Purée, l’heure est grave! La France est prise en otage!

D’ailleurs, au bled, ça ne parle que de ça : Ah, font chier à la fin! On va encore être pris en otage par des mecs qui défendent leurs privilèges!

Là, tu te dis qu’on va se choper une grosse manif’ de droite, avec des 4×4 rutilants qui bloquent LE carrefour du bled et des coupe-au-carré-serre-tête-velours en furie qui vont jeter leurs trois rangs de perlouzes sur la vitrine du boucher… ou un truc dans le genre!

Mais non, ce dont tout le bled parle, c’est la grève des transports qui commence ce soir…

Et là, je me marre!

Parce que je ne vois vraiment pas en quoi la grève des trains, des métros, des bus et des tramways va nous faire chier en quoi que ce soit! Parce qu’au bled, l’absence de services de transport, c’est tous les jours. Même pas le service minimum. Non. Juste rien.
Donc, rien moins rien, ça fait toujours rien.

Bref, les gens du bled flippent gravement à l’idée d’un truc qui n’affectera absolument en rien leur train-train (si je puis dire) quotidien.
Si c’est pas de la solidarité, ça! Tant d’osmose avec les banlieusards qui vont, eux, être super emmerdés, franchement, ça me fait chaud au cœur… mais surtout, ça me fait rire… jaune!

Bien sûr que les grèves de transports, ça va toucher essentiellement une certaine catégorie de la population : le crevard de centre urbain, qui végète autour du SMIC sans jamais espérer le rattraper, qui a été relégué par la spéculation immobilière toujours plus loin de son travail et qui s’enquille déjà les jours de service maximum des wagons bondés à horaire variable pour cause, généralement, de casse de matériel pourri et non entretenu.
D’un autre côté, vu la dégradation du maillage des services publics quand tu t’éloignes de l’épicentre friqué des mégapoles, ce sera juste encore pire que d’habitude. Au lieu de se lever à 5h30 du mat pour se fader ses 2 heures de transport aller, il va se lever à 4h30 et au lieu de rentrer à 20h30 les bonnes soirées… il ira aux putes dans les quartiers bourgeois et s’en payera une bonne tranche il rentrera juste le temps de tiédir un peu ce lit qu’il ne voit pourtant déjà pas assez!

Bien sûr, il y aurait bien l’idée de la grève suisse… là, tout le monde y trouverait son compte : l’opinion serait retournée comme une crêpe et les négociations seraient menées au pas de charge par les responsables de ce merdier, au lieu de jouer la carte du pourrissement de la grève et de la décrédibilisation du mouvement syndical… enfin, mouvement… ce qu’il en reste!
Mais voilà, m’objecta-t-on en son temps, la grève des encaissements… c’est illégal!

Et oui, les armes qui permettent de gagner vite et bien, c’est interdit! Pas con, hein? D’ailleurs dans les faits, dans le secteur privé, le droit de grève, c’est surtout pour faire joli sur le papier. Parce qu’en vrai, les gens sont tellement seuls, ils sont tellement pas protégés, qu’ils se chient dessus à l’idée de bouger un orteil et de perdre le peu qu’il leur reste.

Sauf que…

Depuis le 17 juillet dernier, la Grève de la gratuité est jugée licite par la Cour européenne des Droits de l’Homme! Marrant comme on zappe l’Europe quand elle produit des règles qui avantagent les crevards et comme on s’en sert comme bonne excuse pour faire semblant de renoncer à des promesses à la con qu’on avait bien l’intention de ne pas tenir, non?

Bref, ce serait bien sympa, cette bonne grève-là, même si les crevards de banlieue ont de toute manière acheté leur carte orange depuis bien longtemps…

Tout ça pour en revenir au bled qui râle alors qu’il ne va rien se passer de notablement différent pour nous les prochains jours.
Ça me rappelle les élections de 2002, avec les reportages qui passaient en boucle sur les gens qui avaient peur de l’insécurité et tout ça.

À un moment donné, il y avait une nana qui roulait des grands yeux effarés et vides du fin fond de son bled alsacien, en chuchotant qu’elle avait vachement peur de l’insécurité et des étrangers et tout ça :

  • Il y a eu de la violence récemment, au village? demande le journaliste
  • Ben non, mais avec tous ces étrangers…
  • Ha, il y a beaucoup d’étrangers au village?
  • Ben non, mais on voit bien ça à la télé…

La nana avait les jetons, parce que la télévision lui disait qu’il fallait avoir les jetons.

En ce moment, au bled, ils se sentent pris en otages, parce qu’ils regardent trop les quais de gare pleins de poves ch’tites n’otages sur leur petit écran. De toute manière, pour voir un quai de gare, un bus bondé, une manif d’étudiants ou des jeunes casseurs, on n’a franchement pas d’autres choix dans la France de la ruralité bien rurale que de regarder la télé.

Ça me fait penser que les gars d’EDF ont parlé de faire quelques délestages bien ciblés… Je ne sais pas s’ils ont bien réfléchi aux cibles, parce que moi, j’aurais bien quelques suggestions : ici, ici ou .

Comme ça, moi, je me sentirais tout de suite beaucoup moins prise en otage…