Travail, famille travail, patrie identité nationale… Au boulot, les faignasses! De gré ou de force… mais surtout de force, quand les demi-salaires au rabais ne permettent même plus de survivre dignement.
Pour distraire les travailleurs pauvres (et accessoirement enfler leurs rangs), on casse du chômeur, le bon vieux sport national!

Ainsi donc, les sanction pleuvent dru sur le dos bien large des chômeurs ces derniers temps.

Ce n’est pas moi qui le dit, mais Les Echos, repris par le Nouvels Obs :

Le taux de sanction sur les dossiers suspects atteint désormais 57% contre 18% précédemment, selon Les Echos. Toutefois, la proportion de chômeurs pénalisés reste néanmoins infime (2%) au regard du 1,7 million d’individus indemnisés par l’assurance-chômage, note le journal.
Ces sanctions "à la fois plus justes et plus fréquentes" sont le fruit de la réforme du contrôle des chômeurs qui a été mise en œuvre le 2 août 2005, commente le quotidien économique.

Là, on a l’impression que c’est juste parce que les contrôles sont plus efficaces contre ces lanternes de tire-au-flanc de parasites de chômeurs, non?
Dans les faits, c’est juste parce que la radiation est devenue l’arme ultime pour faire baisser les chiffres du chômage et à ce jeu, tous les coups sont bons, comme la fameuse radiation pour non réponse à une convocation jamais envoyée!

Et pendant ce temps, l’UNEDIC pavoise d’avoir rééquilibré ces comptes!
Étrangement, cela se passe pile poil au moment où l’on doit réformer le marché du travail. On voit bien le plan : profiter de la pseudo-embellie financière (Avec près de 50% de chômeurs non indemnisés, souvent les plus fragiles et précaires!, et les autres l’étant essentiellement pour un montant se situant autour du seuil de pauvreté!, fastoche, les jolis comptes!) pour décider vite fait un allégement des cotisations (patronales, le plus souvent!) et s’empresser de jouer les pleureuses au moindre retournement de conjoncture pour proposer de durcir encore plus les conditions d’accès à l’indemnisation.

Au final, l’UNEDIC va devenir une coquille creuse qui n’encaissera et ne redistribura plus rien, si ce n’est les mauvais coups pour forcer les gens à bosser à des tarifs indigents dans des conditions du Tiers-Monde!

Champagne pour le MEDEF! Et bonnes vacances, petit travailleur : la rentrée risque de se faire à sec, cette année!