Ce doit être l’approche des élections qui les rend hystériques, mais nos gouvernants mettent la gomme sur leur programme anti-social comme si leur vie en dépendait.
Bas les masques et à fond dans l’ignominie anti-pauvres.

La dernière en date, elle nous vient de Xavier Bertrand. Faut dire qu’après des semaines de campagne anti-pauvres, précaires et chômeurs, accusés d’être des profiteurs, des parasites et des escrocs, la dernière saloperie en date arrive sur du velours et sera probablement applaudie par la foule en délire.

Le ministre de la Santé Xavier Bertrand annonce dans un entretien publié mardi dans "Le Parisien/Aujourd’hui en France" que le patrimoine des bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU) sera bientôt examiné.

Ce sera notamment l’une des fonctions du Comité national de la répression des fraudes de la sécurité sociale, installé mardi. Cet organisme "permettra aux différents acteurs de la protection sociale (assurance-maladie, CAF, mais aussi impôts et Unedic), de centraliser les cas de fraudes et d’abus manifestes, mais aussi d’échanger leurs informations et de croiser leurs fichiers, en respectant bien sûr le principe de confidentialité", explique-t-il.

"Même si je suis profondément attaché à la CMU, aujourd’hui seule une déclaration sur l’honneur est demandée aux bénéficiaires de cette prestation", observe le ministre. "Dorénavant, le comité de lutte contre la fraude sera notamment chargé d’organiser la coopération entre les caisses afin de récupérer les pièces justificatives, qui corroboreront, ou non, ces déclarations sur l’honneur".[1]

Grâce à Thierry le crypto-chômiste, on sait que les pauvres en général et les chômeurs en particulier sont en fait de gros capitalistes qui plument l’État financé par les honnêtes citoyens pour se faire de gros bas de laine faits d’Alpha Roméo pourries et de studios dépouillés! En plus de cela, on distribue la CMU comme des sucettes à la sortie de chez le dentiste

Ben voyons! Les critères d’admissibilité exigent déjà d’être largement sous le seuil de pauvreté et la demande s’accompagne de justificatifs de revenus qui n’ont rien de la déclaration sur l’honneur, comme vous pouvez en juger :

Déclaration des ressources

Lors de votre demande de CMU de base, vous devez remplir une déclaration de ressources et joindre les pièces justificatives suivantes :
– Dernier avis d’imposition ou de non imposition ;
– Bulletin de paie ;
– Avis de paiement ASSEDIC ;
– Avis CNAV et avis de l’organisme de retraite complémentaire pour la déclaration fiscale ;
– Notification de versement d’une pension d’invalidité ; – Votre numéro d’allocataire de la CAF ;
– Justificatifs des ressources perçues à l’étranger.

Ensuite, tous les ans, votre caisse d’Assurance Maladie vous adressera avant le 1er août une déclaration de ressources que vous devrez lui renvoyer, accompagnée des pièces justificatives, avant le 15 septembre.

A noter :
Si vous ne renvoyez pas votre déclaration de ressources, votre caisse d’Assurance Maladie fixera d’office le montant de votre cotisation sur la base d’une assiette s’élevant au maximum à 5 fois le montant annuel du plafond de la sécurité sociale en vigueur (soit 31 068 € au 1er janvier 2006).

Et oui, ce n’est pas parce que t’es pauvre que tu ne peux pas être encore plus pauvre.
On est loin du distributeur automatique de CMU qui émeut tant Xavier Bertrand. Ceux qui connaissent Hartz4 apprécient la beauté de la manoeuvre.

Le rêve des prolos

Qu’est-ce qui a toujours fait courir la France du sous-sol? Le désir fou de réussir un jour à avoir un Sam-suffit planté dans une quelconque zone périurbaine modérément infréquentable. Et c’est à force de peines et de sacrifices qu’ils réussissent, parfois sur deux générations, à acquérir le pavillon Bouygue Phoenix préfabriqué qu’il seront si fiers de léguer à leurs gosses et dont ils espèrent, qu’à défaut de les protéger de la précarité, il leur offrira un toit, un refuge, en période de vaches maigres.

Que nenni, les manants!
Il te sera plus difficile d’accéder à la CMSDU que d’entrer au paradis pour un riche. Pour cela, il te faudra renoncer presto à la magnifique maison Borloo à 100 000€ que tu as réussi avec grand mérite à te payer avec ton SMIC en rognant sur tout, sur chaque dépense.
Et tout ça pour quoi? Pour une couverture maladie au rabais où tu te fais jeter par 40% des spécialistes et 2% des généralistes. Bande d’Hippocrates!

Les spécialistes! Médecins spécialistes! Parlons-en.
Alors que l’on prévoit de vérifier si tu ne profiterais pas honteusement d’une maison héritée de ta grand-mère boniche avant de voir si l’on condescend à te réparer ta jambe cassée ou accoucher ta femme, les mêmes ont déjà mis la main à la poche pour payer le tiers de l’assurance privée des praticiens nécessiteux. Et là, pas question d’aller zyeuter leur patrimoine ou de toucher à leur abonnement au club de golf du coin. On leur file le pognon presto, sans moufter.
Et c’est d’autant plus facile que ce pognon, c’est le tien et celui des autres galériens du sous-sol, vu que l’assiette de cotisations sociales repose de plus en plus sur les salariés[2] et de moins en moins sur les patrons, grâce à une panoplie d’exonérations multiples et variées.

Il est pas beau le monde capitaliste où tu deviens le centre du système, où c’est ta sueur qui finance le 4×4 des autres? Elle n’est pas merveilleuse cette organisation où ce sont les pauvres qui doivent se dépouiller de tout avant de prétendre aux miettes et où ce sont les plus aisés que l’on aide sans limite ni discernement?

Aller, hop! Tout le monde sur le tas de fumier!
Et n’oubliez pas : il vous reste 2 mois pour vous inscrire sur les listes électorales!

Notes

[1] Source et suite de l’ignominie : AP repris par le Nouvel Observateur

[2] Ben oui, derrière un chômeur ou un RMIste, le plus souvent, il y a un pauvre con qui a bossé et cotisé pendant 20 ou 30 ans avant de se retrouver le bec dans l’eau!!!