De l’inintérêt de créer un Blog de plus

Des fois, on dirait qu’il y existe plus de Blogs que d’étoiles dans le ciel… ce qui est faux, bien sûr, d’autant que la plupart d’entre eux ne risquent pas de briller dans les ténèbres du Web.
Pire encore, tel un incontrôlable virus, de plus en plus de Blogs naissent chaque jour sur le web. Tout le monde lance son blog, pour parler de tout et de rien, de soi, le plus souvent.

Parfois, dans la masse informe, un bijou, souvent, rien.

Pourquoi en créer donc un de plus?

Pour rien, bien sûr, si ce n’est ajouter un rade de plus, une escale pour les navigateurs du Web, un petit coin qui ne paie pas de mine et où on peut s’arrêter un peu, pour passer le temps, écluser une bière et philosopher sur la vacuité de l’existence.

J’me comprends, moi, m’sieur, dames’!

Ceci est l’esprit du monolecte, c’est l’essence du blog : des tas de personnes qui se mettent à écrire dans un langage qu’elles seules connaissent.

Le monolecte est une invention d’Etienne, mon vieil ami. Il a remarqué que son fils de 5 ans parlait une langue que lui seul comprend et maîtrise, une forme de dialecte, sauf qu’il ne peut parler avec personne, ce qui en fait un monolecte. Il pense aussi que le monolecte de son fils est une langue en voie de disparition, vue que dans quelques mois, le gamin sera totalement acculturé et ne parlera plus que les langues officielles, celles de ses parents.
Un blog, ce n’est rien d’autre qu’un monologue exprimé dans un monolecte, celui de son auteur. En fait, dans un monde soit-disant de communication, nous parlons tous un monolecte, un langage que les autres ne perçoivent pas.

Alors, amis ethnologues de la toile, navigateurs des cyber-océans du vide, voici mon monolecte!