Que les tricotillomanes passent leur chemin : il ne s’agit pas d’une chronique capillaire, mais bien de l’épilogue de mes démêles avec le pingouin le canard pimpant Linux!

Nous étions donc restés comme deux ronds de flancs avec un Ubuntu freezé de chez surgelé et un Monolecte qui maudit le jour où un grand gourou pingouin l’a convaincu de passer du côté obscur de la Force.

Le plan du moment, enfin, juste avant que le disciple aux ratiches de la mort qui tue ne vienne planter son déménagement dans le décor, c’était de booter en recovery mode[1] et d’ouvrir un tunnel ssh, pour que le gourou vienne jeter un oeil dans le bouzin, histoire de voir ce qui avait passé l’arme à gauche.
Évidemment, il n’y avait rien à voir.

  • En fait, on va tenter un truc. Tu vas lancer un ping -t sur ta bécane à partir d’un autre poste de ton réseau[2] et tu la redémarres en mode normal. Pendant tout ce temps, on va observer le ping.

Pendant l’arrêt et le début du chargement de Linux, plus de ping. Puis les pilotes réseau se chargent : ça reping. Ça arrête de pinguer précisément au moment où se lance X-window!

  • C’est bizarre ton truc. X-window fait planter ta connection au réseau, et là, je ne vois pas comment.
  • Je ne me souviens pas de tout, mais pour installer la Broadcom et faire clignoter son voyant en façade, il a fallut que je fasse un truc au niveau de la gestion de l’ACPI… mais ne me demande pas quoi.
  • Bah, je ne vois pas le rapport.
  • Moi non plus, mais bon…
  • C’est quoi le dernier truc que tu as fait, le tout dernier avant de te faire figer?
  • Mouarf… j’étais sous Windows, pour voir le fonctionnement de la Broadcom!

Reverse engineering

Le truc, pour trouver une panne, c’est se souvenir du dernier truc qu’on a fait avant la panne. En général, c’était une connerie!

  • Et ensuite, tu as éteint ta bécane et tu l’as relancée sous Linux et elle a figé?
  • Oui, j’ai redémarré et couic…
  • Tu as éteint et démarré ou redémarré?
  • ... redémarré…
  • Putain, faut jamais redémarrer quand tu passes d’un OS à l’autre. Ils gardent des pilotes en mémoire et ils essaient ensuite de les faire fonctionner malgré tout…
  • Oui, je m’en souviens, tu me l’avais dit, mais je n’y ai pas pensé ce coup-ci!
  • … ouais, c’est pas grave… et c’est quoi le dernier truc que tu as fait sous Windows avant de redémarrer?
  • J’ai appuyé sur la diode/bouton en façade de la Broadcom et le système Acer a affiché que la carte wifi LAN était activée…
  • Bon, tu retournes sous Windows et tu fais l’opération inverse.

Donc me voilà de retour sous Windows, que je n’avais pas refait tourné jusqu’à hier pendant 3 mois. Jusqu’à ce que je m’entête à avoir le Wifi qui marche sous Ubuntu. Je relance la connection wifi et clac, j’écrase le bouton de la Broadcom. Acer m’informe que la carte Wifi LAN est désactivée. J’éteins proprement la bécane. J’attends une bonne minute pour la relancer, par pure superstition idiote. J’arrive à l’écran d’invite Ubuntu et j’hésite une minute de plus avant de tenter de faire bouger le curseur, tellement je n’ai pas envie de me rendre compte que le reverse engineering n’a pas marché et qu’on n’a plus que des solutions à l’arrache qui vont prendre 2 jours…

J’effleure le touchpad… et le curseur bouge!

J’ai repris le contrôle du pingouin!
Maintenant, il ne me reste plus qu’à trouver la documentation en français de rsync pour lancer les grandes opérations de sauvegarde de mon /home, voir me lancer dans le déménagement de /home sur une autre partition que l’OS. Ne plus ouvrir Windows… et laisser tomber ce #@|#@ de Wifi.

  • Manière, les pilotes Broadcom sont installés en natif dans le noyau à partir du 2.6.17, m’informe pour finir mon gourou. Depuis que j’ai cette version du kernell sous ma Gentoo, je n’ai plus aucun soucis avec mes Broadcom… je te conseille d’attendre la prochaine maj du noyau d’Ubuntu.

En route pour la grande sauvegarde : 11 Go de données, pas tendu, le Monolecte!

Notes

[1] Une sorte de mode sans échec, mais surtout sans interface graphique

[2] Oui, j’ai un réseau interne derrière un routeur D-link, lui-même raccordé à une Freebox. 3 bécanes : mon portable sous Dapper Drake, la bécane de monsieur sous Win XP et celle de la naine en double boot win2000/edubuntu.