Sélectionner une page

Je suis un enfant barbu

Par Agnès Maillard
27 novembre 2005

C’était Canto chez Ardisson.

Cela faisait longtemps qu’on ne l’avait vu. Le meilleur footballeur de l’histoire de la première League s’est fendu de quelques phrases à "Tout le monde en parle", le temps d’une tournée promo pour sa copine Balasko.

On passe sur le film, La vie est à nous!, où Eric Cantona campe un chauffeur routier qui emballe Sylvie Testud dans une comédie improbable comme le cinéma français en produit tant et qui satisfera le public de TF1 un dimanche soir.

Canto est taciturne, monosyllabique : "Si je parle trop, je vais être prétentieux". Ardisson rame un peu et embraye direct sur le patrimoine du footballeur.

  • Oui, j’ai acheté une Rolls. Elle a fait 500 km et depuis, elle est dans un garage que je paie tous les mois… J’ai eu autant d’émotions à me payer ma Rolls que celui qui bosse dur et qui se paie une petite voiture.

L’oeil sombre, la mine quasi patibulaire sous sa grosse barbe de bûcheron, Canto semble mettre au défi quiconque de lui reprocher sa bonne fortune, gagnée du temps de la gloire.

  • Oui, je suis rentier. Je suis milliardaire. Je paie l’ISF. Et je peux m’acheter tout ce que je veux… J’ai placé mon argent en actions, en assurances vie, dans la pierre…

C’est là qu’on aurait bien voulu comparer son rapport à l’argent avec celui de Pagny, invité un peu plus tôt dans l’émission et qui s’en était tiré avec 3 vannes fiscales de Baffi.

  • J’avais un oncle ermite. Et même si je ne l’ai pas connu, c’est mon modèle… On n’a pas besoin d’aller loin pour être seul. Même ici, on peut très bien être seul, au milieu de la foule. Je me sens bien quand je suis seul, je n’aime pas dépendre des autres.
  • Et cette histoire de meilleur joueur de la première League, surpris?
  • Non, c’est normal; je l’ai mérité

Tant de sincérité, débarrassée de toutes les conventions, les fausses modesties, les ronds de jambes, ça peut choquer. Ça peut faire du bien aussi. Canto estime qu’il a été le meilleur. Il le dit. Il l’assume. Tranquillement. C’est rassurant, quelque part, quelqu’un d’aussi entier.

Eric Cantona, le bûcheron milliardaire. Tranquille, indifférent au brouhaha médiatique, qui joue le jeu à sa façon, en hors-jeu. Canto se pose des questions, tout le temps. Comme un enfant, un enfant barbu. Il cherche, il se cherche, il essaie d’être bien, juste avec lui-même. Et ça lui suffit. C’est une forme de poésie qui se passe des mots.

Un bon moment de télévision, bourru, mais attachant.

14 Commentaires

  1. Aaaaaahhhh… J’aime les sacs de cuir tannés par le soleil, mais qui cachent des coeurs d’or… XD

    Réponse
  2. Nan, sérieux, c’est clair qu’on manque un peu (bcp !), par les temps qui courent, de discours non convenu, de franc-parler, d’impolitiquement correct…

    Réponse
  3. Awai Canto vas-y fiston t’es le meilleur !

    J’aime vraiment bien la définition qui est donnée ici sur le film :  » une comédie improbable comme le cinéma français en produit tant et qui satisfera le public de TF1 un dimanche soir « . K_C !

    Et la reflexion de Josiane Balasko sur Cantona :  » C’est la première fois que je l’entends dire autant de mots en une seule fois  » un truc du style , c’était pas mal non plus … on imagine que pour le film ils n’ont pas dû souvent tourner deux fois la même scène LoL !

    En fin je citerai Ch. de Méré :  » Peu de gens sont exempts de dire des fadaises, et le malheur est qu’on les veut dire agréablement.  » j’avais envie stou ^^

    Vive les Rolls-Royce.

    Réponse
  4. Agnès > dans une comédie improbable comme le cinéma français en produit tant et qui satisfera le public de TF1 un dimanche soir.

    C’est précisément pourquoi je ne vais quasiment plus au cinéma : entre les films US pour adolescents (la grande masse de ceux qui vont encore au ciné aux US) et les films français co-produits à plus de 99% par les télévisions (et donc formatés pour passer à 20h30)…

    Remarque, à 10E la place, ça me fait faire des économies 🙂

    Réponse
  5. Le public de TF1 le dimanche soir est-il à jeter ?

    Réponse
  6. Est-ce que j’ai dit ça (en dehors du fait que c’est toute la chaîne qui est à jeter! 😉 … et le téléviseur avec! )?
    Comme le dit si bien Fred plus haut, ça implique un certain formatage qui rend ce type de production adapté à tout public, catégorie « infroissable », sans aspérité, sans rien qui puisse heurter la sensibilité du caniche de moins de 50 ans, bref, un bon produit grand public insipide et sans saveur!

    Réponse
  7. Patrick Le Laid : « Kesstananafout note métier c’est d’créer du temps de cerveau humain disponible pour c.c »

    Réponse
  8. Puisqu’on parle film, je me permets de conseiller à tous un grand film qui passe actuellement au cinéma (et plus pour longtemps) : Lady Vengeance.

    Et notons hier que TF1 a passé en prime time « Les Sentiments » ce qui est tout de même assez loin du film sans aspérité. L’exception qui confirme la règle me direz-vous…

    Réponse
  9. J’aime bien les chroniques et j’aime également le ton. les carnets du chômage sont parfois des petites merveilles. C’est fait, tu es bookmarkée !

    Réponse
  10. Canto c’est un type formidable. Un vrai rebelle, que dis je une icone.

    Kung fu…

    Réponse
  11. Aska > Puisqu’on parle film, je me permets de conseiller à tous un grand film qui passe actuellement au cinéma (et plus pour longtemps) : Lady Vengeance.

    Le dernier commentaire laissé par un spectateur sur AlloCine : « Un des films les plus vomitifs qu’il m’ait été donné de voir depuis longtemps. Violence gratuite pour choquer la ménagère en veux tu, en voilà, des larmes, du sang, des cris, le tout englué dans un esthétisme chic choc… Au secours… « 

    Tout à fait le genre de film que je fuis… De toute façon, vu le nombre de films qui sortent aujourd’hui chaque semaine, soit on a un énorme budget (films US) et on doit faire dans le consensuel pour vendre dans le monde entier, soit on doit choquer pour se distinguer.

    Perso, je refuse de dépenser 10E et une heure trente de mon temps pour aller voir un truc que je n’aurais aucune envie de voir une seconde fois quelques semaines/mois après. Ca laisse pas bp de films 🙂

    Réponse
  12. Sacré Cantona.. Aujourd’hui 31 Juillet 2007.. Cantona est le parrain d’une operation surprenante, toujours en relation avec le foot. Oui Môsieur, Cantona Parraine une coupe du monde de Football, ..mais laquelle.. et bien la coupe du monde des Sans-Abris.. et la France par l’intermediaire de cette equipe s’est qualifiée parait-il pour les phases finales en finissant 2em de son groupe. 🙂

    Réponse
  13. Sacré Cantona.. Aujourd’hui 31 Juillet 2007.. Cantona est le parrain d’une operation surprenante, toujours en relation avec le foot. Oui Môsieur, Cantona Parraine une coupe du monde de Football, ..mais laquelle.. et bien la coupe du monde des Sans-Abris.. et la France par l’intermediaire de cette equipe s’est qualifiée parait-il pour les phases finales en finissant 2em de son groupe. 🙂

    Réponse
  14. Arghf ..voyez bien qu’on peut gagner un peu de pognon a un moment et rester authentique …pas incompatible du tout !

    J’aime bien Cantonna ……

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de votre soutien

Soutenir Le Monolecte, concrètement!

Mon dernier livre

Comprendre l'antisémitisme
Version papier : 13€HT

Crédit photo couverture : ©Beth Jusino

Version numérique

Livre numérique Comprendre l'antisémitisme
Agnès Maillard
Le Monolecte
6,49 €

Commentaires récents

Mes réseaux sociaux

  • Mastodon
  • Seenthis
  • Sens Critique
  • Framasphère
  • Flickr
  • Instagram
  • LinkedIn
  • Page Facebook
  • Profil Facebook
  • Twitter
  • Viadéo

Catégories

Archives

novembre 2005
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930