Il faut dire ce qui est : l’inégalité, parfois, c’est bien agréable…

On va être précis. Cet après-midi, c’était la quatrième visite de ma vie chez un dentiste.

La première fois, c’était pour une dent de lait de refusait de tomber. La fourberesse était dotée d’une racine totalement disproportionnée qui était fichée dans l’os de la gencive, ce qui impliquait la nécessaire intervention de l’homme de l’art.
La fois suivante, j’accompagnais une amie qui était terrorisée à l’idée de se faire torturer une fois de plus. Je lui avais garanti que chez le dentiste, on ne souffrait pas, et pour le prouver, je lui avait proposé de faire examiner mes dents avant elle. Je jouais sur du velours : je savais que j’avais une dentition saine et en en bon état. Le dentiste m’avait examiné soigneusement et avait conclu en me vidant de son fauteuil si confortable : "S’il n’y avait que des gens comme vous, on serait tous au chômage". Je l’ai laissé sur cette pointe d’amertume se remettre à labourer la bouche de mon amie.
Enceinte de ma fille, j’avais lu que la grossesse pouvait avoir une incidence sur la santé dentaire. J’avais pris rendez-vous, pour voir et j’y avais gagné mon premier détartrage.

Et voilà qu’il y a une quinzaine de jour, j’ai eu mal à la mâchoire. Mais vraiment. Rien à voir avec la pousse de mes 4 dents de sagesse qui s’est plutôt bien passée. J’ai attendu et j’ai eu encore plus mal. Au point que je ne pouvais plus mâcher. Quand j’ai commencé à avoir mal aux oreilles, je me suis dit qu’en continuant comme ça, j’allais passer à côté d’une belle infection. Me voilà donc avec mon quatrième rendez-vous chez un dentiste de ma vie.

Le dentiste est un shaman!

Forcément!
Parce qu’après plus de 10 jours de souffrance assez intense, je me suis levée ce matin en meilleure forme. Vraiment trop fort ce placebo! Mais j’y vais. Pour me rassurer. Et puis, comme on dit, une fois n’est pas de coutume.

En fait la gingivite est en train de se résorber et le dentiste me confirme que les bains de bouche au Synthol, c’était bien la bonne idée à faire (et oui, Placebo lui-même ne crache jamais sur un petit coup de pouce!).
Il me répète ce qu’il m’avait dit il y a 4 ans : j’ai une dentition parfaite!

  • Oui, mais je n’ai aucun mérite. C’est juste que j’ai gagné le gros lot à la loterie génétique.[1]
  • C’est totalement vrai. Cependant, en 30 ans de métier, j’ai pu constater une très nette amélioration de l’état dentaire de mes patients.
  • Meilleure alimentation? Meilleure hygiène?
  • Oui, en partie. Une meilleure prévention aussi. Une couronne, c’est déjà un constat d’échec, le fait que la personne a attendu d’avoir mal pour venir. Un contrôle une fois par an permet de détecter les débuts de caries. Là, on nettoie, on bouche et c’est bon, on garde la dent totalement viable pour la suite.
  • Et le fluor?
  • C’est sûr que le fluor a beaucoup fait.
  • Et là, mes dents, je peux espérer les garder encore longtemps?
  • Elle est bizarre cette question.
  • Tous les vieux ont l’air d’avoir des prothèses.
  • Tous n’ont pas eu les conditions de vie que nous avons maintenant. Avec votre dentition et si vous n’avez pas d’accident grave, vous pouvez conserver toutes vos dents jusqu’au bout.
  • Vous voulez dire que je risque d’être enterrée avec toutes mes dents?
  • Absolument, il n’y a pas de raison…

Et j’ai gagné un nouveau détartrage et la perspective de ne pas devoir un jour manger ma purée avec une paille.
Totalement injuste, mais délicieusement satisfaisant!
Merci, les ancêtres de m’avoir filé ça plutôt que des emprunts russes!

Notes

[1] Pour la petite histoire, ayant été élevée par mes grands-parents, pendant mon enfance, l’hygiène bucco-dentaire se limitait à poser ses dents dans un verre sur la table de chevet, donc rien! Ma première brosse à dents, c’était à 18 ans, quand mon mien, ayant déjà sacrifié quelques ratiches au Dieu du plombage, se rendit compte que je ne me brossais jamais les dents. Horrible, non? Et super injuste, j’en conviens!