Le sang des femmes

Télé, docu, bouquins : le dernier des tabous serait-il en train de tomber?
Il a beaucoup plu, c’est la fête aux menstrues!

Les Anglais débarquent, j’ai mes ours… en fait il existe un vocabulaire très riche pour désigner ce qui, chaque mois, ne peut être dit par la moitié de l’humanité. Les tabous ont beau tomber les uns après les autres, certains ont la peau dure, comme le sang des femmes.

Le sang des femmes

C’est justement le titre du film que tente de sortir une gynécologue qui s’est intéressée, à travers le témoignage de six de ses collègues, au rapport entre les femmes et leurs règles, et plus particulièment à la vocation des femmes gynécologues. Des récits touchants et éclairants sur la condition de la femme encore aujourd’hui, un film qui, bien sûr, cherche toujours un distributeur.

Avoir ses règles est encore le passage initiatique des petites filles vers le monde des femmes. Un moment plus ou moins facile à vivre, selon l’entourage, la famille et le niveau de contrôle social sur la sexualité des femmes.

Un sujet que la fabuleuse série TV Nip/Tuck ne pouvait pas ne pas aborder, avec sa petite touche en plus. Donc, hier soir, sur Paris Première, les afficionados de cet OTNI[1] ont pu suivre la manière américaine de faire comprendre à une fillette qu’elle devient Princesse menstrues.
Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que la gamine n’a que 8 ans, et que devant la précocité du passage à l’adolescence, les parents, médecins, expliquent que cela vient de la concentration d’hormones dans l’alimentation courante. Je ne sais pas pour vous, mais si ma gamine avait ses règles à 8 ans, pour cause de bouffe saturée en hormones, je m’énerverais salement contre un système qui autorise à ce que l’alimentation modifient les caractéristiques reproductrices des femmes.

Toujours dans la problématique du vaste continent féminin toujours à explorer, Nip/Tuck a aussi abordé le plus simplement du monde la question du plaisir féminin, et des femmes infibulées en particulier, un autre sacré gros tabou. Qui a dit que la télé n’instruisait pas?

Et pour s’instruire un peu plus sur toutes les problématiques très fémines, il y a un bon bouquin (Le sang des femmes, justement) et un blog, tenu par un homme, parce qu’eux aussi, ils peuvent s’intéresser à nos histoires de femmes (chez Martin Winckler)!

Après, ça vous arrêterez peut-être de dire d’une femme légitimement agacée que c’est parce qu’elle a ses règles!

Notes

[1] Objet Télévisuel Non Identifié

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *