Suisse (Canton de Neuchatel), un bon gros bordel façon club privé avec boxe particuliers où de belles plantes sud-américaines, où de l’Europe de l’est attendent sinon le banquier helvete où le gogo frontalier chargé d’épater la galerie, vraiment un beau pays : où tout s’arrête à 17h, les commerces les administrations … Mais où il y a une deuxième vie après la propreté éclatante, chalet en bois et croix blanche sur fond rouge, nains de jardin compris; là où le fric règne en maitre la prostitution n’est jamais très loin. Sauf que tu es dans un pays coffre fort et que bien sur la prostitution est extrèmement dissimulée mais existe bel est bien dans des conditions quasi-d’esclavage. Certains cantons sont montés au créneau, mais que ferait le soir le diplomate où le haut fonctionnaire étranger en poste à Genève, Zurich, Lausane …? De plus comme le rappel blop, ils vont bouffer foot matin, midi et soir et surtout l’espèce de belatre helvete de la pub ci dessus, le hockey en hiver, le foot en été. Surtout en cas de qualif. Bref cette pub, est signe d’une hypocrisie sans nom. Et puis renseignez vous sur le cout de la vie en Suisse, ça vous laissera réveur.

    Répondre
  14. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Il est ronchon, le manu, ce soir!!!!
    Cette pub est une boutade, c’est ainsi que je l’ai prise.
    Maintenant, je connais un peu la Suisse, comme tout ex-frontalier (Annemasse!) et non, je sais que ce n’est pas le paradis sur terre… ou alors, bancaire!

    Répondre
  15. manu25
    manu25 dit :

    Non pas ronchon, mais la Suisse n’est pas véritablement un exemple de pureté et de non chalance, toutefois j’y ai découvert des vrais personnes capablent de faire blémir un certain facteur (ptt) Français, ceci dit; ils ont conscience de leurs minorité idéo. a la différence près que leurs TV : tsr1 et trs2 jouent ds leurs écuries à la différence de la TV française (pompeuse, startififiées, sans interets)). Ils ont très peu de chaines TV privées, c’est marrant pour le fleuron du libéralisme fédéral. Tout en nuance ce pays, c’est cela qui mériterait d’être étudié. Peut être un autre statut de putes ? Eh! Eh, deuxième degré, dame agnès ! Comme le dit un pote Suisse  » quand on est rond la forme est bidon mais le fond est resté bon »

    Répondre
  16. GCF
    GCF dit :

    1: les Suisses se moquent effectivement assez du foot, mais uniquement parce que là-bas, c’est le hockey sur glace le sport « sacré « national (au même niveau que le foot ici).

    2: la prostitution n’ y est absolument pas cachée, mais ça marche pas comme ici. Là-bas, les journeaux, même les petits régionaux, possédent des pages entiéres de petites annonces tapineuses, avec adresses et spécialité.Les péripapéticiennes reçoivent à domicile et se gélent pas le cul dehors(fait plus froid, là-bas)

    3: franchement, la vie y est tellement différente qu’ ici, que vous pouvez même pas imaginer. ça me manque un peu, quand même…

    4: et ils sont de loin plus libéré sur le cul qu’ ici (de loin on dirait pas,hein?)

    Répondre
  17. GCF
    GCF dit :

    Faut comprendre que les suisses n’ont pas connu la guerre de 14 qui a désertifié les campagnes françaises et que la suisse, c’est des villages et quelques villes de province.

    Le moindre village posséde épicerie, poste, banque, kiosque(c’et comme ça qu’on appelle le tabac-journeaux) , une gare et une ligne de bus avec des départ toutes les heures, tu vas bosser ou tu veux, t’as pas besoin de bagnole, tu vas le soir à un festival, t’as même un bus »pyjama » qui te raméne à 2heures du mat.

    C’est tout fermer trés tôt le soir, mais tu trouve des distributeurs(clopes,etc) en état de marche de partout.

    Pas de merde de chien, pas de papier gras, etc.total respect pour les autres…

    Des frais banquaire, t’imagines pas.Tu passes l’année à découvert, sans en parler avec ton banquier, tu paie peut-être 30 euro de pénalité pour l’ année.Pas de chéquier, tu paie en liquide.

    Tu reçoit tes factures: 3 mois pour les payer.Ici, ils te demande 1000E du jour au lendemain, tu peux rien gérer.

    Sarcloret, je l’ai vu en concert dans un bistrot, il est bien sympa.(là-bas, il n’y a pas de Paris, centre du monde, tu croise des vedettes dans la rue, personne n’en fait cas, 2 fois j’ai visité des appartement et je suis tombé sur des « stars » de la téloche suisse qui me faisait visiter eux même, c’est trés rigolo, l’ambiance)

    Et tu fais pousser ce que tu veux dans ton jardin….

    Répondre
  18. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Ok, on arrive!!!!
    Ceci dit, quand les gens ont un chouette pays, ils sont assez peu enclins à le partager avec les autres.
    Et un français peut ouvrir un compte normal dans une banque suisse (genre pas numéroté, avec des valises de bitons douteux!)?

    Répondre
  19. GCX
    GCX dit :

    Agnes:

    oui mais la-bas, tu seras une immigrée qu’ on regardera de travers car:

    tu sortiras pas ta poubelle à la bonne heure.

    tu doublera les bagnoles comme une givrée au lieu de respecter le huitante.

    tu t’arreteras pas au passage piéton

    ton jardin sera en bordel

    ton chien fera sa crotte et tu seras pas equipé pour ramasser

    Etc,Etc

    un frouze quoi.

    (bon moi,au bout de 10 ans, j’etais au point, mais je suis revenu quand même)

    Répondre
  20. Heidi
    Heidi dit :

    Un autre truc que les suisses ont compris: quand y’a pas de chomage, on embauche des frontaliers. Quand y’a du chomage, on vire les frontaliers qui prennent l’emploi d’un Suisse. Et on ne garde que les frouzes qui veulent faire un taf que les locaux rechignent à faire. Bref, une immigration choisie, et en mode « va et vient ». Le panard. Vivement que la Suisse lance une OPA sur la France 🙂

    Répondre
  21. GCX
    GCX dit :

    ah, et pis les bistrots et restaux sont ouvert tard, eux, même à la campagne,abordables et remplis ,l’essence est moins cher, tu paie 30euros par ans(vignette) pour pouvoir prendre toutes les autoroutes suisses(pas de péage) et ils sont en train de discuter pour baisser le prix des clops…

    huhu…

    Répondre
  22. manu25
    manu25 dit :

    Et qui a pemit l’essort de l’UDC (front national suisse qui à coté le F.N du borgne est un groupuscule gauchiste) Toutefois: pas de sécu. à la Française,flexibilité et précarité à tout les étages, surtout pour les frontaliers (appelés plus communément phares jaunes) Sur les référundum d’initiatives populaires je suis plus partagé que Louis siffert, rappelons que ces votes ont prolongés la durée de travail des femmes de 60 ans à 65 ans, n’a pas permis le congé maternité de huit semaines après l’accouchement, juste un mois et bobonne retourne au turbin. Et pas d’alloc. enfants. Par deux fois elle a rejettée son adhésion à la CEE … etc Ceci dit sur le plan culturel et sportif ils sont champions dans n’importe quel bled il ya une médiathèque digne de ce nom, une patinoire bien sur (lire post ci dessus) et une piscine couverte et découverte sans compter les inombrables lieux de concerts, cafés … Ah, et les musées sont tous gratuits. Pourtant de plus en plus de Suisses s’instalent en France : coût de la vie moins chere et la construction d’une maison abordable. Un ouvrier lambda Suisse gagne en moyenne entre 1500€ et 2500€ , une infirmière diplomée dans la CEE et travaillant dans la confédération helvétique peut gagner entre 3000 et 3800€ ! Vous piger la différence! Il suffit de travailler à deux et vous décrochez le jackpot même en payant des impots collosaux vous battissez en 10 ans, vous changez de bagnolles dés que le cendrier est plein, et sans pour cela avoir fait des études très longues bien souvent un CAP d’horloger, micro-mécanique, où de restauration, boulanger… Ce que vous perdez en sécurité d’emplois (quoique de moins en moins vrai ces temps derniers en France) vous le gagnez en doublant voire triplant vos prétentions salariales. L’année dernière un copain dentiste c’était instalé dans ma ville frontalière, histoire de découvrire le coin et de profiter du grand air, venant de Paris, il était éffaré en dicutant avec ses patients des salaires pratiqués, il venait de découvrire qu’une sommelière (serveuse dans un bar ou un resto.) gagnait plus que lui. Maintenant il est repartit loin des frontières à pognon. Je pense que du coté du Luxembourg, cela doit être la même chose. Quelques potes du coté de Thionville ont remarqué le même phénomène.

    Répondre
  23. Agnès Maillard
    Agnès Maillard dit :

    Perso, je suis suffisamment cro-magnon pour avoir envie d’avoir ma caverne à moi, histoire de toujours avoir un refuge sur la tête quand l’orage pète dehors…

    Répondre
  24. coco_des_bois
    coco_des_bois dit :

    Pour en revenir aux putes, ça me fait penser à quelques discussions récentes au sujet de l’Afrique et de l’esclavage. Il semble assez courant de dire que les pays africains ont pratiqué l’esclavage avant l’arrivée des européens, entre eux quoi. Ce qui finalement permet de se donner bonne conscience (ce qui est paradoxal pour des gens qui prétendent ne pas vouloir s’occuper des conséquences des actes de leurs ancêtres). Toujours est-il que l’exemple des putes du mondial montre que nous n’avons rien à envier à personne sur l’acceptation de l’esclavage, y compris au sein de l’europe. Car parler de consentement pour des putes, c’est quand même détourner sérieusement les yeux d’un problème d’exploitation des personnes, quel que soit leur « tâche », ce sont des esclaves modernes au même titre que les asiatiques qui fabriquent nos chemises…

    Au sujet de la Suisse, ça fait rêver … enfin presque.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *