Le premier des droits de l’homme, c’est celui de se nourrir correctement.
Sans accès à la nourriture, tout le reste n’est que tartufferie.

Brochette
brochette

Pour briser ce «­­confusément», il faut rendre son unité au monde. Rattacher riches et pauvres, vainqueurs et vaincus – comme des liens de cause à effet.
François Ruffin, La guerre des classes, Fayard, Paris, octobre 2008, p. 171.

Il a bien raison, François Ruffin de soumettre le brouhaha médiatique à sa grille de lecture que certains qualifieront de simpliste, ringarde ou éculée, de tout rapprocher de l’inévitable guerre entre le Capital et le Travail. Parce que cette crise avec laquelle on nous matraque pour nous empêcher de penser le monde, cette crise n’est jamais qu’un gros rôt d’indigestion de ceux qui possèdent aux dépens de ceux qui triment. Deux petites infos se répondent ainsi ce matin et donnent la mesure de ce qui arrive vraiment : USA et UE ont dépensé en une semaine de quoi nourrir le monde pendant 50 ans et Le sondage publié dans le JDD du 12 octobre sur le travail des Français le dimanche est truqué. Le capital qui confisque de quoi nourrir tous les affamés de la Terre pendant un demi-siècle et le même capital qui dit au travail qu’il va falloir encore trimer plus. Plus, toujours plus pour eux et toujours moins pour tous les autres. Ils disent que leur système est un progrès pour l’humanité, mais ils affament le monde. Ils oppriment les peuples de la pire manière que ce soit, par la faim.

Ils sont en train de privatiser le vivant pour que nous soyons totalement dépendants d’eux pour notre survie. Ils s’arrogent ainsi le droit de vie et de mort sur l’ensemble de l’humanité, décidant par leur argent qui aura le droit aujourd’hui de manger ou qui devra s’allonger dans un fossé en attendant la fin. Ils décident aussi de la qualité et de la variété de ce que nous avons le droit d’absorber pour nous nourrir. C’est ainsi que la communauté européenne, aux ordres du capital, a décidé que nous allions payer fort cher le droit de manger des fruits et des légumes encore plus nocifs. Alors même que la relation entre environnement pollué et prévalence des cancers est enfin admise, du bout des lèvres. Consommez plus pour nous enrichir plus et crever plus vite, plus nombreux et plus jeunes.
Comment pouvons-nous accepter cela une seconde de plus ?

Une histoire de goût

Petit piment
Petits piments de HLM

À quand remonte la dernière fois que vous vous êtes vraiment régalés d’une tomate pleine de soleil, que vous avez goulûment planté vos crocs dans sa pulpe gorgée de saveurs ? Cela m’est arrivé cet été, quand nous avons échangé avec des amis un peu de maintenance informatique contre un panier de légumes de leur jardin. Parce que ce n’est pas dans les supermarchés que je risque de croiser des fruits pareils. Même plus au marché du bled, où les tomates ont la même gueule lisse et le même manque de goût et de texture que celles de la grande distribution. Toujours les mêmes petites boules dures et imputrescibles que l’on peut oublier sans dommage pendant plus d’un mois au fond du frigo. Toujours les mêmes légumes, un de chaque sorte, été comme hiver… déprimant, pas bon, pas envie. Des années de recherches agronomiques pour ça : des trucs qui poussent hors sol, hors saison, hors goût, qui peuvent passer des jours et des jours en chambres froides sans bouger, qui peuvent sauter d’un continent à l’autre, qui se logent dans des petites cases normées, optimisation de l’espace, rentabilité maximum.
Je me souviens d’une boutade des années 80, où l’on disait que l’Europe ne servait à rien, si ce n’est à calibrer les concombres… sauf que ça, ce n’était pas rien. C’était tout. Notre droit à manger de bonnes choses contre leur impératif de profit à tout prix. Aujourd’hui, les légumes sont bien calibrés, bien chers et bien dégueulasses. Du coup, ils ont pondu du marketing sous couvert de santé pour nous faire avaler la couleuvre : il faut manger 5 fruits et légumes par jour. Il faut bouffer leur frankenfruits, avec leurs pesticides au taquet, leurs OGM et leurs prix toujours plus élevés, parce que… c’est de la faute au gel, au manque de pluie, de soleil… marrant comme argument quand on pense deux secondes qu’il s’agit de végétaux de serres cultivés hors sol. D’ailleurs, les légumes de mes voisins, les deux pieds dans le crottin, ils n’ont pas tant souffert que cela des aléas climatiques…

Tout le monde est d’accord pour dire que les légumes du jardin, c’est bien meilleur… alors quoi ? Pourquoi tous ces jardins d’agrément avec leurs fleurs stériles et leur pelouse au Roundup, que ce soit dans les bleds ou les banlieues pavillonnaires ? Ce n’est même pas une question de temps ou de pénibilité, quand on voit le temps passé à tondre l’herbe au carré, à biner autour des bégonias.

À quel moment est-il devenu évident que l’autoproduction alimentaire familiale était moins importante que les fonctions ornementales?

Extension du domaine de la culture

Potager de HLM
Potager urbain

Dans mon bled, comme ailleurs, il y a des gosses de l’âge de ma fille qui ont déjà toutes leurs dents bouffées par des caries, des mouflets gonflés comme des popcorns, nourris aux croquettes pour humains et dont les parents pensent qu’un verre de nectar de fruits blindé au sucre, c’est un fruit comme un autre. Nous nous sommes laissés entraînés dans la médiocrité alimentaire pour le plus grand profit de quelques-uns. Les gens n’ont pas faim sous nos latitudes… certes, pas encore, mais beaucoup souffrent de malnutrition. Quand Bové démontait le MacDo de Millau, il avait déjà tout compris. Tout comme Via Campesina et son combat pour la souveraineté alimentaire. L’autosuffisance. Le fait que les gens ne puissent plus crever de faim ou de malbouffe pendant leur pays exporte des matières premières agricoles à gogo. La faim est rarement un problème climatique ou agraire. C’est plus souvent une arme politique, économique, utilisée volontairement, une arme de destruction massive qui ne dit pas son nom. Et ce n’est pas seulement un problème de pays pauvre.

Il y a un an, alors que j’amenais ma fille à l’école, j’ai vu un homme se diriger derrière sa barre HLM avec une binette. Je l’ai suivi, et j’ai découvert que cet homme avait pris son alimentation en main. Sans terre. Sans moyens. Il a juste décidé de mettre en culture le petit trottoir d’herbe pelé qui entoure souvent les immeubles et dont personne ne fait rien. Il fait descendre au besoin un tuyau d’arrosage par la fenêtre de sa cuisine. Il a récupéré des culs de bouteilles en plastique pour ses semis. Et ça pousse.
Bien sûr, ce n’était pas prévu, cette utilisation d’un non-espace public, une bande de terrain dont on ne fait rien, qui ne sert à rien, qu’on ne voit pas, n’entretient pas, qu’on ne pense même pas. Lui, il a simplement changé de point de vue et il améliore son ordinaire. Rien ne l’empêche de le faire.

Dans la cité à côté, au milieu des barres, il y a le carré de pelouse. Un truc grand comme un immeuble comme il y en a des milliers et des milliers dans les cités où l’on parque les pauvres. Ceux qui font leurs courses dans les discounters. Qui ont les dents pourries. Qu’ils ne peuvent même plus faire soigner. Ce carré, ce n’est même pas de la pelouse. C’est vaguement tondu deux fois par an, pelé par endroits. Ça bouillasse en hiver et ça poudroie en été. Les gens n’y vont même pas y prendre l’air ou le soleil, les gosses y jouent à peine. Encore un non-espace. Qui pourrait fournir la cité en fruits et légumes frais pour peu d’efforts. Avec quelques outils, beaucoup de conseils. Et surtout, l’idée que c’est possible.

Sème à tout vent
Dans l’association culturelle du bled,
la culture, ça ne s’arrête pas aux livres…

Réinvestir l’espace public. Pas pour passer, pas pour flâner, encore que…, mais pour s’approprier le droit de se nourrir correctement. Recréer les jardins ouvriers dans les impensés de la ville, les interstices du tissu urbain. Une jardinière de tomates sur le balcon, un pot de persil à la fenêtre, une rivière de tomates en bordure du parking.
Varier les plaisirs, partager les récoltes. Du temps gagné sur la télé et l’isolement. Et surtout, moins d’argent pour les rois de la malbouffe, les accapareurs du vivant.

Ce n’est pas pour rien que les semenciers poursuivent Kokopelli et ses graines que l’on peut resemer. Ce n’est pas pour rien que les géants cherchent à écraser le nain joueur de flute : pour nous priver de notre droit à nous alimenter par nous-mêmes, pour nous rendre totalement dépendants. Il faut que nous occupions nos carrés de jardin à faire de l’ornemental coûteux selon leurs critères : des espèces hybrides et stériles, qu’il faut racheter tous les ans, avec des tas d’intrants chimiques que nous achetons à prix d’or. Et qu’en plus, nous n’ayons pas d’autre choix que de leur acheter leurs légumes pour nous nourrir. Fort mal, par ailleurs. Dans son dernier bouquin, Kokopelli démontre que non seulement les quelques pauvres espèces qui sont couramment proposées à la consommation sont déprimantes en terme de goût et de variété, mais qu’en plus cet appauvrissement gustatif s’est accompagné d’un terrible appauvrissement nutritionnel.
On comprend mieux pourquoi Kokopelli se mange procès après procès.

Cela a l’air de rien, mes histoires de légumes, de réappropriation des friches urbaines, mais c’est pourtant le début de la remise en cause du système qui nous opprime. La révolution ne se fait pas forcément dans la rue ou à coup de pavés. Les grands changements sont toujours plus discrets, plus profonds et plus diffus. Rien d’insurmontable et pourtant, de cette simple revendication peut germer de nouvelles pratiques, de nouveaux rapports sociaux, de nouveaux circuits économiques.

De simples petites graines…

Powered by ScribeFire.