Comme le dit si bien Monsieur Le Chieur, un bloguer qui n’a pas un bouquin à vendre est un loser.

Le livre du ChieurDonc, pour conjurer le déclin inexorable qui allait immanquablement le frapper, Monsieur Le Chieur a sorti un meilleur de ses textes sur Lulu, le système d’impression à la demande qui vient d’arriver en France.

Le principe est sympa : plutôt que de vous acharner à taper la liste des éditeurs que vous démarrez toujours stupidement par GalliGrasSeuil, et sachant que le talent ne remplace en rien la célébrité pour vendre du papier, vous vous cognez la mise en page en suivant les gabarits proposés par Lulu, vous faites tout le boulot de relecture et tout ça et plaf, vous éditez en ligne.
L’édition ne vous coûte pas un radis, puisque l’impression de votre chef d’oeuvre destiné à l’édification des générations futures ne se fait que lorsqu’un péquin décide que votre prose vaut bien quelques sous. Et question sous, c’est vous qui décidez de votre valeur. Le prix final du bouquin, ce sont les frais de fabrication[1], plus votre part, plus celle de Lulu qui correspond à 20% de la somme que vous vous êtes généreusement allouée. Essayez de négocier ce genre de conditions chez GalliGrasSeuil et reviendez nous en parler.

Et là, vous me dites : pourquoi sortir des sous pour lire ce que est librement disponible sur Internet?

Parce que déjà, Le Chieur écrit super bien. Et ce n’est pas donné à tous les nègres qui grattent comme des fous pour les auto-hagiographies déprimantes des stars sans lendemain.
Ensuite, il faut toujours avoir un Chieur chez soi. Ne serait-ce que quand on est abonné à de l’ADSL non dégroupé, lequel souffre d’une discontinuité de service de plus en plus récurente. Donc, pas de panique, même si la connexion est en carafe, on peut se délecter de la prose de Monsieur Le Chieur.
Enfin, Lulu permet à des non-geeks d’accéder aux délices de l’écriture numérique, même dans leurs toilettes. Le Chieur aux chiottes, c’est le bonheur. Donc pensez aux hémorroïdes de votre belle-mère et offrez-lui pour son Noël le bel ouvrage du Chieur en version reliée.

Et pour les nains aussi

Grand-mère KalleEt juste pendant que je tressais des lauriers à Nonal, voilà que ma vieille cybercopine Nathalie m’annonce qu’elle a sorti un vrai livre pour nains, chez un vrai éditeur. Là, je suis juste super contente pour elle et je me dis que si je peux contribuer, même modestement, à la diffusion de la culture réunionaise à travers son livre illustré, je serais vraiment comblée.
Et en plus, on peut lancer le teaser pour le prochain livre qu’elle est en train de préparer, sur la cuisine. Perso, j’ai déjà goûté à ses recettes et ça va déchirer grave comme bouquin indispensable dans toute bonne cuisine qui se respecte!

Le livre de Nathalie sur Grand-mère Kalle est déjà disponible sur Livranoo, la librairie de l’océan Indien.[2]

Bref, un blog qui sait encore faire de la pub gratuite pour les bouquins de ses potes n’est pas encore complètement foutu.

Et maintenant, la vraie question qui tue : et si je sors le meilleur de 2 ans de Monolecte, cela vous intéresserait ou vous avez déjà de quoi caler l’armoire bretonne de votre grande-tante?

Notes

[1] plus chers pour une fabrication à la pièce, mais vous gagnez sur les frais de mise en page

[2] On admire la réactivité de La Réunion : le matin, je balance le billet en moinant que le bouquin n’est pas encore disponible à la vente et 7 heures plus tard exactement, c’est en ligne et ce n’est même pas cher! Jetez-vous dessus, ou il n’y en aura pas assez pour tout le monde!