Cela fait quelques temps déjà que la classe politique "progressiste"[1] regarde de travers les fameux acquis sociaux en parlant de privilèges, de crispations et d‘archaïsmes qui entravent la marche conquérante de leur vision du monde vers des lendemains qui chantent[2].
Aujourd’hui, Sarko, le bon petit soldat du capitalisme féroce préfère contourner l’obstacle et propose de redéfinir ces termes en prétextant qu’ils sont vidés de leur substance. En tout cas, c’est ce qu’il aimerait bien, sauf qu’il y a des Torpedo qui veillent et qui nous rappellent ce qu’est réellement un acquis social.

A lire de toute urgence avant le grand lavage de cerveaux disponibles.

Merci Torpedo.

Notes

[1] celle pour qui le top de l’évolution sociale, c’est de revenir aux rapports de force du XIXème siècle que décrivait si bien Zola et ses potes

[2] Ils omettent juste de préciser que ce ne sera pas pour tout le monde