Raffarin l’a redit lors de son intervention sur TF1 jeudi soir : le chômage va baisser en 2005!
Optimisme démesuré? Grande politique de l’emploi? Ou simples petits ajustements statistiques?

Cela fait plusieurs mois que Raffarin psalmodie son mantra favori : "Le chômage va baisser, le chômage va baisser"!

Au début, dans un élan un peu vaudou, il annonçait carrément la couleur avec ses petits yeux de merlan frit illuminés de ferveur : ce sera 10% de chômeurs en moins. Mais un peu de prudence s’imposait au vu des derniers chiffres de l’INSEE qui annoncent carrément que la barre symbolique des 10%, en fait, cela fait nettement plus d’un an qu’on l’a passée, et en ne comptant que les chômeurs officiels!

Cependant, il est bon de remarquer qu’à aucun moment Raffarin n’a parlé de créer de l’emploi pour ces 10% de chômeurs théoriques, ni d’une quelconque politique de l’emploi, ni de quelle méthode que ce soit. En grand Oudini gouvernemental, Raffarin se propose de faire disparaître 10% des chômeurs… et c’est tout!

Comment cela est-il possible, alors que la croissance est d’une mollesse sans pareil et l’INSEE bien plus réservée que M. Raffarin sur ce point?

La création d’emploi : black out

Ce n’est pas la tendance actuelle! Pas de croissance économique en vue, le pouvoir d’achat des ménages qui recule, la consommation suit et des profits records qui se font sur le dos des effectifs salariés, sans être réinjectés dans le circuit par le biais d’embauches ou d’investissements, uniquement aspirés par la sphère financière. Quant au gouvernement, dans cette ambiance des plus moroses, au mieux, il n’a pas de politique de relance de l’emploi, au pire, par idéologie, il pratique de l’anti-keynésianisme primaire dont les répercussions néfastes sur l’emploi ne sont plus à démontrer!

Les lois de la statistique : c’est d’elles que viendra le salut!

En 2005 s’amorce le grand départ à la retraite des baby-boomers, départ qui va vraiment se faire sentir l’année prochaine. En attendant, il y a de fortes chances qu’un nombre intéressant de chômeurs âgés passe de l’ANPE à la caisse de retraite : c’est toujours ça de gagné!
Les règles d’indemnisation modifiant la durée d’indemnisation des chômeurs devrait porter leurs fruits dans les prochains mois. Le 1er janvier 2003, la durée d’indemnisation est passée de 30 à 23 mois. Sortez vos calculettes, les fins de droit vont pulluler dans le courant du second semestre 2005! Et des chômeurs non indemnisés, ce sont aussi des chômeurs qui vont être moins motivés pour pointer à l’ANPE : sorties massives des statistiques, sans emploi à la clé!

Les radiations administratives

Depuis quelques temps, les radiations administratives sont devenues une bonne variable d’ajustement du chômage, en progression constante par rapport aux autres motifs de sortie du chômage : emploi, stage, maladie, maternité, retraite… Et elles peuvent tomber sur n’importe qui sans aucune raison valable.

Les lois Borloo

Forcément, forcer les chômeurs à prendre les sous-boulots vacants de la restauration et du BTP, sans plus tenir compte de leurs qualifications, de leur mobilité, ça risque de désengorger les listes d’attente de l’ANPE!
Mais, au risque de me répéter, est-ce vraiment un progrès? Est-ce comme cela que nous souhaitons sortir du chômage endémique?

Donc, rien de neuf ou d’intéressant en vue!

Et apprenez à vous méfier des effets d’annonce!