Cela faisait très longtemps qu’une pub ne m’avait pas faite hurler.. de rire et d’indignation à la fois.

Bien sûr, la pub me fait généralement beaucoup râler, comme perte de temps et machine à prendre les gens pour des abrutis.

Par exemple, chaque fois que je vois une pub de 4X4, aussi sec, comme les personnages présentés, j’ai les babines qui se retroussent. Faut dire que vendre des gros char d’assaut pollueurs à des bobofs parisiens au neurone atrophié en mettant en avant des arguments écologiques, ça me hérisse le poil. Le bobof 4X4eux est présenté comme un félin urbain et son tank comme un passeport vers la nature : ridicule et totalement mensonger!

Dans la catégorie des pubs indigentes, la palme revient sans conteste aux pubs pour machins féminins. La femme doit être encore une terra incognita un peu troublante et mystérieuse, tant le traitement des accessoires intimes dans le monde de la pub est triste à pleurer. Je rappelle pour les plus amnésiques d’entre nous (bienheureux, les amnésiques, le royaume de TF1 leur est à jamais ouvert!) l’abominable pub sur les protège-slips mieux aérés où les nanas gonflaient les joues avec un air affolé pour bien montrer à quel point ça craint un protège-slip pas aéré ou l’affligeante jeune fille qui passe entre les colonnes d’une promenade pour réajuster son protège-slip sous son jean moulant, parce que le sale machin n’avait pas été prévu pour les strings….pfffff!

Mais là, l’autre soir, on a atteint un sommet du genre. On commence par voir une bouche de femme très inconfortablement pivotée à 90°, comme un point d’exclamation. Les lèvres ne bougent pas mais on l’entend qui explique ses problèmes d’hygiène. Et là, soudain, pendant que la bouche est tournée lentement afin de prendre sa position horizontale normale, on comprend l’image d’ouverture : la bouche de la femme verticalisée représentait… sa foufoune! Arf!
Le visage de la femme est filmé en entier, ses lèvres bougent pendant qu’elle explique d’une voix douce et vaguement éthérée à quel point il faut être soigneuse dans son hygiène intime, mais voilà, le mal est fait, en fait de bouche, cette femme a maintenant une foufoune qui lui barre horizontalement le bas du visage.
J’imagine la vie du modèle après ça. Les vieilles vannes pourries dans les castings, le fait que la France entière sait qu’elle a une bouche de foufoune, les What’s new, Pussy Cat?, bref, l’enfer. Je me demande aussi ce qu’avait bien pu prendre ce jour là le créatif dont le cerveau malade a pondu cette idée de génie. Je suis sûre que s’il avait démarré la même pub avec l’Origine du monde, il aurait eu le CSA aux basques[1], il aurait même réveillé le BVP, Familles de France et la mère Boutin. Sauf que le tableau de Courbet par lequel arrive le scandale, c’est de l’art et que là, c’est du cochon!

Tout ça, pour nous vendre un gel nettoyant.
C’est énorme!
C’est monstrueusement drôle!
C’est terriblement pathétique!

Notes

[1] Alors que le CSA a bien mieux à faire, comme faire respecter l’égalité du temps de parole entre le OUI et le NON.