Quel rapport entre une charrette capable de contenir 5000 personnes, une tante en Inde, le pet de lapin et moi ?


Tout est là :

Ça, c’est l’une des dernières nées de Renault, notre constructeur automobile national, qui est tellement convaincu d’avoir choisi la bonne stratégie industrielle qu’il est en train de fabriquer 5000 nouveaux chômeurs, à titre préventif… Un petit bijou technologique qui ne se goinfre que 10 litres de carburant aux 100 km et dont le prix de départ n’est que de 25 000 €…

Ça, c’est la One, une voiture à air comprimé mise au point par un ingénieur français, Guy Nègre. Pour 3500 €, on a une sorte de Méhari qui tourne au pet de lapin, soit l’équivalent de 1 € pour 100 km. Cela est un peu rustique, vu comme ça, mais pour se déplacer pas cher et pas sale sans avoir les mollets de Bernard Hinault, c’est carrément génial. En plus, pour les hydrophobes ou allergiques au soleil, il y a des modèles avec des toits et même des modèles qui se ferment pour les frileux.
En ces temps de misère énergétique et de bouleversement climatique galopant, c’est carrément une très bonne idée que cette voiture. Sauf que quand Guy Nègre est venu voir les constructeurs français avec sa bonne idée sous le bras, probablement dans un juste souci de préférence nationale et de non-évasion de la légendaire inventivité française, le gars à la grosse voiture moche, cher et qui pue en haut, tout comme, probablement, celui de la pub naze qui célèbre l’égoïsme inconscient dont j’ai parlé ce matin, ces braves gens prévoyants, éclairés et formidablement bien payés pour toutes ces grandes qualités, lui ont juste rigolé au nez et l’ont renvoyé dans ses pénates jouer avec ses pets de lapin!

Ça, c’est la Nano. C’est la prochaine voiture commercialisée par un gars pas sérieux du tout avec un nom qui fait rire au fin fond d’un pays limite sous-développé où on parle respectueusement aux vaches au lieu d’un faire des handburgers à la merde. Le plan de ce bonhomme ? Lancer la nouvelle révolution automobile en créant la voiture qui roule sans trop puer et qui ne coûterait que 2500 $ (avec le change actuel, je ne vous la fais même pas en euros, c’est une tuerie !).
Le plus drôle dans cette affaire, c’est que quand monsieur Tata a croisé Guy Nègre, il ne s’est pas tapé sur les genoux en poussant des petits rires de hyène, il s’est au contraire empressé de signer un accord commercial avec le Français.
C’est vrai que c’est plus malin de chercher de nouvelles idées, de prendre le pouls des conditions de vie de ses concitoyens, plutôt que de se la péter avec sa science infuse et de s’acharner à vouloir produire des dinosaures énergétiques que seules quelques dizaines de blaireaux vont pouvoir continuer à s’offrir.

Le rapport avec ma pomme ? C’est que comme beaucoup gens dans ce pays et ailleurs, j’aimerais plutôt remplacer ma vieille guimbarde qui pue par un truc aussi éco-intelligent que la One, au prix de la Nano que par le tank du haut, trop cher, trop gros, trop polluant et impossible à garer dans le bled.
Parce que je vis avec mon temps.

Pas comme les wonder décideurs du secteur automobile actuel, qui tournent en boucle dans leur microcosmos, qui ne voient rien arriver et qui font payer le prix de leur imprévoyance et de leur avidité à la rentabilité à tout prix à leurs ouvriers.