Le dazibao est le journal qui se diffuse en se collant sur les murs.
C’est le mode d’expression hautement subversif qu’ont choisi les dissidents chinois pour dénoncer le système autoritaire dans lequel ils sont enfermés.
Par extension, le dazibao peut s’appliquer aux publications non officielles. Un peu comme les blogs sur le net ou les tags dans les cités.

L’expression politique sur les murs, c’est aussi le propre d’une campagne présidentielle où l’affichage électoral fait un peu figure de parent pauvre de la com’. Mais ce n’est pas cela qui empêche André Gunthert de l’EHESS de s’intéresser justement à ce mode d’expression politique aussi fruste qu’efficace qui se concrétise dans le sort que réserve le passant à cette propagande officielle.

Bref, André invite l’internaute à photographier ce qu’il advient des affiches de campagne dans son coin de France et de lui envoyer les clichés pour une petite étude divertissante, mais que je pense aussi très captivante.

Décidément, un site très intéressant auquel je vous recommande de vous abonner. A moins que je ne l’ai déjà fait dans un billet précédent…

J’ajouterai prochainement ici et chez lui les photos du bled… dès que la pluie cessera!

[ajout du 17/04/07, 09:01]Finalement, j’ai écrit un papier pour le canard du bled sur le sujet, à retrouver là-bas![/ajout]


Dazibao est aussi le nom d’un de mes chats : celui qui a tout de suite montré de grandes aptitudes à exprimer ses doléances sur nos murs… et nos meubles!