Mais non, ce n’est pas un billet sur la semaine bleue, m’enfin!

Mangez des légumes! On est passé du conseil en bonne hygiène de vie à l’injonction. Bientôt, des brigades spécialisées baliseront les quartiers sensibles[1] pour bouter Colas, chips et charcutailles des buffets de la bonne ménagère patriotique! C’est que la France bouffe mal, mesdames et messieurs, moins mal que d’autres, comme les USA, la vieille référence, mais moins bien qu’avant… Avant quoi? Avant que les gens aient les moyens de se nourrir? Moins bien que du temps des cartes de rationnements? Avant que la télévision abreuve tout le monde de pubs pour se goinfrer en permanence de trucs gras et sucrés? Ma grand-mère a du attendre longtemps avant de pouvoir se nourrir correctement : sous-nutrie étant enfant, elle a traversé la seconde guerre mondiale et ses privations. Ensuite, elle a fait attention, à cause de l’argent et depuis longtemps, elle fait attention, parce qu’elle est vieille et qu’elle a des maladies de vieux.

Bref, à moins de vouloir tous se vautrer sans vergogne dans l’obésité, nous devons manger mieux, donc manger sain, donc manger des légumes! Le légume revient en force! La preuve : Mac Do vient de remplacer les frites de son Happy Meal par des bâtonnets de carotte! C’est une bonne idée. On en a donc pris pour la naine. Sauf que l’offre n’existe pas dans les menus adultes et qu’elle a lorgné tout le temps sur nos frites… qu’elle a fini par manger. Parce que c’est ça le soucis avec les légumes : ça ne déclenche pas des émeutes hystériques et ce n’est carrément pas évident à faire manger aux enfants.

Alors, comment manger plus de légumes?

Déjà, il faut savoir les acheter. Parce que c’est bien sympa de demander aux gens de manger plus de légumes, mais il faut se rendre compte que selon les filières d’approvisionnement, les fruits et les légumes reviennent nettement plus chers que les pâtes. Le gros des achats se fait en hypermarchés, là où la vie est souvent plus chère, le légume frais est triste et importé, les saisons inexistantes.
Le légume doit se consommer frais, de saison et de préférence relocalisé, c’est à dire au marché, chez les producteurs. Pour les urbains, il existe des solutions comme les AMAPS. Pour les plus veinards, le légume peut directement venir du jardin (ou d’une jardinières sur le balcon, pourquoi pas?) : rien ne vaut une vraie bonne tomate du jardin. Sa saveur est telle qu’elle peut se passer de tout apprêt ou commentaire : mordre dedans et savourer! Rien à voir avec sa consoeur flotteuse de la grande distribution, capable de rester "ferme" un mois au frigo, ce qui tombe bien, puisqu’on n’a jamais envie d’en manger.
Et surtout, consommer local revient moins cher : les fins de marchés sont les foires aux bonnes affaires, il y a moins d’intermédiaires à nourrir, moins de pub, moins de truc inutiles. Il faut quand même se méfier des revendeurs sur les marchés : certains ne produisent rien et achètent donc chez les grossistes pour revendre sur les marchés. Vous vous retrouvez avec les mêmes truc qu’à l’hyper, avec juste un peu de folklore en plus! On reconnait le producteur au fait qu’il n’a pas une gamme délirante de produits et que ceux-ci changent avec les saisons. Les tomates au mois de novembre, ce n’est pas possible, laissez tomber!

Acheter des légumes, certes, mais pour en faire quoi?

Même si on peux faire des dips, petits bâtonnets de légumes crus trempés dans une farandole de sauces, le légume frais nécessite un minimum d’apprêt et de cuisine.
Avant de pousser les gens à acheter des légumes, il faudrait commencer par leur filer des recettes faciles et qui font envie.

En gros, les légumes se passent sous l’eau, pour enlever la terre, les bestioles et si vous avez mal acheté, les saletés chimiques. Ne pas les faire tremper, sinon, les vitamines, elles s’en vont.

Un légume n’a pas nécessairement besoin d’être bouilli 3 heures : ce n’est pas bon et ne présente pas d’intérêt nutritionnel. Le truc imparable : la cuisson rapide à la vapeur. Et là, inutile d’avoir un cuit-vapeur électrique encombrant : le micro-ondes est l’ami du légume. Nettoyé, découpé en cubes, en rondelles ou pas du tout, le légume peut se cuire en 5 minutes à fond au micro-ondes dans une cocotte en verre fermée, sans aucun apport en eau ou en graisse. Goût et vitamines préservés. Rapidité, facilité, efficacité! Selon les quantités, on peu arriver à 10 minutes, mais c’est le maxi. Ensuite, on peut sauter, ajouter dans un plat, beurrer, fristouiller et même congeler le reste pour gagner encore plus de temps.
A partir de là, on peut tout faire : garniture dans les pâtes ou une tarte, en risotto, dans une omelette, on peut coller les légumes partout.

Mon nain n’aime pas les légumes!

Mais si, il aime ça, il suffit de faire semblant de ne pas lui en donner : pâtes végétariennes, avec oignons et poivrons sautés en garniture, ou alors aux courgettes. Cuire les courgettes au micro-ondes, et les faire revenir dans de la crème fraîche sans faire bouillir en les laissant fondre. Arroser les pâtes et parsemer de Parmesan ou d’emmental, selon les moyens. Ça marche avec presque tout!

Il y a aussi les tartes aux légumes : on fait cuire le fond de tarte 15 minutes autour de 200° avec des légumes secs dessus (ou des billes, on s’en fout, c’est pour que la pâte ne lève pas), on dispose le ou les légumes au fond, on arrose avec un mélange crème fraîche/œufs, à raison de 2/3 œufs par 20 cl de crème, 25 minutes au four et c’est prêt!

Il reste les plus récalcitrants : ceux qui trient dans l’assiette pour éliminer toute particule de légume. Une seule parade : la soupe moulinée. N’achetez pas des briques, ce n’est pas bon, c’est cher et c’est plein de trucs qui n’ont rien à voir avec les légumes. Et c’est si facile à faire.

Prenez les restes de légumes, les fonds de frigo : tout peut marcher pour faire une soupe. Faîtes revenir brièvement dans un peu de matière grasse, comme de l’huile d’olive, mais les plus gâtés peuvent mettre de la graisse de canard qui parfume superbement l’ensemble. Couvrez d’eau avant que ça attache. Ajoutez éventuellement du bouillon de poule (les cubes font très bien l’affaire). Faire bouillir un bon coup. Il n’est pas nécessaire d’y passer des heures. Selon la nature des légumes, 10 à 20 minutes suffisent. Vous pouvez en faire des grandes quantités, le dimanche, si vous n’avez pas le temps en semaine.
Passez au mixer (c’est l’arme secrète et indispensable en cuisine) et servez. Vous pouvez agrémenter une soupe avec des herbes fraîches, de la crème ou du lait, voir des farineux entiers : lentilles, haricots, pois chiches, pour donner de la texture. Variez les parfums, les couleurs, les saveurs : châtaignes, potirons, choux, pois cassés sont de saison!

Voilà quelques idées… et n’oublions pas les couscous, riches en légumes et conviviaux, les pot-au-feu, succulents, etc.

Vous aussi, proposez vos idées de légumes, vos trucs et si vous le voulez, on refera un tour sur ce sujet!

Notes

[1] Le quartier sensible est devenu une construction fantasmagorique collective visant à considérer tout quartier populaire comme nid évident de délinquants! Non, je ne parlerai pas de Clichy-sous-bois, où j’ai passé 18 mois de ma tendre enfance, d’autres l’ont fait bien mieux que moi